Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Troisième partie. Métonymie présentative et métaphore poétique

Chapitre X. La raison langagière de la rhétorique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Rappelons que la question de la logique du dire exige une épuration préalable par rapport à toute incidence étrangère, dont celle, légale, des savoirs socialisés et de leurs baptêmes dénominatifs, usages cognitifs et onomastiques qui peuvent induire chez le locuteur la conviction que son dire est précédé par le mot et précédé par le sens. Cette conviction est une illusion due à une confusion des raisons. La croyance que le chat ou le chien préexistent dans le monde et que les mots « chat » et « chien » préexistent dans le dictionnaire est une vision naïve qui confond la question logique du dire langagier avec la question distincte des manières de dire telles que les instituent historiquement les usages en langues. Seul l’inter-locuteur - le personnage social -, s’il est réaliste, peut se croire précédé, non certes par du mot et du sens, mais par un usage dénominatif (dictionnaire) et cognitif (encyclopédie). Glossologiquement, mot et sens sont dans le langage. Le chat n’existe que d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540