Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

René Magritte ou la pensée imagée de l’invisible

 | 
René-Marie Jongen

Première partie. Le cadre général

Chapitre I. La question du sens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

1.1 L’indifférence sémantique de la pensée

Notre intention est d'interroger l’œuvre du peintre René Magritte sous l'éclairage de la question du sens. Non pas que nous cherchions à dire le sens de ses images. Ce serait enfreindre l’interdit que Magritte a constamment prononcé sur son œuvre.

“On tente la plupart du temps de détruire les images que je peins en prétendant les “interpréter”. On “interprète” par exemple un nuage que je peins comme étant un cheval, une explosion atomique ou autre chose. Ou bien on y trouve “l’expression" d’un sentiment, signifiant ainsi que l’image ne présente aucun intérêt par elle-même et qu'il lui faut le secours d’une interprétation, d'une indigence qui fait le bonheur de “l'interprète”...” (1960) (EC 597-598)1

L’enjeu de l’œuvre magrittienne échappe au sens. Il se situe ailleurs, dans ce que le peintre lui-même appelle « un contact direct avec les choses » (EC 343), « une perception visuelle pure » (EC 276) ou encore « la description par la peinture de l...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540