Version classiqueVersion mobile

La justice de paix à l’aube de l’indépendance de la Belgique (1832-1848)

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Conclusions générales

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le dossier des justices de paix est sans conteste celui qui a présenté le plus de difficultés parmi tous ceux dont le pouvoir politique avait hérité au lendemain de l’indépendance de la Belgique. Ce n’est pas un hasard s’il ne fallut pas moins d’une vingtaine d’années pour aboutir à des solutions dont certaines d’ailleurs n’étaient pas encore définitives au terme de la période chronologique envisagée. Des raisons historiques, idéologiques et politiques expliquent ces difficultés.

En 1830, la Belgique hérite d’une juridiction qui avait subi depuis sa création en 1790 le plus d’attaques, de reproches et de mépris. Il est vrai que les révolutionnaires français avaient hypothéqué la réussite de cette nouvelle justice de proximité dont ils firent un des fleurons de leur conception de la justice, en l’assortissant de conditions telles qu’à terme, elle ne pouvait que dégénérer. Parmi ces conditions, retenons surtout celles concernant les hommes chargés de la promouvoir : aucune capacité tec...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search