Version classiqueVersion mobile

L’analytique de la représentation chez Peirce

 | 
André De Tienne

Première partie. 1857-1863 : L'examen des catégories kantiennes

Chapitre 3. Que puis-je connaître ? Peirce contre Kant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

1) Peut-on penser (à) l’impensable ? Distinctions essentielles

PREMIÈRES PRÉMISSES

La logique que Kant défendait était, nous l’avons rappelé, purement déductive, et Peirce y avait adhéré inconditionnellement à ses débuts. Comme Kant enseignait que toute connaissance était une inférence pouvant s’adapter à la forme du syllogisme en Barbara, cela posait le problème de la nature des premières prémisses de la connaissance. Si tout jugement peut être interprété comme la conclusion déductive d’un syllogisme, c’est qu’il dépend alors de deux prémisses, et celles-ci à leur tour, en tant que propositions, doivent dépendre de prémisses. Pour éviter une régression à l’infini, il faut que les premières prémisses de la connaissance ne soient pas elles-mêmes des conclusions de prémisses antérieures, et elles doivent être donc d’une nature bien particulière. Peirce écrit que les « ancêtres » de ces prémisses sont des « vérités primitives » :

D’où viennent ces vérités primitives. Quelques-unes, peut-ê...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search