Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Quatrième partie. Le bruit du monde et son silence

Chapitre XIII. Le silence de l'hybride

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

pensée de possibilités qui ne nient pas l’impossible. C’est pourquoi pour Magritte la visibilité de la pensée poétique est autant dans le monde que dans l’image.

S’agissant indistinctement du monde familier, la différence rendue visible échappe autant au sens prévisible qu’à l’étrange imprévisible. L’insolite n’y est ni pour lui-même ni pour autre chose. Il y est par autre chose, par ce qui fonde l’image comme pensée lucide du monde, lumière d’une pensée authentique des choses. La bonne image magrittienne rend visible, avec précision et à l’endroit même de l’insolite, la justesse d’un monde pensé. Cette justesse est présente au cœur même de ce qui sans cette inspiration poétique resterait gratuité injustifiée. L’insolite fracture toute formation de sens, mais contribue simultanément à le ré-ajuster sur l’inconcevable de la pensée ressemblante.

L’image magrittienne est précise et poétique. Précision du monde mis en scène dans l’autonomie de l’image : exploration métonymique de l’imagé....

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540