Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre ville et nature, les sites semi-naturels

 | 
François Ost
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Deuxième partie. Les sites semi-naturels bruxellois : usages et usagers

Chapitre II. Les modes d’appropriation des espaces et leurs interactions

Texte intégral

1Dans la partie précédente les usages ont été décrits à partir de différents critères de qualification repris dans le tableau de synthèse. Au cours de cette étape du travail, on a veillé à dresser un tableau détaillé des usages et de leur signification pour l’usager en cherchant à distinguer au maximum les cas de figure. La présentation d'extraits d'interviews a permis de rester au plus près de la vérité des usagers. Leur caractère narratif confère à la description une dimension de mise en drame : les usages s'inscrivent bien dans une visée et une durée ; ils impliquent un investissement affectif plus ou moins marqué, etc. Bref, le premier objectif clé de cette étude est atteint : rendre compte de la diversité des usages, dans une perspective compréhensive c'est-à-dire qui cherche à saisir le point de vue même de celui qui le pratique.

2On en vient ici à un deuxième objectif de ce travail : situer les différents usages les uns par rapport aux autres afin de saisir mieux en quoi ils se distinguent, voire s'opposent sur le fond. Ceci implique qu'on cherche à porter l'analyse au-delà des usages proprement dits pour discerner, à un niveau moins visible, les modes d'appropriation de l'espace qui sous-tendent les usages et que ceux-ci matérialisent. Cet exercice pousse la comparaison à un niveau plus complexe, plus profond et donc plus abstrait.

3Grâce à ce travail, on sera à même de mieux saisir les logiques spécifiques et les enjeux des différents types d'espace, de distinguer les profils d'usagers et surtout de voir en quoi usages et modes d'appropriation différents forment un système d’interaction complexe fait de complémentarités, d'oppositions, de coexistence harmonieuse ou de frictions... Ainsi, loin d'être un lieu d'usages simplement juxtaposés, le site apparaîtra davantage pour ce qu'il est en réalité : la matrice d'usages, souvent concurrents, qui cherchent à composer ou à s'imposer au détriment d'autres.

4Un tel travail de mise en contraste de modes d'appropriation peut se faire en structurant les observations à partir d’axes de compréhension. Deux axes fondamentaux se dégagent des analyses. Ils se sont en quelque sorte imposés au terme d'une recherche, par essais successifs, du mode de structuration capable de rendre le mieux possible justice aux divergences de fond révélées par l'examen des interviews.

5On commencera donc par présenter ces deux axes en situant, à partir d'eux, les usages les uns par rapport aux autres. Grâce à ce travail on pourra distinguer quatre modes d'appropriation différents de l'espace qui interagissent pour produire le site dans son existence concrète. Ces interactions feront l'objet de l'étape suivante.

6Ces modes d’appropriation et les profils d’usagers qui leur correspondent ne constituent pas, à proprement parler, des catégories concrètes d’usagers mais bien des repères qui constituent ensemble un schéma d’intelligibilité grâce auquel les comportements concrets peuvent être mieux saisis et compris. Ils constituent un support à partir duquel on espère pouvoir mieux penser l’usage des espaces.

1. – Les axes de compréhension

7Deux axes fondamentaux se dégagent des analyses.

1. – L’axe espace unique/espace substituable

8Le premier pôle de cet axe correspond aux situations où l’usager n’a guère le choix de l’espace, pour quelque raison que ce soit : impossibilité d’aller ailleurs pour l’activité qu’il souhaite pratiquer, forte charge symbolique et psychologique de cet espace-là en particulier... L’espace s’impose à lui sans concurrence et sans discussion. Il se caractérise par sa rareté. L’usage est intimement lié à l’espace lui-même ; il n’aurait guère de sens ou n’existerait probablement pas ailleurs.

9En revanche, le second pôle de ce premier axe correspond aux situations où l’usager a le choix de l’espace. L’activité pourrait fort bien avoir lieu ailleurs. Si elle se déroule dans cet espace particulier, c’est en raison de circonstances particulières ou par commodité. Que l’usager s’y engage intensément ou non, son usage de l’espace pourrait également avoir du sens autre part, dans un autre espace semi-naturel ou dans un parc par exemple.

2. – L’axe “espace à forte implication/espace à faible implication ou espace instrumentalisé”

10Le premier pôle de cet axe correspond aux situations où l’usager s’implique intensément dans l’espace dont l’usage compte beaucoup à ses yeux. L’espace est, par exemple, son chez-soi, le lieu physique ou mythique de ses racines, le théâtre de connivences auxquelles il tient, un refuge secret où il se régénère ou soigne ses blessures... Il s’engage de tout son être dans l’activité à laquelle il s’adonne. Loin d’être une simple ressource, l’espace a, par ses qualités pour l’usager, un poids actif dans ses pratiques.

11En revanche, le second pôle de cet axe correspond aux situations où l’usager instrumentalise l’espace qui est considéré comme une simple ressource. Il l’utilise sans que ce site compte réellement pour lui. Sa logique est celle de l’opportunité.

12Le croisement de ces deux axes dessine un espace dans lequel viennent prendre place les usages et ceux qui les produisent, ou plutôt quatre zones à l’intérieur desquelles peuvent être distingués des modes d’appropriation spécifiques et des profils d’usagers.

2. – Modes d’appropriation de l’espace et profils d’usagers

13A partir de ces deux axes et de leurs pôles, quatre modes d’appropriation de l’espace peuvent être distingués.

1. – Le mode de l’enracinement

14Ce mode conjugue une forte implication de l’usage dans l’espace et une perception de ce dernier comme lieu unique une fois pour toutes.

1. Description

15Dans ce mode, un espace semi-naturel donné apparaît comme un lieu unique qui n’entre pas en comparaison avec d’autres espaces fussent-ils du même type. Ainsi, on n’y retrouvera pas d’usagers fréquentant également d’autres espaces semi-naturels. Le registre utilisé pour parler de l’espace est de caractère fusionnel. L’usager fait partie, hors de tout choix individuel, d’un monde déjà construit, déjà là. Il participe d’un univers qui le dépasse ; sa seule “mission” étant de le perpétuer.

2. Usagers typiques

16Ce rapport à l’espace s’inscrit dans une démarche collective et traditionnelle ; le site participe à l’histoire de la communauté et contribue à la construire. Ce mode d'appropriation est surtout porté par des habitants riverains qui perçoivent leur quartier comme un tout, dont la mobilité est autocentrée autour de ce quartier et contrainte quand il s’agit d’aller à l’extérieur. Sa sociabilité se forme autour des réseaux primaires (voisinage, famille...). Toute prise de distance à l’égard de la communauté peut être signe de tension, de déchirement. Ce modèle divise le monde et ses représentations : il fonctionne sur le mode du dedans/dehors, du nous/eux ; les premiers termes étant connotés positivement, les seconds évoquant un péril pour l’équilibre de “son” monde. Sociologiquement, ce modèle est porté par des personnes en phase d’exclusion sociale, même relative. Il s’agit de personnes âgées qui raisonnent le monde sur l’opposition entre “l’avant qui était bien/le maintenant où tout fout le camp”. Ce sont aussi des personnes, pas nécessairement âgées, qui ne se sentent pas prendre part à la production du monde actuel : un monde changeant, cosmopolite, économiquement instable auquel ils ne peuvent s’adapter. Ces personnes sont marginalisées socialement, culturellement et économiquement. Ce modèle et le profil d’usagers auquel il correspond sont en déclin car ces derniers ne sont guère capables d’infléchir les productions sociales dominantes. Ils ne participent plus à la production de la ville mais la subissent.

3. Spécification de l'espace semi-naturel

17L’espace semi-naturel n’est pas recherché pour ses qualités biologiques et écologiques, ni même esthétiques mais bien plus parce que, étant déjà là, il fait partie intégrante de la communauté, dans sa matérialité et dans son histoire. Il fonctionne comme un garant du maintien de la communauté comme telle et est un des éléments de sa perpétuation. Il est donc revendiqué comme lieu du statu-quo, du non-changement. C’est précisément par peur du changement, perçu comme élément déstabilisateur et “agresseur” de la communauté, que l’espace semi-naturel ne peut subir aucun aménagement (qui, en outre, attirerait du monde que l’on ne connaît pas). L’implication effective de l’usager dans l’espace peut être très réduite. Le site n’est pas nécessairement un lieu d’usages intensifs et multiples. L’espace effectif de l’usage peut d’ailleurs être considérablement plus restreint que l’espace du site dans sa totalité.

4. Usages-types

18Ce sont les usages liés à la production, à l’espace de vie, les potagers pour les “anciens habitants”, les promenades d’initiation et de transmission du monde.

2. – Le mode de l’implication élective

19Ce deuxième mode, également bien représenté dans l’analyse, conjugue une forte implication symbolique et affective dans l’espace semi-naturel et une perception de ce dernier comme un espace non plus unique mais potentiellement substituable.

1. Description

20On prend ici conscience que le site est intégré dans un réseau d’espaces répondant à une même problématique urbaine. Le lieu et l’usage ne sont plus en-deça de tout choix d’implication, ils y concourent, ils ne sont pas déjà là, ils sont choisis. L’usage spatialisé repose sur un choix individuel et volontariste. On parlera de processus d’individuation car l’individu et non plus le groupe d’appartenance décide lui-même des choix à faire et assure lui-même la maîtrise de ses réseaux d’activité et de sociabilité. Ce processus d’individuation n’est pas un signe d’individualisme ou d’égocentrisme : au départ de ses choix l’individu va au contraire tenter de s’intégrer dans différents groupes ou va en constituer, non plus tellement sur base de son appartenance à un monde déjà là mais plutôt à partir d’un choix raisonné. Il s’agit d’une “individuation solidaire”. Par ailleurs, l’investissement dans un usage peut être très fort sans que celui-ci ne repose une fois pour toute sur un espace déterminé. Ni l’usage, ni le lieu ne sont définis une fois pour toutes. Ceci ne signifie pas pour autant que la pratique est indifférente au lieu où elle se déroule ; au contraire bien souvent l’espace est très actif dans la construction de la pratique mais il est perçu comme intégré dans un réseau d’espaces qui, plutôt que d’entrer en concurrence, lui donne un surplus de sens. Faire son jardin à tel endroit a d’autant plus de sens que cette pratique s’intègre dans un réseau d’autres pratiques qui participent de la même sensibilité (métier, engagement politique...) et dans un réseau d’espaces qui sont tout autant investis.

2. Usagers typiques

21Les producteurs de ce modèle d’appropriation, s’ils peuvent habiter dans le quartier et se sentir en faire partie, en prennent distance par leur faculté de mobilité (aussi bien physique que mentale) et par la multiplicité de territoires investis et inventés. Cette faculté de se déterritorialiser pour se reterritorialiser sur le modèle électif laisse apparaître un espace fortement investi mais potentiellement aussi facilement délocalisable (ainsi le travail des naturalistes qui peut être fortement investi dans un espace donné mais qui peut se reproduire ailleurs) et dont l’investissement peut s’inscrire dans un temps relativement balisé.

22Les personnes se rapprochant de ce profil d’usagers sont des personnes en phase non plus d’exclusion mais d’insertion, voire d’ascension sociale. Elles sont souvent diplômées d’études supérieures. Leur implication dans les espaces semi-naturels va souvent de pair avec d’autres formes d’engagements politiques, sociaux ou culturels. Elles entendent non seulement participer aux différentes productions sociales mais, bien plus encore, innover. Elles inventent ainsi des nouvelles formes de sociabilité, de nouvelles manières de faire la politique, de produire la ville. Elles sont avides de connaître. Ce mode d'appropriation est en développement.

3. Spécification de l’espace semi-naturel

23Ses spécificités biologiques prennent ici plus d’importance : s’il n’est pas toujours dénommé comme espace semi-naturel (ce qui est le cas surtout pour les naturalistes et les défenseurs du site), on y recherche son caractère sauvage, brut et non policé. La plupart des usagers de ces lieux s’inspirent de leurs caractéristiques “naturelles” : l’un pour s’y recueillir, l’autre pour s’y cacher, le troisième pour observer les métamorphoses de la nature, ou encore pour y trouver des sources d’inspiration à la création... En cela, l’espace semi-naturel ne peut être “échangé” contre un parc urbain. L’appréhension effective du lieu est souvent plus globale que dans le premier modèle où le fait de “l’avoir toujours connu” dispense de le découvrir. Dans ce second modèle, l’esprit de découverte prévaut. L’espace s’élargit.

4. Usages-types

24Les usages-types développés préférentiellement sont ceux qui s’organisent autour de la sensibilité écologique, qu’ils prennent la forme de la défense du site et de sa gestion, de l’organisation ou de la participation à des visites guidées, de l'entretien d’un potager “biologique” ou de promenades de recueillement.

3. – Le mode de l’instrumentalisation de l’espace rare

25Ce troisième mode conjugue la perception du lieu comme lieu unique, et une faible implication dans ce lieu.

1. Description

26Si, bien souvent, le site est perçu comme un lieu unique il n’est pas pour autant investi symboliquement et effectivement. On assiste à l’instrumentalisation de l’espace réduit à un rôle de support de l’activité. Les usagers s’y rendent en raison de sa proximité et de la rareté d’espaces adéquats. Ce modèle repose, pour l’usager, sur un calcul associant rareté et économie de mouvements. Cette dernière peut être liée à la perception de sa propre immobilité qu’elle soit physique ou mentale : on ne s’imagine pas oser être ailleurs. L’usager se voit comme un consommateur rationnel d’espaces qui établirait des courbes d’indifférenciation où, à usage et distance donnés, un seul lieu serait économiquement “consommable” mais qui subirait en même temps une situation de monopole (rareté de ces espaces à proximité).

27L’instrumentalisation de l’espace, qui reste, ne l’oublions pas, un espace de proximité, montre la privatisation des usages que ce modèle suggère. Il ne s’agit plus ici de s’intégrer dans un espace, signe de la communauté, ni de le choisir pour y faire quelque chose, mais d’en user pour ses fins personnelles et... solitaires. On pourrait parler de processus de “privatisation solitaire”. L’usage n’implique que l’individu.

2. Usagers typiques

28Les producteurs de ce modèle sont des riverains de l’espace semi-naturel qui connaissent un certain degré d’immobilité spatiale. Leur pratique est avant tout individuelle et leur appropriation de l’espace privatisée ; parmi ces usagers, on n’en a pas rencontrés qui faisaient référence à des valeurs collectives qu’elles soient de statut (faire ou non partie d’un monde) ou d’engagement (changer le monde et/ou y participer). Ces profils d’usagers font partie de la classe moyenne aussi bien par l’âge que par la position socio-économique. Contrairement aux modes précédents, les valeurs défendues sont avant tout des valeurs individuelles. On n’y décèle pas d’attachement affectif à l’espace. Ce profil d’usagers n’entend exercer aucun rôle particulier dans les productions sociales, et notamment dans celle des espaces semi-naturels, du moins de manière volontaire.

3. Spécification de l’espace semi-naturel

29Si ce n’est sa proximité avec des groupes d’habitat le faisant entrer dans le panier des espaces accessibles, l’espace semi-naturel n’est pas perçu dans ses autres dimensions. Un de ses avantages, en plus de la proximité, peut être sa fréquentation relativement faible. C’est un lieu dont on use parce qu’il est proche de son chez-soi. Cette nécessaire proximité peut être liée à la nature de l’usage (pour y promener le chien tous les jours, il faut aller à pied et il n’y a rien d’autre comme espace vert à proximité) mais aussi à la perception que l’usager a de sa propre immobilité.

4. Usages-types

30Les usages étudiés qui renvoient le mieux à ce modèle d’appropriation de l’espace sont la promenade et, plus particulièrement, la promenade quotidienne du chien.

4. – Le mode de l’instrumentalisation de l’espace abondant

31Ce dernier mode s’inscrit à la fois dans une instrumentalisation relativement forte de l’espace (l’espace est un support à l’activité) et dans son caractère substituable (il n’est potentiellement pas le seul à pouvoir être le support à l’activité en question). Encore rare dans nos observations, il pourrait néanmoins s’imposer dans certains espaces.

1. Description

32A la différence du modèle précédent, l’usager ne subit pas une situation de monopole de l'espace. La pratique du site ne repose plus sur une relative immobilité de l’usager. Celui-ci est potentiellement toujours mobile et dispose donc d’un éventail de lieux où sa pratique peut être spatialisée. L’usager est donc ici en situation de choix de lieux accessibles et appropriables. Comment fait-il donc pour choisir ? Comme tout “consommateur rationnel”, il va croiser une batterie de critères intégrant la proximité, le temps dont on dispose, les amis que l’on peut s’y faire ou y rencontrer, l’esthétique du site, la saison, son désir d’aventure par rapport à son désir de sécurité, les vêtements que l’on porte et dont on dispose, l’argent que l’on a ou que l’on n’a pas... A partir de ce calcul, un site sera choisi et l’activité s’y déroulera. Comme le deuxième, ce mode repose sur le choix mais sans que celui-ci ne suppose une implication forte dans l’espace. L’espace est perçu comme un bien consommable (qu’il soit reproductible ou non importe relativement peu), substituable car il se construit plus à partir d’images surplombantes, globales (Le Pajottenland, La forêt, La Belgique Joyeuse, le Center Park...) et reproductibles qu’à partir d’interactions singulières entre le lieu, l’histoire et l’usager.

2. Usagers typiques

33Les producteurs de ce type de modèle sont ce que l’on pourrait appeler les nouveaux consommateurs urbains relativement mobiles et qui usent, sans parcimonie, des différents avantages présents sur le marché de la ville. Ils consomment tel ou tel espace en fonction du moment, du temps, de ce qui existe ailleurs sur le marché. L’espace devient objet de mesure et de concurrence et ses usages, quantitativement, s’appauvrissent : à chaque usage correspond à la limite un espace. Ces “nouveaux” usagers urbains ne cherchent pas à participer à la production de la ville mais bien à sa consommation. Ils répondent à un phénomène de massification de la consommation des attributs de la ville. On n’est plus ici dans un processus de distinction mais bien d’imitation. En termes socio-démographiques, ils sont sans doute plus hétérogènes que ceux qu’on a tenté de décrire précédemment. Ceci pourrait se comprendre par le fait qu’ils s’identifient plus à des modèles de référence que d’appartenance. Grossièrement on pourrait dire qu’ils sont plutôt jeunes, disposant davantage d’un capital économique que d’un capital intellectuel. Ce modèle est sans doute aucun en développement.

3. Spécification de l’espace semi-naturel

34Les usagers correspondant à ce mode ont le choix de venir ou non dans le site, ils ont le loisir de le choisir parmi d’autres. S’il est élu c’est parce qu’il répond le mieux aux différents critères mis en avant lors du processus de choix. Les caractéristiques propres à un espace semi-naturel ne sont pas les premières à être prises en compte dans le choix du lieu. Notons que les activités développées préférentiellement dans ce mode (les activités sportives, de délassement, la résidence au vert) sont surtout représentées au Neerpede, dans la partie qui correspond sans doute le moins à ce qu’on entend par espace semi-naturel. Par l’absurde on pourrait dire que la spécificité de l’espace semi-naturel dans ce modèle est de ne pas être considéré comme tel, ni d’être investi des qualités qui sont habituellement les siennes.

4. Les usages-types

35Ils sont surtout présents au Neerpede et, de manière marginale il est vrai, au Kauwberg. Ils existent dès lors que la publicité du lieu est assez active et/ou que certaines infrastructures existent. Il s’agit de certaines activités sportives, des grandes promenades migratoires les dimanches ensoleillés...

36A partir des perceptions que les usagers ont de leurs pratiques et de l’espace dans lequel elles se déroulent, quatre modes d’appropriation différents de l’espace ont pu être distingués, qui correspondent à quatre profils d’usager. Comme on l’a vu, ces modes et ces profils n’engagent pas seulement les usages d’un lieu mais aussi la manière dont est perçu le monde environnant, en l’occurrence le monde urbain, ainsi que la manière dont on se perçoit soi-même dans ce monde : y est-on pour le changer, pour le consommer, pour s’y fondre, ou simplement pour y passer ? En fonction de cela, la manière d’user des espaces semi-naturels et de s’y impliquer va changer.

37Si l’on revient au graphe, on peut à présent le compléter comme suit :

38Ces différentes significations et les usages qui leur correspondent démontrent en tous les cas l’étonnante plasticité de l’espace semi-naturel qui permet à des usages aussi divers, dans leur matérialité comme dans leur signification, d’exister. La question qui reste à poser est précisément celle des conditions de coexistence entre ces différents modes d’appropriation. Y a-t-il bien coexistence, et dans ce cas, est-elle harmonieuse ou source de tensions, de conflits et de luttes pour la suprématie de l’un ou de l’autre ? C’est l’objet de ce qui suit.

3. – Le système d’interactions entre les profils d’usagers

39Jusqu’ici on s’est intéressé principalement à comprendre les modes de perception associés aux différents types d’usage, un peu comme si chacun d’entre eux était indépendant des autres. Or l’existence, l’émergence, la continuité, le développement ou la disparition de certains usages ne peuvent se comprendre sans la confrontation des modes d’appropriation entre eux. Certains usages naissent au détriment d’autres qui disparaissent parce qu’ils sont devenus illégitimes, anachroniques. C’est ce processus qu’il nous faut à présent étudier. Ceci revient à analyser la manière dont l’espace est produit socialement.

40On peut retenir trois modes d’analyse de production de l’espace, en l’occurrence ici de l’espace semi-naturel :

  • Le mode de production individuelle : l’espace se produit, pour chaque usager, au travers de son propre usage. Cela revient à se demander ce qu’est l’espace en question pour l’usager. Cette analyse a déjà été menée : pour l’un l’espace semi-naturel est un potager, pour l’autre un réservoir de légendes, l’itinéraire de la promenade du chien, une réserve naturelle... Chacun, au travers de l’usage et de l’histoire qu’il se raconte, produit son site à lui.

  • Le mode de production collective : au travers de ces productions individuelles on voit poindre des processus qui mettent en œuvre des rapports de force et des alliances qui surplombent la pratique d’un individu particulier et qui s’articulent autour d’un système d’interactions rendant les usages et les usagers inégaux entre eux. Ainsi une activité peut devenir illicite parce qu’un nouvel usager entre en jeu qui a la capacité d’imposer un usage au détriment du précédent. C’est ce mode de production d’espace qui est étudié ici. Concrètement, dans cette partie de l’étude, on va s’intéresser aux rapports réciproques qu’entretiennent les usagers à partir des modes d’appropriation de l’espace qu’ils mettent en place. On va tenter d’étudier les rapports entretenus entre les usagers, la capacité qu’a chacun d’entre eux d’imposer sa propre perception de l’espace et du bon usage et le jeu existant entre les usagers autour de l’enjeu de la production de l’espace.

  • Enfin le mode de production politique : l’espace se produit au travers du jeu des acteurs (la commune, les associations de défense du site, les promoteurs, la Région...). A partir de leur propre perception de l’espace urbain et de la nature de leur investissement, ils vont décider, dans un jeu d’alliances et d’oppositions, de ce que va devenir l’espace. Ce jeu actoriel qui se passe dans la sphère des décisions ne sera pas abordé ici.

1. – Le mode de l’enracinement

1. La production de l’espace

41Ce mode tend à produire un espace exclusivement réservé à la communauté elle-même et basé sur la fermeture vis-à-vis de l’extérieur. Intracommunautaire, il se reproduit “naturellement” aussi longtemps que la communauté elle-même n’est pas mise en question. Dès lors qu’un changement se manifeste, il est perçu comme un élément de perturbation. Ce rejet de l’extérieur est de plus en plus fréquent alors que les personnes vivant ce mode communautaire se sente de plus en plus exclues C’est en quelque sorte le syndrome de la fin d’un monde. Dès lors l’espace se referme et devient refuge.

"La ville quand je peux l’éviter je n’y vais pas. Je ne reconnais plus ma ville de Bruxelles. Tout ce qu’on a connu on démolit et tout ce qu’on a aimé on le fait partir. Les Bruxellois sont remplacés par une population qui ne connaît pas Bruxelles-ville. C’est pour ça qu'ici on se sent encore un peu en dehors, on est tranquille.” (Les pensionnés du Moeraske)

42Cependant, même dans l’espace semi-naturel, on finit par ne plus se sentir tranquille parce que les changements surviennent avec l’apparition de nouveaux usages et de nouveaux usagers.

2. Le rapport aux autres usagers

43Ces derniers sont perçus comme illégitimes et menaçants : “On n’est plus maîtres chez soi” (M. D., Neerpede). La menace se cristallise autour de la thématique du bouc émissaire : l’étranger (“les maghrébins commencent à venir au Neerpede” (M. H. Neerpede). Sont également visés “le jeune en bande, le promoteur qui sent l’argent sale, la ville qui menace le quartier et le site : “Bruxelles arrive chez nous, on se sent chassés" (M. D., Neerpede).

44Puisque ce mode se fonde sur le statu-quo, la perméabilité aux nouveaux usages est relativement faible. Cependant ce mode d'appropriation est peu puissant et n’a plus le pouvoir d’imposer le monopole de la bonne perception de l’espace, ni celui des bons usages. Cela se traduit de deux manières : d'une part un sentiment d’impuissance et un certain fatalisme face aux changements qui se transforment rarement en revendications. S’il y a des “coups de gueule”, ils ne se traduisent pas nécessairement dans un engagement actif. D'autre part, une alliance “quasi obligée” avec l’association de défense du site qui s’est imposée comme productrice d’usages et d’espaces et qui a le mérite de défendre le site, “tel quel” ou à peu près. Cette alliance est passive et ne se traduit pas souvent dans le champ de l’action collective visant à défendre le site. Elle s’accompagne au contraire d’une méfiance chronique ravivée à chaque mise en question du statu-quo du site. Ainsi au Moeraske, une lettre en provenance de la SNCB, propriétaire des lieux, demandait aux jardiniers de supprimer les “kots à jardin”. Ceux-ci ont cru que c’était là une manière “pour les écolos” de les faire partir et de prendre leur place.

45Cette méfiance se traduit également par un désintérêt parfois appuyé et en tous les cas “condescendant” pour les activités proposées par les associations :

“Je n'ai pas besoin d’aller me promener, je connais tout mieux qu’eux”. (M.W., Moeraske)

46En termes de production d’espace, le mode de l’enracinement, s’il continue à percevoir l’espace semi-naturel comme un espace absolu et exclusif, comme un des derniers signes de la permanence du monde et de son immuabilité, se trouve en situation défensive par rapport à d’autres productions : celle, entre autres, des propriétaires des terrains qui pensent modifier leurs fonctions et leur image ainsi que celle aussi des nouveaux producteurs d’espace que sont les associations de défense du site. Ce mode n’arrive plus à s’imposer sur le marché des productions urbaines.

2. – Le mode d’implication élective

1. La production de l’espace

47Ce mode est, quant à lui, producteur d’un espace qui se crée bien plus au travers des multiples appropriations effectives et volontaires qu’à partir d’une appartenance à un monde. La production d’espace est volontaire et revendicative et ne se joue pas sur la permanence mais sur le changement. C’est ce mode qui produit l’espace comme site semi-naturel. Les promoteurs de ce mode raisonnent également l’espace semi-naturel à une autre échelle : l’échelle pertinente n’est plus le quartier (qui s’oppose plutôt dans le premier mode à la ville “démonisée”) mais souvent la ville-Région dans laquelle l’espace semi-naturel, en tant qu’espace rare, prend du sens, voire le cosmos dans lequel le moindre espace naturel devient un témoignage de la nature.

48Dans ce mode d'appropriation, ceux qui se présentent comme producteurs légitimes de l’espace semi-naturel sont les associations de défense du site qui lui donnent un statut, décrètent les stratégies à mener par rapport aux autres producteurs d’espaces, édictent les règles du bon usage et en définissent les transgressions. Les autres usagers participant à ce mode sont ceux qui répondent le mieux à ces offres d’usage mis en place par les associations de protection : les promeneurs guidés participent aux visites organisées par ces dernières, les “nouveaux” jardiniers peuvent en faire partie ou être sensibilisés à la question écologique ; tous, en tous cas, participent plus ou moins activement à la légitimation du site en tant qu’espace semi-naturel. Les offreurs d’usage (les associations) sont des acteurs puisqu’ils portent la défense du site sur le champ des revendications urbaines et créent un statut pour le site et pour les usagers de l’espace en le travaillant, en le gérant. Ils ont la capacité de définir les usages légitimes et non légitimes du site, puisqu’ils ont le monopole de sa défense, en regard des autres usagers.

49Les définitions légitimes de l'espace peuvent varier d'un site à l’autre mais s’articulent autour de trois conceptions de l’espace semi-naturel. La première conception se base sur l’idée qu’un espace, fût-il semi-naturel, prend sens à partir des usages et des appropriations qu’il permet et suggère. Elle se fonde également sur l’idée que c’est un espace urbain qui prend sens à partir de la ville.

“Pour nous ce n’est pas un jardin privé. C’est quelque chose qui vit ici, c’est un lieu vivant qui appartient au quartier, qui appartient à tout le monde. C’est notre plaisir de voir que les gens apprécient”. (M. D., Moeraske)

50Dès lors que l’usage prime “il est plus important d’avoir un parc public rue Zénobe Gramme qu’une réserve naturelle” (M. D., Moeraske). Cette conception s’appuie donc sur une stratégie d’ouverture et de perméabilité aux usages et sur l’idée que les usagers adaptent leur comportement en fonction de la perception qu’ils ont de l’espace (plus un espace est approprié moins il y a du vandalisme). Elle tend même à intégrer certains usages dits “illicites”. Ainsi, en est-il du bronzeur du parc Walkiers qui écrase bien quelques espèces mais qui, en même temps, par la perturbation qu’il engendre, favorise l’apparition de nouvelles fleurs et plantes absentes ailleurs.

“Les VTT, les gosses qui dévalent les pentes, c’est le genre de choses qu’on doit décourager mais qu’on aime bien aussi parce que ça fait un peu bordel”. (M. D., Moeraske).

51L’offre d’usage joue ici sur l’ouverture de l’espace.

  • 10 M. PÉRALDI, Les espaces verts et leurs mythes, Le genre Humain no 12, Printemps-été, Paris, 1985.

52La seconde conception voit dans l’espace semi-naturel “le degré zéro de l’écriture urbaine”10, le substrat de base à partir de quoi la vie a du sens et qui fait son unanimité. La ville et ses usagers viennent pervertir la production de nature encore présente dans les trop rares espaces semi-naturels. La ville est autoritaire, anti-nature, elle a toujours voulu la dominer. Il faut dès lors protéger celle-ci des agressions urbaines tant que l’homme n’est pas prêt à comprendre le message de sa propre “naturalité”. Au nom de la défense de l’univers et des usages futurs, cette conception tend à réduire les usages actuels et à rendre l’espace semi-naturel le moins perméable possible. Pour elle, le promeneur de chien n’est pas un allié mais au contraire empêche certaines expressions de la nature. L’offre d’usage proposée joue ici essentiellement sur la fermeture de l’espace et sur la définition d’usages intrinsèquement non désirés. La troisième conception est de nature stratégique et pragmatique. Il s’agit avant tout et dans un premier temps de démontrer l’utilité de l’espace semi-naturel en milieu urbain et donc de tolérer des usages que l’on peut estimer par ailleurs non désirés, afin de démontrer aux acteurs politiques l’intérêt de sauvegarder le site. Après que la sauvegarde ait été signifiée, rien n’empêchera d’établir un système d’ouverture/fermeture aux usages tendant à les différencier selon leur impact sur la nature. L’offre d’usage joue sur l’ouverture/fermeture selon les temps et les stratégies mises en place.

2. Le rapport aux autres usagers

53Si les offreurs d’usage ont la capacité de créer des usages sous forme de visites guidées, de gestion du site, de “sentiers pédagogiques”, les usages pouvant exister sur les sites ne se limitent pas à eux. Des usages antérieurs survivent et de nouveaux se produisent indépendamment de toute offre organisée. Il existe aussi des systèmes de transgression d’usage et de contournement qui reformulent l’espace sans cesse différemment en faisant autant de lieux de secondarité (passages de clôtures installées pour permettre la fauche, dévalements utilisés pour faire du VTT, constructions de cabanes, braconnage). Il est intéressant d'observer ici que “les offreurs d’usage”, par le système de légitimation des usages qu’ils mettent en place consciemment ou inconsciemment, en facilitent certains ou au contraire les découragent. Ils vont donc mettre indirectement sur pied des systèmes de transgression différents selon le degré de perméabilité qu’ils autorisent... en oubliant dans certains cas que les usages qu’ils ont eux-mêmes mis en place sont souvent juridiquement des transgressions puisqu’ils constituent des appropriations collectives d’un espace privé.

  • 11 Ne rendons pas la réalité trop angélique, il nous est apparu que certaines associations fonctionnai (...)

54Les alliances et oppositions entre usages et usagers varient donc selon les conceptions que les associations ont de l’espace semi-naturel. A l'égard des promoteurs (publics ou privés), ce sont les oppositions qui prévalent. Par rapport aux autres usages, tout dépend de la manière dont l’association envisage l’espace semi-naturel. Mais en règle générale, les usages qui voient dans l’espace semi-naturel un “espace consommable et substituable” (mode d’instrumentalisation de l'espace abondant) ne sont pas bien perçus. Quant aux alliances, elles vont tenter de s’ancrer plus symboliquement qu’effectivement auprès des gens du quartier et auprès d’autres associations de sites semi-naturels générant ainsi le concept de réseau vert urbain11.

55Le mode d’implication élective a la capacité de produire un espace et de l’imposer sur le “marché” des productions spatiales. Il produit l’espace semi-naturel en lui conférant son statut et en lui donnant ainsi du poids dans le champ des négociations avec les autres acteurs urbains. Cette production d’espace, si elle part du champ des sciences de la nature, tend à chercher sa légitimité dans le champ de l’usage urbain. Elle le fait en offrant de nouveaux usages.

56Cette nouvelle production d’espace contribue donc à créer de nouveaux usages urbains qui tendent à se substituer aux plus anciens. Elle peut tendre vers une restriction d’usages au nom de la protection du site (système de barrières, surveillance, actions auprès des autorités communales pour interdire certains usages).

3. – Le mode d’instrumentalisation de l’espace rare

1. La production de l’espace

57Ce mode, basé sur la consommation d’un espace rare génère des pratiques finalement bien peu spatialisées en ce que l’espace ne joue pas un rôle très actif dans la production de l’usage. Il est perçu par défaut ou en fonction des conditions posées par l’usage lui-même. Ainsi, c’est le chien et ses exigences qui organisent les modalités de la pratique (qu’il n’y ait pas d’autres chiens, qu’il puisse courir en liberté, qu’il soit possible de varier les itinéraires pour qu’il ne s’ennuie pas).

“C’est à cause du chien qu’on se promène, sinon on n’a pas le temps”. (Μ. H., Kauwberg)

2. Le rapport aux autres usagers

58Les rapports qu’entretient le producteur-type de ce mode d’appropriation avec les autres usages sont relativement restreints et indifférents. Le promeneur de chien ne développe généralement que cet usage, du moins dans ce lieu. Les tensions qui peuvent exister sont surtout le fait des propriétaires de chiens entre eux. La capacité d’imposer ce type d’usage dans le site est sans doute en perte de vitesse, les promeneurs de chien étant en position défensive par rapport aux critiques dont ils sont l’objet. En effet, de plus en plus souvent le promeneur de chien est perçu par les offreurs d’usage que sont les associations comme perturbateurs de l’écosystème. Ce n’est cependant pas le cas de toutes les associations de défense ; les unes, pour des raisons stratégiques, font des promeneurs de chien des alliés parce qu’ils sont très nombreux. D’autres y voient encore un usage sociologiquement riche de sens. Ces usagers n’entrent pas dans des alliances avec d’autres, tout au plus signeront-ils des pétitions pour prévenir des menaces extérieures pesant sur le site. Néanmoins ces pétitions servent de catalyseur à l’émergence d’un nouveau statut pour le site en question : celui d’espace semi-naturel.

59On ne peut parler de production de l’espace : il n’y a en effet aucune volonté de transformer le site.

4. - Le mode d’instrumentalisation de l’espace abondant

1. La production de l’espace

60Ce mode est sans doute celui qui entre le plus directement en conflit avec les autres modes d’appropriation car il tend non seulement à s’y substituer mais aussi à monopoliser la production de l’espace à cette fin. Pour les producteurs de ce mode d'appropriation, l’espace est substituable en ce que les émotions, les perceptions qu’il suggère sont volatiles et pourraient se recréer ailleurs à partir d’un décor semblable ou très proche. Il est consommable. Pour qu’il le soit, il faut cependant le doter d’infrastructures adéquates qui sont autant de signes de reconnaissance que les adeptes de ce mode se donnent à eux-mêmes.

2. Le rapport aux autres usagers

61Les rapports qu’il entretient avec les autres usagers ne sont pas nécessairement intentionnellement conflictuels : la seule existence de certains usages, parce qu’ils génèrent la présence d’infrastructures (c’est le cas de certaines pratiques sportives), des perturbations écologiques importantes (VTT, 4x4, motocross), parce qu’ils comportent des effets de masse (les promenades du dimanche) ou parce qu’ils remettent en question les situations de statu-quo et d’imperméabilité de l’espace, peut mettre en péril des usages qui n’ont pas la capacité de s’y opposer ou de développer d’autres productions de l’espace. Cependant, ces rapports peuvent parfois être ouvertement conflictuels, comme avec les associations de défense du site et les groupements écologiques au Neerpede.

"On ne peut pas aller sur les terres agricoles pour ramasser nos balles. Bonjour le plaisir pour aller les rechercher”. (M. G., Neerpede)

62Les conflits d’usages qui surgissent entre ce mode d'appropriation et les autres naissent de la volonté de conquérir le monopole de la production de l’espace (que cette volonté soit manifeste ou non) et de son appropriation. Le type de production spatiale que ce mode propose est une production à grande échelle facilement substituable, s’il n’y a pas de phénomène de rareté, sur le marché des espaces des loisirs et de détente. En émergence, il ne s’est pas encore imposé dans les espaces semi-naturels ; mais certains d’entre eux sont l’objet de tension entre les associations de défense et les promoteurs de ce modèle.

63Le tableau qui suit devrait permettre de mieux comprendre les lieux de tensions qui naissent autour de la problématique de la création et de la gestion d’un espace.

64User d’un espace et y développer telle ou telle pratique dépasse de loin la création de conditions d’usages et la mise sur pied de systèmes d’interdictions. Même si le processus est inconscient, les conditions d’existence et de production d’un usage donné, de sa permanence ou de son éviction s’intègrent dans des rapports de force, des systèmes d’alliance entre individus et groupes et, plus profondément, dans des modes de production de l’espace qui en disent plus long qu’on ne le croit sur les représentations que les individus se font d’eux-mêmes et du monde dans lequel ils vivent.

65Si on relit différemment ce tableau, on peut retirer deux éléments importants dans la compréhension des systèmes d’interaction entre usages présents dans les différents sites semi-naturels :

66Les deux modes qui seraient ou sont en capacité d’imposer leur propre production de l’espace et les usages y afférents et qui se mettent en position de le faire sont les modes qui, en termes d’appropriation, bénéficient d’un choix relatif (le mode d’implication élective et le mode d’instrumentalisation de l’espace abondant). Ces deux modes ne perçoivent pas l’espace semi-naturel comme un espace unique et auquel ils sont “obligatoirement” attachés. En termes de productions urbaines, ces deux modes, s’ils sont souvent en opposition, sont deux modes dominants que l’on retrouvera d’ailleurs dans d’autres champs de revendication. Ce qui les différencie, outre la perception qu’ils ont de l’espace urbain et de l’espace semi-naturel en particulier, c’est la conscience qu’ils ont de participer à la production de la ville. Le mode d’implication élective revendique la légitimité non seulement de la production urbaine qu’il soutient mais aussi un statut, pour lui-même, de producteur. Le mode de l’instrumentalisation de l’abondance ne revendique sûrement pas un statut de producteur urbain mais bien de consommateur. Il se désapproprie explicitement des conditions de production des espaces qu’il affectionne. Qu’on les produise pour lui – les managers urbains et leurs départements de marketing s’en chargent – du moment que l’on produise.

67Les deux autres modes, mode de l’enracinement et mode de l’instrumentalisation de l’espace rare, ne sont pas en mesure d’imposer leur perception de l’espace et sont en passe de se voir dépossédés de leur monde. Le mode de l’enracinement n’arrive plus à revendiquer sa propre vision de l’espace. Quant au troisième mode, il ne se place pas dans le champ concurrentiel de la production de l’espace.

Le mode de l’enracinement

Le mode d’instrumentalisation de l’espace rare

– Production d’un espace exclusif et fusionnel

– Absence de production d’un espace en tant que tel, le mode produit surtout un usage

– Position défensive, incapacité de promouvoir ses productions spatiales et sociales

– Position indifférenciée par rapport aux autres modes, parfois position défensive par rapport aux offreurs d’usage qui voient en lui un élément perturbant l’éco-système

– Faible perméabilité aux usages dès lors que ceux-ci ne sont pas communautaires. Cette faible perméabilité construit un système de transgression basé sur les axes :
- avant/maintenant (les usages d’avant étaient mieux) ;
- dedans/dehors (les usages de l’extérieur sont mal perçus)

– Perméabilité aux autres usages

– Absence du champ des revendications :

  • respect de la notion de propriété privée ;

  • alliance mais passive avec les offreurs d’usage ;

  • - opposition passive au mode d’économie élective qui base son appropriation sur l’ouverture spatiale

– Absence du champ des revendications

Mode de production de l’espace : reproductible et non revendicatif.

Mode de production de l’espace : absence de mode de production.

 

 

Le mode d’implication élective

Le mode d’instrumentalisation de l’espace abondant

– Production revendiquée et en voie de légitimation sur le marché des productions spatiales, de l’E.S.N.

– Production de fait d’un espace consommable et substituable ; production d’un espace ouvert

– Production d’usages nouveaux liés au statut de l’espace

– Production d’usages nouveaux liés au statut de l’espace

– Position offensive, tentative d’imposer sa production spatiale

– Position offensive de fait car quantitativement importante sur le marché des usages

– Le système de perméabilité aux autres usages dépend de la perception du rapport entre espace et usage (Ouverture/fermeture). Le mode en tous les cas est en capacité d’édicter un système de transgression d’usages et de mettre des moyens en œuvre pour le faire respecter

– Le mode n’érige pas un système de transgression et se révèle souvent indifférent aux autres usages ; de fait, sa présence peut générer des conflits mais non nécessairement intentionnels

– Présence, dans le chef des offreurs d’usage du moins, sur le champ des revendications :

  • revendication d’un statut d’espace semi naturel ;

  • mise en cause du statut de propriété au profit de la notion de patrimoine et d’un droit à l’appropriation collective ;

  • mise sur pied d’alliances actives avec d’autres acteurs et d’opposition pour le monopole de la production de l’espace

– Représentation de ce mode par la présence de certains acteurs qui en sont les promoteurs (communes, promoteurs...) sur le champ des revendications mais davantage en position réactive par rapport aux offreurs d’usage. De fait, ce mode tend à diffuser sa propre production spatiale et à l’imposer, mais plus au travers de l’usage que de la revendication

Mode de production de l’espace : innovateur, volontaire et revendicatif

Mode de production de l'espace : de masse, non revendicatif et reproductible

68Deux modes posent un regard moral sur la production de l’espace et sur les manières dont on en use : le mode de l’enracinement et le mode de l’implication élective. Ils édictent avec plus ou moins de pouvoir un ensemble de règles de conduite et un système de transgressions à partir desquels les usages prennent sens, deviennent de bons ou de mauvais usages, s’inventent aussi (il y a des usages qui ne deviennent intéressants que parce qu’ils sont interdits). Ces deux modes sont ceux qui supposent un investissement affectif de l’espace qui devient lui-même producteur de l’usage. Parce que l’espace est en soi un enjeu, ils supposent que soient édictées des règles de son bon usage. Les deux autres modes reposent sur une perception de l’espace instrumentalisé qui entre dans une logique de marché. Ainsi selon la prééminence de l’un ou l’autre mode, pour chaque site, la logique de production de l’espace sera différente.

69La capacité qu’a un mode d’imposer sa propre production de l’espace dépend des alliances que ceux qui l'incarnent peuvent passer avec des instances et des acteurs qui interviennent dans les décisions, comme les communes, parfois propriétaires, qui délivrent des permis de bâtir et mettent au point des plans particuliers d’aménagement, comme c’est le cas pour le Kattebroeck, pour le parc Walkiers dans le Moeraske ou pour le Neerpede. D’autres communes, comme celle d’Evere, sont davantage sensibles à la notion d’espace semi-naturel. Ainsi aussi la Région... Ce point de vue, on l’a déjà dit, n'est pas analysé ici.

Notes

10 M. PÉRALDI, Les espaces verts et leurs mythes, Le genre Humain no 12, Printemps-été, Paris, 1985.

11 Ne rendons pas la réalité trop angélique, il nous est apparu que certaines associations fonctionnaient sur un localisme très poussé et ne pensaient pas la sauvegarde du site dans une optique solidaire. Mais ceci est un autre débat.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540