Version classiqueVersion mobile

Droit et démocratie

 | 
Philippe Gérard

Première partie. Éthique et universalisation

Chapitre II. Morale et action instrumentale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La théorie de l’éthique proposée par Alan Gewirth peut être considérée comme une tentative de remédier à certaines difficultés que l’examen des thèses de Hare nous a permis de repérer. A l’instar de cet auteur, Gewirth accorde un rôle décisif au principe d’universalisation conçu comme un impératif de cohérence. De plus, il reconnaît avec Hare que cet impératif revêt une portée purement formelle. Dès lors, afin de pouvoir justifier des normes morales substantielles, Gewirth complète le principe d’universalisation en introduisant dans le raisonnement moral des prémisses supplémentaires.

Nous avons relevé que l’analyse de Hare présente à ce stade de premières difficultés. Celles-ci se traduisent d’abord par un contraste entre, d’une part, le recours à une généralisation de l’intérêt personnel, recours qui risque de subordonner la morale aux calculs de la prudence ou de l’égoïsme rationnel, et, d’autre part, l’appel à un principe de prise en considération impartiale des intérêts. Par ail...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search