Version classiqueVersion mobile

L’évidence du monde

 | 
Robert Brisart
, 
Raphaël Célis

Avant-propos

Robert Brisart et Raphaël Célis

Texte intégral

1Dans le numéro qu’en 1938 la Revue internationale de philosophie dédia à la mémoire de Husserl, décédé quelques mois plus tôt, Jean Héring, qui avait été son élève à l’Université de Göttingen, rapporte ces mots teintés d’ironie mais aussi de sérieux dans lesquels le maître s’adressait à son auditoire : « Nous sommes les vrais positivistes ». Le témoignage de Héring aurait de quoi surprendre et peut-être même pourrait-il passer pour suspect s’il n’était corroboré par un passage du § 20 des Ideen I où Husserl écrit : « Si par positivisme, on entend l’effort, absolument libre de préjugé, pour fonder toutes les sciences sur ce qui est positif, c’est-à-dire susceptible d’être saisi de façon originaire, c’est nous qui sommes les véritables positivistes. Nous ne laissons effectivement aucune autorité restreindre notre droit à reconnaître dans tous les types d’intuitions des sources de droit pour la connaissance dotées d’une égale dignité, pas même l’autorité des sciences modernes de la nature ».

2Sous la revendication positiviste de Husserl, on l’entend, ne s’annonce rien d’autre que le souci d’en revenir à l’expérience intuitive, celle sur fond de laquelle seulement connaître veut dire quelque chose. On n’ignore pas, à ce propos, la réelle fascination de Husserl pour l’œuvre de David Hume et son intérêt pour l’empirisme en général. Gaston Berger en fait d’ailleurs état dans le même numéro de la revue que nous citions en commençant. Mais est-ce à dire pour autant que Husserl soit humien et que la phénoménologie soit un empirisme ? Les choses, on le sait, sont bien loin d’être aussi simples. C’est Husserl en effet qui nous le montre tout au long de son œuvre, l’expérience ne saurait s’épuiser dans les matters of fact qu’est seulement en mesure de reconnaître l’empirisme sous l’emprise des préjugés théoriques qui sont les siens. Libérer le regard de tels préjugés, rendre libre l’expérience des restrictions que lui impose la prédétermination empiriste du voir, c’est là tout le travail de la phénoménologie depuis ses débuts. Ses résultats n’ont pas seulement abouti à nous réapprendre ce que voir veut dire, mais, dans la même mesure, ils nous ont aussi appris à rouvrir les yeux sur l’ampleur de ce qui est donné à voir, sur la consistance véritable du champ phénoménal. Heidegger lui-même, qui pourtant n’a jamais été très enclin à reconnaître ses dettes intellectuelles, en est un témoin d’autant plus précieux lorsqu’il dit dans une note du premier chapitre de Sein und Zeit : « Grâce à Husserl, nous avons réappris à comprendre le sens de la véritable empirie philosophique ». L’empirie, la méthode qui y donne accès en libérant le regard, ce sont là des thèmes structuraux de la phénoménologie. Mais ce sont aussi des topiques qui engagent le sens du phénomène et à propos desquelles la phénoménologie est depuis longtemps animée d’un débat interne.

3Ce recueil ne se soutient pas seulement de la volonté d’en faire état. A l’heure où le relativisme et le formalisme ambiants s’entendent, au plus fort de leur inanité, pour entamer le procès des vérités élémentaires dont nous assure notre relation primordiale au monde, les différentes études recueillies ici apparaîtront, chacune à leur niveau, comme autant d’illustrations d’un combat pour la rationalité phénoménologique.

4Nous exprimons notre plus vive reconnaissance aux collègues qui ont accepté d’y collaborer. Notre gratitude s’adresse tout autant à Laurent Van Eynde qui a bien voulu s’acquitter des multiples tâches que suscitaient la préparation et la mise au point de ce volume.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search