Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre ville et nature, les sites semi-naturels

 | 
François Ost
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Deuxième partie. Les sites semi-naturels bruxellois : usages et usagers

Les sites semi-naturels bruxellois : usages et usagers

Christine Schaut

Note de l’auteur

La recherche sociologique a été possible grâce à la collaboration du S.I.E.G.E. (Service d’information économique pour la gestion des entreprises) de l’I.C.H.E.C.

Texte intégral

Introduction. L’objet et la démarche

1. – L’objet du travail

1La défense des espaces semi-naturels se fait principalement en fonction de considérations écologiques. Si l’on s’en tient à ce seul point de vue, les usagers ont un statut ambivalent et ambigu. D’un côté ils peuvent représenter une menace, par exemple lorsqu’ils y viennent avec des vélos tout terrain ou avec de grands chiens “qui courent à travers tout” ; d’un autre côté les associations écologiques peuvent avoir besoin de leur soutien et peuvent se prévaloir de l’attrait et de l'importance de ces espaces aux yeux de ceux qui les fréquentent. Il en résulte que leur présence peut être à la fois redoutée et souhaitée, tantôt évitée et tantôt encouragée, tantôt objet d’une discrète surveillance et tantôt livrée à elle-même.

2Dans ce point de vue écologique, les usages sont considérés dans leur matérialité et leurs conséquences pour l’environnement : endommagent-ils ou non l’espace ? Quels problèmes posent-ils à sa défense ? On ne s’interroge pas sur la signification du site et sur son importance pour l’usager, sur la question de savoir en quoi et pourquoi il compte tellement ou si peu pour lui... Pourtant, un même usage matériel, comme promener son chien, entretenir un potager ou se retrouver dans un coin discret avec quelques amis, peut recouvrer des significations radicalement différentes d’un usager à l’autre et d’une circonstance à l’autre. Untel peut y “jogger” chaque jour sans que cet espace ne compte davantage pour lui que n’importe quel parc public ou coin de verdure ; simplement il est là, le plus proche où courir. Pour untel au contraire, qui y passe peut-être moins de temps et y est plus discret, l’espace semi-naturel, parce qu’il est le lieu physique de ses racines, structure son identité.

  • 1 Comme l'écrit P. SANSOT, Poétique de la ville, Paris, 1973.

3L’idée même d’espace semi-naturel telle qu’elle s’est imposée au départ de ce travail est une construction écologique et politique sans doute inévitable mais qui n’a pas d’existence pour la majorité de ses usagers. Pour eux, n’existe que le “bazar”, le “stut”, le “village”, le “champ”... dont les limites sont différentes pour chacun et ne coïncident pas avec les frontières officielles. Chacun construit son propre monde de sorte que, pour beaucoup, une partie seulement de l’espace semi-naturel, tel qu’officiellement défini, y entre mais s’y trouve consubstantiellement lié à une parcelle du quartier environnant. Si chacun des usagers d’un espace avait à dessiner “son espace”, celui qui fait sens pour lui, l’on verrait pratiquement autant d’espaces différents, délimités par d’autres frontières ou, plus vraisemblablement, d’autres lisières, mis autrement en perspective, dont d’autres reliefs trancheraient et où d’autres couleurs seraient mariées d’autant d’autres façons. Bref, les usagers confèrent à l’espace un “surcroît de réel”1 qui constitue précisément l’objet de ce travail.

4S’il s’agit ici d’identifier les différents usages des espaces semi-naturels, c’est donc pour rendre compte de la signification de ces usages pour l’usager, de ce en quoi ils comptent pour lui, de la manière dont il s’y implique. L’objectif n’est pas de faire état des usages pour eux-mêmes mais bien des modes d’appropriation de l’espace dont les pratiques directement observables ne constituent en quelque sorte que le substrat et le résultat matériels. Ces modes d’appropriation mettent en œuvre diverses dimensions collectives – comme des “cultures” de l’espace avec notamment leurs composantes symboliques et imaginaires (l’espace comme trace d’une ruralité perdue, comme lieu de légendes...), leurs modes de sociabilité ou manières d’être ensemble (être entre hommes pour les “anciens jardiniers”, ou en connivence avec quelques comparses avec qui on hante un même espace “secondaire”), leurs modes de transmission propres (d’initié à initié ou par visites guidées à visée pédagogique), – et individuelles – comme les aspirations personnelles (au ressourcement, à la solitude, à l’entretien du corps...) ou les investissements affectifs (liés par exemple aux traditions familiales).

5L’hypothèse générale qui sous-tend ce travail est donc qu’à côté de leur valeur écologique, ces sites ont aussi une valeur sociologique liée à ce qu’ils représentent pour leurs usagers. Il ne s’agit pas tant de vérifier cette hypothèse car, serait-ce à un degré faible, il serait impensable qu’elle ne le soit pas, mais plutôt d’en préciser et d’en tester la substance.

6En amont, la mise au jour de ces usages et de ce qu’ils impliquent pour l’usager est dès lors indépendante d’une préoccupation écologique. C’est en aval seulement que les deux points de vue se recroiseront. Dans un travail où l’accent est mis sur le sens des usages pour l’usager, il s’agira essentiellement de voir en quoi ce sens peut être lié à la spécificité écologique de l’espace. Pour dire les choses autrement, on verra que certains usages prennent sens précisément parce que l’espace en question est un espace semi-naturel, avec ce que cela représente d’abandon contrôlé à une espèce d’“état de nature”, et non, par exemple, un jardin ou un parc public.

  • 2 L'idée d'utilité est, pour R. HARRISON (1992, 169) “plus insidieuse et plus historiquement détermi (...)

7Ce travail prend place dans la problématique, aiguë à Bruxelles, de l’arbitrage à faire entre les différentes fonctions urbaines dans une région aux ressources spatiales limitées. Pour autant, on se gardera bien de parler ici d’“utilité sociale” des espaces semi-naturels2, comme si l’on pouvait quantifier cette valeur sociologique et l’évaluer objectivement en regard d’autres destinations concurrentes de ces sites, comme par exemple leur aménagement en zones d’habitation. Si des arbitrages entre différentes catégories d’intérêts sont inévitables, il faut accepter d’emblée que celles-ci ne seront jamais réductibles à une même unité de mesure grâce à laquelle elles pourraient être mises en balance et hiérarchisées “indiscutablement”. Ce que les espaces semi-naturels représentent pour leurs usagers, voire pour une collectivité précaire qui cherche à sauvegarder les quelques points d’appui de terre et de verdure à partir desquels sauvegarder ou retricoter une ébauche de tissu social, est, sans jeu de mots, d’une autre nature que les considérations qui relèvent de l’utilité au sens économique. Autrement dit, ces espaces ne doivent pas “servir à quelque chose”, au sens économique du terme, pour participer, d’une manière ou d’une autre à l’univers urbain, à son équilibre et à son âme. De sorte que ceux qui tiennent aux espaces semi-naturels ont tout intérêt à ce que le débat ait heu, autant que possible, sur un terrain où il a, pour eux, du sens.

8Dans cette même optique, il faudra se garder d’évaluer la valeur sociologique des sites à partir d’une visée trop “simplistemen”t quantitative. D’une part parce que certains usages peu nombreux sont plus marquants et plus chargés de sens que d’autres. D’autre part parce que le paradoxe des espaces semi-naturels à cet égard est que leur sauvegarde appelle qu’ils soient à la fois l’objet d’une large attention et protégés d’une fréquentation trop intense.

9N’importe quel usage ne peut prendre corps dans n’importe quel espace semi-naturel. Par son étendue, sa localisation, sa morphologie, son contenu, son histoire... chacun rend les différents usages (comme se promener, jardiner, pratiquer un sport...) plus ou moins concevables et les affecte d’une connotation particulière. Des pratiques, fort développées dans certains espaces, sont absentes dans d’autres. Ainsi, pour beaucoup, l’espace semi-naturel qu’ils connaissent est un “stut” (ou dépotoir en bruxellois). Même si ces sites ne remplissent plus cette fonction aujourd’hui, elle continue à faire partie de l’imaginaire d’un grand nombre de riverains qui n’iront pas s’y promener car on ne se promène pas dans un “stut”. L’espace semi-naturel n’est donc pas seulement, au sens propre du terme, un espace de contraintes et de possibilités, il est un agent actif dans la détermination et la signification des pratiques avec lequel les individus, gardiens de la légende ou nouveaux conquérants, doivent composer. Le statut spatial, historique et imaginaire du site est une matrice de sens qui favorisera ou défavorisera certains usages et certaines images de l’espace.

10C’est dire aussi que les modes d’appropriation des espaces semi-naturels ne sont pas indépendants les uns des autres. Ils se complètent et se confortent réciproquement ou entrent en concurrence, voire s’excluent mutuellement, de manière à constituer ensemble une constellation de pratiques et de significations jamais vraiment stable. Produit d’une histoire spécifique, chaque espace semi-naturel apparaît aussi comme le terrain, au double sens matériel et figuré, d’un système d’interactions (au sens d’action réciproque) entre les modes d’appropriation des différents usagers. Ceux-ci se trouvent devoir s’adapter les uns aux autres et voir leurs pratiques dans le site, à un moment donné, en phase de développement, de stabilité ou de déclin selon leurs rapports de force. L’espace semi-naturel est lieu de création constante d’un réseau d’échanges et de sens qui le produit et le modèle sans cesse mais qui n’existe aussi que grâce à l’existence, dans sa matérialité et dans son histoire, de l’espace semi-naturel lui-même.

11Ces dimensions du problème que constituent le statut du site et les interactions entre les modes d’appropriation seront donc également prises en compte dans l’étude. Elles compléteront, en le situant dans une visée à la fois plus large et plus dynamique, le cœur du travail qui porte sur la mise au jour des usages et de leurs significations pour l’usager. Sans doute d’autres éléments interviennent-ils – et parfois avec quel poids ! – dans la détermination des usages : les politiques urbanistiques, les stratégies immobilières, l’action des groupes de pression et des associations... Mais leurs logiques et leurs effectivités n’entrent pas dans le cadre de cette recherche dont l’objet pratique est de produire une connaissance manquante sur le point de vue de l’usager qui demande précisément à être mise en balance avec ces autres logiques, trop tentées d’ignorer ou de sous-estimer ce point de vue.

2. – La démarche méthodologique

12La démarche de recherche est déterminée par trois ordres de critères : les premiers sont d’ordre strictement méthodologique et relèvent des règles générales de la recherche sociologique, les deuxièmes sont liés à l’objet du travail qui impose, à chaque fois, la mise au point d’un dispositif d’analyse adéquat par rapport à cet objet, les troisièmes sont liés aux ressources disponibles pour mener à bien le travail et qui sont toujours plus ou moins limitées. La stratégie de recherche consiste à combiner ces trois ordres de critères en recherchant la meilleure solution possible et à savoir évaluer, à partir de là, la portée et les limites du travail.

13Sur directive du commanditaire de la recherche, celle-ci a porté sur six espaces semi-naturels bien précis, tous situés dans l’agglomération bruxelloise : le Kauwberg à Uccle, le Kattebroeck à Berchem-Sainte-Agathe, le Scheutbos à Molenbeek, le Moeraske à Evere, la Foresterie à Watermael-Boisfort et le Neerpede à Anderlecht. La recherche devait aboutir en moins de huit mois. Un chercheur a pu s’y consacrer à concurrence d’un gros mi-temps.

14L’objet de la recherche imposait que l’on dépasse le stade de la simple description des usages pour accéder à celui des modes d’appropriation des espaces avec les dimensions imaginaires et socio-affectives qu’ils mettent en œuvre. Cette ambition interdisait qu’on se contente d’une observation “de surface” ou d’interviews des usagers sur le mode du sondage sur les pratiques et les opinions. L’accès au registre des représentations et des implications personnelles passe forcément par la mise en œuvre de méthodes plus intensives comme l’entretien semi-structuré soumis à analyse de contenu, même si, dans un second temps, des méthodes plus extensives, comme une enquête par questionnaire bien articulée à un appareillage théorique charpenté, peuvent permettre un approfondissement, une systématisation et un contrôle plus large des enseignements. On aura compris que les ressources disponibles ont obligé à se limiter ici à un travail intensif, qualitatif et exploratoire.

15Dans un premier temps, des observations de terrain ont été menées sur chacun des six sites de manière à identifier les différents types d’usagers et de prendre contact avec eux en vue d’un entretien. Ont ainsi été contactés des promeneurs pensionnés, des “promeneurs du dimanche” et des promeneurs “guidés”, des “vieux jardiniers” et des “nouveaux jardiniers” écologistes, des fermiers, des membres d’associations de défense des sites, des riverains, des utilisateurs d’équipements sportifs, des cyclistes, des promeneurs et un dresseur de chiens, une propriétaire qui loue ses terrains, un naturaliste, des familles en pic-nic, un botaniste amateur, une institutrice qui emmène chaque mois ses élèves sur le site, etc. La logique qui a prévalu dans la composition de l’échantillonnage est celle de la différenciation maximale des usagers. Dans une telle logique, on cherche systématiquement à découvrir et à interviewer des personnes qui incarnent des usages des sites différents de ceux qui ont été couverts par les interviews précédentes. Il en résulte que l’échantillon ne peut être construit qu’au fur et à mesure du déroulement des interviews. Au bout du compte il n’est évidemment pas représentatif de la population globale des usagers mais bien des principaux types d’usagers et de leurs modes d’appropriation de l’espace.

16Dans une logique de différenciation, le critère qui permet de dire qu’on a fait le tour des cas de figure est celui de la redondance. Si les chercheurs veillent bien à diversifier systématiquement les profils des personnes interrogées, il arrive forcément un moment où ils ne parviennent plus à trouver de nouveaux cas de figure franchement différents de ceux dont il aura déjà été rendu compte. En d’autres termes, à partir d’un certain nombre d’entretiens, le rendement marginal de chaque nouvel entretien supplémentaire tend à décroître rapidement. A partir de ce moment, on peut estimer avoir recueilli l’ensemble des informations les plus pertinentes eu égard aux objectifs du travail et à ses ressources. Compte tenu des ressources disponibles ici, il a été convenu d’emblée de se limiter à une quarantaine d’entretiens aussi régulièrement distribués que possible sur les six sites concernés. Chaque entretien semi-directif exige en effet un travail important comprenant la prise de contact, l’entretien proprement dit (dont la durée varie généralement entre une demi-heure et une heure), sa dactylographie complète ou partielle (vingt-cinq pages par entretien est un ordre de grandeur courant) et son analyse à partir d’une grille d’interprétation. Une quarantaine d’entretiens de ce type fournit dès lors un matériau d’analyse non négligeable de plusieurs dizaines d’heures d’enregistrement et de plusieurs centaines de pages.

17Pour autant, au terme de ces quarante entretiens, on ne peut pas considérer que le stade de la redondance soit strictement atteint, a fortiori lorsqu’on a à les distribuer entre six sites différents. Cependant, il est vraisemblable qu’aucun cas de figures important n’a été ignoré, du moins pour ce qui concerne les usages des sites en vigueur entre la fin du printemps et la fin de l’été, période au cours de laquelle les interviews ont dû être réalisées. En particulier, certaines pratiques hivernales n’ont donc pas pu être prises en considération.

18Dans la technique de l’entretien semi-directif, l’interviewer ne pose pas à l’interviewé une série de questions précises et présentées dans un questionnaire standard. Il lui laisse au contraire une grande liberté de propos autour des questions étudiées dans la recherche, de manière à ce qu’émerge la “vérité” propre de chaque interviewé. Si l’entretien est bien mené, ce dernier aura révélé beaucoup plus, en l’occurrence de ses modes d’appropriation de l’espace semi-naturel, qu’il ne l’aurait fait s’il avait eu à répondre à des salves de questions dont la formulation et l’ordre sont stéréotypés et identiques pour tous. Bien plus, l’interviewé est amené non seulement à livrer ses usages du site et les investissements socio-affectifs qui leur donnent sens, mais bien à procéder, avec l’aide de l’interviewer, à une sorte de retour réflexif sur lui-même ou, si l’on préfère, à une espèce d’auto-analyse. Autant dire que pour être seulement semi-structuré, l’entretien n’en n’est pas moins dûment balisé par les repères sociologiques de l’interviewer. C’est pourquoi les interviews sont normalement menées par un chercheur bien informé des objectifs de la recherche et de ses préalables théoriques, voire idéalement, comme ce fut le cas ici, directement par le chercheur chargé de la recherche. On trouvera en annexe les questions-guides qui ont servi de points de repère.

19Les limites de l’échantillon sont partiellement compensées par le dispositif de contrôle qui s’opère dans ce type de recherche entre les différentes sources d’information. Les personnes interviewées sont en effet investies d’un double statut : elles sont à la fois sujets d’un mode d’appropriation et de perception de l’espace (quel usage en font-elles pour elles-mêmes ? quelle image ont-elles du site ?...) et témoins privilégiés d’autres types d’usages (quels autres usages observent-elles ?). A ce second titre, elles fonctionnent comme multiplicateurs d’informations. Cette double source est elle-même confrontée de facto avec les observations effectuées directement par le ou les chercheurs eux-mêmes de sorte que, par ces divers recoupements, on en apprend davantage et on met en œuvre ce dispositif de contrôle croisé.

20Enfin, l’analyse de contenu des interviews a été menée en deux temps. La première phase a consisté en une analyse intratextuelle, c’est-à-dire interview par interview. Cette analyse a visé à dégager :

  1. les thématiques en rapport avec l’objet de la recherche (substituabilité ou non de l’espace semi-naturel, obstacles à l’usage, producteurs de l’usage...) ainsi que les qualifications de l’espace, de l’usage, des agents... (comme la dénomination de l’espace, les significations de l’espace et de l’usage, la définition des “adversaires”...) ;
  2. les structures narratives (comme l’histoire personnelle en rapport avec l’espace, la vision de l’histoire collective du site, les modes de transmission des usages tels que perçus et souhaités, la vision de l’évolution des usages...) ;
  3. les lexiques qui structurent les représentations de l’espace et de ses usages (comme le localisme ou l’universalisme, le fusionnel et l’absolu ou l’instrumental et le relatif, le sacré ou le profane, le scientifique, l’esthétique, l’imaginaire...). Un tableau de synthèse reprendra en titre les principales catégories.

21La deuxième phase a consisté en une analyse intertextuelle, c’est-à-dire inter-inteviews. Elle constitue un exercice de comparaison systématique des différents modes d’appropriation des espaces semi-naturels, soit de mise en évidence des convergences et des divergences à partir des critères ci-dessus, de tentative de regroupements et de distinctions... en vue de faire apparaître des types de modes d’appropriation des espaces semi-naturels ou des logiques d’usage. Ces types ne coïncident pas exactement avec les usages considérés dans leur stricte matérialité ; par effet d’accentuation, ils soulignent ce que certains usages ont de caractéristique dans ce qui les sous-tend plus que dans ce qu’ils laissent voir directement. En ce sens, ils constituent ensemble un schéma d’intelligibilité des usages adéquat par rapport aux objectifs du travail, mais ils réclament, en échange, un degré supplémentaire de formalisation. Ce travail sera synthétisé au fur et à mesure dans quelques tableaux et schémas. C’est à sa faveur que les modes d’appropriation des sites seront progressivement saisis comme formant système.

22Comme on l’a vu, l’objectif n’est pas ici de quantifier les différentes catégories d’usage mais bien de rendre compte de leur diversité et des logiques qui les sous-tendent. Si, d’une certaine façon, on sera amené à parler du point de vue des usagers – et non en leur nom !-, ce ne sera donc pas en les réduisant à une “opinion publique” où ils seraient rassemblés pêle-mêle en un amalgame supposé homogène, mais bien en tentant de rendre justice à leur diversité et à leurs singularités et de toucher au plus près les fondements des usages et des représentations – puisqu’ils n’ont pas à entrer dans un type donné mais peuvent se situer chacun par rapport aux différents types et aux différents axes à partir d’un jeu de proximité-distance.

Notes

1 Comme l'écrit P. SANSOT, Poétique de la ville, Paris, 1973.

2 L'idée d'utilité est, pour R. HARRISON (1992, 169) “plus insidieuse et plus historiquement déterminée qu'il peut sembler”. Elle imprègne aussi certains arguments de défenseurs de l'environnement lorsqu'ils suggèrent qu’une des raisons de conserver les plantes et les espèces rares est qu'elles “serviront peut-être un jour les besoins de la science et de la médecine”. Ce faisant, ils portent le débat sur un terrain où ils sont battus d'avance car on pourra toujours leur opposer une utilité plus importante ou, du moins, plus urgente : l'habitat, la croissance économique, l'emploi...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540