Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Variations sur l’éthique

 | 
Hélène Ackermans

III. Sciences humaines

Le chercheur et la norme. Réflexions en cours à partir d’une pratique concrète de recherche en sociologie

Jacques Marquet, Michel Hubert et Danièle Peto

Texte intégral

1Dans ce texte, nous avons tenté d’articuler deux préoccupations. La première renvoie à la relation entre la recherche, et plus particulièrement la recherche en sociologie, et l’éthique : elle pose la question des apports éventuels de la recherche à la réflexion éthique. La seconde, a priori plus concrète, se veut une réflexion sur des problèmes d’ordre éthique qui ont émaillé notre travail de recherche sur les aspects sociologiques du sida. Ces deux préoccupations se font écho : d’une part, la réflexion éthique à partir de notre pratique de recherche serait incomplète si elle n’était située par rapport à l’appel éthique enregistré au niveau de la société globale, et d’autre part, la réflexion sur les apports éventuels de la science à l’éthique se nourrit des questions qui émergent, au quotidien, du travail de recherche.

I. Recherche et éthique

2La question de la relation entre la recherche, et plus particulièrement la recherche en sociologie, et l’éthique se pose à deux niveaux.

  • 1 « L’éthique à venir : une question de sagesse ? une question d’expertise ? » fut d’abord un colloq (...)

31. La question des apports éventuels de la recherche à une réflexion d’ordre éthique n’a rien d’une question théorique. De façon assez récurrente les chercheurs sont invités à prendre part à des débats éthiques. De là découle un ensemble d’interrogations qui sous une forme ou une autre pose la question du statut de ces participations : à quel titre les chercheurs participent-ils aux débats éthiques ? Ou, pour reprendre une formule utilisée ailleurs : l’éthique, question de sagesse ou question d’expertise ?1

4Poser cette question c’est d’abord inviter les chercheurs à clarifier leurs rôles : scientifiques essayant de mettre au jour les processus et enjeux sociaux et de comprendre l’attitude de l’acteur ; intellectuels ayant un rôle de vigilance critique ; consultants-experts qui doivent trouver des solutions à des problèmes concrets ; citoyens qui prennent des positions personnelles... Mais peut-être ces rôles ne se laissent-ils pas distinguer de façon aussi claire, peut-être la conception du chercheur comme « sujet épistémique » dépouillé de ses appartenances et de ses préjugés (Piaget) n’est-elle qu’un mythe... ; alors, la question posée est également un encouragement à étudier les rapports entre les engagements éthiques, sociaux et politiques du chercheur, sa capacité de négociation entre ses implications diverses, et son idéal de connaissance « objective ».

5L’ensemble des réflexions développées dans ce texte s’inscrivent dans une telle perspective de clarification des rôles et des registres. Une telle analyse a chaque fois quelque chose de spécifique, même si certains enseignements paraissent transposables.

62. Mais, dans les lignes qui suivent, nous tenterons d’abord de répondre à une question plus générale concernant le rapport entre recherche et éthique : pourquoi les chercheurs sont-ils invités à participer au débat éthique ? Cette question a elle-même un préalable : comment expliquer l’émergence ou la résurgence de la question éthique ?

7À ce niveau, le rapport entre recherche et éthique n’est plus envisagé sous l’angle de la participation des chercheurs à des débats éthiques, mais bien à partir de la capacité de la sociologie — tout comme il existe une capacité de l’histoire ou de la philosophie — à produire une réflexion sur l’intention éthique.

La préoccupation éthique

8Si l’on en juge par le nombre de colloques, d’émissions de télévision, de livres et d’articles consacrés à l’éthique, l’époque actuelle semble se caractériser par sa volonté de se forger une (nouvelle) éthique. L’insistance de cette préoccupation ne manque pas d’interpeller : qu’est-ce qui explique l’émergence ou la résurgence de la question éthique ? Sans prétendre apporter une réponse définitive à cette question, les éléments repris ci-dessous tentent de dresser le cadre éthique dans lequel le chercheur est appelé à intervenir.

9Les raisons de la résurgence de la question éthique ? Sans doute existe-t-il des causes spécifiques à chaque sphère d’activité, telle que, pour la sphère économique, l’effondrement du communisme et la suprématie du capitalisme qui en découle ou, pour la sphère médicale, les développements récents en biologie médicale et plus précisément en matière de procréation médicalement assistée. Ces éléments ont contribué et contribuent encore à une activation de la réflexion éthique dans leur sphère respective, et, par contagion, dans les sphères voisines.

10Mais, à côté de ces causes spécifiques, et sans sous-estimer leur portée, il nous semble possible de relever quelques développements plus généraux à même d’expliquer, pour partie tout au moins, l’actuelle vivacité du débat éthique. La plupart de ces développements — dont certains ont commencé à se mettre en place il y a plusieurs siècles — apparaissent comme inter-reliés, et c’est dans la combinaison de ces inter-relations qu’il faut chercher la singularité de la situation actuelle. Néanmoins, par souci de clarté, nous présentons ici ces divers éléments de manière distincte.

  • 2 Cette réflexion pose la question de la distinction entre morale et éthique. Pour notre part, nous (...)

111. Considérant l’urgence éthique, il est fréquent d’évoquer l’absence d’autorité morale à même de proposer des règles de conduite incontestées. Que l’absence d’autorité morale unanimement respectée soit réellement cause ou plutôt symptôme du contexte éthique actuel importe relativement peu ici. Notre propos consiste avant tout à relever la diversité de plus en plus grande des références morales des individus, diversité qui a comme corollaire une difficulté croissante à prendre des décisions qui respectent les positions morales de chacun. Pour d’aucuns, cette diversité des valeurs induit également une relativisation de chacune d’entre elles. L’éventail des valeurs morales ressemble alors à un supermarché où chacun est libre de faire son choix parmi les diverses valeurs étalées. Le pluralisme des valeurs oblige à poser la question du sens de façon nouvelle. L’éthique est appelée à réintroduire des repères (même s’ils doivent être d’un autre ordre) dans un monde orphelin de repères moraux largement acceptés2.

  • 3 Le succès actuel de certains leaders populistes pourrait s’expliquer pour partie par leur capacité (...)

12Lorsque l’on évoque le déclin des autorités morales, on pense généralement à l’Église dont l’influence a diminué dans de nombreux domaines de la vie quotidienne depuis que la religion s’est, pour l’essentiel, repliée dans la sphère privée. Pour l’heure, il n’est pas certain que la démission des responsables politiques qui présentent souvent leur travail comme pure gestion, laissant aux individus la question des valeurs, ne soit pas tout aussi centrale3. Et ce point est d’autant plus sensible que la référence à l’intérêt particulier semble souvent prendre le pas sur la référence à une nature humaine unique, identique.

132. À des degrés divers, historiens, philosophes et sociologues se retrouvent pour insister sur le rôle perturbant de la technique et de la science.

  • 4 Nous parlons ici de techno-science pour désigner cette alliance systématique entre la volonté de t (...)

142.1. Nombreux sont ceux qui tentent d’expliquer la faillite des repères éthiques hérités du passé par les bouleversements scientifiques et technologiques de ces dernières décennies. La techno-science4 aurait un effet centrifuge.

15Sous sa forme quelque peu naïve, cette analyse souligne un point à notre avis fondamental, à savoir qu’en ce qui concerne les fondements de l’agir humain, la référence à un ordre naturel fut mise en difficulté dès le moment où l’auto-création de l’humanité devint évidente. En ce sens, la techno-science ouvre le champ éthique de façon inédite.

  • 5 Pelletier (1987 : 237) définit l’éthique conséquentialiste comme l’« interprétation qui accepte de (...)
  • 6 Que l’on pense ici au succès des « livres de recettes en tous genres » : épanouissement sexuel, éd (...)

16De plus, la capacité de la techno-science à influer sur le monde de demain comme corollaire le transfert dans le futur de l’évaluation des choix présents ; elle rend toute référence à une anthropologie antérieure quelque peu caduque dès lors que notre société valorise l’éthique de responsabilité plus que l’éthique de conviction (Weber), l’éthique conséquentialiste ou a posteriori plus que l’éthique déontique ou a priori5. Et ce, même si la valorisation dont nous parlons ici ne renvoie pas à l’idée que l’éthique de responsabilité serait largement mise en pratique, mais seulement au fait qu’elle est une référence socialement positive6.

17Notons cependant que tout renvoi de l’évaluation dans le futur contribue à rendre la mise en œuvre d’une éthique de la responsabilité plus complexe. Le transfert des finalités dans un futur éloigné accroît le relativisme des valeurs. D’une part, l’éthique ne peut plus être que conditionnelle et provisoire et, d’autre part, plus le délai entre le moment où est posé l’acte originel et le moment de concrétisation des conséquences de cet acte est important et plus le lien de cause à effet se dilue rendant par là toute « pression éthique » plus diffuse. L’éthique risque alors de délaisser la question des finalités devenues trop floues pour se cristalliser sur la question des moyens, devenant alors une technique de régulation gagnée elle aussi par l’impératif de rationalité.

182.2. Au moment même où se développe l’idée d’une science aux possibilités immenses grandit de plus en plus la crainte de l’accident technologique.

19Sans doute faut-il rappeler que l’idée de savoir scientifique est inséparable de l’idée d’un univers inconnu à explorer et que les investigations scientifiques font immanquablement émerger la conscience d’un certain risque inhérent à la conquête de l’inconnu. En ce sens, toute réponse de la part des scientifiques apparaît comme inséparable de l’idée de risque. À ce propos, il faut bien voir que cet aspect des choses ne vaut pas seulement pour les sciences dites exactes : une intervention sociologique non contrôlée dans un groupe, une entreprise ou une communauté peut entraîner des traumatismes collectifs importants.

20Le fractionnement de nombreux processus décisionnels donne un relief particulier à l’accident technologique. Le morcellement de la décision s’accompagne assez fréquemment d’un partage de la responsabilité qui peut donner l’impression, fondée ou non, que plus personne n’assume réellement les options qui sont prises. « Nos sociétés semblent impliquées dans un processus d’adaptation au changement sans direction apparente, provocant un “vacuum” éthique » (Leclerc, 1987 : 353-354). Cette segmentation vécue comme dangereuse est à l’origine de revendications d’analyses, d’approches, de projets qui tous se veulent globaux et qui refusent la « logique de l’accident structurellement prévisible ».

212.3. La capacité de la science et de la technologie à résoudre nos problèmes est mise en question.

22Dans un cas comme le sida, la science va, par exemple, tenter de comprendre l’émergence et l’évolution de la maladie, et essayer d’apporter des solutions aux problèmes sanitaires et autres qu’elle pose. Se faisant, science et technologie contribuent à rendre le monde intelligible et, grâce au consensus provisoire qu’elles produisent sur la manière d’appréhender ce phénomène, ordonnent la réalité et lui donnent sens. Néanmoins, le sida le rappelle chaque jour, l’émergence des problèmes à résoudre semble plus rapide que les avancées de la science, et les solutions proposées ne vont pas sans soulever des questions nouvelles. Nos systèmes de sécurité sociale sont-ils en mesure de supporter les coûts des traitements des malades ? Est-il possible de développer de concert une attitude de solidarité, un esprit de tolérance et une démarche responsable ? Comment mettre en garde contre les risques de contamination sans développer une peur panique, sans déplacer la crainte originelle vers des groupes ou des individus facilement stigmatisables ? Comment résoudre l’écart entre un savoir spécialisé et des populations peu familiarisées à celui-ci ?... Cette spirale de questions nouvelles ou irrésolues, de même que le caractère provisoire du savoir et la conscience aiguë du changement, rouvrent immanquablement la question du sens, la question du pourquoi.

232.4. Les possibilités inouïes de la science posent également la question du rapport entre science et pouvoir.

24La crainte exprimée par certains de nos contemporains de voir le destin de l’humanité confisqué par une poignée de personnes traduit tout à la fois le scepticisme à l’égard des véritables intentions des chercheurs et les interrogations d’une population quant aux liens entre pouvoir scientifique et pouvoir politique et économique.

25Au sein de notre société — de toute société —, les individus ne perçoivent pas les rapports de force de la même manière ; leur position de classe, leur spécialisation professionnelle, leur localisation sociale..., divergentes les rendent différents et en conséquence ils sont inégaux face au pouvoir, même si la participation à un même modèle culturel global réduit les différences qui existent entre eux. Le pouvoir de la techno-science n’échappe pas à cette règle ; par ses doutes à l’égard des motivations des chercheurs, notre société exprime comme une reconnaissance de la dimension sociale et structurellement conflictuelle du savoir, y compris du savoir scientifique.

26Cette reconnaissance semble d’autant plus forte que les scientifiques interviennent aujourd’hui davantage dans des domaines qui étaient perçus jusqu’ici comme autant de zones de liberté : le corps ou la sexualité par exemple. En évoquant ces « zones de liberté » et les agressions dont elles seraient l’objet, on pense évidemment aux développements récents de la biologie médicale. Mais, le problème est plus vaste. Par exemple, la présentation de nos résultats de recherches sur les comportements sexuels et les attitudes face au risque du sida nous a valu à quelques reprises des interrogations relatives à la portée normative de nos propos, certains pensant y déceler comme une « police du sexe », une forme de normativité qui ne s’avouerait pas. Ce qui est exprimé alors, c’est le refus d’une trop grande transparence de la vie privée, la crainte de voir la sphère de l’affectif mise sous contrôle.

27Ajoutons encore que ce scepticisme à l’égard des intentions des chercheurs est également interne au monde de la recherche. Il n’est pas rare que les plus vigilants par rapport à la façon dont la science appréhende ses objets d’étude — en faisant assez souvent comme si elle ne tranchait que des questions techniques, rationnelles, objectives..., dépourvues de toute dimension humaine —, soient eux-mêmes chercheurs.

28En ce qui concerne le rapport entre le pouvoir de la science et le pouvoir politique, peut-être le modèle totalitaire d’asservissement de la science au pouvoir joue-t-il un rôle d’épouvantail, éveillant les craintes et écartant le danger. Mais il n’est pas certain que cela soit suffisant. De ce point de vue, l’analyse et les positions de Denis Duclos (1989) nous paraissent particulièrement intéressantes.

  • 7 De façon exemplative mais très concrète, comment accepter de participer à une enquête relative aux (...)

29Pour Duclos (1989 : 37 et suivantes), il ne peut y avoir de soutien social à la science sans la mise en place de mécanismes empêchant les pouvoirs établis de s’emparer et de monopoliser les savoirs7. Les chercheurs, quant à eux, revendiquent une autonomie de recherche qui leur garantisse des libertés d’investigations ainsi que le fait qu’ils ne seront pas dépossédés des résultats de leurs travaux. L’autonomie de la science, tant au niveau de l’organisation du travail que des règles d’échange avec l’extérieur, est reconnue par notre modèle culturel comme condition de son développement et de sa participation à l’enrichissement de la société. La division du travail joue ici comme barrière à la concentration des pouvoirs.

30Mais Duclos (1989 : 51 et suivantes) va plus loin, et dénonce « la dérobade de l’homo scientificus », à savoir cette position éthique qui se réduit à contenir la mainmise du pouvoir en aménageant les conditions du travail de recherche et d’innovation technologique (règles protégeant la division du travail), ainsi que les modalités de l’échange avec les autres sphères d’activités (souvent réduites aux lois du marché). Cette convention éthique — consciente ou non, là n’est pas la question — permet bien souvent aux chercheurs de rester à l’écart des débats de pouvoir que ce soit par peur de voir émerger leurs propres contradictions, d’affronter directement le pouvoir, d’être confronté à une autre forme de pouvoir..., ou plus directement par fascination pour ou collusion avec le pouvoir établi.

31L’ambivalence de la rationalité techno-scientifique apparaît ici clairement ; rationalité et démission sont les deux facettes d’une même pièce. Cette ambivalence touche directement le rapport que les scientifiques entretiennent avec le pouvoir, car si la division du travail permet de lutter contre la concentration du pouvoir, elle instaure dans le même mouvement des chasses gardées dont le contrôle (déontologique ou autre) devient plus complexe.

32Ces analyses font de la question du pouvoir un des enjeux essentiels du débat éthique.

Le rôle d’expert

  • 8 Le scientifique n’est pas le dernier à partager cette représentation des choses et bien, souvent, (...)

33Les développements qui précèdent donnent quelques pistes pour mieux comprendre l’insistance éthique de notre temps. Mais, si l’on accepte l’idée qu’aucune position éthique ne peut être validée par une argumentation scientifique, l’appel aux chercheurs reste obscur. Il l’est d’autant plus que, si nos hypothèses sont exactes, ce serait en partie la faillite de l’approche techno-scientifique qui serait à l’origine de cette volonté éthique. Tout cela dans une culture qui se représente largement la raison scientifique et la morale humaine comme antinomiques, la rationalité scientifique étant présentée comme ne recelant pas la moindre parcelle de volonté morale8.

34Si la science est invitée au débat éthique, c’est non seulement, comme certains l’ont montré, parce que des intérêts partisans se dissimuleraient derrière des préoccupations scientifiques, mais aussi, comme le souligne Denis Duclos (1989 : 14), parce que la science est peut-être devenue notre mode principal d’appréhension de la peur, posant ainsi « de façon détournée les questions éthiques les plus fondamentales pour notre vie en société ». Une telle hypothèse équivaut à réintroduire les motifs humains — le problème du sujet — au cœur de la raison scientifique et technologique. Elle nous invite également — comme nous le ferons plus loin — à mettre au jour les motifs éthiques inhérents à toute recherche afin de ne pas nous méprendre sur les rôles d’experts et de sage, d’évaluateur et de juge que nous sommes parfois appelés à jouer. Car, qu’on le veuille ou non, de morale il y en a toujours une, ne serait-ce que la morale de l’action qui résulte du choix d’agir ou de ne pas agir (choix du thème de recherche, implication budgétaire, question politique de la priorité, etc.). Faire apparaître le choix, montrer qu’il y a alternative et non obligation, est indispensable pour que puisse être posée la question de la responsabilité, pour que ce qui n’était qu’un fatum technologique et gestionaire puisse être interrogé.

35Mais il n’est pas sûr que ce soit la prise de conscience d’une certaine imbrication de l’éthique et de la recherche qui explique la demande d’intervention des chercheurs aux débats éthiques. Si l’on écarte de notre réflexion les cas où les chercheurs sont amenés à jouer un rôle de faire-valoir ou simplement à apporter leur légitimité à une position ou à un projet, les scientifiques sont bien davantage appelés en tant qu’experts.

36Autrement dit, il nous faut peut-être souligner avec plus de force encore l’impérialisme de la science et de la technologie. L’impérialisme de la rationalité est tel qu’il nous impose, pour longtemps sans doute, la formulation de nos positions éthiques dans cette optique rationaliste (logique, rigueur du raisonnement...). L’éthique conséquentialiste, culturellement valorisée par notre société, requiert, elle aussi, la présence d’experts. Ainsi, la science en général, la sociologie en particulier, sont appelées pour dessiner des modèles prévisionnels tenant compte des actes potentiels ou déjà posés. Le sociologue sera par exemple amené à décrire (et à prévoir) les effets de logique objective (Lopez, 1977), c’est-à-dire les effets non aléatoires produits indépendamment de la conscience que les acteurs en ont.

37On le voit, ce rôle d’expert est inséparable d’une société qui valorise l’éthique a posteriori. Ceci sans minimiser le rôle d’événements connexes déjà cités comme le morcellement des savoirs qui pousse à ce que les détenteurs de ces savoirs spécifiques se retrouvent ensemble, ou l’extrême degré de spécialisation qui entraîne des poches de savoir par rapport auxquelles l’extérieur ne sait pas grand-chose.

II. Ethique de la recherche

38Cette seconde partie se veut une réflexion à partir de quelques-uns des problèmes concrets qui ont émaillé le travail de recherche relatif à des aspects sociologiques du sida dans lequel le Centre d’études sociologiques (CES) des Facultés universitaires Saint-Louis est engagé depuis plusieurs années. On s’intéressera plus particulièrement à nos travaux sur les comportements sexuels de la population et ses réactions au risque du sida (Peto et al., 1992 ; Hubert et Marquet, 1993). Ce sera pour nous l’occasion de faire émerger les motifs éthiques inhérents à notre démarche de recherche. La nécessité d’un tel travail a été soulignée à plusieurs reprises dans les lignes qui précèdent. Elle nous semble d’autant plus grande :

  • qu’il est impératif de ne pas se méprendre sur les rôles d’experts et de sage, d’évaluateur et de juge que le chercheur peut être amené à remplir ;
  • que crise économique, d’une part, et évolution culturelle, d’autre part, mettent en avant toute recherche qui peut afficher un « label d’utilité sociale » et que cette « utilité sociale » est définie par ailleurs et notamment au sein de la sphère politique ;
  • que les demandes de participation aux réflexions éthiques sont à même de flatter l’orgueil des chercheurs heureux de pouvoir prendre part à un débat de société à haute valeur symbolique ;
  • que la question de l’utilisation des résultats des recherches n’est pas tranchée ;
  • que la vérité scientifique et l’efficacité technique — sans parler de la redistribution équitable des retombées (sur le plan politique) — sont régulièrement mises en cause ;
  • que la mise à nu des motifs qui nous ont amené à travailler sur le sida, comme nous l’avons fait, pourrait nous renvoyer aux logiques sociales.

39La liste n’est pas exhaustive.

40Nous centrerons nos réflexions autour de quelques moments clés de la recherche, à savoir le choix du thème de recherche, la collecte des données et l’utilisation des résultats de la recherche.

Le thème de recherche

41Dans une recherche collective, les motivations des différents membres de l’équipe de recherche, les raisons de leur implication dans le travail et leur position par rapport au problème étudié sont variées, voire parfois divergentes. Nous n’analyserons pas ici les motifs individuels qui ont conduit le CES à développer ce champ de recherches, pas plus que nous ne nous lancerons dans une sociologie de la connaissance explicitant les conditions qui ont présidé à un tel développement (moment de l’apparition d’un tel projet dans l’évolution du centre de recherches, ressources disponibles, etc.). Ces éléments sont certainement très importants et seront analysés dans d’autres publications. Nous nous contenterons plutôt ici d’exposer quelques-uns des problèmes d’ordre éthique soulevés par le choix et le développement d’un tel domaine d’études.

  • 9 47.244 Américains moururent au combat, 10.466 d’accident ou de maladie, sans compter les 750.000 v (...)
  • 10 Les derniers chiffres communiqués par l’Institut national de statistique (INS) portent sur l’année (...)

42Même s’il semble certain aujourd’hui que le sida n’y trouve pas son origine (Grmek, 1989), c’est aux Etats-Unis que cette maladie a acquis son existence sociale avec la mise en évidence en 1981 des premiers cas. Et son impact a été rapidement très fort : depuis le début de l’épidémie, le sida a tué plus de 200.000 Américains, en majorité jeunes, et on estime à environ 750.000 le nombre de personnes séropositives. C’est, comme le rappellent régulièrement les militants de la cause anti-sida, beaucoup plus que le nombre d’Américains victimes de la guerre du Vietnam9. Entretemps, le VIH n’a pas tardé à faire des ravages en Afrique où plus de 8 millions de personnes en sont infectées (OMS, 1993). En Belgique, 1603 malades du sida ont été diagnostiqués depuis le début de l’épidémie ; 8652 personnes ont été dépistées séropositives (Institut d’hygiène et d’épidémiologie, 1994), mais les épidémiologistes estiment que leur nombre réel est probablement deux fois plus élevé. Par rapport à d’autres causes de décès comme le cancer (27.356 victimes en 1988 en Belgique) ou les maladies cardio-vasculaires (40.037), ou encore les accidents de la route (1.842) ou le suicide (1.991)10, le sida tue bien moins. Pour évaluer son importance relative, il faut néanmoins prendre en considération ses caractéristiques propres : il touche principalement une population jeune et ses potentialités sont énormes si l’on tient compte du nombre actuel de séropositifs.

43Ceci dit, il est clair que l’importance de la maladie (son taux de prévalence élevé) et la nécessité de contribuer à une réflexion sur sa prévention ne sont pas les seules raisons qui ont pu conduire des sociologues à s’intéresser au problème du sida. Les choix scientifiques, comme d’autres d’ailleurs, n’obéissent (malheureusement ?) pas à une sorte de hiérarchie numérique des drames humains mais dépendent aussi de l’importance qu’ils revêtent pour ceux qui s’y engagent et des multiples significations que la société leur attribue. Dans le cas qui nous préoccupe, d’autres motifs étaient sans aucun doute en jeu : les questions soulevées par l’énorme audience médiatique donnée au sida, les inévitables tensions normatives qui allaient naître d’un problème touchant d’aussi près la sphère de l’intimité, ou encore les menaces que font peser sur le lien social la désignation de boucs émissaires et l’exclusion sociale des séropositifs (ce que certains appellent l’« épidémie sociale »). Bref, c’est aussi en tant que « fait social total » (au sens que Marcel Mauss donne à ce terme) que le sida intéresse le sociologue.

  • 11 En raison de biais dans la notification, on estime qu’alors que plus de 50 % des cas notifiés de s (...)

44À l’intérieur du choix d’un champ de recherche se pose aussi en permanence la question des priorités. N’y a-t-il pas urgence pour les chercheurs à mettre leurs compétences au service de ceux qui en ont le plus besoin : le tiers-monde (en particulier, l’Afrique11) ou, chez nous, les catégories de la population les plus exposées au risque ? Les orientations de recherche ne sont-elles pas avant tout dictées par les possibilités de financement, elles-mêmes fonctions des préoccupations, socialement et culturellement marquées, des hommes politiques, des experts et autres techniciens qui décident de l’attribution des budgets ? La recherche d’une plus grande autonomie pour la recherche est ici indispensable, tout comme l’explicitation accrue par les chercheurs, dans cet espace d’autonomie, des motifs éthiques inhérents à leur recherche. Car, par exemple, si ceux-ci sont convaincus de la pertinence de recherches à caractère théorique — ce que ne perçoit pas toujours le grand public —, il est indispensable qu’un contrôle de ces activités de recherche puisse également s’exercer.

45Quel que soit le thème de recherche choisi, la manière dont l’objet de recherche est construit est également primordiale et sous-tendue par des choix éthiques. De notre point de vue, dans un champ où de multiples discours s’entrecroisent, il importe de fonder notre propos de manière propre et autonome, en particulier vis-à-vis du discours médical extrêmement prégnant dans ce champ. C’est ainsi qu’une partie de notre travail a consisté à décrire la diversité de ce que nous avons appelé les « modes d’adaptation au risque » mis en œuvre ou non par la population. Notre objet ne se limitait donc pas à investiguer les seuls moyens de prévention jugés épidémiologiquement adéquats (comme, notamment, l’usage du préservatif ou de seringues propres) en ce qu’ils empêchent l’échange de fluides humains, ou moralement acceptables par les autorités religieuses (comme, par exemple, la fidélité), mais visait plutôt à rendre intelligibles les logiques sous-tendant les divers comportements et attitudes de la population vis-à-vis du risque du sida (Peto et al., 1992). Ce souci de compréhension de la diversité des pratiques n’a pas pour but de se substituer au discours éthique mais vise plutôt à alimenter la réflexion des acteurs concernés en offrant à leur action une sorte de miroir. De ce point de vue, les « solutions » qui peuvent être déduites du travail de recherche ne sont pas directes et immédiates. On ne cherche pas à identifier les « déterminants » des comportements que des technocrates de la prévention n’auraient qu’à actionner comme des leviers pour se donner l’illusion d’agir efficacement. On souhaite simplement apporter un certain nombre de clés aux acteurs concernés pour leur permettre d’identifier et de rendre intelligibles les situations de vulnérabilité dans lesquelles ils peuvent être engagés à l’un ou l’autre moment de leur existence. Cette conception engage bien évidemment les chercheurs dans un certain type d’utilisation des résultats de leur travail et n’est pas exempte de présupposés éthiques (Cf. infra).

46Par notre intervention dans ce champ de recherche, nous participons à la construction sociale du sida comme problème sociétal, nous influons sur la culture de la sexualité et de la prévention. Sans que cette prise de conscience ne soit invoquée pour intervenir chaque fois que le mot « sida » est prononcé, elle devrait nous inviter à étudier les limites de notre relatif non-interventionnisme dans le débat public autour de questions socialement et médiatiquement sensibles comme l’installation de distributeurs de préservatifs dans les écoles ou la campagne publicitaire Benetton.

La récolte des données

  • 12 Cette enquête a été réalisée par le CES en collaboration avec le Departement Politieke en Sociale (...)

47Dans nos différents travaux sur les comportements sexuels de la population et ses réactions au risque du sida, nous avons eu recours à diverses méthodes de recherche : entretiens semi-directifs, analyse secondaire des données, méthodes d’analyse en groupe, enquête par questionnaire... De toutes ces méthodes, c’est certainement l’enquête par questionnaire, telle qu’elle a été mise en œuvre dans l’enquête nationale que nous avons menée sur les « Comportements sexuels et attitudes face au risque du sida » de la population, qui, spontanément, soulève le plus de questions d’ordre éthique12. Nous souhaitons évoquer ici quelques-uns des problèmes spécifiques qui sont apparus, d’une part, dans la phase de construction du questionnaire de cette enquête et, d’autre part, dans celle de son administration.

La construction du questionnaire

48Le thème de la méthodologie du questionnaire de l’enquête sur les « Comportements sexuels et attitudes face au risque du sida » mériterait à lui seul un article. Ici, nous nous limiterons à pointer brièvement les principes fondamentaux qui nous ont guidés lors de la formulation et de la sélection des questions.

  • 13 Le principe du « filtre » est que les questions posées à une personne dépendent en grande partie d (...)

49En Belgique, il n’y a pas de tradition d’enquête sur un sujet tel que celui de la sexualité et du sida. De ce fait, les normes sociales en matière de sexualité restent mal connues, ce qui accroît la difficulté de construire un questionnaire portant sur les comportements sexuels et réactions face au risque du sida qui, en même temps, soit recevable par une large majorité de la population. Le risque de choquer les mentalités en matière sexuelle est d’autant plus grand que celles-ci relèvent de la sphère privée. Pour sortir de cette indétermination, les chercheurs établirent deux principes qui furent appliqués de façon stricte. Le premier consista à ne retenir une question que si un lien entre celle-ci et une hypothèse relative à la prévention du sida était établi. Autrement dit, la totalité des questions retenues s’insère dans un jeu d’hypothèses portant sur la prévention du sida. Le second principe fut celui de la transparence vis-à-vis des personnes interrogées ; avant l’interview, chaque personne sélectionnée reçut une lettre lui annonçant l’enquête et son objet, ainsi que la possibilité d’appeler un numéro de téléphone vert pour tout renseignement sur l’enquête. À partir de là, il devint plus facile aux enquêteurs d’expliquer la présence de certaines questions a priori indiscrètes. La satisfaction de participer à une enquête d’utilité publique fut d’ailleurs souvent citée comme motif d’acceptation de l’enquête. Ceci ne nous dispensait cependant pas de chercher à formuler chaque question de la façon la plus adaptée possible. Une multitude de « filtres » permettait également à l’enquêteur de ne poser que les questions qui correspondaient le mieux à la situation de l’interviewé13 et réduisait ainsi le niveau d’« imposition de problématique » inhérent à toute enquête (Bourdieu, 1993 : 906). En définitive, parmi les personnes qui acceptèrent de participer à l’enquête (77 % de la population), 11,2 % seulement estimèrent que certaines questions étaient choquantes ou déplaisantes, ce qui, généralement, ne les empêcha pas de poursuivre l’entretien jusqu’au bout. Les abandons n’ont constitué que quelques unités.

Le terrain et les enquêteurs

  • 14 Cet échantillon a été constitué de manière aléatoire à partir du Registre national (ce qui a néces (...)

50Notre enquête a été réalisée par téléphone du 31 mars au 30 juin 1993 auprès de 3733 personnes issues d’un échantillon de la population (belge et étrangère) résidant en Belgique et âgée de 15 à 59 ans14.

51Durant toute la phase de recueil de données, les chercheurs ont supervisé les enquêteurs. Ils répondaient à leurs questions, vérifiaient la qualité de leur travail et prenaient note des remarques faites par les répondants et les enquêteurs afin de cerner les faiblesses et les difficultés du questionnaire. Cette supervision permanente ainsi que les deux « debriefings » organisés pour les enquêteurs nous ont permis de relever, notamment, deux difficultés majeures.

  • 15 Le questionnaire débutait par deux questions où le répondant était amené à évaluer sa connaissance (...)

52Il s’agissait tout d’abord de la difficulté pour les enquêteurs à ne pas intervenir auprès du répondant lorsque celui-ci montrait une mauvaise connaissance du sida. Les enquêteurs ont plusieurs fois exprimé leur désarroi face aux répondants évaluant leur information sur le sida plutôt ou tout à fait suffisante15, alors qu’objectivement cette information se révélait, au fil de l’interview, tout à fait insuffisante. Les enquêteurs ont aussi manifesté leur malaise face à des répondants en proie au doute qui leur demandaient d’évaluer leur connaissance du sida.

53Ensuite, les enquêteurs évoquèrent également leur difficulté à gérer des entretiens devenus sensibles en raison de la situation spécifique de certains répondants. On peut citer les exemples suivants.

  • Un jeune homme qui paraît ne guère avoir entendu parler de sexualité et pour qui les questions de l’enquête semblent ouvrir de nouveaux horizons. L’enquêteur se demande si ce jeune pourra trouver des relais au cas où cette enquête le laisserait avec des angoisses ou des interrogations.
  • Une mère dont les deux enfants, hémophiles, sont malades du sida. Bien que la répondante manifeste une grande compréhension vis-à-vis de l’étude, l’enquêteur éprouve un malaise au moment de poser les questions relatives aux attitudes de discrimination à l’égard des personnes séropositives.
  • Une femme dont le mari vient de mourir d’un cancer. L’enquêteur n’arrive pas à argumenter pour dire en quoi l’étude sur le sida est importante.
  • Des femmes ayant vécu un avortement, un viol ou une relation incestueuse, et qui ont beaucoup de difficulté à l’exprimer. Les enquêteurs ont l’impression de réveiller des moments pénibles et de laisser les personnes seules avec leurs problèmes une fois l’entretien terminé.

54Les enquêteurs expliquent leur malaise face aux deux difficultés majeures rapportées ici par la double contrainte que représente, d’une part, la responsabilité dont ils se sentent investis vis-à-vis des enquêtés et, d’autre part, le rôle que les chercheurs leur demandent d’assumer. Pour les chercheurs, ce que l’enquêteur doit viser, c’est une « neutralité maximale » dans la mesure où, même si chaque entretien est différent, le travail d’analyse des données se fonde sur l’hypothèse d’une comparabilité des données recueillies, ce qui implique que la part spécifique introduite par chaque enquêteur doit être aussi réduite que possible. Dans cette perspective, le rôle des enquêteurs consiste essentiellement à créer un contexte favorable à l’enquête en expliquant son intérêt, à poser les questions en s’assurant qu’elles sont bien comprises et à enregistrer les réponses le plus fidèlement possible.

55Dans certaines situations, les enquêteurs se retrouvent dès lors tiraillés entre leur désir de nouer une relation plus « personnalisée » avec les répondants et leur envie de rencontrer les attentes des chercheurs. Lorsque l’échange déborde, que les répondants sortent des catégories de réponses pré-construites, qu’ils se mettent à interroger à leur tour, qu’ils recherchent un confident..., les enquêteurs ne peuvent accepter d’être assimilés à des « robots » — un enquêteur utilisait lui-même ce terme — et sont alors tentés de privilégier la relation individuelle.

56Autoriser les enquêteurs à s’écarter de la visée de neutralité, à sortir de leur rôle, équivaut à accepter qu’ils puissent introduire un biais rendant toute comparaison des informations rassemblées pratiquement impossible. Mais en même temps, est-il possible de laisser les enquêteurs face à leur malaise ? Et par exemple, comment gérer leur envie de faire de la prévention ? Si la responsabilité vis-à-vis des répondants dont se sentent investis les enquêteurs est reconnue comme légitime, comment faire la balance entre ce respect dû aux répondants et les objectifs de recherche qui consistent à dresser le tableau des connaissances et des modes d’adaptation de la population au risque du sida, afin de pouvoir à terme proposer des pistes de prévention ? Comment trancher entre ce qui pourrait apparaître comme un intérêt particulier —l’enquêté par rapport auquel un enquêteur a des scrupules — et un intérêt collectif — la prévention du sida au niveau de la société globale — ?

57Les deux types de problèmes présentés ci-dessus ont reçu des réponses distinctes.

58En ce qui concerne le problème de la méconnaissance du sida et des demandes d’évaluation des réponses données, l’attitude recommandée par les chercheurs s’est fondée sur l’hypothèse d’une possibilité de différer la réponse des enquêteurs aux enquêtés. Au moment où les enquêteurs posent des questions dont la fonction principale est de mesurer un degré de connaissance, toute intervention immédiate de leur part visant à corriger ou à renforcer l’information transmise influence automatiquement les répondants qui sont alors, dans certains cas, tentés d’apporter des réponses inverses à celles qu’ils auraient données spontanément. La consigne donnée par les chercheurs visait à éviter toute prise de position des enquêteurs susceptible d’entraîner une modification des réponses, et ce, pendant toute la durée de l’entretien. Par contre, en fin d’interview, les enquêteurs qui le désiraient étaient invités à souligner l’importance et la complexité des questions soulevées par les répondants, ils étaient encouragés à communiquer aux répondants le numéro de téléphone de Télé-accueil (Aids telefoon, pour les néerlandophones), où des écoutants formés à la problématique du sida pouvaient répondre à leurs questions. Cette formule nous a paru plus fiable que de laisser le soin aux enquêteurs de répondre eux-mêmes aux questions posées par les répondants, car malgré une formation préalable réalisée avec l’aide d’un médecin et abordant l’ensemble des questions posées par l’enquête, certains enquêteurs ont continué à manifester une certaine confusion sur l’un ou l’autre sujet.

59En donnant d’abord la priorité à la récolte de l’information plutôt qu’à la prévention vis-à-vis des répondants, les chercheurs ont privilégié le long terme par rapport au court terme et le collectif (visé par les campagnes de prévention) par rapport à l’individuel (l’information des répondants pris séparément). Ce choix a été facilité par le fait qu’il n’impliquait pas d’abandonner le second terme de l’alternative, et a été opéré sur base de l’hypothèse qui sous-tend l’ensemble des travaux du CES sur le sida et qui postule que la recherche sociologique peut apporter une contribution efficace à la prévention. Cette position nous engage donc à vérifier l’impact réel de nos travaux sur la prévention et à réfléchir à la transposition des résultats de recherche en propositions d’action.

60La gestion par les chercheurs du second type de problèmes a été plus complexe. Comme il apparaît à la lecture des exemples présentés ci-dessus, le problème provient d’abord du fait que l’enquête est susceptible de toucher les individus à un point extrêmement sensible de leur existence. Les enquêteurs, tout comme les chercheurs, ne connaissant pas les personnes qu’ils interrogent n’ont que peu de moyens pour prévoir ces zones sensibles. Une prise en compte standardisée de celles-ci restera donc toujours partielle et difficile. Dans notre cas, les réponses apportées à ce problème furent multiples. La première passait par la gestion de « filtres », déjà mentionnée plus haut. Cette formule ne résout cependant pas tous les problèmes. Il arrive qu’une information importante soit donnée par un enquêté en dehors du cadre d’une question posée par l’enquêteur. Par exemple, aucune question ne portait sur le viol ou l’inceste ; à aucun moment il n’était demandé si les personnes interrogées avaient perdu un être cher ou si elles étaient séropositives ou malades du sida. Une telle information émerge sans qu’il soit possible de le prévoir ; elle peut tout aussi bien ne pas être communiquée. Face à ces situations possibles, voire probables, mais jamais prévisibles quant à leur divulgation, deux modes de gestion supplémentaires étaient prévus. D’une part, en ce qui concerne la possibilité d’interroger des personnes séropositives, il avait été décidé de passer certaines questions sous silence si les enquêteurs savaient avoir affaire à des personnes séropositives ou malades du sida. D’autre part, lors de la formation préalable des enquêteurs, les chercheurs avaient attiré leur attention sur l’éventualité d’entretiens délicats. Il avait, notamment, été précisé qu’une enquête pouvait être écourtée par les enquêteurs s’ils se rendaient compte qu’ils troublaient fortement une personne qui, par exemple, aurait eu à parler de son premier partenaire alors que celui-ci aurait été son père ; l’enquête portant sur le sida, et non sur l’inceste, la perte d’une telle interview n’était pas très dommageable. Cependant, les chercheurs avaient insisté sur le caractère exceptionnel que devait revêtir cette mesure. Elle ne pouvait en aucun cas, devenir, une échappatoire un peu facile pour les enquêtes complexes ou moins agréables à mener. En définitive, seules quelques situations délicates se sont présentées en dehors des dispositifs qui viennent d’être mentionnés. Ces cas résiduels et imprévisibles, pour lesquels toute gestion standardisée était impossible, furent gérés par les enquêteurs au cas par cas et avec l’aide des superviseurs lorsqu’ils étaient disponibles.

61Dans ces situations exceptionnelles, le malaise des enquêteurs est sans aucun doute lié au double sentiment de responsabilité évoqué plus haut, mais aussi à un sentiment de respect pour les répondants et d’impuissance face à un questionnaire qui place les personnes auxquelles ils s’adressent dans une situation qu’ils jugent humainement difficile. Assumant un rôle de médiateur entre chercheurs et répondants, ils n’ont pas la maîtrise totale nécessaire pour gérer ce type de situation. En effet, malgré la formation donnée à tous les enquêteurs, qui comportait, entre autres, une explication de l’ensemble du questionnaire et de l’utilité de chacune des questions posées, la réflexion théorique sous-tendant chaque question pouvait difficilement être explicitée dans toute sa complexité. Les enquêteurs ne saisissent donc pas toujours tout à fait le pourquoi des questions qu’ils posent et, dès lors, n’ont pas en main tous les éléments qui leur permettraient de décider s’ils continuent l’enquête, s’ils passent certaines questions pour reprendre le questionnaire plus loin (avec toutes les difficultés techniques que cela entraîne), etc. Cependant, si l’on sait, comme de nombreuses expériences l’ont montré, que certains enquêteurs très bien informés sont parfois tentés d’« améliorer » le dispositif d’enquête de leur propre initiative, on comprend qu’une formation plus poussée ne résoudrait pas nécessairement ce problème. Quant à la possibilité de faire effectuer les interviews par les chercheurs eux-mêmes, elle semble peu praticable quand on sait que notre enquête a représenté près de 6000 heures de travail pour les enquêteurs et que la réalisation d’une telle enquête dans un laps de temps limité est imposée par l’évolution constante de l’objet d’étude.

L’utilisation des données d’enquête

62Comme le signalent B. Spencer et ses collaborateurs (1993 : 73), la responsabilité des chercheurs quant à l’utilisation des résultats d’enquête constitue un débat éthique important au sein du monde scientifique. En ce qui concerne l’enquête sur les « Comportements sexuels et attitudes face au risque du sida », cette responsabilité est d’autant plus grande que son objectif principal est de produire des connaissances qui aideront la prévention du sida. Cet objectif, qui est aussi la justification première de ce type d’enquête, engage les chercheurs à s’intéresser aux retombées de leurs travaux. Cette obligation éthique est cependant complexe à mettre en œuvre, dans la mesure où les chercheurs ont peu de prise sur l’ensemble du processus de diffusion de l’information qui va des publications scientifiques aux articles de vulgarisation, en passant par l’utilisation des résultats de recherche par les acteurs en charge de la prévention ; ils ne contrôlent, très généralement, que le début de la chaîne de diffusion.

63Au niveau de l’information produite par les chercheurs eux-mêmes, certains principes, assez largement admis mais trop peu mis en pratique, peuvent servir de points de référence. La communauté des chercheurs est unanime pour insister sur la nécessité de préciser clairement la limite des résultats produits. Ce principe implique un ensemble de mesures concrètes : préciser la population étudiée et la méthodologie utilisée ; indiquer les marges d’erreurs lorsque l’on présente des résultats chiffrés, surtout si les écarts observés ne sont pas significatifs ; veiller à l’interprétation qui peut être faite des résultats ; ne pas diffuser des résultats bruts laissés à la seule appréciation du lecteur ;... Dans le cadre de notre enquête, prenant ce principe très au sérieux et conscients du fait que des résultats n’ont de sens qu’en fonction de la manière dont ils ont été produits, nous avons organisé une conférence de presse uniquement consacrée à l’explication de la méthodologie de l’enquête. Il s’agissait, avant de transmettre les premiers résultats chiffrés — dont nous savions qu’ils feraient l’objet d’une large diffusion —, de « désensationnaliser » le sujet pour que les richesses et les limites de l’étude ne soient pas masquées par quelques données plus « médiatisables ».

64De nombreux chercheurs pensent également qu’il est de leur devoir de contrôler autant que faire se peut la dérive normative qui peut résulter de la diffusion des résultats. Ceci ne signifie sans doute pas que ces chercheurs croient à la possibilité d’un effet normatif nul. La plupart des chercheurs en sciences humaines qui traitent du sida, par exemple, n’ignorent pas qu’ils interfèrent sur la morale sexuelle du temps, ne serait-ce que parce qu’ils livrent une parole, et pas n’importe laquelle, sur la sexualité. Ainsi, les chercheurs français (Spencer et al., 71), insistent sur « la représentation “déformée” de la sexualité » que peut induire ce type d’enquête, la plupart des questionnaires étant construits en fonction des connaissances actuelles de la transmission du VIH par voie sexuelle, alors que « d’une part l’acte sexuel n’est qu’une des manifestations de la sexualité et que, d’autre part, la transmission potentielle du virus n’est qu’un effet secondaire de l’acte sexuel ». De ce point de vue, l’enquête belge est davantage centrée sur la problématique du sida que l’enquête française qui reste plus une enquête sur la sexualité des français. En conséquence, le danger de participer à la réinterprétation de la morale sexuelle à la lumière du seul danger de contamination par le virus du sida est peut-être encore plus grand dans l’enquête belge. Une certaine vigilance s’impose donc et sa nécessité se fait sentir à chaque intervention des chercheurs. Elle commence avec la décision de distinguer nettement l’analyse et les recommandations, afin de ne pas mélanger observation et prise de position.

65Si la question des retombées des travaux des chercheurs se pose dès la publication de leurs résultats, elle prend une tournure plus complexe encore à partir du moment où l’on prend en compte les publications secondaires, c’est-à-dire les articles scientifiques ou de vulgarisation écrits par d’autres à partir des textes publiés par les chercheurs. Une fois leurs résultats du domaine public, les chercheurs ne contrôlent plus guère la chaîne de leur diffusion. En ce domaine, en ce qui concerne le CES, nous n’avons pas de réponse idéale, mais seulement des pratiques qui se cherchent. Il s’agira d’un engagement à participer personnellement à la vulgarisation des résultats, d’une collaboration à des groupes chargés de définir les axes de la prévention, d’une contribution à des discussions éthiques... Mais toutes ces pistes n’éliminent pas les débordements, et c’est pourquoi une réflexion plus fondamentale sur les options normatives des chercheurs reste nécessaire.

III. De la normativité plurale...

66Pour conclure, nous voudrions discuter un thème-clé par rapport aux recherches menées au Centre d’études sociologiques, celui de la normativité plurale.

67Dans la plupart des cas, le travail de recherche n’a de sens qu’en liaison avec une action politique, sociale... Il en découle que la recherche s’inscrit de facto dans une perspective politique et éthique. En ce qui concerne nos recherches relatives au sida, c’est notamment la politique de prévention qui est en jeu. Le CES n’a jamais été poussé à (sommé de) définir ses choix de prévention, mais il ne peut ignorer que ses analyses sont et seront utilisées par des organismes dont la fonction est de faire de la prévention. Cela l’a amené, au contact de divers interlocuteurs, à préciser ses options. C’est dans ce cadre qu’est née la notion de « normativité plurale ».

68Pour l’équipe de recherche, la notion de « normativité plurale » a joué le rôle de référent spongieux. Poreuse et molle, cette référence a permis de gérer, tant de façon explicite qu’implicite, un ensemble de situations dans lesquelles l’implication politique et éthique de l’équipe ne pouvait être niée sans que celle-ci n’ait à opter collectivement pour une position tranchée qui l’aurait placée dans un camp plutôt qu’un autre (les promoteurs du préservatif ou ceux de la fidélité conjugale par exemple).

69Aujourd’hui cette notion et par là même la position à laquelle elle renvoie nous semble devoir être interrogée, le but n’étant pas de modifier à tout prix un point de vue qui serait devenu intenable, mais de visibiliser les implicites et de donner une place aux interrogations laissées sans réponse par une telle position.

70Le seul texte produit par les membres du CES qui traite de la normativité plurale (Peto et al., 1992 : 202-203) en dit ceci :

  • 16 Nous soulignons.

71« le travail présenté ici [le travail de recherche sur les modes d’adaptation au risque du SIDA dans les relations hétérosexuelles] n’a de sens que fondé sur la croyance qu’une prévention du SIDA peut et doit être mise en œuvre et que, dans cette visée, il est légitime et nécessaire de parler plus ouvertement de la sexualité. Il s’inscrit également dans ce qu’on pourrait considérer comme une perspective de normativité plurale selon laquelle il faut accepter, ne fût-ce que pour des raisons de réalisme mais aussi pour des raisons éthiques, une diversité de stratégies préventives et de modes de gestion du risque16. On a beau clamer sans répit les vertus de l’amour exclusif, cela ne règlera en rien le problème de la gestion du risque dans la multitude des relations sexuelles qui se déroulent et continueront de se dérouler dans une autre visée. On peut être convaincu que la lutte contre le SIDA passe par la promotion du préservatif, il faut savoir qu’un certain nombre de personnes, dans un certain nombre de situations, ne l’utiliseront sans doute jamais pour une série de raisons (...). »

72La suite du texte ne traite plus de la normativité plurale au sens strict, mais renvoie néanmoins à la position éthique des auteurs et mérite, à ce titre, d’être reprise ici.

73« Mais le pluralisme a lui-même ses limites. Comment, par exemple, mettre le préservatif à la disposition des élèves d’une école en respectant la volonté des parents qui ne veulent pas en entendre parler pour leurs enfants ? Et à quelles volontés faut-il passer outre ? C’est dire que l’espace éthique n’est pas donné et demande à être sans cesse redéfini dans le débat démocratique au fur et à mesure des défis nouveaux. (...)

74Le problème éthique posé par le SIDA ne peut, selon nous, trouver de solutions pratiques satisfaisantes que si l’on s’interroge non seulement sur les principes à respecter mais aussi et peut-être surtout sur les méthodes de concertation et de décision collectives à partir desquelles ces principes peuvent être définis. La prévention du SIDA est un problème trop grave pour être confié aux seuls scientifiques, ni même aux responsables politiques et de la prévention. Contre la raison technocratique aujourd’hui dominante où les experts (...) s’arrogent le droit de décider quasiment seuls en faisant l’impasse sur le débat politique, philosophique et éthique, doit s’instaurer ici une dynamique de confrontation entre les divers niveaux de qualification, autant par souci d’efficacité lié à la gravité du problème que par principe.

75Très concrètement, (...) cela signifie que la discussion sur les hypothèses de changement de comportement et sur les stratégies de prévention (...) devrait impliquer, dans un processus de « coopération conflictuelle », des chercheurs (armés des ressources conceptuelles et empiriques relevant de leurs disciplines) et des responsables de la prévention (armés des ressources institutionnelles) mais aussi, lorsque c’est possible et pertinent, des animateurs des associations (armés des ressources de la communication directe), des témoins privilégiés (armés de l’information sur la manière dont les problèmes sont vécus « sur le terrain ») et des personnes directement concernées (... armées finalement de l’essentiel). En associant ces différentes catégories d’intervenants dans la conception des stratégies, l’objectif est de conjuguer, dans un processus dialectique, un maximum de rigueur analytique, le réalisme politique, la responsabilité éthique, l’expérience pratique et déjà, dans une certaine mesure, la mobilisation effective des énergies. »

76Quels sont les postulats implicites ou explicites qui sous-tendent la position dite de « normativité plurale » ? Quelles sont les questions laissées ouvertes ? Quelles sont les limites de la « normativité plurale » ?

771. Le premier postulat sous-jacent à la position de normativité plurale consiste en une prise de position favorable à la prévention : « il faut accepter (...) une diversité de stratégies préventives ».

78Sans nous appesantir sur les cas-limites que constituent le meurtre et le suicide par sida interposé — en ce qui concerne ces deux cas de figure, il ne nous semble pas qu’un consensus interne au CES soit bien difficile à obtenir —, il importe de remarquer que la position inhérente à la normativité plurale est en contradiction avec celle qui, voyant un danger plus grand dans le développement d’une prévention tous azimuts que dans le risque de contamination par le VIH, en viendrait à nier la nécessité même de prévention. Selon ce point de vue, la vie n’est-elle pas alors privilégiée par rapport au sens de la vie ? Ne participe-t-on pas à cette promotion de la vie et de la santé comme valeurs suprêmes de notre civilisation ? Si c’est le cas, cette position doit-elle aller à l’encontre de la volonté des individus qu’il faut protéger malgré eux, au risque d’en faire des suspects ou des irresponsables ?

79Nous ne pensons pas que les réponses à ces questions puissent être déduites des passages qui précèdent ou alors elles devraient être nuancées dans le sens où elles semblent devoir dépendre dans une large mesure des processus de concertation et de décision collectifs.

802. Dans les passages repris ci-dessus, la normativité plurale semble être tout à la fois une « obligation » (« il faut accepter », « il faut savoir »...) interne au centre de recherche et une « obligation » sociétale puisqu’il est question de la prévention. La reconnaissance de la nécessité d’une diversité des stratégies préventives s’imposerait aux chercheurs, mais pas seulement à ceux-ci.

81N’y aurait-il pas là deux niveaux à distinguer plus nettement ?

82Si la position de normativité plurale s’adresse aux seuls chercheurs, cela ne signifie-t-il pas que nous pensons pouvoir nous confiner dans notre rôle de chercheur ? Et cependant à certains moments, nous choisissons — choix éthique s’il en est— d’intervenir dans le champ de la prévention, par exemple, en fournissant des moyens d’auto-intelligibilité aux acteurs.

83Si la position de normativité plurale s’adresse aussi à la politique de prévention, il convient en ce domaine de souligner ses limites spécifiques.

  • La prévention peut-elle être autre chose que normative ? Ne donne-telle pas toujours des pistes... de comportements, et en ce sens tout acte de prévention n’est-il pas « normativement centré » ?
  • La position de normativité plurale appliquée au registre de la prévention ne laisse-t-elle pas croire un peu facilement que tout est possible en même temps ? De ce point de vue, se posent les questions tant des compatibilités logiques que des possibilités matérielles (et notamment l’aspect matériel, économique des politiques). L’installation de distributeurs de préservatifs ou la banalisation du préservatif, par exemple, peuvent avoir des effets contre-performants par rapport à d’autres options de prévention (aspect logique). Financièrement, il n’est sans doute pas possible de tout faire en même temps (aspect matériel).
  • Du point de vue de la prévention, ne court-on pas le risque de laisser croire en la capacité de tout individu à s’orienter dans un contexte de pluralité normative ? Sans doute le contexte de pluralité normative est-il le contexte général de notre société. Comme le souligne J. Ladrière (cité par Delchambre et al., 1991 :25), « la sphère des valeurs n’est plus intégrée à partir d’un corps de principes reconnus au moins théoriquement par la très grande majorité des acteurs sociaux. Plusieurs référentiels de valeurs coexistent, même au niveau le plus fondamental ». La plupart des individus semblent se mouvoir dans cette société sans trop de difficulté. Et cependant, ne peut-on malgré tout faire l’hypothèse que cette diversité normative est à la base de l’inadaptation sociale de certains groupes plus fragiles ? Ne faudrait-il pas, dès lors, imaginer des stratégies spécifiques qui tiendraient mieux compte de ceux-ci, quitte à abandonner ici un peu de ce qui pourrait être lu comme une volonté de « non interventionnisme normatif » ? Il s’agirait de tirer les conséquences de l’inégalité des individus dans leur rapport au savoir et de mettre en place des mécanismes qui protègent les plus démunis.

843. Dans la position éthique définie ci-dessus, les méthodes de concertation, de discussion et de décision collectives occupent une place centrale. « Dynamique de confrontation », « coopération conflictuelle », « processus dialectique » devraient notamment permettre de satisfaire aux exigences éthiques les plus élevées.

85Sans parler des problèmes de rapport de force au sein des groupes à constituer, cette position ne repose-t-elle pas sur l’hypothèse implicite que la mise en commun, sur le mode conflictuel ou non, est nécessairement salutaire (bénéfique, positive, pertinente...). Le fait que la position éthique soit issue d’un débat contradictoire ne lui garantit en rien une plus grande « pertinence ». Le garde-fou procédural, ne suffit pas à justifier l’option retenue. Certes, il est essentiel de souligner l’importance des processus menant aux décisions. Cependant, n’y a-t-il pas à éviter que la normativité plurale n’évolue vers une éthique procédurale ? Ce risque est d’autant plus réel que l’on rejoindrait, par là, une évolution plus globale de notre société : « Le consensus qui est nécessaire pour que puisse fonctionner un système démocratique est en grande partie devenu un consensus formel, qui porte sur des règles de procédure, des formes de gestion, des méthodes de résolution des conflits, plutôt que sur des valeurs substantives, reconnues comme principes régulateurs supérieurs des institutions » (Ladrière, cité par Delchambre et al., 1991 : 25). Sans doute notre pratique quotidienne (cf. nos participations à divers débats et groupes de travail autour des axes de prévention à développer) se veut-elle éloignée d’une position de repli sur l’option strictement procédurale, mais cela souligne avec d’autant plus de force encore la nécessité de poursuivre une réflexion sur l’éthique des chercheurs. Dans cette optique, il convient peut-être de donner plus de poids aux choix axiologiques qui émaillent les passages cités, mais qui n’apparaissent qu’au second plan, qu’il s’agisse de la prise de position en faveur d’une parole plus libre sur la sexualité ou de la préférence marquée pour les formules de débats ouverts plutôt que pour des gestions technocratiques ou autoritaires.

86On remarque encore que la procédure esquissée plus haut reste floue quant aux passages du débat d’idées au choix d’une proposition éthique d’abord, de cette option à son opérationalisation ensuite ; en un mot, les rapports entre l’éthique et le politique restent à préciser.

  • 17 Cf. son chapitre dans le présent ouvrage.

87En définitive, un certain nombre de questions posées ici resteront sans doute sans réponse pendant un certain temps encore. On pourrait s’en excuser tout en soulignant que puisque l’éthique est une intention plus qu’un contenu, une visée plus qu’un champ, cet état non-résolu est inhérent à la démarche entreprise. De façon plus terre à terre, les réflexions développées ci-dessus ont été pour nous l’occasion d’interroger un référentiel majeur de notre travail quotidien au sein du centre de recherche, refusant de le considérer comme allant de soi. Il s’agissait « de prendre du recul pour mieux comprendre ce qui est en cause », préoccupation qui est au cœur de la démarche sociologique et qui rencontre une exigence, qu’avec J.-L. Genard17 nous qualifierons d’éthique. De façon plus spécifique, si, avec Jean Remy, nous pensons que le pluralisme n’en nécessite pas moins un consensus sur les questions sur lesquelles il est légitime d’être en désaccord, le travail critique auquel nous venons de nous livrer devrait nous permettre de prendre conscience de la mesure de notre adhésion à la position de normativité plurale.

Bibliographie

Bibliographie

- BOURDIEU P. (1933), La misère du monde, Paris, Seuil.

- DELCHAMBRE J.-P. & VAN CAMPENHOUDT L. (dir.) (1991), Les transformations du contexte socio-culturel et normatif de l’école, Rapport pour la Fondation Roi Baudouin, Bruxelles, Centre d’études sociologiques, Facultés universitaires Saint-Louis.

- DUCLOS D. (1989), La peur et le savoir. La société face à la science, la technique et leurs dangers, Paris, Éditions de la découverte.

- GRMEK M.D. (1989), Histoire du sida. Début et origine d’une pandémie actuelle, Paris, Payot.

- HUBERT M. & MARQUET J. (coordinateurs), DELCHAMBRE J.-P., PETOD., SCHAUT C., VAN CAMPENHOUDT L. (1993), Comportements sexuels et réactions au risque du sida en Belgique, Bruxelles, Centre d’études sociologiques, Facultés universitaires Saint-Louis.

- INSTITUT D’HYGIÈNE ET D’ÉPIDÉMIOLOGIE (1994), Le sida en Belgique. Situation au 31 mars 1994, Bruxelles, Rapport trimestriel no 35.

- LADRIÈRE J. (1977), Les enjeux de la rationalité. Le défi de la science et de la technologie aux cultures, Paris, Aubier-Montaigne/Unesco.

- LECLERC B. (1987), « Le discours éthique dans une société technicienne : les défis de la communication », in Actes du colloque « L’éthique à venir : une question de sagesse ? une question d’expertise ? », tenu les 29, 30 et 31 octobre 1986 à l’Université du Québec à Rimouski, Québec, Les Éditions du Groupe de recherche Éthos, pp. 353-359.

- LOPEZ M.-L. (1977), Handicaps sociaux et centres d’accueil, Thèse de doctorat en sociologie, Louvain-la-Neuve, Facultés des Sciences Économiques, Politiques et Sociales, U.C.L.

- O.M.S. : Programme mondial de lutte contre le sida (1993), La pandémie mondiale du VIH/SIDA : situation actuelle, Genève, 1er juillet 1993.

- PELLETIER G. (1987), « Pour une approche scientifique à l’éthicologie : la praxéologie », in Actes du colloque « L’éthique à venir : une question de sagesse ? une question d’expertise ? », tenu les 29, 30 et 31 octobre 1986 à l’Université du Québec à Rimouski, Québec, Les Éditions du Groupe de recherche Éthos, pp. 237-254.

- PETO D, REMY J., VAN CAMPENHOUDT L., HUBERT M. (1992), L’amour face à la peur. Modes d’adaptation au risque du sida dans les relations hétérosexuelles, Paris, L’Harmattan.

- PRIGOGINE I. & STENGERS I. (1979), La Nouvelle Alliance. Métamorphose de la science, Paris, Gallimard/N.E.F.

- SPENCER B, SZTALRYD J.-M., BAJOS N., SPIRA A. (1993), « Aspects éthiques », in SPIRA A. & BAJOS N. et le groupe ACSF, Les comportements sexuels en France, Paris, La Documentation Française, p. 70-75.

Notes

1 « L’éthique à venir : une question de sagesse ? une question d’expertise ? » fut d’abord un colloque tenu à l’Université du Québec à Rimouski les 29, 30 et 31 octobre 1986. C’est aussi le titre des actes du colloque publiés en 1987 aux Éditions du Groupe de recherche Éthos, Université du Québec à Rimouski, Québec, Canada, 492 p.

2 Cette réflexion pose la question de la distinction entre morale et éthique. Pour notre part, nous entendons par « morale » l’ensemble de codes et de règles qui régissent les conduites humaines, individuelles et collectives. Le terme « éthique » est utilisé pour faire référence à une réflexion critique, antérieure au stade de la codification ; elle est essentiellement interrogative et porte sur une option à prendre, sur des principes d’action à déterminer. Il n’y a pas de domaine de l’éthique. L’éthique est projet ; on parlera, en ce sens, de visée éthique ou d’intention éthique.

3 Le succès actuel de certains leaders populistes pourrait s’expliquer pour partie par leur capacité à dépasser ce niveau de la pure gestion.

4 Nous parlons ici de techno-science pour désigner cette alliance systématique entre la volonté de transformer le monde et celle de le comprendre, étudiée par Il y a Prigogine et Isabelle Stengers (1979) et également soulignée par Jean Ladrière (197 : 28) lorsqu’il écrit : « étroitement associée à un pouvoir sur les choses, et sur l’homme lui-même, (...) elle [la science] apparaît liée à la technologie au point d’en être indiscernable ».

5 Pelletier (1987 : 237) définit l’éthique conséquentialiste comme l’« interprétation qui accepte de considérer les effets ou les conséquences d’une action comme déterminant a posteriori le caractère bon ou mauvais de cette action » et l’éthique déontique ou a priori comme étant « indépendante des effets de l’action ».

6 Que l’on pense ici au succès des « livres de recettes en tous genres » : épanouissement sexuel, éducation des enfants, gestion du stress,... Ce qui prime ici est à chaque fois la fin ; les réflexions axiologiques sur les actes pour y parvenir sont généralement ignorées.

7 De façon exemplative mais très concrète, comment accepter de participer à une enquête relative aux comportements sexuels si cette information peut être rassemblée dans un fichier central ?

8 Le scientifique n’est pas le dernier à partager cette représentation des choses et bien, souvent, il est persuadé que l’exploration du monde à laquelle il se livre reste imperméable à sa subjectivité. Raison/morale, rationnel/irrationnel, infaillible/faillible, modélisable/résidu irréductible, objet de science/part maudite, objectif/subjectif, fiable/imprévisible, expertise/sagesse..., voilà autant d’oppositions qui, par glissements successifs, sont fréquemment présentées comme synonymes et qui renvoient à cette idée que l’objectivation du monde est affaire de raison.

9 47.244 Américains moururent au combat, 10.466 d’accident ou de maladie, sans compter les 750.000 victimes vietnamiennes.

10 Les derniers chiffres communiqués par l’Institut national de statistique (INS) portent sur l’année 1988.

11 En raison de biais dans la notification, on estime qu’alors que plus de 50 % des cas notifiés de sida l’ont été dans les pays développés, en réalité, environ 80 % des cas se concentrent dans le tiers monde.

12 Cette enquête a été réalisée par le CES en collaboration avec le Departement Politieke en Sociale Wetenschappen de l’Universitaire Instelling Antwerpen (UIA). Voir, pour le premier rapport de recherche, Hubert & Marquet, 1993.
La réalisation de cette enquête a été rendue possible grâce au concours de plusieurs institutions : le Fonds de la recherche scientifique médicale (FRSM) dans le cadre du Programme national de recherche sur le sida, le Fonds national de la recherche scientifique (FNRS), la Commission des Communautés Européennes (CCE-DG V) et la Région de Bruxelles-Capitale. En outre, l'Institut d’hygiène et d’épidémiologie (IHE) et l'Agence prévention sida (APS) ont apporté leur collaboration à la réalisation du pré-test de cette enquête (novembre-décembre 1992).

13 Le principe du « filtre » est que les questions posées à une personne dépendent en grande partie de ses réponses aux questions précédentes. Les filtres permettent de ne pas poser de questions inutiles. Près de 80 % des questions de notre questionnaire étaient filtrées.

14 Cet échantillon a été constitué de manière aléatoire à partir du Registre national (ce qui a nécessité l’autorisation du Ministre de l’Intérieur et de chaque commune concernée) qui est la base de sondage la plus complète et la plus à jour des personnes domiciliées en Belgique. Le principe de l’échantillon aléatoire, contrairement à l’échantillon par quotas souvent utilisé dans les sondages, est qu’il donne à chaque individu la même chance d’être tiré au sort. Il est le seul type d’échantillon à fournir la base scientifique voulue pour l’extrapolation des résultats.
L’enquête pouvait se dérouler soit en français, soit en néerlandais. Seules les personnes ayant une connaissance suffisante de l’une de ces deux langues étaient invitées à répondre à l’enquête.

15 Le questionnaire débutait par deux questions où le répondant était amené à évaluer sa connaissance au sujet du sida : « Concernant la manière dont se transmet le virus du sida, estimez-vous que votre information est tout à fait suffisante, plutôt suffisante, plutôt insuffisante, tout à fait insuffisante ? » ; « Et concernant les moyens de se protéger du virus du sida, estimez-vous que votre information est tout à fait suffisante, plutôt suffisante, plutôt insuffisante, tout à fait insuffisante ? ».

16 Nous soulignons.

17 Cf. son chapitre dans le présent ouvrage.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540