Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Deuxième partie. Le cadre avec image et sans image

Chapitre VII. Le cadre vide

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

7.1 L’absence-présence de l’image

Les contractions du visible

Ce qui est insoutenable dans « La Condition Humaine » (20), c’est la visibilité dans l’image de multiples indices dénonciateurs qui se contredisent. Tout y est tout. Ce qui est manifestement un tableau-image (C2) est par ailleurs simultanément, par identité et unité, vitre (V2) et objet-modèle (M2). Inversement, le paysage est également vitre et tableau-image. La vitre est tableau et modèle. Ainsi, le mystère reste entier, et la logique de l'image représentative aboutit à l’indistinction des distinctions qui la fondent.

Ajoutons que dans certaines variantes de « La Condition Humaine » ces ambiguïtés se compliquent encore par des confusions « horizontales ». Ainsi, dans la version de 1955, intitulée : « Les Promenades d’Euclide » (22), le paysage-modèle (M2) est une vue sur une ville, avec à l’avant-plan le sommet conique d'une tour et, vers la droite, le tracé en perspective d'une rue qui s’enfonce droit dans la ville. Le ta...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540