Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le pluralisme idéologique et l’autonomie culturelle en droit public belge - vol. 1

 | 
Hugues Dumont

Titre 1 : 1830-1900. Les germes de l'autonomie culturelle et de la « pilarisation », produits d'une « non-politique » culturelle

Introduction : la formation d’un État faible et d’une nation en filigrane

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

52. Le propos est bien connu : les pouvoirs publics, au XIXème siècle, ont une conception « bourgeoise » de la culture héritée de la seconde moitié du siècle précédent. A la fin de l’Ancien Régime, on voit en effet la bourgeoisie montante opposer son idée de « culture » à l’idée de « civilisation » propre à l’aristocratie déclinante. Là où celle-ci met en avant l’apparence extérieure, le cérémonial, la connaissance des « bonnes manières » et des usages, la première valorise l’introversion, l’immersion dans le monde des sentiments, la lecture des livres, la formation de la personnalité individuelle1.

La Culture avec un grand C promue au XIXème sera ainsi, en Belgique comme ailleurs, celle des Lettres et des Beaux-Arts. L’Etat, les provinces et les communes prodiguent en effet, dès 1830, ce qu’on appelle alors des « encouragements aux Lettres et aux Arts »2. En l’absence d’étude consacrée à cette première forme rudimentaire de politique culturelle, il est particulièrement difficile d’e...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540