Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Variations sur l’éthique

 | 
Hélène Ackermans

III. Sciences humaines

L’éthique de la psychanalyse. Réflexions sur la position de la question éthique de Freud à Lacan

Jean Florence

Texte intégral

« L’incapacité de tout dire n’est pas une maladie, c’est « la » maladie, qui produit d’autres maladies : apparemment on est malade de l’estomac, du cœur, de l’intestin, en réalité, on est malade de la langue. La langue est le rapport qui est en réalité malade. Comme la langue est un rapport, la maladie est épidémique. Nous vivons plongés dans la maladie et transmettons la maladie qu’on appelle l’homme. Plus l’homme devient homme et se différencie de l’animal, plus son mal devient grave. »
Fernando CAMON, La maladie humaine.

1Comment la psychanalyse s’inscrit-elle dans notre longue tradition qui soutient, depuis ses plus hauts commencements, la question éthique ? Question que je me risque à traduire, de façon outrancièrement simplifiée, comme le rapport, pour les hommes, de leur praxis et de leur théorie avec l’idée d’un Bien, souverain, et la réalité, irréductible, du Mal.

2Mon propos est seulement, en cette circonstance, de suggérer en quelques traits le mode caractéristique et tout à fait particulier selon lequel la psychanalyse, ici résolument ramenée à Freud et à Lacan, entre dans le vif de cette question à vrai dire fort impressionnante.

3J’évoquerai pour commencer un certain parallélisme dans l’abord de cette dimension éthique chez l’un et l’autre.

  • 1 Un des tout premiers écrits de FREUD situe dans l’expérience du premier cri du nourrisson ce qui v (...)

4Chez Freud, pour commencer. Si l’on s’en tient à des textes qui manifestent très vigoureusement leur manière de formuler le problème, on ne peut manquer d’être frappé par ce fait : c’est à partir de la souffrance névrotique et de la déréliction psychotique que, par exemple, dans la Morale sexuelle civilisée et la nervosité moderne (1907) ou les Trois essais sur la théorie sexuelle (1904) ou les Contributions à la psychologie de la vie amoureuse, (1910, 1912, 1918) Freud prend la mesure de l’ampleur quasiment surhumaine du conflit fondamental qui soude et déchire le lien des hommes et des femmes à la civilisation. Totem et tabou (1912) ira jusqu’à sonder dans les origines des sociétés elles-mêmes et de la toute première société humaine hypothétiquement reconstruite, le foyer initial de ce lien insécable entre le désir et l’interdit. Freud est allé de l’action thérapeutique à une vaste interrogation éthique et métapsychologique. La relation au bien, au bienêtre, au plaisir, au bonheur est pour les hommes foncièrement paradoxale, travaillée en son fond par une double contrainte : celle du principe de plaisir, redoublé et comme mis en abîme par l’au-delà du principe de plaisir (pulsion de mort), et celle du principe de réalité. A la réalité, le sujet est introduit par le prochain1, qui se présente à la fois comme semblable, support des identifications, et comme Autre, opaque et insondable. C’est l’autre qui prescrit ou signifie quelques voies d’accès à la vie, au monde, à la culture.

  • 2 Voir notre essai : La psychanalyse comme psychothérapie, in J. FLORENCE, A. VERGOTE, et altri, Psy (...)

5La psychanalyse, méthode d’investigation psychologique et méthode de traitement, s’invente dans l’entrecroisement subtil des initiatives de Breuer, de Freud et des personnes souffrant d’hystérie ou de neurasthénie2. Elle s’instaure comme un traitement par la parole de ce qui s’offre, de prime abord, comme souffrance insensée pour le sujet et symptôme irréductible, intraitable par la médecine. Les tâtonnements, les avancées, les errances de l’hypnose, de la suggestion, de l’abréaction cathartique, contribuent à mettre en place un dispositif singulier qui, au fond, sert à rendre possible, soutenable, et productive, une écoute des plaintes névrotiques, dépressives, angoissées. L’usage rigoureux des associations libres implique certes un engagement personnel particulier des partenaires, disposés en principe — et en éthique, oserai-je dire — à recevoir, à admettre sans condamnation logique ou morale, les représentants surprenants de la vie inconsciente. Ces représentants sont à la fois des idées, des impressions, des fantaisies, des impulsions et des mouvements d’approche et d’opposition, de lien et de refus, d’avidité et de retenue, d’amour et de haine que la parole instaure nécessairement et auxquels Freud donne le nom de transferts.

6Cette attention à la dimension symbolique des symptômes et du transfert, à la réalité psychique des rêves, des fantasmes et des constructions délirantes, conduit le « mal » à se transformer : au gré des péripéties de la cure, le rapport du sujet à sa maladie se modifie et s’élargit, irrésistiblement, dans un questionnement inattendu sur les réalités de sa vie, de sa généalogie, de ses légendes, de ses oublis, de ses mensonges, de ses liens, de ses amours, de ses haines...

7Une disposition nouvelle envers la demande initialement médicalisée, pathologisée ou psychologisée, une écoute ouverte aux plaintes, accablements, accusations de soi ou des autres, métamorphosent la représentation subjective, les attentes, les espoirs de comprendre ou de guérir tels qu’ils s’étaient formés en commençant. Et la souffrance, morale, sociale, corporelle se module, s’allège, dans la recherche plus active d’un autre mode de vivre et d’un rapport moins complaisant au malheur.

  • 3 S. FREUD : Traitement psychique (Seelebehandlung) (1890). in Résultats, idées, problèmes, Paris, P (...)

8Pourtant l’analyste a dû apprendre, non sans quelque mal, à ne rien proposer au sujet qui constitue une solution pratique à ses problèmes de vie : il n’a pas à sa portée le pouvoir de promettre une guérison. Il prend la responsabilité qu’un travail s’opère, malgré qu’il soit obscur, pénible, détourné : sa représentation de but de ce « traitement de l’âme par elle-même »3 est que le type original de parole et de lien analytiques ne peut qu’amener des remaniements de l’agir et des représentations du bien et du mal, de la maladie et de la santé, du bonheur et du malheur. C’est donc un mode d’action original que de rendre la rencontre productrice de ces effets de mutation subjective : action dite thérapeutique — encore que l’on s’aperçoit que le concept en est sérieusement revisité — et, par conséquent, c’est une éthique spécifique que soutient l’analyste : avec ce paradoxe que cette éthique n’est pas la dictée d’une morale élaborée au nom d’une normalité de convention ou d’idéaux personnels.

9La psychanalyse entre donc dans la dimension éthique parce qu’elle se définit d’emblée comme action thérapeutique : mais c’est aussitôt non pas pour prêcher un mode freudien de vie (on voit mal ce que cela pourrait être !) mais pour mener un sujet à ses possibilités les plus intimes de prendre à son compte son agir moral et social, en l’engageant à suivre au plus près les défilés de sa propre parole.

10Cependant, la psychanalyse n’en est pas restée là. Enseignée par les réalités humaines que remue et dévoile la cure, éveillée à s’approcher, avec le sujet, de sa vérité intimement ignorée, la psychanalyse a forcément débouché sur une perspective plus large et plus ambitieuse que celle que l’on pourrait croire confinée à la dite « psychopathologie ».

11Car justement, le propre de la souffrance psychique est de se soustraire au modèle d’objectivation et d’explication médicales, même si par quelque côté, demeure le fol et secret espoir que la réalité humaine enfin s’explique...

  • 4 Telle est l’expression de l’écrivain Fernando Camon, cité en exergue de cet essai : La maladie hum (...)

12Même si un symptôme est parfois délimité, localisé, dès que le sujet se met à en parler, il est comme emporté bien au-delà des schèmes diagnostiques et des causalités objectivables. Le pathologique lui-même est dépassé et l’analyse, qui met en présence un analysant et un analyste et non un patient-malade et un agent-médecin, l’analyse, dis-je, conduit au cœur de l’existence et la maladie mentale rejoint ce que le poète appelle la « maladie humaine »4.

  • 5 Jacques SCHOTTE, Notes pour rouvrir un dialogue sur la psychanalyse, pratique et science humaine c (...)

13Telle apparaît alors la dimension proprement éthique à laquelle se trouve entée l’action psychanalytique (à deux acteurs) : la dimension universelle où se pose la question du sens d’une vie et du sens de l’agir. C’est sur ce seuil que s’arrête le travail analytique. La tradition morale s’occupe du vouloir et de l’accord de l’action avec le bien qu’il vise, selon la raison. Cette réalité morale, le propre de la psychanalyse est de la prendre par le biais, très humble au fond, de ce qu’après von Weiszäcker et J. Schotte5, j’appelle le rapport pathique des hommes à l’existence — le pathique étant inclusif des potentialités de souffrance et de santé, l’une éclairant l’autre sur sa structure et son sens. La psychanalyse prête attention à ce qui fait obstacle au vouloir, à ce qui le divise, elle prend au sérieux les contradictions, les paradoxes, les avancées et les reculs, d’un sujet curieux de sa vérité et effrayé de la connaître. C’est en effet de façon clinique qu’elle écoute les aléas et les échecs, le pathos si l’on veut, du rapport d’un être à ses origines réelles et fantasmées, à sa langue ou à ses langues, à son prochain, à Dieu, à sa destinée. L’impuissance, la compulsion de répétition, la culpabilité morbide, le refus de guérir, de vieillir, de vivre (et de mourir ?) qui attachent le psychanalyste à cette « part maudite », cette part insensée, cette part folle ou refoulée, sont ce qui confère cette tonalité obscure et cette forme rébarbative à son discours. Indéfectiblement, c’est de cette place d’écoute et d’entendement qu’il a à témoigner quand il parle en psychanalyste.

14Le discours de la psychanalyse témoigne ainsi de ces rapports inaperçus ou censurés, inquiétants ou méconnus qui se nouent entre les réalités inconscientes et la réalité commune, encore que, dans l’aperception de ces rapports et dès son commencement, elle ait trouvé en bien des écrivains, moralistes ou penseurs des maîtres inégalés. Elle ne peut éviter d’être partie prenante dans le concert grandiose du discours de l’éthique. Elle n’a pourtant aucune vocation à former une nouvelle vision du monde, même si l’instaurer comme idéologie peut tenter quelque psychanalyste à certains moments de détresse mégalomaniaque...

  • 6 Comme Freud, Lacan est parti d’une expérience clinique et singulièrement, de celle de psychiatre. (...)

15Lacan, plus engagé que Freud ne le fut dans le débat avec les philosophes, les théologiens et les moralistes, a été plus explicite sur les choix que le psychanalyste ne pouvait manquer de faire au regard de certaines doctrines ou idéologies scientifiques prêtes à servir de nouveau modèle rédempteur6. On sait que toute son action fut de dénoncer les tentations de la psychanalyse à s’aligner sur le mode de penser pragmatiste (l’American Way of Life), à la prévenir contre la tendance à l’utilitarisme, au biologisme, au psychologisme. Il n’est pas lui-même sans manifester quelque sympathie tantôt pour les stoïciens, tantôt pour les mystiques, les tragiques, tantôt pour les poètes maudits ou le surréalisme. Mais cette participation au débat des idées du temps relève d’un devoir intellectuel : il n’y a là nulle prescription morale.

16Quand le psychanalyste s’engage à parler de ce que lui dictent les réalités qu’il rencontre au titre de psychanalyste, alors, dit Lacan, il peut faire entendre sa propre partie dans la grande musique du discours éthique. Mais c’est une voix sans doute dysharmonieuse, peu audible encore que têtue et obstinée, un peu à la manière, dit-il, d’une basse continue dans un ensemble musical.

17L’analyste ne peut s’empêcher de se formuler quelque ligne de conduite — et de se laisser amener à avouer l’un ou l’autre idéal qu’il partagerait avec ses contemporains dans la mêlée humaine.

  • 7 Voir notre critique de la conception de Thomas Szasz dans son Ethique de la psychanalyse (trad. fr (...)
  • 8 Cfr. J. LACAN, op. cit., p. 17-19.

18L’idéal le plus résolu que poursuivait Freud était celui de la science, de la rationalité et de la communicabilité intellectuelle. Il n’est pas exagéré de dire que chez Lacan, sans doute, existait le même idéal de science, mais certainement inspiré de tous autres paradigmes : chez le premier dominaient le modèle épistémologique du positivisme et la référence à la biologie ; chez le second, le modèle linguistique structuraliste et la logique. Mais l’un et l’autre ont dû reconnaître que la fidélité au réel de leur pratique embarrasserait fondamentalement la quête de cet idéal scientifique. S’en tenir au respect de ce qui constitue l’être parlant confronté à son désir oblige à soutenir une série de paradoxes. Les analystes ont proposé, non sans donner écho à des conceptions philosophiques ambiantes, d’autres idéaux pour guider leur action. Lacan en relève trois : l’authenticité (thème initialement sartrien et heideggerien), l’autonomie (thème kantien mais également lié à l’idéologie libérale7) et la maturation instinctuelle8.

19Comme théorie de l’inconscient et du lien des hommes à la culture, la psychanalyse est travaillée par des antinomies irréductibles qui la rendent non univoque en son discours et non situable dans la claire géométrie des territoires scientifiques et des pratiques thérapeutiques.

20Voici quelques antinomies remarquables qui permettent de saisir le caractère problématique de la psychanalyse comme pratique et comme théorie.

  • 9 Selon l’heureuse expression choisie par Michel Foucault pour caractériser l’essor des sciences de (...)
  • 10 Voir S. FREUD, L’intérêt de la psychanalyse (1913), texte présenté, traduit et commenté par Paul-L (...)

211. La foncière « volonté de savoir »9 qui meut Freud ou Lacan, dont témoignent pour chacun leur extraordinaire culture et leur curiosité sans borne, les a poussés à donner quelque forme à une ambition, pour l’un, de mettre la psychanalyse au carrefour des sciences de la nature et des sciences de l’esprit (que l’on songe à l’étonnant programme de l’article de Freud : « L’intérêt de la psychanalyse »10 pour les sciences) ou, pour Lacan, à sa volonté de donner présence universitaire à la psychanalyse.

22Or cette volonté de savoir se doit, en vertu de son objet même et de sa pratique, de faire accueil au refus de savoir, à cette incroyable contre-volonté qui hante tout sujet, névrosé, artiste, savant ou psychanalyste.

  • 11 L’affirmation des pouvoirs inouïs ou méconnus de la parole sur la vie du sujet est l’argument du d (...)

232. La psychanalyse est une pratique de l’interprétation qui s’effectue non pas au moyen d’une clé symbolique, ni sur la foi d’un savoir archétypal, mais au nom de la parole du sujet dont elle recueille l’énoncé et l’énonciation singulière dans leurs tours, leurs tropes, leurs ruses, leurs contradictions, leurs sous-entendus, leurs silences. Elle est tout entière vouée au dire, tout entière confiante aux « pouvoirs de la parole »11.

24Pourtant, dans le moment même de cette obéissance au dire, elle se heurte aux pouvoirs de l’irreprésentable, au réel, à « l’impossible à dire », à l’absence obsédante de la Chose que ne peut qu’indéfiniment contourner la menée du signifiant, sans qu’il y ait jamais de mot dernier ou de maître mot.

253. Fidèle jusqu’à l’obstination à rendre compte de la réalité humaine — trop humaine — sans exclure ce que l’humain engendre de folie, de perversité, de démesure, la psychanalyse montre les grandeurs et les misères de la sexualité, l’horreur de la castration, les destins des pulsions, les avatars de la vie amoureuse des enfants, des femmes, des hommes.

26Mais le désir humain demeure désir : inobjectivable, inexplicable, énigmatique. Si Lacan a conduit plus avant que Freud la question de la différenciation sexuelle, de la signification de la castration imaginaire, de la cruauté du Surmoi, aucune explication à trouver en ce discours. La psychanalyse ne sera jamais, toute pansexualiste qu’on puisse la croire, une sexologie ni une technique de réussite sexuelle.

  • 12 Qu’on se reporte à la synthèse récente de Paul-Laurent ASSOUN, Freud et les sciences sociales, Par (...)

274. La passion pour les origines a tenaillé le fondateur de la psychanalyse, insatiable fut son vœu de reconstituer l’enfance de l’humanité, la préhistoire des sociétés, la généalogie de la culture, de la religion et du droit12. Cependant il fut contraint pour rendre compte de ses hypothèses de leur trouver un langage : il n’a pu formuler qu’un récit mythique que surplombe la figure spectrale du père primitif.

28Lacan, poursuivi par le même défi de penser l’émergence du sujet à l’être et à la culture, a eu pour recours, au rebours de l’évolutionnisme freudien, les ressorts de la logique du signifiant, et de la topologie.

  • 13 On se référera pour mesurer l’importance de ce dernier écrit à l’étude de Yosef Hayim YERUSHALMI, (...)

295. Enfin, faisant le choix de l’athéisme, par résolution personnelle et par méthode, Freud s’est imposé comme obligation impérieuse l’analyse de la croyance, des rituels et de l’attitude religieuse dans ses aspects individuels et collectifs. Et sa vie s’achève sur un écrit, paradoxal pour un Juif incroyant : Moïse et la religion monothéiste13.

  • 14 D’après Elisabeth ROUDENISCO, Jacques Lacan. Esquisse d’une vie, histoire d’un système de pensée, (...)

30Lacan, d’un athéisme fomenté sur le refus d’un milieu catholique traditionnel14, a marqué un respect inconditionnel pour les réalités de la foi. Ici même, invité par Monseigneur Van Camp en mars 1960, tandis qu’il consacrait son séminaire annuel de Paris à l’éthique de la psychanalyse, il n’est pas venu plaider pour la thérapeutique psychanalytique mais montrer l’articulation de ses questions les plus vives avec celles de la tradition biblique et théologique : l’expérience des grands mystiques, le sens du péché, l’énigmatique « Mort de Dieu » dont notre temps est malade et les relations du sujet au désir de l’Autre, au Réel, et au profond lien de la jouissance avec la Loi.

  • 15 Un regard sur l’état actuel de la question éthique : Alain BADIOU, L’éthique. Essai sur la conscie (...)

31Pour conclure, il convient de montrer sur une question pratique la manière dont la psychanalyse, de la place qui est la sienne et que j’ai cherché à définir, éclaire la relation de l’homme contemporain à l’éthique15.

  • 1 Question suggérée par Henri DECLÈVE, lors du débat qui a suivi l’exposé du 20.04.1994.
  • 16 Freud a consacré un chapitre essentiel à cette question dans ses Leçons d’introduction à la psycha (...)

32Cette question1 est celle du sens du symptôme16.

33Le propre de l’abord psychanalytique de la souffrance psychique, souffrance qui peut elle-même prendre des allures psychosomatiques extrêmement variées, est de la prendre comme étant portée par un sujet, comme ayant du sens. Or ce sens n’est pas d’emblée perceptible, il n’est nullement évident, ni pour le sujet en souffrance ni pour l’analyste à qui ce sujet s’adresse. Mais il est capital que l’on en veuille le déchiffrement : c’est ce que rendent possible et l’interprétation et le transfert.

  • 17 Umberto ECO, Sémiotique et langage philosophique, Paris, PUF, 1988, p. 191-238.

34Le sens d’un symptôme c’est donc de constituer une sorte de message qui attend d’être déchiffré : cela suppose une attitude d’accueil et une disposition à l’entendre comme tel. Cette disposition pourrait être rapprochée de ce que Umberto Eco appelle le mode symbolique17. La règle fondamentale de l’analyse, où se cristallise son éthique, consiste pour l’analysant et pour l’analyste de faire jouer toutes les potentialités du dispositif symbolique. Le symptôme est comme saisi à l’intérieur d’un contexte qui n’est pas celui d’une objectivation — ce que l’on attend précisément de l’attitude médicale, soutenue par tout l’appareil de la médecine scientifique et de ses techniques d’intervention — mais, osons le mot, d’une subjectivation. Le symptôme est l’œuvre de processus symboliques, il implique le sujet et l’autre et exige la parole pour être dénoué.

35Les conséquences de ce rapport nouveau au symptôme ont été d’une immense importance au sein de la pratique psychiatrique et psychothérapeutique depuis la naissance de la psychanalyse : on peut à bon droit penser que c’est en cela que réside réellement la dite « révolution psychanalytique » ou encore la « subversion freudienne ». Révolution et subversion qui, inévitablement, ont eu un retentissement ailleurs que dans le champ limité de la cure.

  • 18 Une importante discussion sur le rapport de Lacan avec la figure d’Antigone, de Sophocle, a été me (...)

36Cette découverte freudienne du rapport fondamental du sujet à un ordre inconscient, qui noue le réel, l’imaginaire et le symbolique, a donc une portée éthique générale. Elle marque de façon décisive la position du psychanalyste et dans son action pratique (ce que l’on appelle la technique psychanalytique) et dans ses représentations théoriques de la vie humaine. Mais, au-delà du psychanalyste et de l’éthique qui le voue aux pouvoirs de la parole, c’est la conception du sens de la maladie en général qui est nécessairement marquée. Et non seulement le sens de la maladie mais aussi de ce que le plus généralement on appelle le mal. C’est pour cela que l’on trouve tant chez Freud que chez Lacan cette exigence tenace de dialoguer avec les penseurs de toute la tradition éthique occidentale. Mais c’est avec les tragiques18, sans aucun doute, que ce dialogue fut le plus rigoureusement soutenu.

Notes

1 Un des tout premiers écrits de FREUD situe dans l’expérience du premier cri du nourrisson ce qui va constituer comme un noyau premier d’expérience éthique.
« L’organisme humain, à ses stades précoces, est incapable de provoquer l’action spécifique (capable d’arrêter momentanément la douloureuse tension intérieure liée à la montée d’un besoin vital) — celle-ci ne peut être réalisée qu’avec une aide extérieure et au moment où l’attention d’une personne bien au courant se porte sur l’état de l’enfant. Ce dernier l’a alertée, du fait d’une décharge se produisant sur la voie des changements internes (par les cris). La voie de décharge acquiert ainsi une fonction secondaire d’une extrême importance : celle de la compréhension mutuelle.
L’impuissance originelle de l’être humain devient ainsi la source première de tous les motifs moraux. »
S. FREUD. Esquisse d’une psychologie scientifique. (1895) in La naissance de la psychanalyse. Paris, PUF, 1956, p. 336.
Le Séminaire de Lacan de 1959-60, sur l’Ethique de la psychanalyse prend son appui sur ces premiers écrits de Freud concernant le rapport originel de l’enfant à sa mère qui s’y révèle dans sa double dimension de premier prochain secourable et de mystère dérobé à toute appréhension (das Ding). On lira le remarquable article de Monique Schneider sur la portée anthropologique du cri : Entre nature et culture, le cri. in Etudes freudiennes : Lacan lecteur de Freud, no°33, avril 1992, p. 243-275.

2 Voir notre essai : La psychanalyse comme psychothérapie, in J. FLORENCE, A. VERGOTE, et altri, Psychanalyse. L’homme et ses destins. Louvain, Paris, Peeters, 1933, p. 13 à 28, et A. VERGOTE : Guérir par la parole ?, ibidem, p. 29-48.

3 S. FREUD : Traitement psychique (Seelebehandlung) (1890). in Résultats, idées, problèmes, Paris, PUF, 1984.

4 Telle est l’expression de l’écrivain Fernando Camon, cité en exergue de cet essai : La maladie humaine, Paris, Gallimard, 1981, p. 163-164.
La différence entre l’abord médical et psychanalytique du symptôme a fait l’objet de nombreux essais. Voir, e.a., J. FLORENCE, Ethique de la psychanalyse, in Ouvertures psychanalytiques. Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint Louis, 1985, p. 247-332.
Plus récemment, Jean-Pierre LEBRUN, Eloge de la maladie Des possibles contributions de la psychanalyse à la médecine. Thèse d’Agrégation en médecine. Bruxelles, U.C.L., Faculté de médecine, Unité de psychologie médicale, 1993.

5 Jacques SCHOTTE, Notes pour rouvrir un dialogue sur la psychanalyse, pratique et science humaine clinique, in Dialogues en sciences humaines. Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint Louis, 1975, p. 96-126.

6 Comme Freud, Lacan est parti d’une expérience clinique et singulièrement, de celle de psychiatre. Sa thèse sur La paranoïa (1936) et l’article sur Les complexes familiaux (1939), Paris, Navarin, 1984 témoignent de son souci de situer les névroses et les psychoses dans le contexte des mutations de la vie sociale, des idéologies et, en particulier, en rapport avec le déclin de l’image du père.
Voir également J. LACAN, Ecrits, Paris, Seuil, Le Champ freudien, 1966.

7 Voir notre critique de la conception de Thomas Szasz dans son Ethique de la psychanalyse (trad. fr. Paris, Payot, 1975) dans notre étude : L’éthique de la psychanalyse et les psychothérapies, op. cit., p. 257 et suiv. Thomas Szasz va jusqu’à proposer de modifier le nom de psychanalyse et de le remplacer par celui de « psychothérapie autonome »...

8 Cfr. J. LACAN, op. cit., p. 17-19.

9 Selon l’heureuse expression choisie par Michel Foucault pour caractériser l’essor des sciences de l’homme depuis l’âge classique : Histoire de la sexualité, tome 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

10 Voir S. FREUD, L’intérêt de la psychanalyse (1913), texte présenté, traduit et commenté par Paul-Laurent Assoun, Paris, Retz, Les classiques des sciences humaines, 1980. Ce texte de Freud était destiné à la revue scientifique internationale Scientia et exprimait son désir de voir la psychanalyse s’insérer dans le champ du savoir. Il entendait y démontrer en quoi les découvertes qu’il avait faites pouvaient intéresser non seulement la psychologie mais également les sciences non psychologiques, à savoir, la science du langage, la philosophie, la biologie, l’histoire de l’évolution, l’histoire de la civilisation, l’esthétique, la sociologie et la pédagogie.

11 L’affirmation des pouvoirs inouïs ou méconnus de la parole sur la vie du sujet est l’argument du discours, tout à fait programmatique de tout ce qui sera son enseignement, discours que Lacan fit à Rome en 1953 : Fonction et champ de la parole et du langage en psychanalyse, in Ecrits, Paris, Seuil, Le Champ Freudien, 1966, p. 237-322.

12 Qu’on se reporte à la synthèse récente de Paul-Laurent ASSOUN, Freud et les sciences sociales, Paris, Armand Colin, Cursus, 1993.

13 On se référera pour mesurer l’importance de ce dernier écrit à l’étude de Yosef Hayim YERUSHALMI, Le Moïse de Freud. Judaïsme terminable et interminable, Paris, Gallimard, Essais, 1993.

14 D’après Elisabeth ROUDENISCO, Jacques Lacan. Esquisse d’une vie, histoire d’un système de pensée, Paris, Fayard, 1993. »

15 Un regard sur l’état actuel de la question éthique : Alain BADIOU, L’éthique. Essai sur la conscience du mal, Paris, Hatier, Optiques-Philosophie, 1993.

16 Freud a consacré un chapitre essentiel à cette question dans ses Leçons d’introduction à la psychanalyse (1916), Paris, Payot, 1962, 17ème leçon, p. 239-254.
Les développements de J. Lacan sur cette question sont exposés dans le recueil de son séminaire de 1975-1976, in Joyce avec Lacan, Paris, Navarin, Bibliothèque des Analytica, 1987.

17 Umberto ECO, Sémiotique et langage philosophique, Paris, PUF, 1988, p. 191-238.

18 Une importante discussion sur le rapport de Lacan avec la figure d’Antigone, de Sophocle, a été menée par Patrick GUYOMARD, La jouissance du tragique, Antigone, Lacan et le désir de l’analyste. Paris, Aubier, 1992. Débat renouvelé dans : L’inconscient, l’inceste et la dimension du tragique en psychanalyse. Actes des Journées des Etudes freudiennes, Etudes freudiennes, n° 35, printemps 1994.

Notes de fin

1 Question suggérée par Henri DECLÈVE, lors du débat qui a suivi l’exposé du 20.04.1994.

Auteur

Professeur ordinaire aux Facultés universitaires Saint-Louis et professeur à l’Université catholique de Louvain, L’éthique de la psychanalyse. Réflexions sur la position de la question éthique de Freud à Lacan.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540