Version classiqueVersion mobile

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Troisième partie. Métonymie présentative et métaphore poétique

Chapitre XII. La description imagée de la pensée de la visibilité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

12.1 L’identité du voir et du vu

Certaines images érigent au rang d'objet pensé la question de la visibilité elle-même. Ce sont les tableaux dont la mise en scène imagée porte sur la confrontation des multiples variantes fragmentées du visible : depuis l’objet et sa réplique jusqu’à l'objet par découpe vide, en passant par les innombrables figures intermédiaires que la pensée peut imager. Dans cette série, le tableau « La Décalcomanie » (1966) (41) représente un point d'aboutissement extrême.

Constatons d'abord que cette image sombrerait dans l’indifférence représentative si, enlevant le personnage de droite - y compris sa béance intérieure -, nous lui substituions le complément de tenture que sa présence imagée semble cacher. En effet, l'image montrerait alors l’évidence d’un visible coutumier, où l'on verrait, à l’avant-plan et vu de dos, un homme tourné vers le scénario d’une plage, d’une mer et d'un ciel, visibles à gauche, cachés à droite par l’écran d'une tenture. C’est donc bie...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search