Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une éthique des convictions

 | 
Marc Maesschalck

Deuxième partie. Les convictions comme puissance de disposition éthique

Chapitre II. La solution kantienne : une fondation formelle des convictions

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pour donner un statut épistémologique à la reconnaissance du rôle joué en éthique par les convictions, il est possible de prendre distance par rapport aux catégories wébériennes en revenant à la théorie kantienne du savoir en tant que portique de la division moderne des ordres de connaissance et d’expérience. Ainsi, pour renouer avec le sens moderne d’une rationalité des convictions, nous allons nous intéresser à Kant en partant de l’hypothèse qu’une articulation existe entre la Critique de la raison pratique et La Religion dans les limites de la simple raison. Cette articulation, c’est le postulat Dieu de la Critique de la raison pratique. Le postulat kantien, en effet, est une proposition rationnelle, non un précepte vide, une idée seulement problématique, ou une impression empirique, un sentiment existentiel. S’il s’agissait seulement de la transposition de l’idée transcendantale de la Critique de la raison pure, Dieu comme « concept métacatégorial » — c’est-à-dire comme idée con...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540