Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une éthique des convictions

 | 
Marc Maesschalck

Deuxième partie. Les convictions comme puissance de disposition éthique

Chapitre I. Le problème théorique des convictions et ses impasses

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La sociologie inspirée de Weber a souvent tenu pour un dogme la proposition suivante du maître : « (...) ce n’est pas la doctrine éthique d’une religion qui comporte des bénéfices psychologiques, mais la conduite éthique qu’elle détermine »1. Les convictions sont alors réduites au rang de maximes pour l’action, sans autre pertinence rationnelle que leur effet pratique, l’attitude qu’elles induisent. Les idéaux valent pour la ferveur qu’ils induisent socialement, le rapport à la religion se traduit dans l’éthique professionnelle qui en découle. Weber parvient ainsi à justifier ce que Marx ne comprenait pas quand il parlait de l’athéisme pratique de la bourgeoisie2 : la séparation entre la doctrine et la réalisation temporelle d’une conduite éthique, qui est l’attitude prescrite par une religion dont l’enjeu est strictement personnel.

D’un point de vue anthropologique, la conviction religieuse apparaît ainsi comme le référent utopique de l’espérance personnelle, dans une vie dominée pa...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540