Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Quatrième partie. Le bruit du monde et son silence

Chapitre XIV. L’autonomie du fragment et la pensée du double

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

14.1 Unification de différences

Le tableau « La Victoire » (1939) (59) montre, debout à l’avant-plan sur une plage sablonneuse ocrée, une porte démurée dont on ne voit que le chambranle et le battant entrouvert. Elle cache les espaces sur lesquels elle se détache - plage ocre, mer bleue intermédiaire et ciel gris-bleuté du fond. Mais elle adopte les colorations des deux espaces extrêmes, plage et ciel. En outre, dans l’étroite ouverture entre chambranle et battant entrouvert se faufile un nuage blanc, dont l’extrémité est cachée par le battant.140

La vision pure voit une porte dont la quasi-fermeture est métonymiquement intégrée dans une triple manière d'ouverture sur les espaces naturels qui l’entourent. D’abord, ouverture familière, par la béance de la porte entrouverte, sur les visibilités de la plage, de la mer et du ciel. Ouverture familière encore par la continuité matérielle de la plage, qui en bas traverse la porte. Enfin, ouvertures pensées, d’une part par le ciel matériel qu...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540