Version classiqueVersion mobile

Droit et démocratie

 | 
Philippe Gérard

Première partie. Éthique et universalisation

Chapitre IV. L’universalisation et les convictions éthiques

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Section I. Les significations de l’universalisation et la priorité des convictions éthiques

L’examen des thèses proposées par Hare, Gewirth, Apel et Habermas permet d’établir un bilan provisoire au sujet du problème de l’universalisation.

A cet égard, il apparaît que le principe d’universalisation peut d’abord être interprété comme une exigence logique concernant l’application cohérente de règles qui régissent l’application de prédicats. Ce principe se traduit par la contrainte en vertu de laquelle nous sommes obligés, sous peine d’incohérence, d’appliquer un même prédicat à tout objet qui répond aux conditions prévues par les règles en jeu. Il s’agit donc d’une contrainte purement formelle qui implique uniquement que l’on fasse abstraction du fait que les objets ou les êtres visés sont des entités distinctes1.

Or, il nous semble que cette contrainte formelle n’est pas intrinsèquement liée au raisonnement moral. Le respect de cette contrainte dans le domaine de l’éthique dépend d’une d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search