Version classiqueVersion mobile

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Deuxième partie. Le cadre avec image et sans image

Chapitre VIII. L’objet et ses images

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

8.1 Les principes d’incertitude

Puisque l’image représentative équivaut au modèle au point de coïncider avec lui dans l'identité et dans l'unité, il faut passer à une autre conception de l'image, celle-là même que mettent déjà en œuvre les images dont il vient d'être question, et qui dénoncent l’illusion figurative. Magritte décrit la pensée même de cette conception nouvelle de l’image dans les tableaux que nous avons présentés au chapitre II. Sa figuration par le scénario du peintre peignant est réalisée dans « La Clairvoyance » (6) : image du peintre peignant, image de l’œuf-modèle, et image de l’image-copie du modèle (= image du tableau dans le tableau), qui est l’image... d’un oiseau (voir ci-dessus 3.1.). Le titre du tableau nomme ce que l’image donne à voir : la clairvoyance du peintre et du spectateur-qui-voit ! Mise en scène de l’inadéquation et donc de la non-pertinence du rapport copie/modèle. Visibilité de la pensée qui « clair(ement) voit » que l’image, au lieu de renvoye...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search