Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge - vol. 1

 | 
Hugues Dumont

Titre II : 1900-1960. L'autonomie culturelle et le pluralisme, deux idées de droit « para-légales » au centre d'une politique culturelle embryonnaire

Conclusion du titre II

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

278. Au cours de la période dont l’examen s’achève ici, les principes de l’autonomie culturelle et du pluralisme sont apparus comme des idées ambiguës. A bien des égards, ils s’inscrivent sans problème dans le droit positif étatique. Le premier n’est-il pas réductible à quelques tempéraments apportés aux principes d’un Etat unitaire ? Et le second n’est-il pas la version modernisée et plus démocratique du classique principe de neutralité ?

On a montré cependant qu’une telle interprétation serait trop superficielle. Elle néglige l’idée para-légale qui se cache derrière chacun d’eux : l’idée fédérale, d’une part, et l’idée du partage équilibré des moyens, des mandats et des emplois du secteur culturel public entre les familles politiques, d’autre part.

Certes, rien n’est encore joué avant 1960. L’idée fédérale est encore discrète. Celle du partage équilibré est plus répandue et plus profonde dans le secteur de l’éducation permanente et de la radio-diffusion que dans celui des beaux-arts...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540