Version classiqueVersion mobile

La justice de paix à l’aube de l’indépendance de la Belgique (1832-1848)

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Chapitre III. Vers la professionnalisation du juge de paix

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour des raisons budgétaires autant que d’organisation cantonale, le Parlement n’assura pas la percée définitive des juges de paix en matière législative ; en revanche, l’Exécutif, dans les limites de ses compétences, ne manqua pas de contrebalancer cette frilosité législative en menant une politique systématique de valorisation des juges de paix. En cela, il demeurait fidèle à lui-même puisque, on l’a vu, il n’avait pas hésité à déposer des projets de loi dans ce sens, en conformité d’ailleurs avec les vœux des constituants.

Joseph Lebeau fut sans aucun doute l’homme-orchestre de cette politique (Section I). Durant les vingt-deux mois passés au ministère de la Justice1, il s’attellera en priorité à trois dossiers dont il estimait que la solution devait redorer le blason des juges de paix. Le premier concerne la réorganisation des circonscriptions cantonales ; dans cette matière, son action se déploiera, mais en vain, sur le plan législatif (I). En revanche, c’est en tant que pouvoir...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search