Version classiqueVersion mobile

Liminaires phénoménologiques

 | 
Jocelyn Benoist
, 
Robert Brisart
, 
Jacques English

Préface

Texte intégral

1Une lecture, aussi superficielle qu'erronée, de l'œuvre de Husserl a prétendu naguère ne repérer dans ses descriptions que la mise en perspective d'une évanescence du sens, en faisant ainsi passer la phénoménologie pour une propédeutique à la déconstruction de ce que d'aucuns se plaisaient alors à considérer comme un mythe, tour à tour dénoncé comme celui de la représentation, de la vérité et de la raison elle-même. Que rien, pourtant, ne cautionne une telle idée dans le corpus husserlien, pas même en amont comme on le suggère encore trop souvent, c'est ce que montre à satiété une lecture plus attentive qui avère, au contraire, que, jusqu'aux termes extrêmes de ses recherches, la question du sens chez Husserl est indéfectiblement restée liée à l'ambition d'une théorie rationnelle et dûment fondée de l'objectivité, avec laquelle il y allait, du reste, de l'idée même de la phénoménologie. Ce qui ne veut pas dire pour autant que cette phénoménologie du sens se soit, dès le départ, confortée d'assurances bien établies et qu'elle se soit élevée à partir d'un sol où quelques évidences auraient déjà eu raison de toute véritable problématique. Les trois études ici rassemblées, qui reprennent quelques-uns des exposés faits lors d'un colloque à Bruxelles en décembre 1996, se proposent, justement, de rétablir la genèse et le développement, à certains égards parfois bien laborieux, de cette théorie husserlienne de la signification et, ainsi, de contribuer à la restitution de ce que furent les véritables liminaires de la phénoménologie.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search