Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge - vol. 1

 | 
Hugues Dumont

Titre 1 : 1830-1900. Les germes de l'autonomie culturelle et de la « pilarisation », produits d'une « non-politique » culturelle

Chapitre II. Les « piliers », substituts d’une « non-politique » culturelle de démocratisation

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction : l’absence d’une politique culturelle de démocratisation

76. Après la fonction de rassemblement, la seconde fonction classique d’une politique culturelle réside dans la « démocratisation culturelle » : fondée sur l’idéal d’une égalité réelle des conditions, elle vise à transmettre les bienfaits de la culture traditionnelle à l’ensemble de la population. On sait qu’une telle politique se situe dans le prolongement d’une politique sociale : comment l’Etat pourrait-il se préoccuper des inégalités culturelles si les inégalités socio-économiques lui paraissent conformes à la nature des choses ? Or tel est le cas jusqu’au tournant du siècle. Dès les premières années du Royaume, les « structures d’autorité » sont « dominées par des forces antidémocratiques et conservatrices dans le domaine social »1. Et pendant toute la période qui voit le libéralisme triompher, l’intervention de l’Etat dans ce secteur est dogmatiquement rejetée2. Il faudra attendre les grèves violentes des an...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540