Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une éthique des convictions

 | 
Marc Maesschalck

Deuxième partie. Les convictions comme puissance de disposition éthique

Chapitre III. Limites de la solution pragmatique et reprise phénoménologique de la question des convictions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Laissée pour compte dans la théorie communicationnelle, la question des convictions reste néanmoins présente à travers le rapport au monde vécu et l’idée d’un prérequis intuitif à toute forme de communication semblable à la requête d’une intuition de l’espace en géométrie. La communication suppose une certaine expérience du monde qui constitue une disposition fondamentale à l’entente avec tout autrui partageant cette expérience d’un être-au-monde. Mais aucune science rigoureuse de cette disposition ne semble possible pour Habermas sans que s’instaure une confusion entre expérience originaire du sens et critères de validité de l’action. Tout au plus peut-on s’essayer à une approche sociologique des caractéristiques du monde vécu, mais sans perdre de vue l’assimilation subjective de toutes ces caractéristiques sous le mode de certitudes immédiates et englobantes.

Dans une telle perspective, c’est tout le travail sémantique de réappropriation des traditions qui est laissé de côté comme ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540