Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Entre ville et nature, les sites semi-naturels

 | 
François Ost
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Deuxième partie. Les sites semi-naturels bruxellois : usages et usagers

Conclusions

Texto completo

1Ces conclusions retirent les enseignements-clés que l’étude a dégagés pour s’attacher ensuite à la question de l’évolution des espaces semi-naturels en milieu urbain.

1. – Les enseignements-clés : les spécificités de l’espace semi-naturel

2Une des lectures sociales de l’espace semi-naturel les plus récurrentes est celle d’un espace-lisière, d’un espace d’entre-deux : ni tout à fait la ville, ni tout à fait la campagne, ni tout à fait nature sauvage, ni tout à fait construction humaine. Le fait que cet espace échappe aux classifications conventionnelles et n’entre dans aucune des catégories mentales attenantes à l’urbain ou au rural, lui confère un ensemble de richesses.

3Tout d’abord la richesse écologique : l’espace d’entre-deux, qu’il soit à la lisière de la forêt, sur les berges des étangs, sur les talus des chemins de fer, développe un univers écologique riche et diversifié. Cette diversité fait de l’espace semi-naturel une niche écologique dans l’espace urbain mais l’intègre aussi dans un maillage bien plus vaste. Ainsi, la Foresterie, aire de repos pour les oiseaux migrateurs fait partie d’un ensemble de lieux semblables tous situés dans un couloir de passage qui traverse l’est de la Région bruxelloise. Par ailleurs, cette diversité biologique se marque visuellement dans les espaces semi-naturels par l’aspect sauvage, désordonné, de la nature et l’éloigne du modèle du “parc urbain”.

4Cette perception encourage la construction d’un contenu symbolique fort. Lieu où la nature s’ouvre à l’homme et lui donne l’hospitalité, elle se dérobe cependant constamment à son entendement en obéissant à ses propres lois, en amplifiant ses ombres, en revendiquant le non-ordonné, l’opaque quand la ville se planifie et se donne à voir. Cette dimension symbolique acquiert d’autant plus de sens que l’espace semi-naturel est en ville. Interface entre la ville dominée par une symbolique de l’Histoire à la base de son existence et de son pouvoir et la campagne marquée, elle, par une symbolique cosmique liant les hommes aux rythmes des saisons, il attire le citadin parce que ses codes, ses points de repère n’appartiennent pas au monde de l’urbain et lui fait peur pour les mêmes raisons. C’est de ce jeu de sensations, d’attirance/répulsion que l’espace semi-naturel prend tous son sens dans la symbolique urbaine : lieu où l’on souffle, lieu des non-regards, des non-dits qui se chuchotent enfin, l’espace semi-naturel laisse respirer le citadin et permet à l’homme peut-être en fuite de se cacher ou de se faire peur à lui-même. C’est ce jeu complexe de miroir et de mise en abîme qui donne du sens à la fois à la ville mais aussi aux espaces semi-naturels qui auraient, à la campagne, un intérêt peut-être moins grand.

5Le statut d’espace-lisière dans ses dimensions biologiques et symboliques génère ainsi une pluralité d’usages qui lui confère sa richesse sociologique. Lieu du rendez-vous des paumés, des aventuriers, des receleurs, des braconniers, des docteurs en botanique, tout ce petit monde se côtoie dans l’espace semi-naturel. Lieu de production de sociabilités choisies, lieu d’histoires et de légendes, de la mémoire d’un quartier, l’espace peut à la fois servir de refuge mais aussi de terrain de revendication d’un nouvel art de vivre la ville et de la produire.

6Des usages sont en voie de disparition, certains se recréent, chargés de nouvelles perceptions et produits par de nouveaux usagers ; d’autres enfin, comme ceux liés à la sensibilisation de plus en plus grande aux questions écologiques, apparaissent et se chargent d’histoire. L’espace semi-naturel apparaît ainsi à la fois comme un terrain de re-création d’usages, de ré-inventions continuelles dans les pratiques et les rapports sociaux.

2. – L’évolution des espaces semi-naturels ?

  • 12 C'est le cas surtout pour le Scheutbos, le Kattebroeck, le Neerpede et le Kauwberg. Le Moeraske pe (...)
  • 13 On se situe ici au niveau des pratiques. Ceci veut dire que la perception que l'on a de ces espace (...)

7Si l’on replace l’évolution des espaces semi-naturels sur une ligne de temps, on constate, pour beaucoup d’entre eux12, le passage de ces espaces d’un statut d’espace rural générant des pratiques spécifiques (essentiellement agricoles, potagères et maraîchères) à un nouveau statut non encore établi parce qu’objet de conflits pour sa production. En tous les cas il sera urbain. Le Neerpede est le dernier site où s’affirment aussi nettement le caractère rural mais aussi l’émergence d’un nouveau statut. Dans les autres sites, le caractère rural, dans ses pratiques13 est déjà marginalisé.

8Cette évolution traduit aussi la fin d’une manière de produire et d’user de l’espace, la fin d’un monde basé sur l’enracinement et sur la permanence de sa reproduction. Elle s’accompagne d’un sentiment de dépossession dans le chef des anciens producteurs de l’espace en question et de l’émergence d’acteurs porteurs d’une nouvelle manière de produire de l’espace.

9La question de l’évolution de ces espaces en entraîne une autre préalable à toute réflexion : assiste-t-on à la fin d’une vision du monde à laquelle se raccroche une communauté passéiste au travers de la défense des espaces semi-naturels ou bien voit-on se reformuler, avec de nouvelles pratiques et de nouveaux acteurs, “autre chose” qui se place volontairement dans le champ de la production urbaine. On se place ici dans la seconde hypothèse. Avec de nouveaux acteurs, le site se revendique soit en tant qu’espace semi-naturel soit en tant que terrain de golf, terrain à bâtir...

10Ces nouvelles productions opèrent un changement d’échelle dans la perception de l’espace semi-naturel. Du micro-local, on passe au macro-régional où l’espace devient un lieu urbain intégré dans un réseau d’espaces publics contribuant à créer la ville, ses images et ses couleurs.

11Ces deux perceptions s’ancrent dans des modes d’appropriation basés tous deux sur le choix volontaire d’user de tel ou tel espace, mais le premier s’investit dans l’espace en question (mode d’implication élective) au contraire du second (mode d’instrumentalisation de l’espace abondant). Les acteurs, tenants de ces deux modes, sont en conflit pour le monopole de la production de l’espace. C’est autour d’eux que doit se jouer l’avenir des espaces semi-naturels.

  • 14 Nonobstant les usages qui risquent de s'éteindre spontanément.

12D’un côté, les associations de défense du site qui dotent l’espace d’un statut d’espace semi-naturel, négocient sa préservation, inventent de nouveaux modes d’appropriation basés, entre autres, sur l’idée patrimoniale et organisent de nouveaux usages. Cette façon de faire pourrait, à l’avenir, restreindre certains usages14 susceptibles de remettre en cause les équilibres écologiques, au nom de principes universalistes, de la conservation du patrimoine humain et du “maintien de l’avenir pour les générations futures”. Elle tend en tous les cas à cloisonner le champ de l’écologique du champ du social, et à faire prévaloir le premier parfois au détriment du second. Paradoxalement, cette restriction d’usages visant à maintenir les caractéristiques de l’espace semi-naturel remet en question ses spécificités mêmes et sa genèse puisqu’il n’existe que grâce aux activités humaines. Cependant, on l’a vu, toutes les associations de défense ne raisonnent pas ainsi, leur degré d’ouverture aux autres usages que ceux mis en place par eux varie selon leur manière de moduler et d’arbitrer ces deux types de richesse.

13De l’autre côté, les promoteurs immobiliers, les “managers” urbains et certaines communes tendent à faire entrer le site sur le marché des espaces, que ce soient des espaces verts, de loisir ou des terrains constructibles..., à le transformer en un espace consommable et reproductible à l’échelle urbaine.

14Quel est le poids de l’un et de l’autre ? Que penser de l’avenir de ces espaces ? En premier lieu, la sauvegarde de l’espace dans ses multiples richesses doit passer par sa sauvegarde comme espace semi-naturel. S’il reste sans statut et n’entre pas dans le champ des revendications et des productions urbaines, il y a fort à parier qu’il disparaîtra comme tel et sera affecté à d’autres fonctions. En effet, le statu-quo, situation illusoire par excellence, ne peut se maintenir dans une ville-Région aux ressources spatiales et financières limitées et qui recherche la meilleure affectation possible de son sol.

  • 15 Encore plus mais déjà dans les parcs s'amorce une gestion plus écologique de l'espace.

15En deuxième lieu, l’acquisition du statut d’espace semi-naturel risque, on l’a dit, de mettre en question des pratiques et usages jugés illicites et par là l’existence même de ces espaces dans leur diversité et dans leur richesse d’espace-lisière. Toute la question de l’avenir de ces espaces, si l’on estime qu’ils doivent être lus comme des espaces semi-naturels, s’organisera autour de ce paradoxe. Autrement dit, il faudra se demander comment gérer davantage un lieu sans se défaire des usages qui déterminent un rapport brut à la nature et qui ne trouvent actuellement plus de place que dans ces lieux. Le statut de réserve naturelle définissant, quant à lui un rapport policé, érudit à la nature ne va-t-il pas les freiner voire empêcher qu’ils aient lieu ? Peut-on à la fois raisonner ségrégation des usages visant à protéger la richesse biologique du site et maintien de l’espace semi-naturel comme espace-lisière ? L’avenir des espaces semi-naturels se trouve sans doute dans les équilibres à trouver entre la logique écologique et la logique sociale qui se trouvent en tension dans ce type d’espace. Or, ce dernier, qui se trouve à mi-chemin entre parc et réserve naturelle, ne doit-il pas être encore plus15 le lieu où s’ébauchent et s’élaborent de nouveaux modes de gestion et d’appropriation assez souples pour garantir la liberté des usages et préserver la diversité écologique ?

16Enfin, à un niveau plus politique et régional, il importe non plus de se poser la question de savoir si ces espaces sont urbains ou non mais bien de déterminer les critères de l’arbitrage à faire entre les différentes fonctions urbaines présentes et à venir dans ces espaces. Dans cette optique il est nécessaire, pour tous les acteurs (et principalement les associations) :

  • d’articuler dans la réflexion et l’action les différentes échelles du local au régional, replaçant ainsi l’espace semi-naturel dans la problématique de la nature en ville. Celle-ci serait pensée, dans ses différentes présences (de l’arbre d’alignement à la réserve naturelle), comme un réseau vert dans lequel s’intègre l’espace semi-naturel non plus perçu comme un îlot de nature mais comme un des maillons du réseau. Ceci suppose que les différents acteurs acceptent de penser en termes de développement urbain global remettant en question le statu-quo dans lequel se trouve le site à l’heure actuelle ;
  • de renforcer le site semi-naturel d’ans son aspect d’espace public devant servir à requalifier positivement le territoire urbain. Ceci suppose que l’appropriation sociale soit aussi large que possible ;
  • de penser aussi, en termes qualitatifs, l’importance de l’espace semi-naturel comme lieu ouvert et permissif. La richesse de tels usages, de tels lieux de mémoire et de création est difficilement quantifiable, surtout en regard des prix des mètres carrés de logements et de bureaux, mais elle ne peut être pour autant ignorée dans les différents débats urbains dont les sites sont l’enjeu aujourd’hui. Le rôle de la sociologie dans ces débats est ici de redonner du poids à l’inquantifiable et au non-dit qui structurent pourtant la vie quotidienne.
  • 16 Cf. Le rural et l'urbain : entre la coupure et la différence : la métamorphose des relations ville (...)

17Plus loin, on peut se demander si l’avenir des espaces semi-naturels et les enjeux qui se font jour ne sont pas traversés par une nouvelle lecture des rapports que la ville entretient avec la nature16.

18La ville s’est construite contre la campagne en la défrichant et en s’en protégeant. Pour cette dernière la ville était en même temps le lieu du pouvoir et du désordre. La ville se dotait d’histoire et de culture et lisait la campagne, lieu de la naturalité, comme an-historique et sauvage.

19Chaque modèle ne devait son existence qu’à celle de l’autre mais se déclinait sur le thème de la rupture et de la différenciation. Ils existaient aussi grâce à la permanence des croyances et à la sédentarité des hommes. L’éclatement physique de la ville, la dilution de la centralité urbaine et de ses attributs que la campagne a commencé à revendiquer pour elle-même, la ville à la campagne et la campagne à la ville remettent de plus en plus en cause la perception en opposition des deux modèles. La ville (aussi pour retenir et attirer des habitants) se cherche des natures et des respirations ailleurs que dans des espaces verts urbains monumentalisés et se vit comme autant de lieux où se joue la présence/absence de naturalité. Quant à la campagne, la nature y est domestiquée, plus docile, les engrais tendent à la museler, les lotissements à la gommer du paysage. Elle devient plus un environnement qu’une manière d’être au monde. La campagne se dote d’attributs urbains. Des entreprises viennent s’y installer. Alors qu’auparavant ces deux modèles n’existaient que par leur opposition on assiste à une recomposition de leur rapport autour d’un fond d’homogénéité. Celui-ci est basé sur une économie d’emprunts réciproques. Pour le citadin, la campagne devient l’objet de consommation urbaine (seconde résidence, promenades du dimanche...) ; pour l’habitant de la campagne, la ville devient un lieu pratiquement autant investi que l’habitation comme lieu de travail, de consommation. Cet entremêlement de pratiques n’empêche nullement la création de représentations et d’images basées sur des différences entre la ville et la campagne mais génère des familiarités respectives entre les deux modèles, de références réciproques qui favorisent la recherche de pratiques favorables à l’appropriation bien souvent simultanée de la ville et de la campagne.

20Dans ce cadre-là, l’espace semi-naturel acquiert une importance dans la trame urbaine. On ne parle plus de “terrain vague”, de moins en moins en tous les cas. Cet espace-lisière tend à devenir un lieu d’échange entre la ville et la campagne, entre le dur et le meuble, entre le bruit et le silence, entre le touffu et l’ordonné. Il permet au citadin d’opérer des “ruptures spatiales mentales” rapides d’autant plus efficaces qu’elles sont rares en ville, qu’on s’y attache et qu’on en use à peu de frais. En d’autres mots il permet d’être ailleurs sans être loin. Il est aussi un lieu d’échange parce qu’il favorise des expériences urbaines dans le champ de la production de nouveaux espaces mais aussi de nouveaux usages (la fonction pédagogique des sites pourrait, à cet égard, se révéler être un important champ de pratiques urbaines).

21L’espace semi-naturel pourrait ainsi devenir, à première vue paradoxalement, un des nouveaux terrains de la recomposition de l’espace public urbain autour du rapport en train de se ré-élaborer entre ville et nature, et se définir comme un attribut et un atout urbains.

22Cette étude exploratoire, quoiqu’elle laisse certaines questions ouvertes, marque la volonté de donner la parole aux gens, de les faire parler même de ce qui leur paraît anodin : “je n’ai rien à dire, je n’y connais rien”. Et pourtant, souvent, au-delà de la parole, au-delà ce qu’ils pensent ne pas dire ou ne pas devoir être dit, perçoit-on l’importance du quotidien. Finalement cette étude aura eu pour ambition de donner la parole aux gens, de les laisser parler de ce qu’ils vivent car, à travers le récit qu’ils font de leurs pratiques dans les sites, c’est bien souvent de leurs désirs, de leurs attentes et de leurs souffrances qu’ils parlent. Redonner la parole aux gens à propos de leurs usages c’est aussi réhabiliter une certaine lecture de la ville dans ce qu’elle est produite par des “petites gens” dans leurs faits et gestes de tous les jours et pas seulement par de grands projets urbains et par des responsables, des spécialistes, reconnus et habilités à parler de la ville et de ses usages légitimes.

Bibliografía

Bibliographie

1. – Sociologie générale et évolution du rapport homme-nature, perceptions et pratiques spatiales

Berque A., 1992, Ethique et esthétique de l’environnement : la lumière peut-elle venir d’Orient ?, in Actes du Colloque Ethique et spiritualité de l’environnement, Rabat.

Bourdin A., 1984, Le patrimoine réinventé, Paris, P.U.F., Collection Espace et Liberté.

Busino G., 1991, Du naturel et de l’artificiel dans les sciences sociales in Revue européenne des sciences sociales, Tome XXIX, no91, pp. 65-80.

Choay F., 1992, L’allégorie du patrimoine, Paris, Seuil.

Edelman B. et Hermitte. M-A„ 1988, L’homme, la nature et le droit, Paris.

Ferry L., 1992, Le nouvel ordre écologique, L’arbre, l’animal et l’homme, Paris, Grasset.

Garbrecht D., 1976, L’utilisation des espaces verts urbains, in Actes du colloque international de psychologie de l’espace construit, juin, pp. 418-436.

Godelier M., 1974, Considérations sur le problème des rapports entre l’homme et son environnement, in Informations sur les Sciences sociales, vol. XII, no6, pp. 31-59.

Harrison R., 1992, Forêts, essai sur l’imaginaire occidental, Paris, Flammarion.

Kalaora B., La fabrication d’un haut lieu in Revue Environnement, société et écologie.

Korosec-Sertaet P., 1976, Sauvegarde de sites urbains et appropriations de places publiques, in Actes du colloque international de psychologie de l’espace construit, pp. 50-66.

Odum E., 1975, Ecology : The link beteween the Natural and the Social sciences, second édition, London, Hodt Rinehart and Winston.

Péraldi M., 1985, Les espaces verts et leurs mythes in Les usages de la nature.

Poulot D., 1992, Patrimoine et esthétiques du territoire in Espace et Société, no69, pp. 9-37.

Prades et al, 1993, Gestion de l'environnement, éthique et société.

Remy J., 1975, Espace et théorie sociologique. Problèmatique de recherche, in Recherches sociologiques, Vol. VI, no3, novembre 1975, Leuven.

Remy J., 1992, La vie quotidienne et les transactions sociales : Perspectives micro ou macro-sociologiques in Pour une sociologie de la transaction sociale, Textes réunis et présentés par M. Blanc, Paris, L’Harmattan.

Remy J., 1992, Entre autonomie et interdépendance : quelques éléments de synthèse, in Ruegg J., Mettan N., Vedoz H. : La négocitaion, son rôle, sa place dans l’aménagement du territoire et la protection de l’environnement, Lausanne, Presses Polytechniques et universitaires romandes.

Remy J. et Voyé L., 1980, Milieu, rapport social et conflit, in Milieu et rapport social, Actes des journées d’études de Saint-Etienne, 6-8 octobre 1980, Association internationale des Sociologues de langue française, Sous la direction de J.Remy, Bruxelles, Institut de sociologie, Université Libre de Bruxelles.

Remy J. et Voyé L., 1982, Ville, ordre et violence, Paris, P.U.F., Collection Espace et Liberté.

Rostagnat M., 1993, Les nouvelles-frontières de l’environnement, Millau, Ed. Du Rouergue.

Sansot P., Identité et paysage, in Les annales de la recherche urbaines, no18-19, pp. 65-72.

Sansot P., 1993, Jardins publics, Paris, Payot.

Schreiber D. et Reisinger U., 1992, The Augarten Project, in Architecture et Comportement, Vol. 8, no1, pp. 23-32.

Terrasson F., 1988, La peur de la nature. Au plus profond de notre inconscient, les vraies causes de destruction de la nature, Paris, Sang de la Terre.

Viard J., 1991, Le tiers espace, essais sur la nature, Paris, Méridien Klincksieck.

Werner K., 1992, Appropriation de l’espace public, in Architecture et Comportement, Vol. 8, no1, pp. 7-10.

2. – Production et aménagement de l’espace (acteurs, équipement public...)

Andres P., 1990, La nature et la ville : les amants terribles in Ville et habitant, juillet-août, pp. 8-13.

Ballion R., 1981, Etude de la fréquentation d'un réseau d’espaces verts diversifiés, Rapport de recherche, Région d’Ile de France, Paris.

Ballion R. et Grandjean A., 1982, Aire d’attraction des espaces verts publics de la région d’ile de France, Agence des espaces verts de la Région d’ile de France.

Ballion R., 1985, Pourquoi aujourd’hui des parcs et des jardins ? in Actes du colloque Urbanisme et nouveaux parcs et jardins, Louvain-la-Neuve, octobre, pp. 1-9.

Barraqué B., 1986, Les espaces verts de Rennes in Les Annales de la recherche urbaine, no31, juillet, pp. 72-83.

Barouch G., 1989, La décision en miettes. Systèmes de pensée et d’action à l’oeuvre dans la gestion des milieux naturels, Paris, L'Harmattan, Collection “Logiques sociales”.

Chardonnet S., 1979, La nature et le citadin : analyses des besoins et des demandes, in Espaces verts et habitat, Colloques de Marly, Centre de recherche et de rencontres d’urbanisme, mai, Paris, pp. 23-31.

Conan M„ 1985, Dans quelle intention créer un jardin ? in Urbanisme, no209, septembre, pp. 98-99.

Conan M., 1990, Composer la ville et ses images in Espace et société, no57-58, pp. 93-119.

Deconinck M., 1989, Les espaces verts en milieu urbain in Espaces et Libertés, no172.

Giordan A. et Souchon C., 1992, Une éducation pour l’environnement, Collection “Guide pratique”, Ed. Seconde, Nice.

Jannot G., 1989, Ce que les associations donnent à voir du patrimoine architectural, in Les annales de la Recherche urbaines, no42, pp. 27-35.

Metzmacher M., 1989, Les milieux semi-naturels : des outils pour concilier loisirs et éducation à la nature, in Actes du Colloque Gérer la nature, Région wallonne, octobre, pp. 593-605.

Schoonbroodt B., 1990, Aménagement du territoire et conservation de la nature en Région bruxelloise, Ministère de la Région Bruxelles-capitale, Administration des Ressources Naturelles et de l’Environnement, Bruxelles.

Soulier L., 1985, Le jardin dans la ville, in Actes du colloque Urbanisme et nouveaux parcs et jardins, Louvain-la-Neuve, octobre, pp. 21-25.

Tangue M., 1987, Bases phytosociologiques de l'évaluation et de l’aménagement des espaces délaissés par l’agriculture dans le milieu urbain bruxellois, in Colloque phytosociologique XV, Phytosociologie et Conservation de la Nature, Strasbourg.

3. – Contexte bruxellois

Deconinck M., 1982, Etude de la répartition des espaces publics de loisir de plein air dans les agglomérations urbaines. Analyse de leur rayonnement, de leurs fonctions et de leurs utilisateurs. Le cas de l’agglomération bruxelloise, thèse de doctorat, U.L.B., Faculté des sciences.

Deconinck M., 1983, Les espaces verts publics à fonction sociale de l’agglomération bruxelloise, Agglomération bruxelloise et Fondation Roi Baudouin.

Deconinck M., 1982, Origine et évolution des surfaces vertes de l’agglomération bruxelloise, de la fin du XVIIIème siècle à nos jours, in Bulletin Trimestriel du Crédit Communal de Belgique, no141, juillet.

Gallez-Richel Ch., Quatorze sites semi-naturels de la région bruxelloise, Entente nationale pour la protection de la nature, Bruxelles, 1990.

Godefroid S., 1991, Bases écologiques de l’aménagement du territoire du Scheutbos à Molenbeek-Saint-Jean et du Kattebroeck à Berchem-Sainte-Agathe, Mémoire de licence en Botaniques, direction Tanghe M., U.L.B., Bruxelles.

Kempeers S., 1978, Evaluation biologique et récréative de quelques parcs bruxellois, in Bulletin de la société royale de botanique de Belgique, no111, pp. 277-285.

I.B.G.E., Stratégie globale pour la conservation de la nature en Région bruxelloise, note d’orientation, Bruxelles, p. 15.

Jouret, B., 1983, Quelles options prendre pour les derniers espaces verts du sud de Bruxelles, in La nature, l’Homme et la Ville, pp. 135-145.

Schoonbroodt B. et Lippens E., 1991, Le site du Scheutbos, un paysage à sauvegarder, Commission de l’environnement de Bruxelles-Ouest, Bruxelles.

Tanghe M., 1990, Le Katterbroek, à Berchem Sainte-Agathe, Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement - I.B.G.E., Bruxelles.

Van Eyll D., 1993, Ordonnance relative à la conservation du patrimoine immobilier, Secrétariat d’Etat à la Région Bruxelles-Capitale, ronéo.

Wagner P., 1992, Soixante kilomètres à pied, in Le Soir, 9 et 10 mai, p. 6.

Walot B. et al., 1993, Aménagement du site du Wilder à Berchem Sainte-Agathe, G.E.R.I.A., U.C.L., Louvain-la-Neuve.

Wolff T., 1991, Un espace vert pas comme les autres, in Kauwberg, visages d'hier et de toujours, décembre, Bruxelles.

XXX, Le Plateau de la Foresterie doit être sauvé !, Commission ornithologique de Watermael-Boisfort, Bruxelles.

Anexos

Annexes méthodologiques

I. Le choix de l’échantillon

La méthodologie reposait sur une observation sur le terrain à partir de laquelle des types d’usagers étaient repérés pour être ensuite interviewés. Notre entrée visant à établir notre échantillon était donc une entrée par les usages et pas par les caractéristiques socio-démographiques habituelles. Dans cet annexe, nous allons d’une part, donner site par site les usagers qui ont été répertoriés et d’autre part le profil socio-démographique de l’échantillon recomposé a posteriori.

A) Entrée par les usagers

Le Moeraske :

- un “nouveau” jardinier,

  • Les pensionnés du lundi et du jeudi ;
  • une promeneuse du dimanche, “isolée” et riveraine ;
  • les “anciens” jardiniers (abord du site) ; parmi ceux-ci il y a un couple de retraités ayant habité tout un temps dans leur jardin et un vieux jardinier ayant habité auparavant dans le Moeraske ;
  • un membre de l’association de défense du Moeraske ;
  • un couple de botanistes amateurs.

Le Kattebroeck :

  • Une famille de riverains ;
  • une classe du cycle 5-8 guidée ;
  • l’institutrice ;
  • la guide ;
  • le fermier,
  • une membre de l’association de défense du Kattebroeck ;
  • un jardinier.

Le Scheutbos :

  • Des riverains : une couple du home, un personne seule des immeubles-barres du boulevard Mettewie ;
  • un jardinier ;
  • deux promeneurs “isolés”, promeneurs de chien ;

Le Neerpede :

  • des riverains : parmi eux un habitant de longue date, un nouvel habitant rénovant lui-même sa maison qu’il n’occupe pas encore et un riverain appartenant à l’association “Neerpede blijft” ;
  • des consommateurs d’espace sportif : un golfeur, le directeur du golf ;
  • des consommateurs de l’espace rural : une promeneuse hors de la zone aménagée qui vient chercher ses œufs dans une ferme du Neerpede ;
  • un jeune cycliste ;
  • un responsable d’un club de dressage de chiens menacé par le projet d’agrandissement du golf ;
  • un responsable communal d’Anderlecht.
  • un couple de maraîchers.

La Foresterie :

  • un riverain ;
  • un membre de l’association de défense de la Foresterie ;
  • un ancien jardinier ;
  • un promeneur riverain ;
  • un promeneur de chien, “artiste” non riverain ;
  • un mountain biker qui court à l’orée de la Foresterie ;
  • une dame qui loue des prairies pour ses chevaux ;
  • deux naturalistes.

Le Kauwberg :

  • un riverain ;
  • un riverain, membre du comité de quartier et spécialiste ;
  • une bronzeuse ;
  • des promeneurs seuls : un promeneur de chiens non riverain, une promeneuse “annuelle” venant au Kauwberg pour les cueillettes de fruits ;
  • un jardinier ;
  • un membre de l’association de défense du Kauwberg ;
  • une jeune famille en pic-nic.

45 usagers ont été interviewés auxquels il convient d’ajouter trois spécialistes (champ du monde associatif, champ de la botanique et champ du politique).

B) Entrée par les caractéristiques socio-démographiques

Nous ne comptons pas ici pas le nombre exact mais bien l’usager-type (par exemple la classe de petits élèves est considérée comme une entité et pas comme vingt élèves). Inversement, quand nous avons interrogé par exemple une famille et que les enfants ont exprimé leur point de vue, alors qu’on les considérait comme un seul usager, ici nous les différencierons. Les chiffres ne correspondent donc pas toujours.

L’âge :

  • 5-15 ans : 3
  • 15-20 ans : 5
  • 20-30 ans ; 9
  • 30-40 ans : 9
  • 40-60 ans : 12
  • Plus de 60 ans : 11

On notera une sous-représentation des adolescents qui ne se retrouvent pas nécessairement dans les différents publics-cibles des espaces semi-naturels (par exemple, ce sont les écoles primaires qui sont les plus demandeuses de visites guidées). Là où ils pouvaient être sur-représentés, il était le plus difficile de les repérer. On pense ici aux bandes de jeunes qui “descendent” le soir sur les sites, aux VTT... ce sont des activités parfois considérées comme illicites ou qui demandent le secret, les jeunes vont donc se cacher et être difficilement repérables. Il n’en est pas moins vrai que les pratiques les plus régulières ne sont pas souvent le fait de jeunes adolescents.

Par contre les personnes de plus de 60 ans ont tendance à être sur-représentées, ceci est dû aux conditions d’observation qui ont été étalées dans le temps mais peut-être un peu trop en journée, mais aussi à l’environnement des sites composé de personnes âgées et à certains usages sur-représentés dans les espaces semi-naturels et qui concernent fortement les personnes âgées (on pense au jardinage essentiellement).

Le sexe :

  • Hommes : 30
  • Femmes : 21

Un peu plus d’hommes que femmes sans doute à cause de la “masculinité” de certaines pratiques comme le jardinage, par le fait que l’extérieur, le dehors restent peut-être encore davantage un lieu masculin alors que le foyer, l’intérieur est toujours un lieu féminin.

Les catégories socio-professionnelles :

Celles-ci ont été brièvement abordées lors de l’analyse de l’environnement du site, en première partie de l’étude.

II. Grille d’entretien destiné aux usagers des espaces semi-naturels

1) Dénomination du lieu...

- Comment s’appelle ce lieu ?

- Comment l’appelez-vous ?

- Lui connaissez-vous un autre nom que ce nom ?

- Il s’est toujours appelé comme ça ?

2) Vos usages du site...

- Qu’y faites-vous ?

- Depuis quand ?

- Fréquence de ces usages ?

- Y a-t-il des rythmes à ces usages ?

- Faites-vous ce type d’activités ailleurs ? Si oui, où ? Si non, pourquoi ?

- Voudriez-vous faire d’autre chose sur ce site ? Si oui, quoi et pourquoi ne le faites-vous pas ? Qu’est-ce qui vous en empêche ?

- Y a-t-il, selon vous, des pratiques qui devraient être interdites sur le site, lesquelles et pourquoi ?..

3) Les usages du site...

- D’où venez-vous ?

- Connaissez-vous d’autres pratiques du site ? Quelles sont-elles ?

- Comment les jugez-vous ? Cela vous embête-t-il ? Pourquoi ?

- Trouvez-vous qu’il y a des choses qui devraient être interdites ? Quoi, par exemple ? Quelqu’un fixe-t-il (ou devrait fixer) les autorisations et les interdits ? Qui ?

- Y a-t-il des activité organisées, par qui ? Y participez-vous ? Pourquoi ?

4) La qualification du site...

- Pour vous ce lieu c’est quoi ? Vous le trouvez comment ?

- Que ressentez-vous quand vous y venez ?

- Vos impressions ont-elles évolué ? En fonction de quoi ?

- La ville est-elle loin quand vous êtes dans le site ?

5) L’aménagement du site et ses formes d'appropriation physique...

- Ce site, est-il, selon vous, assez (ou trop) aménagé ? Voudriez-vous d’autres équipements, lesquels et pourquoi ?

- Le site est-il assez accessible ?

- Peut-on facilement s’y repérer ? Grâce à quoi ?

- Avez-vous déjà “visité” l’ensemble du site ? Voulez-vous nous décrire vos parcours les plus fréquents ?

- Les chemins préférés, les chemins oubliés, les chemins inconnus, les chemins parcourus sont-ils des chemins créés ou en invente-t-on de nouveaux ?...

6) Le site et les autres sites (son degré de substituabilité)...

- Quand on vous dit nature en ville vous pensez à quoi ?...

- A quoi, cet espace vert ressemble-t-il ?

- A quel espace vert êtes-vous le plus sensible ? Ou, décrivez votre espace vert idéal.

- Connaissez-vous des lieux où vous faites les mêmes activités ? Où l’on fait des activités semblables à celles pratiquées sur le site ? Si oui le(s)quel(s) ?

-Avez-vous accès à un jardin privé ? Qu’y faites-vous ?

7) L'histoire du site...

- Avant c’était quoi ce site ? Qu’y faisait-on ?

- Le futur du site : savez-vous s’il existe des projets sur ce site ? Lesquels ? D’après vous comment devrait être ce futur ?

8) Les associations de protection du site...

- Introduire le thème en posant cette question : est-ce qu’on entretient ce site ? Qui ?

- Connaissez-vous, leurs options, leurs activités ? Y êtes-vous sensibles ?

9) La propriété du site...

- Selon vous à qui appartient ce site ?

- Il y a des clôtures (Kauwberg, Kattebroeck, Scheutbos, Neerpede, La Foresterie, pas le Moeraske), elles indiquent la propriété privée ou à tout le moins une restriction d’usage, estimez-vous qu’elles doivent s’y trouver puisqu’il s’agit de propriété privée ? Vous-même, les respectez-vous ? Les enfreignez-vous ?

Notas

12 C'est le cas surtout pour le Scheutbos, le Kattebroeck, le Neerpede et le Kauwberg. Le Moeraske peut être difficilement défini à partir de pratiques rurales, si ce n'est les jardins qui y ont eu une grande importance ; il apparaît que, par sa localisation relativement centrale en Région bruxelloise, par sa proximité avec l'espace industriel mais aussi par sa morphologie qui se prêtait mal à des activités agricoles importantes, il puisse être lu par des pratiques davantage urbaines que rurales.

13 On se situe ici au niveau des pratiques. Ceci veut dire que la perception que l'on a de ces espaces peut encore les faire appartenir au monde rural. Il faut donc ici distinguer l’analyse de la perception immédiate et affective, laissant encore apparaître, pour nombre de ses usagers, l'espace semi-naturel comme une "bulle de campagne" en ville, de l'analyse distanciée des pratiques, des positions et des intentions des acteurs.

14 Nonobstant les usages qui risquent de s'éteindre spontanément.

15 Encore plus mais déjà dans les parcs s'amorce une gestion plus écologique de l'espace.

16 Cf. Le rural et l'urbain : entre la coupure et la différence : la métamorphose des relations villes/campagnes, J. REMY, Espace et Sociétés.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540