Version classiqueVersion mobile

La justice de paix à l’aube de l’indépendance de la Belgique (1832-1848)

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Chapitre IV. La professionnalisation du juge de paix. L’œuvre mitigée du ministre de la Justice d’Anethan

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme de cette année 1841, grâce à l’action de ministres libéraux, l’image du juge de paix s’est donc profondément transformée par rapport à celle héritée en 1830 des régimes français et hollandais : Lebeau a constitué un groupe important de juges de paix juristes et, conséquence logique de cette politique de nomination, le législateur a étendu les compétences du juge cantonal. Dès ce moment, on assistera à une marche conduisant le juge de paix vers une professionnalisation de plus en plus accentuée, qui ne fut cependant pas aussi irrésistible que les événements antérieurs auraient pu le laisser prévoir.

Demeuraient en effet toujours en suspens plusieurs dossiers que Lebeau n’était pas parvenu à mener à terme.

Ce sera au catholique Jules d’Anethan, titulaire d’un très long ministère de la Justice — du 16 avril 1843 au 12 août 1847 —, qu’il reviendra de trouver une solution au redécoupage des circonscriptions cantonales, à la nomination définitive des juges de paix qui n’avaient tou...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search