Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Quatrième partie. Le bruit du monde et son silence

Chapitre XV. Les modes de visibilité de l’objet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

15.1 La lumière invisible de la pensée ressemblante

Ce que l’image montre, dans son intégrale visibilité, c’est la différence du monde « vu » par la pensée ressemblante. Celle-ci exige de « ne coïncider qu’avec ce qui la concerne », c’est-à-dire d’être indifférente au spectacle de l’objet possible et de s’identifier à l’impossible invisible de l’objet pensé. La visibilité de l’objet y intervient plusieurs fois. D’abord, au titre de la ressemblance pensée, qui trouve sa justesse dans l’ouverture au mystère du réel. Ensuite, au titre de l’image, qui trouve sa justesse dans le projet d’en réaliser une description visible. Enfin, au titre de l’objet lui-même, qui, bien qu’interrogé dans son invisible, continue d’être concerné.

L’objet imagé est simultanément l’invisible de l’objet concerné - c’est-à-dire le visible occulté par le spectacle de l’objet -, le visible qui apparaît à la lumière de la pensée ressemblante, et le visible qu’en montre la description picturale. L’image rend ainsi p...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540