Version classiqueVersion mobile

Droit et démocratie

 | 
Philippe Gérard

Première partie. Éthique et universalisation

Chapitre III. Morale et action communicationnelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au terme du chapitre précédent, nous avons conclu que l’argumentation proposée par Alan Gewirth ne semble pas fournir une justification suffisante du principe de cohérence générique qui représente à ses yeux le fondement de la morale. Cette impasse résulte apparemment du fait que Gewirth conçoit exclusivement l’action selon le paradigme de la rationalité instrumentale1. Les évaluations et les prétentions que forme le sujet lorsqu’il agit en vue de réaliser les objectifs de son choix relèvent de la prudence, c’est-à-dire des conditions d’une recherche rationnelle de la satisfaction des intérêts de l’agent. Or, la contrainte de généralisation qu’impose le principe d’universalisation interprété comme un impératif de cohérence formelle ne nous a pas paru suffisante pour assurer valablement la transition de la prudence à la morale.

Dès lors, l’on doit se demander si la recherche et la justification de normes morales fondamentales ne devraient pas être entreprises dans une perspective diff...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search