Version classiqueVersion mobile

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Première partie. Le cadre général

Chapitre III. La pensée imagée du langage

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

3.1 La double indifférence de la pensée poétique

L'image échappe non seulement à la matérialité de la toile, des produits colorants et du cadre, mais également à la logique représentative de l'image-copie. Elle n'est ni copie d'un modèle souverain extérieur, ni illustration ni expression d'une idée ou d'un sens. Autonome et intangible, elle doit être vue comme ne montrant que ce qu'elle montre. Seule compte la visibilité du monde mis en scène.

On peut d'ores et déjà noter que cette conception de l'image échappe à l'arbitraire - et même à l'arbitraire de l'incongru-, en ce sens précis que dans l'optique du peintre la visibilité imagée n'est pas quelconque, mais tout au contraire inspirée par ce qu'est penser le monde. C'est ce qui conduit Magritte à inaugurer et à pratiquer une image qui rende visible une pensée authentique du monde - appelée aussi pensée libre, poétique, inspirée ou ressemblante. Certes, Magritte n'exclut pas la représentation, mais elle n'est jamais la visée. Ce qui ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search