Version classiqueVersion mobile

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Première partie. Le cadre général

Chapitre IV. Langage et image poétique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

4.1 Donner toutes ses chances au mot

Nous nous trouvons ici à l'endroit précis où le discours glossologique rejoint la conception picturale de Magritte. En effet, l’image magrittienne met en scène cette fondamentale non-positivité du sémantisme langagier, l'impossibilité où nous sommes d’avoir sur le sens une prise « objective ». Non pas que le regard y soit confronté avec l’absence de sens. Au contraire, l'image étale le trop-plein des sens possibles, une surabondance telle de virtualités sémantiques et conceptuelles que le regard s’affole et se voit contraint de céder la place à ce que Magritte appelle la vision pure ou poétique.

Et nous n'insisterions pas à ce point sur la double épuration du concept de « langage », s’il n'apparaissait que Magritte s’emploie à dénoncer ces mêmes illusions, sur deux registres distincts : celui, technique, de la «fabrication » imagée d’objets à connaître ; et celui, langagier, d’une pensée explicative où le peintre tente de rendre intelligibles les e...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search