Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre ville et nature, les sites semi-naturels

 | 
François Ost
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Deuxième partie. Les sites semi-naturels bruxellois : usages et usagers

Chapitre III. Le site comme système d’interactions

Texte intégral

1Plus haut, dans la première partie, l’histoire et la matérialité de chaque site ont été brièvement présentées. On a tenté de comprendre le sens qu’elles pouvaient acquérir par rapport à leur environnement social. Le tableau ci-dessous nous rappelle les principaux enseignements de cette analyse spatio-morphologique.

2Après avoir analysé les usages présents dans les espaces semi-naturels, les profils d’usagers qu’on en dégageait et les rapports entretenus entre eux, on revient ici aux différents sites car l’espace, dans ses spécificités, n’est pas un simple réceptacle aux usages ; il en favorise certains et en décourage d’autres. L’objectif de cette partie sera donc de comprendre comment s’articulent les données spécifiques au site (histoire et matérialité) et celles se rapportant aux usages et à leurs producteurs. Nous nous intéresserons ainsi plus particulièrement :

  1. au système de connivences existant entre l’espace singulier et les usages qui s’y développent ;
  2. à la compréhension du système d’interactions entre usagers agissant pour produire l’espace en question et organiser son évolution. En d’autres termes, nous essaierons de comprendre les connivences existant entre la prééminence de tel ou tel mode d’appropriation de l’espace et sa logique de production.

1. – Le Neerpede

3L’excentration du Neerpede par rapport à la ville, rendue possible essentiellement par le ring, a permis le maintien d’un paysage rural et de certains usages qui y étaient liés étroitement : le travail dans l’agriculture et le maraîchage principalement. Cela s’est traduit aussi, dans le chef de ses usagers, par une appropriation de l’espace qui en faisait un espace de vie, un espace absolu, par l’idée de la permanence d’un monde immuable.

4La permanence d’un paysage rural, breughelien de surcroît, et la disparition progressive des métiers de la terre dans le Neerpede laissant des terres en friche, la volonté des acteurs communaux de transformer le Neerpede en une immense zone sportive, ont favorisé l’apparition de nouveaux modes d’appropriation de l’espace qui ont promu de nouveaux usages (activités sportives, promenades du dimanche, perception de l’espace comme d’un environnement “privatisable” d’une part, gestion écologique du paysage, culture alternative d’autre part...) et attiré de nouveaux habitants n’ayant pas la même perception de l’espace que les “anciens”. Le Neerpede, par sa spatialisation, par son histoire et les images surplombantes qui s’en dégagent, favorise de multiples usages qui sont liés à des modes d’appropriation de l’espace différents voire contradictoires. Trois modes d’appropriation coexistent au Neerpede :

  • le premier, le plus ancien, le mode de l’enracinement, produit un espace qu’il veut immuable (on raconte que le paysage n’a pas changé depuis le jour où Breughel l’a peint). Il intègre difficilement les changements survenus de l’extérieur d’autant plus nombreux que ce paysage rural et agricole attire des nouveaux usages qui le mettent en péril ;
  • le second, le mode d’implication élective, présent chez certains habitants, produit un espace dont il faut protéger les caractéristiques écologiques et rurales ;
  • le troisième, le mode d’instrumentalisation de l’espace abondant, produit un espace substituable et consommable, sous forme de terrains de golf, de pistes de ski, de sentiers de jogging, de “belles vues champêtres”.

5Ces trois modes n’ont pas la même capacité de s’imposer pour produire l’espace du Neerpede. Actuellement, on assiste à une connivence entre les deux premiers modes pour tenter de sauvegarder le paysage et les usages tels quels, de freiner l’urbanisation qui a pour effet de grignoter l’espace signifiant du Neerpede. Au-delà de cette alliance tactique qui identifie l’ennemi commun (principalement la commune) et prend sens à partir de lui, on peut cependant discerner une rupture fondamentale entre ces deux premiers modes qui sont pourtant en connivence immédiate. Le premier mode prône le statu-quo, le second opte pour une logique de changement du sens de l’espace. Ainsi, si les “alliés” veulent sauver le paysage rural du Neerpede, les objectifs diffèrent sensiblement et pourraient à terme s’opposer. Par exemple, si les premiers veulent maintenir la même politique de gestion des sols basée sur leur parcellisation et sur la propriété privée, les seconds revendiquent une nouvelle gestion collective de l’espace basée sur des principes écologiques.

6Se pose ici la question du mode de gestion du paysage rural lorsqu'on veut le maintenir. En effet, la survivance de ce paysage ne tient pas seulement aux intentions des acteurs communaux et régionaux mais aussi à l’évolution macro-économique des secteurs de l’agriculture et du maraîchage. Autrement dit comment gérer un paysage dont les principaux producteurs pourraient disparaître ? Cette question paraît, à l’heure actuelle, plus centrale pour ce site que celle ayant trait au maintien de ses qualités “semi-naturelles”. Autrement dit l’on parle moins de l’utilisation des engrais, du maintien des anciens chemins vicinaux (contestés par des fermiers qui voudraient le remembrement des terres) que du combat contre l’agrandissement du golf.

7Ni l’évolution urbaine de Bruxelles, ni les tendances macro-économiques du secteur agricole ne sont donc favorables au statu-quo. Si le paysage se maintient grâce, par exemple, à la création d’un parc régional, sa signification et les usages changeront de sens. C’est déjà d’ailleurs le cas aujourd’hui. A l’heure actuelle, les différentes interactions mises au jour produisent un espace qui n’a pas, à proprement parler, les caractéristiques d’un espace semi-naturel (et qui n’est pas ressenti comme tel) mais bien plus un espace rural, agricole qu’il s’agit de sauvegarder.

2. – La Foresterie

8Son statut spatio-morphologique et l’histoire qu’elle entretient avec le Coin du Balai ont favorisé des usages étroits, intimes. Ceux-ci se déclinaient à la fois sur deux registres.

9Celui du travail (le champ, le dépôt d’immondices) tout d'abord. La Foresterie c’était l’arrière privatisé du Coin du Balai, elle avait un statut de jardin collectif. Ce registre était principalement produit par les “anciens” habitants du Coin du Balai (mode de l’enracinement). Ensuite, le registre de la découverte, de la production d’un espace semi-naturel (visites guidées, gestion de l’espace, baguage des oiseaux...) grâce principalement à son statut de lisière qui lui confère sa richesse biologique. Ces usages étaient produits, sinon par les “nouveaux habitants” venus s’installer dans le quartier, du moins par des jeunes sensibilisés aux questions écologiques (mode d’implication élective).

10Avec l’installation de la clôture qui marque une rupture non seulement physique mais aussi symbolique avec le Coin du Balai, tous les usages deviennent illicites, ce qui n’empêche pas que certains aient encore lieu (sports et promenades essentiellement). Mais pour les habitants, cela signifie une réduction des usages et un sentiment de transgression et surtout de désappropriation.

11Avant la clôture, le système d’interaction entre les usagers produisait donc des usages légitimes tels que ceux qui viennent d’être décrits ainsi que des pratiques de transgressions (VTT, 4x4 essentiellement). Le site s’autogérait et se recréait ainsi dans la coexistence de ces deux modes qui supposaient tous deux une implication dans le lieu.

12La rupture spatio-symbolique marquée par l’installation de la clôture illustre à la fois la déstabilisation de ce mode d’autoproduction de l’espace qui devient lui-même illégitime (pour en user il faut maintenant passer la clôture ce que certains hésitent à faire) et la volonté des propriétaires d’instaurer un nouveau mode de production de l’espace. Celui-ci ne serait plus basé sur les interactions entre l’espace, son environnement et les usages mais sur la mise sur le marché immobilier des espaces constructibles, mettant la Foresterie en concurrence avec d’autres espaces à partir de critères généralisables tels que la localisation, l’accessibilité, le décor, les infrastructures... (mode d’instrumentalisation de l’espace abondant).

13La tentative d’imposer ce mode se heurte à la résistance des gens du Coin du Balai mais bien plus précisément aux habitants sensibilisés aux problèmes écologiques qui revendiquent pour la Foresterie le statut de parc naturel régional. Ceci aurait pour effet de confirmer ce lieu au travers d’usages tels que la protection de la faune et de la flore, la découverte au travers de visites guidées... On peut s’attendre à nouveau, cette fois-ci pour la Foresterie, à un changement des pratiques et de ses significations ainsi qu'à une modification de son statut.

3. – Le Moeraske

14Comme c’est le cas pour la Foresterie, l’histoire du site du Moeraske et celle du quartier environnant sont étroitement liées. Elles se fondent entre autres sur la permanence du statut spatio-morphologique du Moeraske qui permet de multiples appropriations effectives : certains jardins se sont maintenus parce qu’ils étaient sur des talus peu rentables pour d’autres fonctions alors que d’autres étaient rasés pour faire place à des usines. Le Moeraske est aussi un espace de secondarité grâce à son caractère touffu, peu lisible et aux histoires qui se racontent à son sujet (le Moeraske se lit aussi comme un contre-espace).

15Les usages que la matérialité du site et son histoire permettent sont multiples et reposent sur, d'une part, sur les sentiment d’enracinement dans un espace immuable, un espace de vie dont le Moeraske et l’usager lui-même feraient partie (mode de l’enracinement) ; d'autre part, sur un attachement certes fort avec le site mais qui procède d’un choix et d’une première distanciation avec l’espace de vie au travers de la découverte scientifique et de la sensibilité écologique. Cette perception génère des changements à propos du site lui-même : gestion du lieu, plus grande ouverture spatiale, revendication d’un statut auprès des acteurs régionaux et nationaux concernés (mode de l’implication élective).

16La coexistence entre ces deux modes est rendue possible par le fait que les tenants du second mode sont intégrés dans le quartier et qu’ils sont les seuls à être en mesure d’imposer le maintien de l’espace face à des projets de construction (bureaux, T.G.V.). Dans le chef des “anciens”, cette coexistence ne va cependant pas sans un certain sentiment de dépossession du lieu. Elle ne se traduit pas par un investissement actif dans l’association de défense du site ni dans les usages qu’elle propose.

17Par ailleurs, en termes de production de l’espace, le statut de ce dernier tend à changer : pour les gens du quartier, qui y sont enracinés, le Moeraske est avant tout un contre-espace qui ne favorise pas nécessairement des usages effectifs de leur part et dont la signification prend sens dans son “mystère” et dans le signe que là, au moins, rien ne bouge. Pour les tenants du mode d’implication élective, le statut de contre-espace qu’ils lui reconnaissent volontiers ne s’oppose pas à son ouverture à de nouveaux usages et à de nouveaux usagers ; afin de sauvegarder le lieu ils multiplient les usages dont l’impact dépasse l’échelle du quartier.

18L’évolution du site, si les menaces qui pèsent sur lui sont éloignées, va se dessiner à travers ce processus de recréation de l’espace qui, d’espace exclusif et fermé sur le quartier, deviendrait un espace semi-naturel, espace ouvert et intégré dans un réseau urbain.

4. – Le Scheutbos

19Le statut spatio-morphologique du site, l’urbanisation relativement récente et basée sur le mode fonctionnel, la prédominance d’une population assez peu mobile mais peu enracinée affectivement dans l’espace n’ont pas, jusqu’à présent, favorisé de multiples usages qualitativement et quantitativement. Les principaux usages que l’on a pu y rencontrer sont surtout des promenades de chien. Le site et son environnement entretiennent de relations instrumentalisées, par défaut essentiellement (mode d’instrumentalisation de l’espace rare). L’espace du Scheutbos se produit en quelque sorte par l’absence même de mode de production qu’aurait pu mettre en place son environnement. Cependant, au départ d’une menace sur le site (création d’un hôpital gériatrique), on a pu assister à deux phénomènes : d'une part, une mobilisation “passive” (sous forme de pétition) du, ou plutôt, des quartiers environnants et que l’on peut considérer comme une volonté de maintien d’un statu-quo ; d'autre part, une mobilisation “active” sous la forme de création d’une association de défense du site. Ceci a généré l’instauration de promenades guidées, l’inauguration d’un sentier pédagogique sensibilisant un public plus large que celui du quartier (on a déjà vu que la clientèle potentielle de ce type d’usages n’était pas une clientèle de proximité mais bien d’affinité).

20Cette association manifeste la volonté de produire (“enfin” ?) un espace qui prendrait la forme et les usages d’un espace semi-naturel. Pour ce projet, l’association, ne pouvant pas s’appuyer sur des logiques d’action de proximité, ni sur des usages fortement constitués, cherche davantage des appuis concrets auprès d’acteurs extérieurs au site tels que Inter-environnement et la Fondation Roi Baudouin pour la création du sentier pédagogique. La nouvelle production d’espace ainsi promue ne prend pas tant appui sur un réseau d’échanges parfois conflictuels (comme c’est le cas pour les sites analysés ci-dessus) entre espace et usagers et entre usagers (production autocentrée) que sur un réseau d’acteurs urbains produisant l’espace semi-naturel.

21On pourrait parler, pour le Scheutbos, moins de changement de statut et de significations ou de re-création d’espace que de création en tant qu’espace semi-naturel.

5. – Le Kattebroeck

22Sans doute, le processus de production du Kattebroeck en tant qu’espace semi-naturel peut-il être assimilé à celui du Scheutbos : c’est à partir d’une menace extérieure (ici un projet de lotissement) que l’argument écologique prend forme et que le lieu prend sens comme espace semi-naturel.

23On ne peut parler, de la part des habitants du quartier, de pratiques et de symboliques fortes à propos du Kattebroeck qui seraient antérieures au projet de lotissement : “de pâture, c’est devenu un espace semi-naturel”. Auparavant, le Kattebroeck était perçu d’abord comme un vis-à-vis, une vue dont les riverains jouissaient avec un certain monopole. Au mieux, va-t-on y promener son chien. Ce statut de vis-à-vis imprenable est remis en question par le projet de lotissement ce qui a pour effets :

  • de mobiliser une partie du quartier autour de sa défense et de la sauvegarde du statut de vis-à-vis, à l’aide d’arguments écologiques et de santé publique, mais aussi de créer un sentiment de quartier autour de cette mobilisation. Il semble même que cet argument soit premier par rapport aux autres : il s’agit, au travers de la défense du site, de créer un processus d’identification au lieu. Les nombreuses affiches invitant à la défense du Kattebroeck, présentes aux fenêtres des maisons riverains, attestent sans doute du succès de ce processus ;
  • de meure sur pied de nouveaux usages destinés à asseoir la “réputation” du site et de le doter d’une légitimité à la fois écologique et sociale qui dépasse le quartier. Un sentier écologique a été inauguré et des visites de groupes (écoles, associations) ont été organisées.

24L’existence d’un projet immobilier remet en cause le statut du Kattebroeck comme vis-à-vis “avec vue imprenable” et donc l’environnement et le cachet (le décor) du quartier. C’est sous la pression de menaces extérieures que l’espace “Kattebroeck” prend sens, qu’il devient un espace semi-naturel mais aussi un enjeu autour duquel se mobilise un quartier. La production de ce statut provoque un changement d’échelle : le site passe d’une échelle strictement localiste à l’échelle urbaine puisque l’objectif de l’association est d’intégrer le Kattebroeck dans le réseau des espaces verts urbains (alors qu’il est zone d’habitat sur le plan de secteur). Le système d’interactions entre usagers tend donc à s’articuler autour :

  • de l’émergence d’un sentiment identitaire du quartier grâce à des activités telles que le barbecue du 21 juillet, l’accueil des participants au rallye des cinq vallées... Cette création d’une “histoire du quartier”, ce nouveau sentiment identitaire génèrent la mise en place d’un système de légitimation de certaines activités, de monopolisation dans l’offre des usages ;
  • de la lutte engagée contre les promoteurs du projet de lotissement et pour la reconnaissance d’un statut protégeant une fois pour toutes le site.

6. – Le Kauwberg

25Le statut spatio-morphologique du site l’intégrant dans le quartier de St-Job (il en est le “dedans”) et le fort sentiment identitaire de celui-ci a généré “de tous temps” de nombreux usages. Actuellement ceux-ci se comprennent à partir des deux modes d’appropriation supposant une implication relativement forte dans l’espace :

  • le mode de l’enracinement où le Kauwberg apparaît comme faisant partie intégrante de l’espace de vie des anciens habitants de St-Job. Ce n’est pas l’usage effectif du Kauwberg qui lui donne sens, c’est le fait qu’il soit dans le quartier et qu’il en soit un des signes. Ceci n’empêche pas certains d’avoir leur potager ou de venir s’y promener ;
  • le mode d’implication élective où le Kauwberg devient un espace semi-naturel à gérer, à sauvegarder et à valoriser par des promenades de sensibilisation, un espace à la nature sauvage et spontanée (“ici on voit avancer les saisons”) où l’on vient observer, se détendre et découvrir.

26La coexistence de ces deux modes ne s’exprime guère sous forme de tensions puisqu’au contraire on a pu assister à leur alliance quand des menaces précises de lotissement et de création d’un golf ont pesé sur le site. Une alliance cependant où les personnes les plus actives se reconnaîtraient davantage dans le second mode. Cette coexistence témoigne davantage du processus dynamique de création de l’espace. Le premier mode ne considère pas à proprement parler le Kauwberg pour ses qualités écologiques voire esthétiques, il produit avant tout un espace de vie déjà là. On peut considérer que cette production, par l’intégration du lieu et du quartier dans la logique urbaine, par l’évolution macro-économique et par le système de production des nouveaux attributs urbains laissant peu de place aux espaces entre-deux et difficilement répertoriables, tend à disparaître.

27Dans ce cas-ci, la dynamique de l’environnement social du site est telle que l’on assiste, tout en maintenant le statut spatio-morphologique du site, d'une part à une nouvelle production d’espace organisée, celle-là, autour du statut d’espace semi-naturel et moins autour du statut d’espace de vie et, d’autre part, à la valorisation de nouveaux usages. Ceci signifie aussi, comme pour les autres sites, un changement d’échelle et la mise en place d’un nouveau système d’interactions entre usagers. En effet, en raisonnant à l’échelle urbaine, d’autres usagers vont vouloir découvrir le site. L’espace va être davantage investi qualitativement et quantitativement, ce qui suppose que soient mis en place de nouvelles offres d’usages, de nouvelles transgressions et des systèmes pour les contrer. C’est particulièrement le cas au Kauwberg qui a bénéficié d’une publicité grâce aux campagnes de défense du site. Cette publicité a attiré de nouveaux usagers qui ne sont pas “nécessairement désirés”, qui considèrent l’espace comme consommable et substituable (quatrième mode) mais dont, pour le moment, l’association se dit avoir besoin pour démontrer l’utilité sociale du Kauwberg.

28Cette troisième et dernière partie nous montre que les caractéristiques internes d’un site sont nécessaires pour comprendre la présence ou l’absence de certains usages mais qu’elles ne sont pas suffisantes ; en effet deux espaces a priori comparables comme le sont le Scheutbos et le Kauwberg ne sont pourtant pas investis de la même manière. Pour bien comprendre la nature et le mode de construction des différentes appropriations à l’œuvre dans les six sites analysés, il faut les replacer dans leur environnement tant social, spatial que symbolique. L’espace et son environnement tissent entre eux un tissu de connivences ou d’indifférences dont la compréhension rend intelligibles les usages et les relations entre usagers.

29En ce qui concerne l’analyse des interactions entre usagers, on constate que :

  • les deux principaux modes d’appropriation en opposition mais aussi en capacité de produire l’espace et de l’imposer sont ceux qui reposent sur la faculté individuelle et volontaire, du moins perçue comme telle, d’user et d’investir ou non tel ou tel espace à tel ou tel moment de sa vie. Dans tous les sites analysés, avec des intensités différentes, il y a confrontation entre ces deux modes ;
  • coexistent, dans les sites dont l’environnement développe un sentiment identitaire fort (Le Kauwberg, le Moeraske, la Foresterie et le Neerpede principalement), les deux modes d’appropriation supposant une implication dans le site. Cette coexistence semble préfigurer la disparition progressive du mode de l’enracinement dont les usages tendent à disparaître ;
  • les associations de protection et de défense des sites organisent des interactions non plus seulement avec des usagers spatialisés dans le site et/ou dans le quartier mais aussi avec des acteurs qui sont susceptibles de prendre position par rapport à la protection du site. En faisant cela, les associations opèrent un changement d’échelle dans la signification à donner au site : de lieu local, perçu souvent comme lieu campagnard, positivé et en opposition avec la ville, les associations de défense en font un lieu urbain et surtout un enjeu urbain. Si l’espace est sauvegardé, ce changement devrait modifier à terme, à la fois les usages et le profil des usagers.

30La production de l’espace en tant qu’espace semi-naturel se fait de deux manières :

  • par la dynamique instaurée, au travers des usages et des perceptions, entre le site et son environnement : l’espace est continuellement recréé. Il l’est actuellement sous la forme et les fonctions d’un espace semi-naturel. C’est le cas du Moeraske, de la Foresterie et du Kauwberg. Certes les arguments écologiques dans ces sites ont surtout été “promus” lors de menaces extérieures mais ils leur pré-existaient et s’inscrivaient en filigrane dans les usages ;
  • par des menaces extérieures pesant sur le site. Sa défense s’organise autour d’arguments écologiques (dont on ne remet pas en cause le fondement) et sociaux.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/17313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540