Version classiqueVersion mobile

Pour une éthique des convictions

 | 
Marc Maesschalck

Avant-propos

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La définition même du terme de conviction nécessite déjà un débat philosophique dans la mesure où des conceptions différentes de l’éthique s’affrontent, tels le conséquentialisme et le déontologisme, sans toujours préciser la divergence fondamentale que cache l’identité terminologique du mot conviction revendiqué par ces conceptions différentes. Ainsi, quand Ricoeur parle de conviction, il ne fait aucun doute pour lui qu’un contenu de conviction est susceptible d’être partageable avec tous, c’est-à-dire d’être universalisé1. Pour Bernard Sève, par contre, la conviction est l’équivalent moral de l’opinion pour la raison théorique. Selon lui, « la conviction relève de la sensibilité subjective, sa logique est celle de l’auto-affirmation, exclusive donc d’autres convictions »2.

La référence tacite à la doxa platonicienne rapproche sur ce point la position de B. Sève de celle défendue par Castoriadis : la conviction exprime une valeur subjective, arbitraire, irréductible par rapport à l’...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search