Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge - vol. 1

 | 
Hugues Dumont

Titre 1 : 1830-1900. Les germes de l'autonomie culturelle et de la « pilarisation », produits d'une « non-politique » culturelle

Conclusion du titre I. L’État belge, le pluralisme et l’action culturelle au XIXe siècle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1) La nature de l’Etat belge et la source du principe de pluralisme

97. D’un point de vue juridique, un Etat se définit comme une personne morale dont les institutions sont présumées aptes à prendre des décisions souveraines, au nom de la population d’un territoire déterminé. L’Etat belge répond évidemment à cette définition.

La notion d’Etat gagne cependant à être examinée en outre d’un point de vue plus sociologique. Les deux approches ont en commun de définir l’Etat comme un pouvoir politique institutionnalisé92, mais la seconde insiste sur les conditions sans lesquelles cette institutionnalisation serait purement formelle. La sociologie politique propose ainsi de réserver le terme d’Etat à « tout pouvoir politique différencié des périphéries sociales, territoriales ou partisanes »93. Autrement dit, l’institutionnalisation qui caractérise l’Etat suppose une certaine autonomie de fait par rapport aux collectivités territoriales, aux groupements sociaux et aux partis qui divisent la ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540