Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre ville et nature, les sites semi-naturels

 | 
François Ost
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Deuxième partie. Les sites semi-naturels bruxellois : usages et usagers

Chapitre I. Les usages des sites

Texte intégral

1Les liens qui se tissent entre le site et ses usagers peuvent être éclairés par l'histoire de l'espace semi-naturel, par sa morphologie ainsi que par son statut et son environnement immédiat. Ces aspects ont été présentés dans la partie précédente. Plus profondément, la compréhension de ces liens passe par l’examen des enjeux individuels et collectifs qui sous-tendent l’usage de l’espace, soit de ce en quoi il compte ou non pour ses usagers. Dans ce but, on repérera d’abord les usages présents sur chacun des six sites et on cherchera ensuite à comprendre ce qui fait sens pour l’usager dans la pratique qu’il accomplit sur le site.

  • 3 Ces critères n'ont pas été choisis au hasard ; ils ont été construits au terme d’une analyse explor (...)

2La démarche est ici d’abord descriptive : il s’agit de décrire les usages, en donnant la parole aux usagers eux-mêmes, dans un souci d’empathie. De nombreux extraits d'entretiens où les usagers “se racontent” dans le site donneront vie à cette description en la dotant d’une dimension narrative. Cette description s’inscrit dans une visée compréhensive : il s’agit de rendre compte de ce que ces usages représentent pour l’usager en tentant de se placer de son point de vue, de telle sorte que la singularité de ce point de vue puisse être saisie par rapport aux autres. En ce sens la démarche est aussi comparative, les différents points de vue étant décrits à partir de critères communs comme la temporalité dans laquelle l’usage s’inscrit, la signification de l’usage, ce qui y fait obstacle, la signification de l’espace, etc. A la fin de cette partie, un tableau récapitulatif reprendra les points clés de ce travail de différenciation des usages en fonction de ces critères3. Une telle démarche vise à dépasser un simple classement des usages en fonction de leur matérialité (le fait de se promener, de jardiner, de sortir son chien...) afin de voir au contraire combien une même activité matérielle peut avoir des significations et correspondre à des implications très différentes.

1. – L’espace semi-naturel comme espace de vie

3Pour certains riverains, l’espace est perçu comme un espace absolu dont l’usager ne pourrait se détacher tant sa vie y est liée. La perception d’un espace absolu s’exprime dans la dénomination du lieu : le village, la région, la paroisse renvoient à la notion de communauté, d’un tout, fût-il mythique, homogène et solidaire. Bien plus, le terme très souvent employé du “dedans” (“tu es né dedans”) exprime le caractère fusionnel liant les gens au lieu. On n’est pas ici dans l’ordre du choix, de l’élection d’un espace pour ses qualités mais bien dans celui de la situation de fait. Il ne s’agit pas de s’y plaire ou non, on y est. C’est le monde où on a sa maison, son travail, ses amis, où son père est né. Il y a coïncidence entre les différents espaces de vie (amis, voisins, famille, loisir). Dès lors que ce monde est mis en question c’est la construction de l’ensemble de son univers qui est ébranlée. Tout changement est perçu comme une agression.

"D’ici peu tout sera mort ici (...) on tient à son quartier. Il y a eu les nouveaux résidents qui s’occupent des installations sportives et qui n'ont aucune notion de ce qu’était le Neerpede, ils n’y connaissent rien”. (M. R., Neerpede)

“Avant tout le monde se connaissait. Maintenant il y a des personnes qu’on ne connaît pas. Quand tu vas habiter sur une place, c’est toi qui arrives ; mais là c’est eux qui viennent et eux qui sont du Neerpede, c’est ça la misère. Ca fait mal pour ceux d’ici, dont les pères sont nés ici et maintenant. Il y a les autres qui veulent se faire maîtres ou du moins qui veulent se mettre entre les gens. C’est pas comme dans le temps. C’est normal, surtout c’est pas le même métier (le métier de maraîcher). Avant les nouveaux qui venaient c’était le même métier, c’était l’un contre l’autre. Au café du tennis on ne se sent pas bien. C’est dur pour celui qui est né ici, quand il va là il ne connaît plus personne”. (Mme et M. D., Neerpede)

“Bientôt il n’y aura plus rien, ce sera la mort de tout”. (M. H., Neerpede)

4Le changement, souvent perçu avec fatalisme (“C’est les temps modernes, qu’est-ce que tu veux” – Μ. H., Neerpede), se traduit par un sentiment de désappropriation du lieu, de son histoire, du temps qui passe. Dès lors le non-changement, le temps d’avant, l’immuabilité sont connotés positivement. C’était le bon temps : l’eau du marais était propre, tout le monde se connaissait, on se sentait chez soi. Ainsi, au Neerpede, l’urbanisation progressive du site (Erasme, zoning, bientôt un grand magasin), l’installation d’infrastructures sportives (surtout le golf) sont ressentis comme des agressions visuelles, comme une dépossession de terres auparavant cultivées, comme une agression sociale (“Ce n’est pas pour nous c’est pour les snobinards”) qui risquent de conduire à une lente désappropriation des lieux et donc à une réduction des usages (les jeunes quittent le Neerpede car ils ne peuvent y construire, les pratiques agricoles se réduisent et pas seulement à cause des infrastructures sportives). L’exemple des cafés du Neerpede illustre bien ce phénomène. Les cafés du coin, qui étaient des points de repère pour les gens du Neerpede, sont rachetés par des francophones, et donc par de nouveaux habitants. On assiste à un renouvellement de la clientèle avec la désaffection progressive dans anciens habitants. A la Foresterie, s’observe un jeu de désappropriation-réappropriation. Pour les gens du Coin du Balai, la Foresterie faisait partie de leur quartier, il en était le jardin, les champs. La dépossession du site se marque dans l’installation de la clôture mais ils tentent de se réapproprier l'espace en y faisant des trous. Malgré cela on assiste à une restriction des usages même si l’année passée une personne a recommencé son potager. Au Moeraske aussi, la réduction de l’espace de vie est parfois ressentie. Des maisons ont été rasées pour y construire des usines. Des potagers ont subi le même sort. Le Moeraske ou ce qu’il en reste est perçu comme un espace refuge où “on se sent encore un peu en dehors de la ville, on est encore tranquilles”.

2. – L’espace semi-naturel comme cadre de vie

5Sur des mêmes sites se côtoient anciens et nouveaux riverains. Pour ces derniers, loin de constituer un espace absolu, le site est le plus souvent un espace relatif. Il est certes un environnement agréable pour y habiter, “un écrin de verdure” choisi pour cette raison même, mais le riverain imagine qu’il pourrait déménager, que son environnement pourrait évoluer et qu’il s’y adaptera. L’espace est donc substituable. Ce passage à un environnement doté de qualifications signifie un rétrécissement de l’espace signifiant pour le riverain : ce n’est plus nécessairement son espace de travail, ses amis peuvent habiter ailleurs... L’espace de vie n’est plus une région, un village, une paroisse... Les pratiques sur le site ont dès lors tendance à s’individualiser. Ces nouveaux habitants viennent sur les sites pour profiter de cette campagne dans Bruxelles, en ont un usage privatif et n’ont que peu de contacts avec les anciens habitants. L’espace devient un agent passif dans l’interaction qui le lie à l’usager, un simple réceptacle aux usages. Il devient un cadre de vie.

3. – L’espace semi-naturel comme mode de vie

6Certains espaces semi-naturels sont investis par des riverains sensibilisés par l’environnement et qui perçoivent le site, au travers de leurs usages, comme mode de vie choisi. A la différence des “anciens habitants”, il n’y a pas nécessairement coïncidence entre leurs différents espaces de vie, ils ne sont pas uniquement “dedans” et peuvent investir d’autres lieux. Dès lors leur décision d’investir l’espace semi-naturel repose sur un choix conscient et calculé.

“C’est un mode de vie choisi : on a des légumes à nous, on promène le chien où on veut, quand on veut, on est privilégiés pour le mode de vie qu’on a choisi”. (Μ. B., Neerpede)

  • 4 Nous y reviendrons quand il s'agira de comprendre les interactions entre les différents usages.

7Par ailleurs s’ils ne sont pas seulement dedans, immergés dans le lieu, rien ne dit non plus qu’ils y sont pour “toujours” : "rien ne dit que plus tard, on n’en aura pas marre” (Μ. B., Neerpede). Ceci ne les empêche pas d’user du site en y développant de nouvelles pratiques comme le potager biologique, l’apiculture, le baguage des oiseaux, la gestion écologique du site la création et/ou la participation à un comité de défense du site4, l’organisation de visites guidées... Ces usages reposent sur un choix de vie individuel : “on se fait plaisir en faisant cela” (M. W., Moeraske) tout en réinvestissant le champ du collectif au travers de la défense du site.

8La décision de s’installer ou de rester à proximité d’un espace semi-naturel et de s’y investir en offrant éventuellement à d’autres usagers potentiels de nouvelles activités repose donc sur un choix de vie. Cependant les motivations préalables peuvent être différentes tout en étant parfois complémentaires :

  • Le choix du site comme mode de vie peut venir d’une volonté de maîtrise de son environnement, un désir de se désaliéner des cycles de vie imposés : c’est savoir ce que l’on mange et savoir comment l’on vit.

  • L’investissement actif dans le site, voire dans sa protection, peut s’inscrire dans une histoire individuelle s’ancrant dans l’enfance : la découverte de l’espace semi-naturel s’est faite au travers de jeux, de rencontres avec “un guide, un connaisseur” qui a servi d’initiateur. L’attrait a pu déboucher sur le choix d’études et d’une profession (il y a beaucoup de spécialistes de sciences de la nature dans les associations de défense du site).

  • Il y a aussi cette volonté d’auto-apprentissage à travers la découverte de la nature, de son observation, ce désir d’en savoir plus et de la faire parfois partager lors des visites guidées : nombreux, dans les associations, sont les mycologues, les ornithologues, les entomologues amateurs et autodidactes.

  • Défendre le site c’est aussi parfois défendre son propre environnement ou son cadre de vie. Il ne doit pas y avoir au préalable des arguments écologiques.

  • La défense du site peut se vivre comme un combat, une nouvelle activité – parfois des pensionnés sont membres actifs des associations de défense du site – qui donnent sens à sa vie :

“On ne savait pas très bien où ça allait nous mener mais on savait qu’il fallait y aller. Il y a des choses comme ça dans la vie”. (Mme V. Kattebroeck)

9Le choix de l’activité n’est pas toujours surdéterminé, il peut surgir d’un panier d’activités possibles :

“On s’est dit : qu’est-ce qu’on va faire comme sport ? On va marcher. Et pour marcher il faut s’intéresser à quelque chose. Alors on s’est inscrit chez les naturalistes belges. On m'a poussé à étudier la botanique. On allait dans tous les sites. Et puis j’en ai eu marre de courir à gauche et à droite. J'ai été au Moeraske et là j’ai rencontré les autres membres de l’association”. (M. D. K., Moeraske)

10Cela n’empêche pas que dès lors qu’elle a été choisie, il y ait surinvestissement dans la pratique.

11– Faire partie d’une association, c’est aussi s’intégrer dans un groupe. La sociabilité dégagée par ces groupes peut aussi être un motif, parfois non négligeable, à l’investissement : c’est organiser un barbecue pour le 21 juillet, le rallye des 5 vallées, c’est se réunir le soir au café... Cette forme de sociabilité met aussi en jeu des relations de pouvoir.

12Quelle est la perception du site pour ces riverains qui l'investissent activement ? L’exposé de ces motivations montre que tous les membres des associations n’ont pas nécessairement une conscience écologique forte. En effet, pour certains d’entre eux – pour d’autres la richesse biologique du site est connue avant toute menace – le site comme espace semi-naturel acquiert un sens dès lors qu’une menace extérieure pèse sur lui et met en cause l’environnement dans lequel ils vivent : lotissement, construction d’un hôpital gériatrique. Avant cela il représente avant tout le cadre de vie (pâture, vis-à-vis) et en désigne la stabilité. Les arguments de type écologique viennent après la décision de défendre le site. Par ailleurs, on assiste à une nouvelle définition de l’espace : celle de site semi-naturel. Il n’est ni un “écrin de verdure”, ni une “vue” ou un sentier ou un potager (point de vue parcellaire), “ni un tout, un dedans” dans lequel le riverain est immergé, un “bazar où tu es né dedans” (point de vue fusionnel) mais :

“un ensemble. Il y a 11 hectares qui sont différents mais on ne veut pas le voir découpé en morceaux. On veut le préserver justement à cause de cette diversité”. (M. D., Moeraske)

13Les membres des associations connaissent la morphologie du site et son histoire, ses différents usages, les enjeux qui s’y font jour. Ils adoptent à son égard une lecture globale et distanciée. Parmi l’ensemble des usagers rencontrés, les “offreurs d’usages” ou les sympathisants sont les seuls à parler d’espace semi-naturels. Au mieux, les autres usagers parlent-ils de réserve naturelle, jamais d’espace semi-naturel. Plus encore, à l’exception du Kauwberg et de la Foresterie, ce sont les associations qui ont donné leur nom officiel aux espaces semi-naturels. Non pas qu’il n’existait pas auparavant, mais on n’y recourait pas.

14Ceci leur donne un statut différent des autres usagers, ils s’octroient la défense et la protection du site et détiennent le discours légitime : celui de décréter les bons et mauvais usages, celui de se porter comme représentants du site auprès des différents acteurs en présence et d’avoir un projet global au sujet de l’avenir du site.

4. – L’espace semi-naturel comme signe du chez-soi, du repos

"J’ai besoin d’air, quand je vois les arbres je sais qu’il y a de l’air. C’est une sécurité, je sais aussi que je suis chez moi. Lorsque l’on passe le pont Van Praet c’est vraiment le dessous, les usines. Alors l’être humain a besoin de se ressourcer chez lui, c’est pour ça que l’espace vert à côté de chez soi est important. Même si on n’y va pas souvent, on sait qu’il est là”. (Mme D., Moeraske)

15Le site est un signe de ce qu’on arrive chez soi, un point de repère qui émerge du “dessous”, de la ville, un point de repère stable "on sait qu’il est là” et qu’il ne bouge pas. L’appropriation qu’on en fait n’est peut-être que visuelle et ne génère pas toujours un usage “physique” de l’espace mais il fonctionne comme un garant de l’existence de son chez-soi. Le site ne doit pas nécessairement être fréquenté pour avoir un sens aux yeux de riverains.

5. – L’espace semi-naturel comme contre-espace

“Il y a une secte qui se réunit à la sablière le soir. Ils font des feux, se droguent, les garçons ont les cheveux longs et la chemise ouverte et les filles portent des chapeaux”. (Μ. X., Kauwberg)

16Le Moeraske constitue un bel exemple de contre-espace pour certains riverains du vieux quartier Picardie.

“Il était tout un temps où on n'osait pas aller en bas. Il y avait des gens qui avaient disparu. Il y a un Allemand qui est tombé dans le bazar (c’est-à-dire le marais), on ne le trouvait plus. Il y a eu toutes les légendes ici en bas. Mais l’Allemand c’est réel, il a disparu dans les marais. Ce sont des légendes mais il paraît qu’il y a un fond de vérité. Il y a eu un pendu, au dernier arbre à droite. Un beau pendu tout noir”. (Les pensionnés du Moeraske)

17Un espace n’est pas seulement un lieu où se développent ou non des pratiques observables et quantifiables mais aussi un lieu où naissent, s’enrichissent des suggestions de sens, d’images. L’espace génère, autorise ou interdit des évocations qui jouissent d’une relative autonomie par rapport aux usages. Qui sait finalement si l’Allemand s’est vraiment noyé ou si, parce que c’était la guerre, il fallait bien qu’un ennemi tombe dans le bazar, symbolisant une sorte de revanche du quartier. Qu’un désespéré s’y soit vraiment pendu ou non, que l’événement soit unique ou ait été suivi d’autres suicides, qu’importe ; on continuera à considérer le Moeraske comme un endroit choisi pour les morts violentes et les disparitions suspectes. De toute façon, le monsieur nous le dit bien ; ce sont des légendes avec un fond de vérité. De telles rumeurs nuisent bien souvent à l’usage effectif :

"Ce n’était pas bien de venir ici, c’était le stut, il y avait des légendes qui circulaient, des enfants noyés, des sables mouvants. Mes parents sont venus ici pour la première fois il y a 5 ou 6 ans. Dans le quartier c’est toujours le stut, ça a toujours mauvaise réputation. Le marais est plus fréquenté par les gens hors du quartier que par ceux du quartier”. (M.W., Moeraske)

18On le voit, malgré le travail de l’association du Moeraske cherchant à rendre le stut “moins sale, plus esthétique”, l’image du stut et de ses histoires continue à surplomber le Moeraske et à freiner d’éventuelles appropriations effectives des gens du quartier.

19Est-ce que cela veut dire pour autant que ce statut de contre-espace en fait un non-espace pour les gens du quartier ? Sûrement pas. D’abord parce que le contre-espace n’a de cesse d’alimenter en histoires, évocations, le “dessus”, l’espace du quartier, ensuite parce qu’en jouant le rôle de contre-espace, il renforce, dans un jeu de miroirs, la cohésion du quartier lui ressassant à l’infini ses nombreuses qualités (la lumière, le dessus, la vie, la propreté) que lui, par malheur, ne possède pas.

6. – L’espace semi-naturel comme lieu de promenade du chien

20L’existence du chien est souvent le catalyseur de la promenade :

“Quand j'ai eu le chien, j’y ai été tous les jours. C’est une drogue aussi bien pour le chien que pour le maître”. (M.D., La Foresterie)

21Il en est non seulement le déclencheur mais aussi celui qui détermine les modalités de la promenade et l’appropriation du site.

“J’ai découvert le Scheutbos quand j’ai eu un chien. J’ai essayé d’éviter les autres chiens, là-bas c’était accessible, on pouvait le laisser courir”. (M. S., Scheutbos)

22Dès lors qu’il vieillit la durée des promenades se réduit, le maître fait un tour moins grand. S’il meurt, la promenade à cet endroit-là perd de son sens et le maître ne s’y promène plus. Parfois ce dernier change de promenade pour que le chien voit d’autres paysages. Le chien finit par être l’acteur principal de la promenade, le sujet de l’action.

“Il adore promener. Il connaît tous les endroits parce qu'il avait déjà été avec ma fille”. (Μ. A., Scheutbos)

23Le maître s’efface devant celui qui lui confère son statut, son identité.

24La promenade peut devenir l’acte donneur de sens au quotidien, organisateur de ses activités et de sa sociabilité choisie : le chien peut être celui à partir duquel des rencontres s’organisent ou non, le maître a envers lui des obligations morales telles que se promener tous les jours, ne pas ressentir cela comme une corvée, varier les promenades... La promenade du chien peut aller jusqu’à déterminer le rythme de l’ensemble de la journée ; les autres activités du maître prennent sens à partir d’elle et de ses modalités. Parmi les promeneurs de chiens rencontrés, la plupart limitent leurs activités sur le site à la promenade du chien. Ceci ne signifie pas que leur seule activité “plein air” soit nécessairement la promenade du chien mais qu’ils lient le site exclusivement à cet usage.

“Quand on se promène sans le chien avec mon mari on va au parc Baudouin. Je préfère parce que c’est un peu plus loin, on prend la voiture et on va boire un verre après. C’est une sortie, on ne va pas au Scheutbos parce que c’est trop près. Le Scheutbos n’est pas un lieu de promenade si ce n’est pour les promeneurs de chien”. (Mme L., Scheutbos)

25C’est un peu comme si l’usage du site était indéfectiblement lié à l’image du chien, comme si le promeneur de chien procédait par cases mentales séparant usages et espaces.

26Quelles significations peuvent recouvrir les espaces semi-naturels dans ces pratiques ? Pour le promeneur de chien l’espace semi-naturel est choisi pour sa proximité : on peut s’y rendre à pied. Le lieu peut être choisi par défaut “parce qu’il n’y a rien d’autre dans le quartier”. Cependant, cette proximité peut parfois, mais rarement, dépasser le cadre strict de l’instrumentalisation du lieu et générer des connivences affectives :

“Le Scheutbos c’est mon jardin, je suis chez moi, je rencontre des gens que je connais. Je ne dis pas que je vais en tablier. Pour aller au parc Baudouin, on se rafraîchit, on est plus apprêté”. (Mme L., Scheutbos)

27Le site, dont on est proche physiquement et affectivement, relève de la sphère du privé – le tablier évoqué pour être ensuite “révoqué” en est le plus pur symbole – en opposition avec d’autres lieux, considérés comme des lieux publics, qui exigent une certaine mise en forme.

7. – L’espace semi-naturel comme lieu de détente

28Cet usage concerne la promenade du dimanche en famille, la promenade prise sur le temps de midi, “dès qu’on a un moment de liberté”. Il s’agit d’échapper à la sphère des contraintes et des nécessités pour entrer dans celle de la liberté, du temps et du lieu choisi, de la sociabilité élective. Ce moment peut prendre sens de deux manières différentes.

1. L’espace semi-naturel comme lieu de détente récréative

29Le dimanche est rituellement consacré à la ballade familiale dans un espace vert, ce qui ne va pas sans provoquer des effets de foule. La forêt, en certains endroits (Rouge-Cloître, Bois de la Cambre...), en est le lieu privilégié (bien plus semble-t-il que les sites semi-naturels, exception faite pour Le Neerpede dans sa partie récréative, lieu de villégiature des Anderlechtois).

30Au Neerpede, la foule, la présence d’infrastructures (étangs, cafés) conditionnent des comportements “de masse” (promenades autour de l’étang, réflexe “fromage blanc et kriek, crêpes et chocolat chaud, équipements adhoc – couleur vert kaki, bottes Aigle...) ce qui ne remet pas en question le caractère délassant de la promenade. Le site acquiert un statut de décor (les bancs autour de l’étang, la piste cyclable, les parkings, les terrasses, la maison basse typique du Pajottenland, les allées, les jeux pour enfants...) dont les éléments balisent l’appropriation. Dans ce type d’usages, la proximité avec le site joue moins que la présence ou l’absence d’équipements de loisir.

2. L’espace semi-naturel comme lieu de détente, de re-création

31La promenade suggère ici la recherche, au travers de comportements distinctifs, de lieux où ces balises décrites ci-dessus manquent (les infrastructures sont quasi-absentes), où il n’y a pas trop de monde, de lieux qui favorisent des appropriations basées davantage sur la découverte, la création de jeux, qui autorisent des sociabilités électives (“on y est entre copines”). L’espace, dans sa matérialité (entre autres son aspect touffu), participe activement à la détente, à la “re-création” : on se sert de lui pour se cacher des regards quand on veut “avoir la paix” les arbres, cours d’eau, les saisons sont à la base même des jeux :

“Les enfants créent eux-mêmes leur propre jeu. Rien ne leur est imposé, c’est un retour aux sources”. (Mme D., Kauwberg)

32Les espaces semi-naturels attirent davantage les deuxièmes promeneurs que les premiers.

8. – L’espace semi-naturel comme lieu d’apprentissage : la promenade guidée

33Même s’il ne s’agit pas d’un usage exclusif aux espaces semi-naturels, c’est sans nul doute dans ces lieux que les promenades guidées sont les plus nombreuses et les plus fréquentes ; en tous les cas pour les six sites qui nous concernent à l’exception du Neerpede et de la Foresterie pour “cause de clôture”. Les modalités de la promenade guidée peuvent varier : elles peuvent être régulières (une fois par mois en général) et sur demande. Les visites organisées lors du rallye des cinq vallées ont lieu une fois l’an depuis trois ans. Elles peuvent être à thèmes ou d’initiation. Les publics-cibles à qui elles s’adressent sont principalement les adultes relativement avertis – quoiqu’il arrive de plus en plus souvent que des groupes associatifs, des pensionnés, des amicales, des groupements féminins, demandent à visiter les sites – et les enfants des écoles. On constate un succès grandissant pour ces visites. Ainsi au Kauwberg il y aurait eu en 1992 près de 3.000 élèves qui ont visité le site, 800 au Kattebroeck. Le rallye des cinq vallées a attiré quelque 1.000 personnes en une seule journée. Par ces quelques chiffres, on comprend l’enjeu important que les associations de défense placent dans l’usage à des fins pédagogiques de ces espaces semi-naturels.

34La promenade guidée s’inscrit dans un véritable rite d’initiation et peut revêtir une valeur “rédemptrice” : il y a ceux qui savent, ceux qui ne savent pas (“les clebsomanes – les propriétaires de chiens – sont nos amis mais ils sont ignorants”) (M., Moeraske) et ceux qui ne savent pas encore (les promeneurs guidés). Comme tout rite, l’initiation qui se déroule sous la forme de la promenade guidée distingue deux temps : celui de l’avant et celui de l’après où, sachant plus, on sait mieux.

“Au début il y a les enfants qui s’en foutent puis ils se passionnent. A l'école ils sont insupportables et ici ils se passionnent. Au début ils sont ignorants. Les enfants de la ville de Bruxelles, ils voient un églantier et ses fruits, ils croient que ce sont de radis. C’est vous dire l’ignorance”. (M. D. K., Moeraske)

35Dans le chef des initiateurs, il y a une véritable mission pédagogique qui s’exprime dans le champ du savoir “sérieux” et qui s’inscrit dans une démarche d’apprentissage “rousseauiste” de type inductif (aller voir pour comprendre). Cette mission devient rédemptrice quand elle permet d’intéresser des enfants qui n’y connaissent rien, de leur montrer ce qu’est la nature. Elle l’est tout autant quand certains membres de l’association du Moeraske ayant “attrapé” deux jeunes qui avaient abîmé la grotte aux chauve-souris, leur infligèrent la punition de nettoyer le site durant une période déterminée.

36Chez les initiateurs on retrouve toujours ce désir de montrer la nature à des enfants de la ville qui n’ont pas toujours l’occasion de la voir ailleurs. Ce désir est sans doute le moteur le plus profond des visites guidées d’enfants :

“Pour les petits immigrés, un ruisseau c’est un canal, un sentier c’est une route”. (Μ. N., La Foresterie)

37Montrer ce qu’est la nature mais aussi que ce type de nature fait partie de son quotidien et ne se trouve pas seulement “au Zwin” :

“Le Zwin, c’est exotique. Dans l'acquis culturel, il est normal d’y trouver des choses intéressantes mais à Bruxelles on ne s’y attend pas. Le Zwin c’est en dehors du monde des enfants, c’est le jardin extraordinaire. Les enfants sont plus concernés si on leur parle de Bruxelles”. (M. D. S., La Foresterie)

38Il s’agit donc ici d’une sensibilisation à la problématique de l’environnement dans sa “diversité” et dans les enjeux qu’il recouvre (selon Mme T., institutrice, certains enfants après avoir visité des espaces semi-naturels, sensibilisent eux-mêmes leurs parents).

39L’apprentissage consiste essentiellement à corriger certains stéréotypes qu’ils ont déjà. Par exemple : la nature représentée par le parc avec ses arbres ronds, verts et pleins de pommes. Ou encore, les espaces semi-naturels perçus comme une nature extérieure à eux-mêmes et à leur quotidien, soit l’image de la jungle. L’intérêt de telles visites est, comme le supposaient leurs initiateurs, d’intégrer une autre forme de nature que le parc dans leur imaginaire. Toutefois les résistances sont fortes : après la visite, ils continuent à dessiner des espaces semi-naturels ressemblant encore quelque fois à la jungle ou à l’arbre vert et rond. Ces images surplombent leur modèle de représentation mais aussi d’appréhension de la nature. Néanmoins, des visites telles que les visites guidées et le travail fait a posteriori en classe aident sans aucun doute à les mettre en question.

40Le poids du savoir, du rite d’apprentissage se ressent aussi dans la perception que les enfants mais aussi les adultes ont de l’espace semi-naturel : la nature présente dans les espaces semi-naturels est une nature à respecter, à aborder avec humilité ("on n’y entre pas avec un paquet de frites mais comme dans une abbaye cistercienne") (M. J., Kauwberg). Λ la limite, pour certains, l’entrée dans l’espace semi-naturel suppose des conditions préalables telles que le recueillement, les voix basses, l’habit kaki, les bottes Aigle et la paire de jumelles. Les enfants font clairement une distinction entre cette nature-là (ils appellent l’espace semi-naturel, la réserve naturelle) et la nature plus ludique, les parcs :

“Un site semi-naturel, c’est une nature que l’on visite, c’est quelque part où il y a plein d’animaux, où les plantes poussent toutes seules sans qu’on les plante. C’est où il faut respecter la nature. Le parc c’est là où il y a des plaines de jeu, où on peut s'amuser, courir”. (Les enfants du cycle 5-8 de l’école de la Source à Evere)

41Pour ces enfants qui découvrent ces sites au travers des visites guidées, qui plus est dans un cadre scolaire, l’appropriation se fait sur le ton du sérieux, ni vraiment spontané ni très ludique : il est des endroits où l’on joue, où l’on s’amuse et des endroits où l’on observe et où l’on respecte la nature. La séparation de la nature en deux modes d’appropriation peut laisser supposer que, dans le premier espace, on s’ennuie peut-être un peu, et dans le second on ne fait pas très attention. Cette césure mentale laisse encore percevoir que le site semi-naturel et les formes de nature qu’il encourage ne font pas encore partie du quotidien des enfants “des villes” et qu’un travail pédagogique est toujours nécessaire.

9. – L’espace semi-naturel comme lieu de recueillement, de prise de distance

42Se promener dans un site semi-naturel donne l’occasion de remettre les pendules à l’heure, d’en revenir aux rythmes naturels en s’immergeant dans la nature “brute, sauvage”.

“La marche remet les choses à leur place. C’est plus facile de se ressourcer dans la nature que dans une église”. (Mme D., Neerpede)

43La promenade est source de recueillement mais aussi d’inspiration.

“Au début je me disais : mais qu’est-ce que tu fais ici, ça ne m’inspire vraiment pas. Avec le temps, je me suis tellement imprégné de cette atmosphère que c’est devenu ma source d’inspiration. Ici j’arrive à suivre le rythme de la forêt. J’élabore en me promenant des signes par où je passe. C’est une espèce de parcours”. (M. D, peintre, La Foresterie)

44Le registre du “religieux” n’est pas absent de cette perception et s’organise autour de la sacralisation de la nature qui devient sanctuaire, une sorte d’humus symbolique à partir duquel la vie doit ou devrait prendre tout son sens. La nature remet les choses à leur place.

“En me promenant, j’ai l’impression de racines. J’ai besoin de la nature. Je suis désolée quand je vois que l’hiver approche, la nature qui meurt. C’est peut-être un petit peu la peur de la mort, ça va si vite. Ca me donne du plaisir et puis ça ne sert plus à rien. Mais finalement, la terre est toujours là”. (Mme D., Moeraske)

45Se promener dans un lieu peut devenir un rite autour duquel la vie quotidienne s’organise.

“Il y un couple assez extraordinaire. Ce sont des Italiens. Lui doit avoir 88 ans. Ils viennent tous les samedis après-midi de la place Flagey en bus. Ils passent par le marché, ils ramassent le vieux pain, les légumes. Ils viennent avec ces sacs et à l’arrêt du bus, ils sont attendus par les corneilles. Ils leur donnent à manger à la Foresterie puis ils font leur petit tour et repartent bras dessus bras dessous”. (M. D., La Foresterie)

46La position qu’occupe l’espace dans ces usages est loin d’être neutre, indifférente. Pour chaque usager, ses caractéristiques ne sont pas substituables (nature sauvage, brute...). Le rythme, “l’ordre naturel” que la nature impose “tout naturellement” aux êtres et aux choses, se retrouvent dans ces espaces mais pas dans les parcs où la nature, culturalisée, est faite par l’homme et où il agit en conquérant. Le parc est perçu comme un espace trop artificiel, où le promeneur ne peut plus suivre l’évolution de la nature : “dans un parc rien ne bouge” (Μ. H., Kauwberg).

47Dans l’espace semi-naturel, c’est la nature qui organise les relations à l’usager et le rend “tout petit”, “incognito” en lui rappelant qu’il n’est que “de passage” alors qu’elle est “toujours là”.

10. – L’espace semi-naturel comme lieu de la continuité et de la transmission

48Se promener avec ses enfants ou ses petits-enfants peut parfois revêtir d’autres enjeux que la détente ; il peut s’agir de retrouver ses propres traces, ses propres origines et de les transmettre.

“Quand j’étais petite, on avait notre bois, on allait jouer dans les carrières. Au Kauwberg j’ai retrouvé de mon enfance. Quand mon fds seras vieux, il pourra raconter aux enfants de ses enfants que sa maman l’a emmené au Kauwberg”. (Mme D., Kauwberg)

“S’ils doivent aller à Eurodisney, il faut que les parents les y amènent. Tandis que les enfants d’Evere (...), les enfants qui sont d’ici, comme Emile hein, quand il a ses petits-enfants, il vient ici. C’est surtout les enfants des parents qui sont d’ici qui viennent. C’est ça l’histoire. Quand il sera arrière-arrière-grand-père, il amènera son arrière-arrière-petite-fille”. (M. D., Moeraske)

“J’ai vécu ici dedans, j’ai été baptisé à Saint-Vincent, j'ai fait ma communion, mes enfants ont été baptisés à Saint-Vincent”. (M. Emile)

“J’ai eu mon baptême ici, j'ai fait mes deux communions, et je ne suis pas mariée mais ça viendra un jour”. (La petite-fille de M. Emile)

“Quand elle se sera mariée, ce sera une vraie Everoise”. (M. Emile)

49En se promenant avec leurs enfants ces personnes cherchent en quelque sorte à se perpétuer elles-mêmes et à perpétuer leurs racines qui leur donnent une identité. En se promenant au Kauwberg, Mme D. retrouve une part d’elle-même qu’elle pourra transmettre à ses enfants et petits-enfants : quand elle dit “tu leur diras que ta maman t’a emmené au Kauwberg” c’est un peu comme si elle disait “tu leur diras qui était ta maman”. Dans le deuxième extrait, l’identité est question d’appartenance à une communauté (à la famille mais aussi à Evere, aux gens d’“ici”). Parmi les rites d’appartenance, à côté du baptême, de la communion..., figure la promenade au Moeraske. C’est ça l’histoire du quartier, on naît (est) dedans. Dans les deux cas, le site sert de révélateur et de “stabilisateur” à l’enjeu et ne peut en être dissocié : le Kauwberg parce qu’il y a la carrière de son enfance, le Moeraske parce qu’il est indissolublement lié à l’identité de la communauté.

11. – L’espace semi-naturel comme lieu de travail

  • 5 C. GALLEZ, Quatorze sites semi-naturels en Région bruxelloise, in Entente nationale pour la protect (...)

50La définition écologique de l’espace semi-naturel5 suppose qu’à un moment donné de son histoire, il ait été le lieu d’activités humaines, que ce soit l’agriculture, des activités d’extraction et de transformation (briqueterie, sablière). Pour la plupart, elles ont disparu à la fin de la seconde guerre. Il existe encore cependant quelques fonctions de production. Ainsi, il y a, dans les sites semi-naturels, des activités agricoles et dérivées (maraîchères, élevage) en situation précaire : les fermiers n’ont souvent qu’un contrat renouvelable chaque année. Les terres de maraîchage sont rachetées, pour le cas du Necrpede, par la commune d’Anderlecht, opération facilitée par des problèmes d’héritage (“on n’a pas d’enfant, le métier est fini”) (Mme et M. D., Neerpede). Ces activités se retrouvent encore sous forme de terres de culture, de maraîchage ou de pâturage dans les espaces semi-naturels analysés à l’exception du Moeraske et de la Foresterie pour cause de clôture. Bien souvent ces espaces constituent les dernières terres encore disponibles pour ces usages en Région bruxelloise. Pour les gens qui travaillent la terre de ces espaces, ceux-ci n’ont pas le statut de site semi-naturel, ce sont avant tout des lieux de travail et, pour les maraîchers du Neerpede, des lieux de vie. Il ne s’agit pas non plus d’espaces choisis mais de lieux qui s’imposent d’eux-mêmes par la “nature des choses” et de la vie. Ces lieux tendent à se réduire aussi bien physiquement (rachat des bonnes terres, transformation de ces terres en terrains sportifs, interdiction de construire dans la zone rurale) que mentalement (ceci se traduit par le sentiment de dépossession, de désappropriation de certains lieux).

51Citons encore le dressage de chiens présent au Moeraske, à la Foresterie et au Neerpede, des activités d’horticulture au Kauwberg.

12. – L’espace semi-naturel comme potager

  • 6 Les terres cultivées peuvent appartenir à la SNCB (il suffit pour s'en convaincre de regarder les t (...)

52La pratique du potager6 dans les espaces semi-naturels, si elle ne s’observe pas uniquement en ces lieux, en est une de leurs caractéristiques les plus frappantes. En effet, l’espace semi-naturel, espace ouvert non encore dévolu à un mode d’appropriation précis (ni public ni privé, ni de loisir ni de travail), espace d’entre-deux, est sans doute le lieu idéal pour une telle pratique dont le statut, dans toute la symbolique urbaine, est de moins en moins clairement défini. Vieil usage urbain et populaire, le potager tend à être de moins en moins perçu comme tel parce qu’anachronique, non intégré dans la notion de fonction urbaine désignée par l’urbanisme et le plan de secteur. Pourtant c’est un usage de la terre encore très vivace et qui tend à se recomposer autour d’un “nouveau” mode de pensée : l’écologie. Ceci n’empêche pas, semble-t-il, un glissement dans la perception même de la pratique : d’une pratique allant de soi, ancrée dans la tradition du quartier et de ses habitants, perçue en quelque sorte comme un second travail et nécessaire à la subsistance, on passerait ainsi à une pratique qui est avant tout un passetemps et qui est surtout déterminée préalablement par un choix individuel.

53On voit ainsi apparaître deux types de jardiniers : d’une part, ceux qu’on appelle les anciens jardiniers, généralement des gens du quartier, de plus en plus souvent des pensionnés, qui ont “toujours fait le jardin”, qui ont toujours vu faire un jardin (“les jardiniers, ils font le jardin parce qu’ils ont fait ça dans leur jeunesse, ce n’est pas sur le tard que l’on devient jardinier”) (M. D., La Foresterie), qui se repassaient les terres entre eux ou les transmettaient à leurs enfants et d’autre part, les “nouveaux jardiniers”, plus jeunes, qui voient au travers de l’activité de jardinage une mise en pratique de leur choix de vie.

54Une de leurs caractéristiques communes est qu’il s’agit dans les deux cas, d’une pratique essentiellement masculine. La première explication est à rechercher dans le caractère physique que représente cette activité mais plus profondément, il faut sans doute y voir la trace de tendances macro-culturelles comme celle de l’homme devant subvenir aux besoins de sa famille (l’image du père nourricier).

55Néanmoins, ces deux types de jardiniers, tout en permettant à l’usage de se maintenir voire de se développer, ont des perceptions différentes (sans qu’elles soient pour autant en opposition) de leur propre usage et de l’espace qu’ils investissent à travers lui.

56Ce glissement peut déjà se ressentir dans les modalités d’usage de la pratique : chez les “anciens”, le registre généralement utilisé est celui du labeur. L’activité de jardinage est une activité qui prend du temps et empêche souvent de faire autre chose (“je n’ai pas le temps de me promener”) (M. W., Moeraske), un travail que l’on continue “jusqu’au moment où on ne sait plus le faire” (id.). Chez les “nouveaux jardiniers”, il s’agit davantage d’une activité, certes choisie, mais choisie parmi d’autres.

57Chez les premiers, l’activité sera beaucoup plus régulière et précise (on repique les poireaux au fil), les choix de culture basés sur les expériences antérieures voire sur les dictons ; chez les seconds, le choix pour le jardinage se fera après arbitrage avec d’autres activités (“parfois on est trop occupés pour le faire”) (M. W. Moeraske) ce manque de régularité leur est justement reproché par les premiers), l’apprentissage se fait par essai et erreur.

58Les différences décelées dans l’organisation concrète de la pratique se retrouvent dans le(s) sens que ces deux types de jardiniers lui donnent.

1. Le jardin comme labeur

59Pour les “anciens” jardiniers le statut de l’espace dont ils ont, dans la tête, l’usufruit, est celui d’un chez-soi. Le jardinage constitue une opération de reprivatisation d’un espace dont on n’est pas propriétaire mais que l’on marque en le travaillant, en le faisant, en s’y enracinant. Faire la terre, c’est marquer l’espace de son empreinte et de l’empreinte familiale... C’est, à nouveau, laisser une trace.

“Ce terrain, je l’ai travaillé, il m’appartient un peu. C’est mon enfance qui m’est revenue. Quand j'ai eu mon fds, je me suis dit : je vais quand même faire la terre parce que j’ai pensé à mes parents, à mon père qui faisait la terre. Ca me donne un petit peu de nostalgie du temps passé. Quand j'étais gamin j'allais chercher des petits œufs de Pâques dans le jardin, j'ai refait la même chose pour mon fils. Au fur et à mesure, je trouve que je fais la même chose que mon père. Plus je suis âgé, plus j’ai envie de faire la terre. Est-ce que je m’attache, je m’accroche ?”. (M. Le Kattebroeck)

60Travailler la terre c’est reconstituer le chaînon manquant avec son origine mythique que sa propre naissance, sa propre vie ont cassé. C’est tenter de briser cette distance perpétuelle et irrémédiable entre soi et la nature, terre nourricière. C’est retourner à l’état d’origine de la coïncidence de l’homme avec la nature. A partir de cette volonté de recréer son chez-soi d’origine se déclinent diverses perceptions de l’usage du jardin.

61– La reconstruction de son chez-soi perdu, c’est la campagne que l’on a connue étant petit où l’on a tout appris de la culture de la terre :

“Je viens de paysans, j'ai tout appris, c’est facile je ne dois rien apprendre de personne”. (M. W., Moeraske)

62– Le prolongement de son chez-soi : le potager est le jardin privé que l’on n’a pas à son domicile ; il s’agit encore ici d’une reprivatisation de l’espace. Certains jardiniers recréent ainsi leur espace privé dans le potager qui va être investi de nouvelles fonctions : solarium, espace-barbecue, espace-bar, espace-“brol”, espace de repos et qui va en recevoir les signes distinctifs : clôture, “attention chien méchant”, parterres de fleurs, objets en plâtre ou en plastique.

63– Etre entre soi : pour les jardiniers, l’espace semi-naturel n’est pas perçu comme un espace sauvage mais comme un lieu de sociabilité choisie, où l’on ne rencontre pas qui on n’a pas envie de rencontrer : “quand j’étais au jardin je ne m'occupais pas des voisins” (M. F., La Foresterie) et masculine où l’on se retrouve entre soi (c’est-à-dire entre hommes) pour discuter des jardins et des méthodes de culture. Cependant, si une des raisons de la pratique est la camaraderie, elle n’en est pas pour autant une pratique collective ; dès lors qu’il s’agit de juger les résultats de la production, la camaraderie cède la place à la concurrence.

64Cette sociabilité masculine s’organise souvent autour de la quasi-exclusion des femmes (qui ne viennent que pour critiquer, et veulent que l’on fasse à leur mode) à l’exception de la période des récoltes, moment où de toute façon les jeux sont faits, et lorsque des éléments familiaux entrent en ligne de compte comme, par exemple recevoir les enfants pour organiser un barbecue.

65Le potager est parfois mis en concurrence avec le café (“c'était ça ou le café”) (M. R., Kauwberg), autre lieu de sociabilité masculine.

2. Le jardin comme loisir

66Chez les jeunes jardiniers qui opèrent la transition avec les anciens, la signification de l’usage paraît différente :

“Les jeunes jardiniers c’est un peu les écolos qui en ont marre de manger n’importe quoi et qui veulent se retrouver dans la nature et avec des gens”. (M. Moeraske)

67Le caractère revendicatif et collectif de l’usage est ici mis en exergue. Π s’agit pour eux d’un choix de vie qui demande une démarche volontaire en ce qu’elle ne s’inscrit plus dans la tradition (elle ne va plus de soi, on ne fait plus le jardin parce qu’on a toujours fait le jardin) mais dans un désir de maîtriser le cycle de sa propre vie à travers la maîtrise de son alimentation. Une opération de désaliénation. L’aspect collectif de ce type d’appropriation n’est plus communautaire, en ce sens que la pratique ne s’impose plus en deça du choix individuel, mais bien solidaire. On fait le jardin ensemble, la compétition n’existe plus, on se donne des coups de main. L’aspect ludique est aussi davantage mis en avant. Comme on l’a déjà dit, on quitte le registre du travail, et du travail sérieux où il faut assurer des seuils de rentabilité élevés, de l’activité principale qui donne sens aux autres, pour entrer dans le registre du ludique, du passe-temps, du choix de vie où le potager s’inscrit dans une constellation de pratiques et de temporalités.

68On assiste à une modification des catégories temporelles. Pour les “anciens” jardiniers, le temps passé au potager est considéré comme un temps de travail qui donne sens aux autres activités. Pour les “nouveaux” jardiniers, le jardinage est une activité parmi d’autres et ne rythme pas nécessairement l’ensemble de la vie.

69L’aspect revendicatif se ressent aussi dans la conscience fière que ces nouveaux jardiniers ont de leur appropriation de l’espace. Ils en revendiquent l’usage même si la terre ne leur appartient pas. Par contre, les “anciens” jardiniers ne revendiquent pas leur droit sur la terre : même s’ils l’ont travaillée, elle ne leur appartient pas.

70Par ailleurs, les modalités de transmission de la pratique tendent à se modifier.

“A part les écolos, c’est de copain à copain”. (M. R., Kauwberg)

“C'était via les cafés, l’un vient à mourir, un autre le reprend. Le problème c’est que les enfants ne vont pas reprendre le jardin. Les jeunes ne sont plus sensibles à part les écolos mais leur travail de jardin c’est pas ça”. (M. W., Moeraske)

71Devant cette évolution on doit se demander si les pratiques potagères sont simplement la trace d’un ancien monde en train de disparaître ou si elles participent à la recréation d’un nouveau mode d’appropriation et de production de l’espace.

72On assiste donc actuellement à l’émergence d’un nouveau mode de transmission qui fonctionne parallèlement à l’ancien constitué sur la base de la communauté. Ce nouveau mode de transmission n’est ni générationnel (des vieux vers les jeunes), ni “héréditaire”, mais il modifie le statut de l’usager. Le jardinage devient moins l’affaire d’une classe populaire assez âgée que celle d’une classe “intellectuelle”, jeune et urbaine. En termes quantitatifs la relève paraît assurée, il n’y a pas abandon de terrains cultivables.

73Pour les anciens jardiniers, cela se traduit par un sentiment de dépossession : “Les “écolos” ne cultiveront pas bien la terre que nous leur laisserons”. La transmission ne s’opère plus via les cafés mais plus souvent via les associations de défense qui gèrent les listes d’attente. Ce sentiment très affectif de dépossession, est contrebalancé par le sentiment plus rationnel que, grâce à eux, la pratique va se maintenir et se perpétuer.

74L’espace est lui aussi perçu différemment par les anciens et les nouveaux.

"Ici on est plus libres, on est encastrés. On est vraiment plantés ici. On n’a pas de problèmes avec les enfants grâce au jardin parce qu’ils s’y rencontrent. Le jardin tient le bazar ensemble”. (Mme et M. W., Moeraske)

75Cet extrait est suffisamment éloquent : l’espace est ici un espace absolu d’où on ne peut bouger, non substituable. Il reçoit toutes les vertus même celle de garder la famille liée en lieu et place du foyer. L’espace semi-naturel se réduit bien souvent, en termes d’appropriation, au jardin lui-même. Les nouveaux jardiniers ont une perception plus globale du site, l’activité du potager étant une activité parmi d’autres qui peuvent se dérouler à l’intérieur de l’espace semi-naturel ou ailleurs. Ceci n’empêche nullement qu’il y ait sur-investissement et dans l’usage et dans l’espace mais celui-ci prend place dans un cadre de perception plus large que le potager et son entretien. Il peut y avoir multiplicité d’investissements et d’appropriations.

76Dans la sphère des loisirs existent d’autres fonctions de production qui n’ont pas été longuement analysées dans cette étude. Citons le braconnage et la tenderie qui ont été évoqués en particulier au Moeraske. On cueille des fruits comme les mûres pour faire des confitures au Kauwbrg et à la Foresterie ainsi que des champignons. Ce type de cueillette fait revenir chaque année au même endroit des personnes qui n’usent pas nécessairement du site à d’autres moments de l’année ou pour d’autres raisons. La cueillette des fruits pour faire des confitures s’apparente à un rite familial et s’entoure d’un imaginaire fort : c’est le temps du goûter en famille, le temps d’apprendre à son enfant à faire lui-même de la confiture. Citons enfin la récupération d’immondices, pratique lucrative pour les gens du coin du balai, qui aurait disparu.

13. – L’espace semi-naturel comme “lieu de sport”

  • 7 Le grand nombre de sports repérés (surtout au Neerpede) nous a empêché d’avoir un échantillon repré (...)

77Certains sites semi-naturels, plus que d’autres sont l’objet de pratiques sportives. Au Neerpede, la commune elle-même a sinon créé, du moins promu une grande zone sportive avec tennis, golf, terrain de hockey et piste de ski et de rugby... Le Kauwberg et, de moins en moins cependant à cause des clôtures, la Foresterie, attirent les joggeurs et autres VTT (avant c’était les motos et autos vertes). La Foresterie a elle aussi une longue tradition sportive : manèges, terrains de rugby (avant c’était un terrain de foot). Les 3 autres sites paraissent moins investis par les sportifs. Deux facteurs semblent l’expliquer : le lieu qui se prête plus ou moins bien au sport mais surtout l’environnement humain du site. Ainsi, le Scheutbos dont la population environnante est relativement âgée et sédentaire, attire plus les promeneurs de chien que les joggeurs7.

78La perception qu’ont les usagers de leurs pratiques sera différente selon que l’on a affaire à un sport “collectif’, nécessitant à tout le moins une infrastructure fut-elle légère, ou à un sport individuel. Concernant le premier (le manège à la Foresterie, le golf au Neerpede), la sociabilité que la pratique autorise est mise en avant : c’est “se retrouver entre copains, avant et après” (M. G., Neerpede), ou encore "ce n’est pas un manège comme les autres. On fait tout soi-même. C’est un kibboutz” (Mme G., La Foresterie). Pour les sports individuels et selon les “témoignages” recueillis (vélo et course à pied), prévalent les idées de dépassement personnel mais aussi de liberté.

79Quelle est la signification du lieu dans la pratique ? Autrement dit, l’usager peut-il imaginer pratiquer son sport dans un autre site ou y a-t-il coïncidence entre la pratique et l’espace ? Certaines pratiques sont plus facilement délocalisables pour des raisons qui relèvent moins de la présence ou de l’absence d’équipements que de la nature de l’investissement symbolique et affectif liant l’usage à l’espace. A partir de ce constat on peut dégager deux modes de perception différents de l’espace semi-naturel.

1. L’espace semi-naturel comme incitant au sport

80Le lieu ne participe pas seulement activement à la pratique, il la suscite :

“Dans le Coin du balai, il y a toujours eu des manèges. A la Foresterie c'était un village, tout le monde nous aidait. Ici c’est un kibboutz, c’est le dernier espace sauvage, naturel à proximité de la forêt”. (Mme G., La Foresterie)

81L’importance du lieu est essentiellement liée à sa rareté mais aussi à ce qu’il représente, à son terreau symbolique et collectif (les chevaux sont une tradition, c’est un lieu d’entraide et de solidarité villageoise).

2. L’espace semi-naturel comme terrain de sport

82Le lieu continue à participer à la pratique en ce qu’il en fixe les modalités, mais une distance se crée : le lieu vient après la décision de l’usage même s’il l’amplifie, s’il lui donne un surplus de sens. L’usager prend la décision du lieu de la pratique à partir d’un “panier de lieux”, l’espace ne s’impose pas à lui en amont de la décision :

“Je ne veux pas faire de sport dans un stade, je suis un homme de la nature. Les sports à horaires fixes ça ne m’emballe pas. Le Kauwberg c’est trop petit, c’est comme un stade” ; (M.M., La Foresterie)

“Je cours au Neerpede quand j'ai besoin de calme et en ville quand je recherche le stress, le danger. ” (Μ. V., Neerpede)

83Il est des cas où le lieu et ses qualités (excepté la proximité géographique et encore) ne participent pas à la décision d’y pratiquer son sport. Monsieur G. pratiquait auparavant le golf à Mons. Devenu plus âgé, Mons lui paraissant trop éloignée et les autres golfs du Brabant Wallon trop onéreux, il a choisi le golf du Neerpede.

84On assiste à une réduction du sens de l’espace, à son appauvrissement. Il devient au mieux un décor vert, un simple réceptacle pour les pratiques.

14. – L’espace semi-naturel comme espace de secondarité8

  • 8 Pour une présentation appropriée de cette notion Cf. J. REMY et L. VOYÉ, Ville, ordre et violence, (...)

85L’espace de secondarité est vécu par celui qui le ressent comme tel comme “une évasion du champ des nécessités”, des contraintes de l’ordre social dominant et des contrôles sociaux. Il prend sens dans son opposition à l’espace de primarité (la sphère du travail, du foyer, de l’école...).

86Le fait de ressentir un espace comme un lieu de primarité ou de secondarité peut s’ancrer aussi bien dans sa propre perception (par exemple un marais perçu par un enfant comme scène d’un combat naval) que dans la perception collective de la pratique (par exemple le sentiment que la présence nocturne d’un groupe dans un site est a priori suspecte).

87La configuration du site n’est pas un agent neutre dans sa construction symbolique comme l’espace de secondarité. Celui-ci s’épanouira plus facilement dans certains sites semi-naturels que dans des parcs qui sont davantage ordonnés. Les espaces semi-naturels diffèrent eux-mêmes sur ce plan. Dans la plupart des usages repérés, on peut toutefois retrouver ce désir, parfois de l’ordre de l’indicible, d’échapper à la sphère des contraintes.

88Quels usages participent à la construction d’un espace de secondarité ?

89Les enfants des quartiers, surtout au Moeraske, Kauwberg et à la Foresterie, viennent encore construire des cabanes, attraper des grenouilles, dévaler les pentes...

“C’était génial : l’aventure. Je ne pouvais pas y aller, ce qui était encore plus génial. On allait en expédition, c'était notre secret. Il y avait des rites initiatiques. Pour aller dans le marais, il fallait connaître le bon chemin, sans ça on pouvait s’enliser”. (M.W., Le Moeraske)

90L’espace semi-naturel quand il est lieu de l’incognito, de l’anonymat choisi, du refuge loin de la ville, de ses usines, des ses bruits et de son stress, est perçu comme espace de secondarité. Le jardin mais aussi les promenades permettent à certains, notamment des pensionnés, d’échapper à l’ordre du contrôle et de la nécessité.

“Si votre femme vous cherche noise à la maison, vous partez parce que toujours voir les mêmes salades. Ca ne va pas hein ! On préfère venir ici”. (les pensionnés du Moeraske)

91Les pensionnés, en “fuyant” leur maison, échappent ainsi au contrôle et se retrouvent entre eux à faire une petite promenade et à boire des verres à la buvette du club de pétanque spécialement ouverte à leur intention. Pour autant, l’ordre intérieur du foyer n’est que très temporairement menacé ; à midi moins le quart ce petit monde s’égaye, l’heure de la soupe a sonné.

92Des “bandes” de jeunes, des amoureux, des drogués (au Kauwberg semble-t-il) fréquentent également ces sites pour échapper au contrôle et à l’autorité. On observe aussi des cas de “transgression paysagère” dans certains de ces sites comme les kots des jardins rasés par les propriétaires ou des nouveaux chemins tracés par l’usage. L’existence de transgressions paysagères ou d’usages illicites dépend de la souplesse de celui qui gère le site.

93Quel statut acquiert l’espace semi-naturel ?

“Le site, c’est un truc magique qui vous fait craquer, ça bouillonne vraiment. A quelques mètres de là c’est fini, les pelouses sont tondues, les jardins sont ordonnés”. (M.D., Le Moeraske)

94Ici, le site n’est en aucun cas substituable, il est le lieu du désordre, du “bazar”, du pied de nez à l’autorité ordonnatrice (l’école, les parents dont on brave l’interdit, l’épouse, la police...). Il est rempli de magie, d’histoires et d’aventures qui constituent un monde dont les habitants seraient ceux que l’ordre ennuie. Le monde du magique est là avant toute appropriation.

15. – Conclusions

  • 9 En lisant le tableau on remarquera qu'aucun chiffre de fréquence des usages n'est avancé. Ce n'étai (...)

95Les différents usages repérés sont repris ci-dessous sous la forme d’un tableau9 où les critères de qualification et de distinction des usages sont présentés explicitement. La lecture transversale du tableau laisse émerger, en filigrane, différentes visions du monde qui viennent se cristalliser, se révéler dans les manières de s’approprier un espace et d’en user. L’impression que quelque chose se cache et organise le tout doit être analysée. Ceci suppose que nous nous intéressions de plus près à l’individu dans la manière dont il s’implique dans la production de l’usage et dans l’appropriation de l’espace. C’est l’objet du prochain chapitre.

Les usages et leurs significations

Usages

Producteurs

Dénomination

Signification de l’usage

Temporalité

1. E.S.N comme espace de vie

Anciens habitants de “souche”, peu mobiles. développant un esprit communautaire.

“Le village”, “la région”, “le dedans”. Le processus de dénomination s’opère autour d’oppositions :
- dedans vs dehors ;
- région vs extérieur ;
village vs ville ;
- nous vs eux.

- L’usage est en-deçà de tout choix et de tout sens : on est déjà là. L’espace de vie est le lieu de l’ancrage communautaire, familial.
- Le “on est déjà là” légitime l’usage par lui-même au nom de son antériorité.

- Coïncidence des territoires sociaux, spatiaux et symboliques : "on naît dedans et on y meurt”.
- Temps absolu.

2. E.S.N. comme environnement

Nouveaux habitants.

“Ecrin de verdure”.

- La campagne permet à l’usager d’individualiser son logement.
- Jouissance visuelle.

L’E.S.N. fait partie du cadre de vie dans lequel la sphère du privé se développe de préférence le soir et les Week-ends.

3. E.S.N. comme mode de vie

Riverains.

Dénomination scientifique et historique de l’E.S.N. et non par l’usage.

- L’usage s'opère par un choix de vie qui n’est pas définitif. Rien ne dit qu’on ne changera pas d’avis.
- L’investissement dans l’usage peut trouver sa raison d’être dans la découverte scientifique, la sociabilité...

Le temps passé dans l’E.S.N. n’est plus un temps unique et absolu.
La multiplication des temps de l’usager n’est pas incompatible avec l’investissement dans l’E.S.N. (conservation, contrôles, visites guidées...).

 

Transmission

Obstacles à l’usage

Signification de l’espace

Registre

Evolution

Auparavant, elle était héréditaire.

- Multiplication des autres espaces de vie.
- Urbanisation. -

- L’espace de vie étant immobile, son lieu, E.S.N. l’est aussi. Il n’est pas substituable.
- L’espace est un tout, un monde et très logiquement en dehors du monde (de son monde) il n’y a pas d’autre monde.

Registre du fusionnel, de l’absolu qui s’oppose au registre du choix.

En déclin.

Elle n’est plus héréditaire, l’espace rentre dans le marché des biens immobiliers et devient monnayable. On passe de la logique de l’emplacement à celle du placement. (On doit cette expression à Luc Carton).

Urbanisation de l’espace qui se banalise et le rend substituable.

- L’espace est individualisé.
L’E.S.N. se réduit à l’environne-ent du lieu privatisé.
L’E.S.N. devient passif : c’est un cadre de vie.
Substituabilité potentielle, espace choisi.

Registre de l’esthétique et de la distinction.

En développement.

Même si on est né dedans, le fait d'y vivre est un choix.

Urbanisation.

- L’E.S.N. peut devenir tel. Ce changement peut provenir de la découverte scientifique ou d’une menace pesant sur l’E.S.N.
- L’E.S.N. est perçu comme un enjeu urbain et est placé sur le champ de la revendication.
- Implication et substituabilité potentielle ne s’opposent pas. L’implication peut se délocaliser.

Registre de l’écologique et du scientifique.

En développement.

Les usages et leurs significations (suite)

Usages

Producteurs

Dénomination

Signification de l’usage

Temporalité

4. E.S.N. comme signe de chez-soi

Riverains.

Repérage et articulation des univers : chez soi vs hors de chez soi.

- Permet d’identifier les terrains connus.
- Signe d’un temps à soi, stable.

5. E.S.N. comme contre-espace

Riverains.

Les noms expriment le caractère fusionnel et désordonné (l’ordre d’en haut n’y est plus respecté) : “le bazar”, “le stut”, “le dedans”.

Cet usage produit des histoires pour le quartier et le rassure sur lui môme (effet de miroir).

Les conditions de production d’un contre-espace ne sont pas déterminées de manière univoque par des modalités temporelles : néanmoins la mise en scène symbolique de cette perception est facilitée par la nuit tombante, le soir...

6. E.S.N. comme lieu de promenade du chien

Habitants du quartier.

L’usage est formateur d’identité et de quotidienneté.

Un vrai promeneur de chiens se promène par tous les temps, tous les jours. Peut-être une seule exception le dimanche où le promeneur sort avec sa famille. La promenade du chien est une pratique de solitaire.

 

Transmission

Obstacles à l’usage

Signification de l’espace

Registre

Evolution

- L’E.S.N. est garant de l’existence de son chez-soi et fonctionne comme un signe.
- L’E.S.N. est intégré au quartier, à son univers choisi et positivé.
- Il est ou non substituable selon l’investissement fait dans son chez-soi.

Registre de l’intime.

Stable.

La transmission est plutôt intra-quartier parce que les histoires s’y racontent. Cependant, la configuration même d’un espace et les usages qui s’y déroulent peuvent suffire à produire ce sens.

L’ouverture et la lisibilité de l’E.S.N. peuvent entraver un tel usage.

- l’E.S.N. “c’est le noir du blanc”.
-
Ses qualités aident à produire l’usage (espace en contrebas, peu aménagé, assez touffu, peu contrôlé par les usages et par les usagers).
- Espace non substituable car il aide à construire l’imaginaire du lieu et de ses habitants.

Registre de l’imaginaire.

Plus ou moins stable.

La transmission de l’usage est transversale, elle est liée à la possession du chien. Λ la disparition de ce dernier, l’usage à cet endroit-là tend à disparaître.

Trop d’autres chiens.

- L’espace prend sens à partir des conditions posées par le chien. Il acquiert de la valeur s’il est proche, peu fréquenté...
- Sa non substituabilité est parfois posée par défaut (il n’y a rien d’autre dans le quartier).

Registre de la personnification du chien (droits et devoirs envers le chien).

Plus ou moins stable.

Les usages et leurs significations (suite)

Usages

Producteurs

Dénomination

Signification de l’usage

Temporalité

7a, E.S.N. comme lieu de détente, lieu de détente récréative

Déspatialisation de l’usage : il n’est plus du quartier mais se trouve dans un rayon de localisation.

Tendance à l’utilisation de termes génériques : la “forêt”, le “bois”. la “campagne”.

Prendre le bon air en s’assurant de la présence d’aménagements.

- La promenade est un moment de liberté, c’est un temps choisi. Ce temps occupe une position intersticielle dans l’ensemble du temps de l’usager
- Souvent, c’est une promenade du dimanche, du beau temps.

7b. E.S.N. comme lieu de détente, lieu de récréation

La connaissance de l’E.S.N. dépassant rarement le quartier, au mieux la commune ; les usagers y habitent.

Utilisation des noms propres.

Récréation- détente : réinvention d’un monde.

- La promenade est un moment de liberté, c’est un temps choisi. Ce temps occupe une position intersticielle dans l’ensemble du temps de l’usager.
- Souvent, c’est une promenade du dimanche, du beau temps.

8. E.S.N. comme lieu d’apprentissage

- Déspatialisation des usagers qui sont rarement du quartier.
- Souvent, ce sont des gens déjà sensibilisés. On remarque cependant que le public s’élargit.

Noms “officiels” donnés par les “offreurs d’usage” que sont les associations.

- Initiation scientifique à la nature.
- Intégration de l’espace semi-naturel et de sa notion dans le lieu urbain.

Il y a des promenades guidées souvent le dimanche matin mais aussi à la demande. Il existe aussi des promenades saisonnières et thématiques.

9. E.S.N. comme lieu de recueillement

Habitants du quartier mais la zone de recrutement peut être plus large.

- Recherche de “naturalité”.
- Recherche d’une source d’inspiration.

Toutes les saisons pour percevoir le rythme de la nature.

96 

Transmission

Obstacles à l’usage

Signification de l’espace

Registre

Evolution

Phénomène de masse : la promenade “au bon air” connaît un regain d’intérêt.

Le nombre de promeneurs joue en sens divers : il peut activer l’usage en renforçant les effets liés à la masse (multiplication des cafés, plaines de jeux...)

Espace décor aménagé avec les signes distinctifs de l’espace comme lieu de détente : cafés, plaines de jeu, bancs. L’espace s’intégre dans un panier “d’espaces-lieux de détente” et est choisi parmi eux.

Registre du récréatif.

En développement.

En ce qui concerne les E.S.N, la tendance va dans le même sens, même si la sensibilisation à ce type d’espace n’a pas encore atteint le grand public.

Ici, le nombre de promeneurs peut provoquer des désertions de la part d’un type de promeneurs au profit d’un autre.

Espace interactif qui invente des jeux, fournit des matériaux. L’investissement symbolique y est fort.

Registre de la récréation.

En développement.

- Bouche à oreille, publicité, circuits organisés...
- Effet de milieu (les naturalistes, les environnementalistes).

Changement du site en une autre fonction urbaine.

- Espace à respecter, à socialiser.
- L’E.S.N. n’est pas perçu comme un lieu unique. Il est intégré dans un réseau d’E.S.N. qui lui permet d’avoir du sens. Ce réseau peut changer d’échelle (régional, national, cosmique).

Registre du savoir.

En développement.

-Un trop grand nombre d’usagers.
- La reconnaissance.

Socialisation de l’espace nature-sanctuaire. L’E.S.N. est non substituable pour ses caractéristiques. Il y assure par sa nature sauvage et peu investie par l’homme, l’incognito et le “recueillement”.

Registre du sacré

Stable.

Les usages et leurs significations (suite)

Usages

Producteurs

Dénomination

Signification de l’usage

Temporalité

10. E.S.N. comme lieu de continuité

Riverains, habitants du quartier.

Permanence des “anciennes” dénominations : “stut”, “village”.

La promenade est un des signes d’appartenance avec les parents et/ou la communauté.

Temporalité de l’usage à échelle générationnelle.

11. E.S.N. comme lieu de travail

Agriculteurs, maraîchers.

- “Le champ”.
- “Le village”,
- “le dedans”.

Gagne-pain, structure la vie et ses activités.

- Temps de travail
- Temps absolu pour les gens qui vivent dans l’ES.N.

12a. E.S.N. comme potager : le jardin comme labeur

“Anciens” jardiniers du quartier, souvent pensionnés, hommes.

“Le champ”.

Reprivatisation d’un espace, de la terre et de ses racines par le travail.

Les “anciens” jardiniers sont souvent des pensionnés. Le temps passé au jardin est un temps “plein” qui rythme la journée et donne sens aux autres temps. Même si on travaille ailleurs, le temps qui fait sens est celui passé à jardiner.

12b. E.S.N. comme potager : le jardin comme loisir

Hommes (souvent), 25-40 ans sensibilisés aux problèmes environnementaux.

Nom officiel.

- Volonté de maîtriser le cycle de vie.
- Sociabilité.

Pour les “nouveaux” jardiniers, c’est plus un temps choisi parmi d’autres temps choisis. Les sphères loisir/temps de travail sont définies clairement alors que chez les premiers, la sphère “travail” domine l’usage.

97 

Transmission

Obstacles à l’usage

Signification de l’espace

Registre

Evolution

Héréditaire (grands-parents, petits-enfants).

Indifférenciation à l'usage mis en concurrence avec d’autres (comme aller à Walibi ou Eurodisney).

L’E.S.N. et son usage sont un des signes d’appartenance à la communauté.

Registre du fusionnel.

En déclin.

Précarité due :
- au statut juridique des terres cultivables,
- à l’évolution macroéconomique dé favorable,
- au changement de statut professionnel des enfants,
- à l’urbanisation.

Espace de travail ; non-choisi car désigné par l’hérédité.

Registre du labeur, du non choix.
S’oppose aux registres du plaisir, du choix.

En déclin.

Intracommunautaire.

Précarité juridique. La modification du mode de transmission, qui se fait parfois par liste, génère un sentiment de dépossession.

L’E.S.N. se réduit à l’espace-potager.
Non substituable : “on est planté ici".

Registres du labeur, du non-choix.

En déclin.

Formulation des demandes pour obtenir un jardin.

Précarité juridique.

- Espace-jardin intégré dans l’E.S.N. Il est l’expression voire le prétexte à une réappropriation collective, fière et revendiquée de la terre.
- Investissement fort mais relativement substituable car, pour eux, il existe une multiplicité de lieux accessibles.

Registres du plaisir, du choix.

En développement.

Les usages et leurs significations (suite)

Usages

Producteurs

Dénomination

Signification de l’usage

Temporalité

13a. E.S.N. comme lieu de sport : incitant au sport

Tous âges.

Sociabilité
Compétition.

A tout moment. La semaine : les “professionnels”…

13b. E.S.N. comme lieu de sport : terrain de sport

V.T.T. et motocross sont surtout des sports de jeunes.

Le dimanche : les “amateurs”.

14. E.S.N. comme lieu de secondarité

Riverains, habitants du quartier.

‘‘Le stut”, le “bazar”.

Echapper aux contraintes pour recréer un monde où l’on construit ses propres codes, ses propres histoires.

Le soir et la nuit sont, a priori, des moments de secondarité mais ils ne sont pas les seuls.

98 

Transmission

Obstacles à l’usage

Signification de l’espace

Registre

Evolution

Réseau d’amis faisant connaître le lieu, la pratique.

Certains sports sont interdits par l’association de défense du site et parfois par la commune (moto, 4x4).

Il peut susciter et permettre l’usage grâce à ses qualités (dénivellation, prairies...). En cela, il est non-subsituable.

Registre du plaisir.

Varie selon les sites.

Aléatoire.

- L’E.S.N. peut être considéré comme un stade et donc davantage comme une infrastructure.
- Son choix comme terrain de sport répond à une logique d’opportunités. A “opportunités égales”, il est pour l’usager indifférent d’aller à tel ou tel ESN.

Registre du défoulement voire de la performance.

En déclin, souvent considéré comme usages illicites sauf au Neerpede.

- Lisibilité de l’espace, contrôle social.
Rétrécissement de ces espaces en ville.

- Espace de liberté qui, comme E.S.N, participe à la création des mondes. Son opacité, ses lectures multiples, ses histoires facilitent la création d'espaces de secondarité.
- Non substituabilité relative. Il peut se recréer ailleurs tant, du moins, que l’opacité y soit possible.

Registre de l’imaginaire.

En déclin.

Notes

3 Ces critères n'ont pas été choisis au hasard ; ils ont été construits au terme d’une analyse exploratoire portant sur les premiers entretiens. Nous avons ainsi constaté qu’au-delà des réalités singulières vécues par chacun des usagers, ceux-ci organisaient leur récit autour de thématiques récurrentes qui ont été traduites sous forme de critères de comparaison et de différenciation.

4 Nous y reviendrons quand il s'agira de comprendre les interactions entre les différents usages.

5 C. GALLEZ, Quatorze sites semi-naturels en Région bruxelloise, in Entente nationale pour la protection de la nature, Bruxelles, 1990.

6 Les terres cultivées peuvent appartenir à la SNCB (il suffit pour s'en convaincre de regarder les talus de chemin de fer) ; elles peuvent aussi appartenir à la commune mais également à des particuliers. Ces terres sont louées ou simplement appropriées au nom d'un droit à l'usage du sol prenant pied dans l'histoire.

7 Le grand nombre de sports repérés (surtout au Neerpede) nous a empêché d’avoir un échantillon représentatif. On doit donc éviter des généralisations à partir de classifications qui pourraient être faites entre différents types de sports (sports d’équipe/sports individuels, sports requérant des infrastructures/sports “libres”). Les analyses qui suivent laissent certes percevoir des différences mais celles-ci, avec un échantillon plus large, auraient pu être davantage affinées.

8 Pour une présentation appropriée de cette notion Cf. J. REMY et L. VOYÉ, Ville, ordre et violence, Coll. Espace et Liberté, P.U.F., Paris, 1981.

9 En lisant le tableau on remarquera qu'aucun chiffre de fréquence des usages n'est avancé. Ce n'était pas l'objet de notre démarche et les conditions d'observation n’étaient pas réunies pour se livrer à un tel comptage. Tout au plus avons-nous pu évaluer, par imputation indirecte, l'évolution de l’usage.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540