Version classiqueVersion mobile

La philosophie dans la Cité

 | 
Anne-Marie Dillens

Hommage à Hélène Ackermans

Jean Florence

Texte intégral

1Comment saluer avec solennité mais sans tapage, avec ferveur mais sans effusion, avec émotion mais sans affectation la personne qui fut sans défaillance le témoin le plus vigilant, le plus constant et le plus averti de l'activité de l'Ecole des sciences philosophiques et religieuses depuis près de cinquante ans ? J'ai le bonheur d'apprécier sa présence au sein du Comité de l'Ecole, après avoir depuis de longues années apprécié l'importance singulière du travail qu'elle a réalisé avec autant d'esprit communicatif que de modestie et d'effacement. Je me réjouis de lui adresser aujourd'hui l'hommage collectif d’un livre qui ponctue une trajectoire et constitue, tout aussi bien, un programme. L'Ecole, en effet, depuis sa création à l'initiative du Cardinal Mercier en 1925, n'a-t-elle pas cherché à donner corps à ce qui constitue sa vocation au cœur de cette ville de Bruxelles, capitale de l'Europe ? Une même volonté d'affirmer la possibilité d'une réflexion philosophique vigoureuse et rigoureuse ne traverse-t-elle pas toutes ces années d’existence, sous l'impulsion d'éveilleurs aussi exigeants qu'ouverts à toutes les figures de la pensée dans ses tribulations, ses élans, ses apories ? Jacques Leclercq, Henri Van Camp, Daniel Coppieters de Gibson qui ont eu la responsabilité de cette Ecole ont su nous transmettre cette curiosité obstinée, cette volonté impérieuse d’interroger la pensée en rencontrant ceux et celles qui s'y exerçaient à leurs risques et périls. Faire dialoguer la science et la philosophie, la Raison et la Foi, reconnaître la radicalité des positions, prendre la mesure des contradictions entre langages, méthodes, présupposés : telle est, depuis le commencement, la raison d'être de l'Ecole.

2Peu après la guerre, Hélène Ackermans, qui avait fait ses premières années de philosophie à la Faculté, vient prêter son concours aux travaux de l'Ecole. Dès 1960, elle manifeste sa présence efficace et discrète dans la rédaction des comptes rendus de chaque conférence tenue à l'Ecole, comptes rendus qui seront publiés d'abord dans la revue de l'Institut Saint-Louis. Lorsque, en 1964, la Faculté Saint-Louis se sépare de l'Institut Saint-Louis pour habiter les nouveaux bâtiments du 43 boulevard du Jardin Botanique, l'Ecole dispose d'une brochure autonome dans laquelle figurent le programme des cours ordinaires de théologie et de philosophie et le programme des leçons publiques. De 1964 à 1986, Hélène Ackermans rédige dans chaque brochure une étude condensée du cycle de conférences de l'année écoulée.

3La lecture de la suite ininterrompue des notes de cette auditrice attentive, à l'esprit vif, malicieux et pénétrant, procure une vision originale et incomparable de la vie des idées et des débats qui ont marqué un demi-siècle de notre histoire culturelle. Rendre compte, commenter, relever les innovations et les trouvailles, pointer les apories, les irrésolutions, chercher les lignes de forces et les points de rupture, tel fut le travail de longue haleine accompli dans l'enthousiasme et la passion.

4Lorsque l'École décida en 1986 de créer ses « Cahiers » pour publier les textes des leçons publiques et permettre d'élargir son aire à d'autres auteurs, c’est Hélène Ackermans qui prit la responsabilité de veiller à la construction de chaque numéro, d'assurer le contact avec les auteurs, de superviser les textes et de proposer, à l'entrée de chaque numéro, une présentation succincte des thèmes discutés. Vingt Cahiers auront ainsi, grâce à ses soins, donné un reflet concret des travaux de l'Ecole. Leur production s'achève avec son départ. Les Publications des Facultés en assureront sur un autre mode le relais.

5C'est un véritable laboratoire des idées que ces archives écrites au fil du temps proposent à notre regard. Il est impossible ici de reproduire la liste impressionnante de tous ceux et celles qui ont répondu à l'invitation de l'Ecole pour y exposer l'état de leur recherche. Ceux qui aujourd'hui apportent dans cet ouvrage commun leur contribution font partie de ces éminents philosophes, théologiens, chercheurs et praticiens en sciences humaines devenus, pour beaucoup, des hôtes familiers. Leurs textes manifestent l’estime et l'amitié qu'ils nourrissent pour Hélène Ackermans qui ne fut jamais étrangère au choix des invités et qui sut, par la grâce et l'affabilité dont elle a le secret, maintenir avec eux les liens précieux de l'amitié.

6« La philosophie, écrit-elle, doit rester la réflexion fondamentale. Les Conférences en montrent la place inutile et indispensable »...

7C'est bien en effet la philosophie qui, comme attitude originale d'étonnement et de critique, offre à tous les débats contemporains l'espace stable où ils peuvent révéler leur ampleur et leur difficulté. La constante qui perce à travers l'extraordinaire variété des contenus de toutes les contributions portées à la tribune de l'Ecole ne réside pas dans la thématique mais dans la recherche du vrai inséparable du dialogue.

8La phénoménologie a occupé ici une place cardinale, parce qu'elle a permis de tenir fermement le lien à la tradition philosophique occidentale et de soutenir, dans la même exigence, le choc des défis du temps présent : ceux de l'existentialisme et du structuralisme, de l'épistémologie des sciences pures et des sciences humaines, de l'herméneutique et de la sémiologie, de la pensée postmoderne et de la crise des institutions.

9L'Ecole a ainsi donné la parole au paléontologue et à l'exégète, à l'économiste et à l'artiste, au linguiste et au psychanalyste, au politologue et au critique d'art, au métaphysicien et au juriste, à l'historien et au médecin, au sociologue et au poète.

10Au cœur de cette étonnante diversité de discours et d'expériences, au cœur de cette fascinante irréductibilité de langages, quelle unité reconnaître ? C'est cette question têtue qui sans hiatus parcourt la patiente écriture d'Hélène Ackermans, soucieuse dès ses premières notations de voir la philosophie faire la preuve de son inutile nécessité...

11L'ouvrage qu'on va lire apporte le témoignage de cette curieuse et fragile fonction du philosophe dans la cité. Fonction dont celle à qui nous rendons hommage a su appréhender avec intelligence et lucidité les mouvements, les affirmations, les éclipses, la pérennité.

12Qu'on me permette de la remercier pour nous avoir fait don de ce sans quoi le débat d'idées n’aurait que peu de réalité, je veux dire cette amitié, cette « philia », qui confère à la rencontre authentique des écoles sa force d’engagement, son pouvoir de conviction et, osons le dire après Spinoza, la joie de penser.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search