Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge - vol. 1

 | 
Hugues Dumont

Titre 1 : 1830-1900. Les germes de l'autonomie culturelle et de la « pilarisation », produits d'une « non-politique » culturelle

Chapitre I. L’échec d’une « non-politique » culturelle de rassemblement

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Section 1. Un objectif ambitieux et des moyens limités

§ 1. Un objectif de rassemblement ambitieux

59. Dès les premières années du Royaume, la « classe dominante » qui a « fait » la révolution de 1830 a cherché, de manière volontariste, à développer une conscience nationale en faisant surgir une littérature nationale comparable à celle qui naît dans les autres pays européens du début du XIXème1 Ce n’est pas un Léopold II qui abandonnera cette préoccupation, lui qui disait : « Un peuple jaloux de son existence indépendante doit tenir à posséder sa pensée et à la revêtir d’une forme qui lui soit propre : en un mot, la gloire littéraire est le couronnement de tout édifice national »2. Les pouvoirs publics du XIXe perçoivent donc clairement l’intérêt d’une action culturelle délibérée dans le but de rassembler, de mettre « en valeur les mœurs et l’identité belge »3.

A première vue, on pourrait croire que cet objectif ambitieux a été atteint. Depuis la Légende l’Ulenspiegel de Charles De Cos...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540