Version classiqueVersion mobile

Droit et démocratie

 | 
Philippe Gérard

Seconde partie. Démocratie et légitimité du droit

Préliminaires

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans la mesure où les théories éthiques relatives à l’universalisation des normes morales ne livrent pas les arguments qui pourraient être mis à profit pour justifier l’opposabilité des normes juridiques, il nous paraît nécessaire de donner à notre recherche une nouvelle orientation. Celle-ci doit nous conduire à dépasser, sans toutefois le délaisser complètement, le domaine de l’éthique afin de prendre en considération le cadre politique dans lequel se pose le problème de la légitimité du droit.

Nous voudrions en effet développer l’hypothèse que nous avons précédemment évoquée lorsque nous nous sommes référé aux positions de John Rawls. Considérant que les sociétés démocratiques modernes se caractérisent par un pluralisme des conceptions du bien, Rawls estime qu’une conception de la justice ne peut être largement acceptée qu’à la condition de ne pas être dérivée d’une quelconque doctrine morale, plus ou moins compréhensive, concernant le sens et les finalités de l’existence humaine1...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search