Version classiqueVersion mobile

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Troisième partie. Métonymie présentative et métaphore poétique

Chapitre IX. Une rhétorique visuelle

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

9.1 Le point de vue des critiques

Il semble que la dimension rhétorique soit une question incontournable dans le cas de l’image magrittienne. La plupart des critiques y voient à l'œuvre des opérateurs rhétoriques, que certains n’hésitent pas à recenser. Magritte lui-même a parlé de ses recherches picturales en des termes qui trahissent sa conviction d’être un inventeur de figures de rhétorique visuelle.

Nous pensons que la question rhétorique constitue effectivement une question pertinente. Elle suscite néanmoins une série d’interrogations plus fondamentales qui méritent d’être éclaircies au préalable. En quel sens par exemple peut-on considérer que les descriptions visibles que réalisent les images magrittiennes ressortissent aussi à des procès qu’on peut qualifier de rhétoriques ? Que faut-il entendre par rhétorique ? Il est utile d’autre part de préciser dès à présent que c’est le concept magrittien de « vision pure » (ou « vision poétique ») qui se trouve ainsi placé au centre du ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search