Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Entre ville et nature, les sites semi-naturels

 | 
François Ost
, 
Jean Remy
, 
Luc Van Campenhoudt

Les sites semi-naturels, nouvelle figure du patrimoine urbain

François Ost, Jean Remy et Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

1Les sites semi-naturels sont des espaces-lisières. Des espaces d’entredeux. L’objet des recherches qu’on entame est de mettre en lumière les multiples aspects de leur statut “marginal” ; l’enjeu du sort qui leur sera réservé est de garantir les virtualités qu’ils recèlent et la multiplicité des usages dont ils sont susceptibles.

2Divers, les espaces le sont déjà par les noms qu’on leur donne. “Sites” ou “espaces semi-naturels”, dit-on, mais ces appellations sont récentes et d’origine scientifique. Dans la mémoire des Bruxellois, ils évoquent les noms de “champ”, de “village”, de “paroisse”, de “bazar” ou même de “stut” (dépotoir) : signes déjà des diverses images projetées sur eux et de la constellation des usages qu’on en fait.

  • 1 La définition de la notion d’espaces verts semi-naturels a été proposée par un groupe de travail c (...)

3Divers, les espaces semi-naturels le sont aussi par leur richesse biologique, botanique, ornithologique. Situés à la charnière de la ville et de la campagne ou de la forêt, ces sites ont connu des interventions humaines, sous forme de pratiques agro-pastorales ou sylvicoles, qui n’ont cependant pas été jusqu’à l’introduction de plantes étrangères à la région, que ce soit par semis ou plantation. Ces interventions relativement douces ont favorisé le développement de formations végétales très diversifiées et ont permis à de nombreuses espèces de trouver dans ces milieux semi-naturels leurs niches écologiques1.

4A cette diversité écologique répond la diversité des fonctions sociales qu’exercent ces milieux, à la fois rares et précieux, dans le cadre d’une grande agglomération urbaine. L’analyse sociologique a permis, on le verra, de mettre en lumière plusieurs modes d’usages concurrents, tantôt complémentaires, tantôt conflictuels, de milieux qui sont, en définitive, autant “reçus” que “produits” par leurs usagers.

5Enfin, la diversité des sites semi-naturels apparaît également d’ordre juridique. Leur appropriation est, en effet, tantôt individuelle, tantôt collective, tantôt privée, tantôt publique. Ne bénéficiant pas d’une qualification juridique déterminée, ces espaces sont généralement rangés, dans les plans d’aménagement du territoire, en “réserves foncières” ; mais, on le verra, le mouvement actuel de protection conduit à leur conférer, de plus en plus souvent, soit le statut de “réserve naturelle”, soit celui de “site classé”. Encore faudrait-il mentionner, en marge de ces statuts juridiques, la part qu’exerce l’infra-droit, ou même le contre-droit, dans les usages faits des sites semi-naturels : on vise ici notamment les diverses formes d’appropriation et de transmission de fait de certaines parcelles par des jardiniers-cultivateurs qui ne s’embarrassent guère de titres de propriété.

  • 2 Ch. GALLEZ-RICHEL, Quatorze sites semi-naturels de la région bruxelloise, Entente nationale pour l (...)

6Les sites semi-naturels en région bruxelloise ne se limitent pas aux six étudiés ; un ouvrage publié en 1990 par l’Entente nationale pour la protection de la nature en avait sélectionné quatorze2. Les sites retenus ici - le Kauwberg, le Kattebroeck, le Scheutbos, le Moeraske, le plateau de la Foresterie, le Neerpede - constituent cependant un échantillonnage suffisamment contrasté pour illustrer la diversité de cet aspect du patrimoine bruxellois. Ils ont été retenus par la Fondation Roi Baudouin en fonction de la diversité des situations et des enjeux qu’ils représentent. Les deux études sociologique et juridique présentées ici ont cependant été menées de manière à fournir des enseignements qui valent pour l’ensemble des sites semi-naturels en milieu urbain.

7Une telle diversité rend périlleux et passablement vain l’exercice qui consisterait à en fournir une définition univoque. Sans doute vaudra-t-il mieux faire apparaître la spécificité des sites semi-naturels en contrepoint de ce qu’ils ne sont pas. “Semi-naturels”, ces espaces se distinguent tant des milieux naturels que des milieux artificiels. On peut appeler “naturels” des espaces dont les formations végétales n’ont jamais été transformées par l’homme ; on devine que ce type de milieu est devenu quasi inexistant dans un pays comme la Belgique : quelques-unes des tourbières encore en activité dans la région des Hautes Fagnes peuvent encore prétendre à ce titre. Quant aux milieux “artificiels”, ils visent soit les espaces bâtis, soit les espaces dont la végétation est le résultat d’interventions humaines permanentes : plantation, semis, usage d’engrais et de pesticides, drainage et amendement du sol. Ce dernier point mérite d’être particulièrement souligné : les espaces semi-naturels urbains ne sont ni des champs, ni des forêts, ni des parcs, ni même des espaces verts. Chacun de ceux-ci répond à une forme d’aménagement de l’espace précis et délibéré, et leur caractère écologique s’en ressent par la raréfaction de leur diversité, telle la quasi monoculture du hêtre en forêt de Soignes, par exemple.

8Ainsi finit par apparaître, en contrepoint, la spécificité des milieux semi-naturels. Le flou qui s’attache à leur image relève de leur nature même et constitue précisément l’essentiel de leur valeur. Leur spécificité est d’être des espaces-lisières : situés aux confins de la ville, ils font lien entre le dehors et le dedans ; espaces-frontières, ils séparent et relient tout à la fois, comme des no man's land qui, n’étant à personne, pourraient bien être à tout le monde. Terrains “vagues”, disait-on jadis. Et le terme ne manquait pas de réveiller quelque chose, peur ou désir, d’ordre irrationnel. On s’aperçoit cependant maintenant, dans le cadre d’une planification urbaine qui ne laisse plus grand-chose au hasard, de la nécessité de ces espaces “vagues” où peuvent encore s’inventer de nouveaux rapports sociaux et s’expérimenter de nouveaux rapports à la nature.

  • 3 G. BACHELARD, La terre et les rêveries du repos, Paris, 1982, p. 110.

9Le sites semi-naturels sont souvent, on le verra, des espaces résiduels, des espaces par défaut, des contre-espaces, des espaces de transition. Situés en périphérie du centre urbain, ils sont, littéralement, “à la marge”, et les usages qu’ils suscitent, les comportements qu’ils induisent sont, au moins pour certains d’entre eux, “marginaux”. Leur rôle à l’égard de la ville pourrait être comparé à celui qu’exerce le grenier par rapport à la maison : le grenier dont Gaston Bachelard disait qu’il était un espace de rêverie, à la fois proche et éloigné du rez-de-chaussée, terrain de la vie commune3. La question que nous adressent ces espaces aujourd’hui est de savoir si nous pouvons les intégrer dans la planification urbaine en les respectant pour ce qu’ils sont, c’est-à-dire sans les transformer soit en espaces construits, soit en espaces verts. De même qu’un grenier aménagé et rentabilisé n’exerce plus sa fonction de grenier, de même un site semi-naturel trop directement affecté à une fonction sociale précise perd sa raison d’être et son intérêt.

  • 4 Cl. ALLEGRE, Economiser la planète, Paris, 1990, p. 297 : “La vie en société étant inexorablement (...)

10Mais, dira-t-on, entre quoi et quoi les sites semi-naturels font-ils liaison ? Entre ville et campagne, tout d’abord : confins des forêts, des marais ou des terres cultivées à la périphérie de la ville, ils présentent cet effet de déplacer les bornes et les repères, assurant ainsi des transitions plus naturelles entre les espaces et suscitant un certain échange des fonctions qu’ils assurent, comme si quelque chose de la nature entrait en ville. La question posée à ce stade est celle de l’écologie des villes que Claude Allègre appelle de ses vœux4.

11Plus fondamentalement, le lien qui s’éprouve à propos de ces espaces est celui, bien distendu aujourd’hui, qui s’établit entre l’homme et la nature. Si nous ne voulons plus ignorer les équilibres écologiques et transformer la nature en simple objet d’aménagement – réservoir de ressources et dépotoir de déchets – et si, à l’inverse, nous ne sommes pas prêts à abandonner la civilisation urbaine pour on ne sait quel mode de vie naturel au sein d’une Nature personnalisée ou déifiée, alors il reste à inventer – c’est la seconde question – un rapport à la nature qui ne réduise ni la part du social dans le naturel, ni celle du naturel dans le social.

12Enfin se laisse apercevoir une troisième forme d’interaction, dont les sites semi-naturels sont à la fois le révélateur et l’enjeu : l’interaction entre les usagers, les groupes sociaux, les agents économiques, les pouvoirs publics et les associations qui émettent des prétentions concurrentes, pas nécessairement compatibles, à propos de leur affectation et de leurs modes d’usage légitimes. Sauf à croire à une utopique harmonisation spontanée de ces prétentions, des arbitrages s’imposeront qui, dans certains cas, se traduiront par des interdits et/ou des servitudes d’utilité publique. Se pose donc, à ce troisième niveau, la question de la régulation politique et juridique des prétentions en conflit.

13Comment traiter ces questions sans en réduire les termes ? Comment les distinguer sans les désarticuler, et les rapprocher sans les confondre ? Sans doute est-ce la voie de la pensée dialectique qui s’impose ici, cette pensée de “l’entre-deux” précisément, qui s’attache à montrer combien les éléments distingués – ici ville et campagne, homme et nature, usagers concurrents – ont aussi, et nécessairement, “partie liée”.

14Deux concepts, très riches en implications théoriques, traduisent cette approche dialectique : le concept de “milieu” et celui de “patrimoine”. Du concept de patrimoine nous ferons tout à l’heure le cadre, tant analytique que prospectif, de notre analyse : nous montrerons qu’il est à la fois translocal et transtemporel, qu’il relève tant du symbolique que du matériel, qu’il s’entend d’un contenant à protéger (le “tout”) et d’un contenu, fongible, susceptible de gestion (les “parties”), qu’il est susceptible de multiples usages et débouche sur des formes de transpropriation.

  • 5 Sur ce point, Cf. notamment F. OST, Le juste milieu. Pour une approche dialectique du rapport homm (...)

15Mais, avant tout, il nous faut souligner que les sites semi-naturels relèvent d’une logique du “milieu”, plutôt que du registre de la “nature” ou de l’“environnement”. Parler ici de “nature” serait postuler la possibilité d’accéder sans médiation ni transformation à une nature vierge et première. A l’inverse, parler d’“environnement” serait encore raisonner à partir de l’homme exclusivement, “environné” par quelque chose comme un décor naturel avec lequel il n’entretiendrait pas de rapport essentiel. En revanche, analyser et traiter les espaces semi-naturels comme des “milieux”, c’est faire justice aux rapports dialectiques que nous entretenons avec eux. Le milieu, en effet, est un élément qui nous entoure et nous traverse à la fois ; nous contribuons à le produire et, en retour, il contribue à nous constituer5. En parlant de “milieu”, nous nous efforçons d’échapper à la logique réductrice tant du point de vue biocentrique qui conduirait à conserver la nature pour la nature, indépendamment du sens qu’elle représente pour l’homme, que, à l’inverse, du point de vue anthropocentrique qui aurait tôt fait d’aménager les sites semi-naturels en sites artificiels : jardins ou espaces bâtis.

  • 6 J. REMY et L. VOYE, Ville, ordre et violence, Paris, 1981, p. 33.

16Considérée sous l’angle sociologique, la notion de milieu représente “un regroupement de personnes dans un espace où elles ont ou peuvent avoir des contacts entre elles, ces contacts permettant de constituer une entité (en l’occurrence le site comme “espace social”) ayant des propriétés spécifiques et modifiant les réactions de ses composantes”6. La richesse de la notion réside dans en ce qu’elle conjugue une composante physique (le site comme espace “naturel”) et une composante sociale (le site comme espace d’interactions entre des usages et des usagers).

  • 7 Cf. J. REMY, Espace et théorie sociologique. Problématique de recherche, in Recherches sociologiqu (...)

17Grâce à cette association, la composante physique du site acquiert un statut important dans l’explication des usages et des relations entre eux. Support physique des pratiques, sa configuration favorise certains usages et certaines formes de sociabilité tandis qu’elle en décourage d’autres. Le site constitue également un code culturel à partir duquel les perceptions sont connotées positivement ou négativement (par exemple, en termes de dedans/dehors, haut/bas, ville/campagne, culture/nature…). Il est un déterminant du champ des possibles qui induit des effets tant sur les réseaux d’interactions que sur les consciences7. Bref, la notion de milieu permet de rendre justice à l’importance de la médiation de l’objet dans la détermination des pratiques. Dans la partie sociologique de cet ouvrage, on verra combien cette proposition se vérifie de manière saisissante pour ce qui concerne les sites semi-naturels.

18Ce point de vue s’oppose à une perspective culturaliste selon laquelle l’espace ne serait qu’un matériau à travailler ou le substrat inerte de pratiques humaines entièrement définies par ailleurs. Pour autant, il ne faudrait pas tomber dans l’erreur inverse consistant à tenir l’espace comme le facteur déterminant des usages, ni même comme un facteur décisif qui agirait de manière autonome, indépendamment des décisions humaines et des processus sociaux. Tout usage d’un site nécessite des conditions matérielles qui le rendent possible, voire l’encouragent, mais il ne sera effectif que si certaines personnes y songent, lisent le site comme un lieu qui le permet, et parviennent à le faire accepter au regard des aspirations, des intérêts et des pratiques admises et éventuellement susceptibles de lui faire concurrence.

19La notion de milieu permet donc de rendre compte de la combinaison complexe qui lie les structures spatiales, culturelles et sociales. Loin de restreindre le site à sa dimension spatiale, elle y voit la matérialisation d’échanges sociaux et de représentations de ces échanges. Plutôt que la matérialité ou la naturalité en elles-mêmes, ce sont donc davantage le rapport à la matérialité ainsi que la matérialité comme empreinte physique d’un échange social qui constituent un élément d’une meilleure intelligence du social et de son lien au cosmique. A partir de là, la notion de milieu renvoie à une temporalité plus complexe où les rythmes sociaux connotent et donnent sens aux rythmes naturels. L’analyse sociologique cherchera à s’inscrire dans ce souci d’une ouverture à un lien plus profond entre la matérialité et l’humain.

  • 8 R. HARRISON, Forêts. Essai sur l'imaginaire occidental, Paris, 1992.

20Nulle part, sans doute, cette logique du milieu ne se vit de manière plus aiguë et plus problématique que dans les grandes villes. Urbaines par essence, les civilisations modernes et leurs institutions majeures – la religion, le droit, la famille et, surtout, la cité – furent fondées, selon Robert Harrison8, contre les forêts. Au départ, nos villes sont des clairières, arrachées par les hommes à l’obscurité des sous-bois et au soi-disant désordre de la vie sauvage, pour y instaurer l’ordre et la lumière. Mais à force d’avoir été repoussée loin des villes, la nature a fini par manquer aux citadins qui tentent aujourd’hui de recomposer leurs rapports avec elle et de la réhabiliter au plus près de leurs immeubles. Tandis que les campagnes cherchent à bénéficier des mêmes avantages que les villes, en particulier en matière de communication (réseau routier, électricité, téléphone, télédistribution…), celles-ci veulent se doter de certains atouts des villages (paysages reposants, verdure, calme…). Il ne s’agit plus tant de retourner occasionnellement à la campagne, définie comme lieu de rupture par rapport à la ville et dont le charme reposerait sur d’autres qualités comme l’isolement et l’austérité, mais bien de les “métisser” et de retrouver, dans chacune d’elles, une partie des attraits de l’autre. Cette tentative de recomposition des rapports entre la ville et la campagne participe de cette dialectique nouvelle entre l’homme et la nature où le premier ne se réduit pas davantage à la seconde qu’il ne la réduit à un pur objet.

21Dans ce processus, les espaces-lisières comme les sites semi-naturels se voient conférer un statut inédit. Dans ces entre-deux indécis, où l’on n’a pas vraiment quitté la ville mais où l’on n’est pas tout à fait à la campagne, le citadin se retrouve dans un espace ambivalent et ambigu où une grande diversité de sensations sont possibles, qui puisent précisément leur force de cette ambivalence et de cette ambiguïté : être à la fois loin – psychologiquement – et près – géographiquement – de chez soi ; se retrouver proche de ses racines singulières, dans le lieu de sa ruralité perdue, et participant du système universel de la nature et de ses rythmes ; fréquenter un espace public mais néanmoins opaque où sont possibles d’autres expériences et où se tissent d’autres connivences… Quand la ville et la campagne réinventent leurs différences et leurs liens, ces espaces, jadis délaissés comme de vulgaires terrains vagues, sont au contraire recherchés et revisités, parce qu’ils relèvent d’un registre flou, flottant et flexible. Parce que, précisément, ils sont étrangers à l’ordre de la ville (à l’inverse d’un parc, surtout s’il est bien entretenu) tout en appartenant à celle-ci.

22En quoi ce qui se joue dans et autour des espaces semi-naturels participe-t-il de cette recomposition des rapports homme-nature et ville-campagne ? En quoi les deux études sociologique et juridique de ces espaces permettent-elles d’en mieux saisir les facettes et les ressorts ? Quels enjeux normatifs peuvent en être dégagés et quel est l’horizon pratique de ces recherches ? Ces questions sont abordées ici à partir du concept de patrimoine, conçu comme modèle opératoire à partir duquel tant les usages des sites que les registres juridiques qui s’y appliquent peuvent être pensés dans une double visée analytique et prospective.

23Le site semi-naturel est patrimoine d’abord parce qu’il est transtemporel. Héritage des générations passées, ressource pour celles d’aujourd’hui et promesse pour celles de demain, il est un lieu de transmission et de continuité. Pour les anciens, il peut être la dernière trace d’une ruralité désormais perdue, le substrat physique d’une communauté à laquelle on se sent appartenir, ou le lieu de ses racines qu’on aime rappeler à ses enfants et petits-enfants dans l’espoir qu’un jour, ils relayeront à leur tour le message. Le site ne prend dès lors sa pleine densité que s’il possède son histoire et ses légendes, tissées d’événements heureux ou tragiques qu’on se confie en les amplifiant parfois. N’aurait-il pas vraiment d’histoire, simple terrain résiduel jusqu’ici délaissé, on aura tôt fait de lui en inventer une et de le doter ainsi d’une âme, sans laquelle il serait impossible de s’y trouver vraiment bien et de le défendre avec conviction. Ici, un soldat allemand s’est noyé, plus loin un désespéré s’est pendu, tapie quelque part dans le noir une étrange secte se réunit, autre part les luttes récentes contre la destruction du site constituent déjà une sorte d’épopée fondatrice… Si, pour beaucoup, le site ne représente guère plus qu’un espace presqu’indifférent, où il est commode de “jogger” ou de promener son chien, pour d’autres, nombreux aussi, l’usage d’aujourd’hui s’inscrit dans la visée d’une responsabilité à l’égard des générations futures. Bien destiné à un usage collectif en dépit de la diversité des régimes de propriété, le site a pour destin de durer et de traverser les saisons dans l’intérêt de l’ensemble de ses usagers potentiels, placés sur pied d’égalité. En dépit de leurs différences, les “anciens jardiniers” qui cultivent leurs potagers et les “jardiniers écologistes” partagent cette même préoccupation de transmission qui porte à la fois sur l’espace dans sa matérialité et dans son épaisseur symbolique.

24Loin d’être linéaire, cette transmission n’est pas la stricte reproduction d’un statu quo que se confieraient, au fil des ans, des individus aux sensibilités et préoccupations identiques. Les successeurs des vieux jardiniers ne sont pas leurs enfants mais bien des écologistes rétifs aux engrais chimiques, de sorte que, si la pratique se perpétue bien grâce à ces derniers, elle est dotée d’une signification différente. Seuls certains usages des sites, comme la promenade pour sortir le chien ou pour réfléchir et se recueillir, restent stables aujourd’hui. Plusieurs pratiques, comme l’agriculture et les sports mécaniques, disparaissent lentement, tandis que d’autres, comme les leçons de naturalisme ou les activités récréatives, se développent. Loin d’apparaître comme le décor figé d’un carrousel qui n’en finirait pas de tourner à la même allure et sur la même rengaine, le site se reconduit tout en se modifiant, dans les pratiques qui lui donnent vie comme dans sa configuration même. Insensiblement ou, parfois hélas, brutalement. Comme tout patrimoine, le site semi-naturel devrait donc pouvoir s’accommoder d’une grande fongibilité de ses éléments (le fait qu’ils y entrent et en sortent librement) tout en protégeant sa consistance globale. Cette dialectique du tout, qui se maintient comme tel, et des parties, susceptibles de se transformer, constitue une autre dimension centrale du patrimoine. En effet, son destin est bien là : marqué du sceau du passé mais sans être un musée, respecté mais sans être vénéré comme un sanctuaire, adapté aux besoins des hommes mais sans être épuisé ou mis à sac, reconduit dans son unité et son identité mais en s’accommodant des modifications de ses éléments constitutifs.

  • 9 R. HARRISON, op. cit., p. 287.
  • 10 G. DURAND, L'imagination symbolique, Paris, 1968.
  • 11 L’expression est de G. BALANDIER.

25Le site semi-naturel comporte donc, indissociablement, une composante matérielle et une composante symbolique. En cela, il est aussi patrimoine. Loin de résider dans la nature comme dans un environnement qui lui serait étranger, l’homme réside dans sa relation à la nature. Il n’habite pas la Terre mais plutôt la manière dont il la conçoit, l’anime et la produit pour lui-même et avec d’autres, dans une relation complexe d’ouverture et de différence qu’on a appelée plus haut un “milieu”. Par ce logos'9, nature et histoire se constituent l’une l’autre et dotent ainsi de sens cette expérience du séjour, de quelques dizaines d’années en moyenne, sur la planète Terre et qu’on appelle la vie humaine. Le symbole est ce signe par lequel seulement peut s’exprimer l’indicible que recèlent toute la richesse et la complexité de cette expérience et grâce auquel elle peut s’approfondir10. L’examen des usages des sites révèle leur extraordinaire charge symbolique liée à ce qu’ils représentent pour beaucoup de ceux qui les fréquentent. Signe mythique de son chez-soi, du temps à jamais révolu, du lien qui relie au cosmos, espace enchanté par les souvenirs et les rêveries, hanté lorsque l’imagination le veut bien, le site semi-naturel est pour beaucoup un lieu de contemplation, de ressourcement et d’inspiration. A la nuit tombante, il devient pour certains ce repaire où ils peuvent ranimer, dans l’anonymat, d’autres facettes d’eux-mêmes, s’abandonner à d’autres chimères, s’adonner à d’autres jeux, dans d’autres connivences. Pour d’autres, il est, aux heures obscures, cet “extérieur” avec lequel on joue à se faire peur et sans lequel “nous ne disposerions pas d’un “intérieur” où habiter pleinement”11. La puissance évocatrice du symbole, ici le site ou ce qu’il contient, dépend indissociablement de ses potentialités propres et de l’intensité de l’engagement du contemplateur. C’est en cela qu’on peut parler de communication symbolique. Avec les espaces semi-naturels, elle semble infinie car, à ce que peut évoquer la nature rurale, par exemple des forêts ardennaises, s’ajoute ce qu’autorise et encourage cette ambiguité de la nature en ville, avec ses fascinants effets de contrastes et de clairs-oscurs.

26Le site semi-naturel est aussi patrimoine dans la mesure où s’y entrecroisent une pluralité de cycles et d’échelles spatiales. On l’a vu, certains s’y agrippent comme aux derniers brins de leurs racines singulières. Le site est pour eux le substrat spatial, social et symbolique à partir duquel leur existence trouve ses fondements et sa cohérence. Il forme alors un univers à part entière qui se suffit à lui-même. A l’inverse, à une tout autre échelle, comme relais d’oiseaux migrateurs que les ornithologues viennent observer, il constitue le maillon d’une chaîne vitale qui le relie à d’autres lieux, quelque part sous les tropiques ou dans les toundras arctiques. A la mesure de Bruxelles, d’aucuns rêvent de faire communiquer entre eux les sites de l’agglomération et de les constituer ainsi en une espèce de réseau semi-naturel. Grâce à cet agencement, il serait possible de se promener à travers la ville sans trop la rencontrer vraiment dans ses aspects les plus proprement urbains. Pour beaucoup de ceux qui y entretiennent un potager, le site est le lieu où le citadin peut reprendre part aux cycles vitaux : celui des saisons et de la continuelle renaissance de la nature ; celui des chaînes alimentaires “naturelles” où l’homme retrouve sa place en semant, en cultivant et en consommant ce qu’il a directement contribué à produire. Pour d’autres, il est l’espace d’un par cours initiatique au fil duquel se construit et s’affine le sentiment de participer d’un ordre vital global. A l’instar du patrimoine, le site constitue donc une matrice translocale, où s’entrecroisent, sans forcément se rencontrer frontalement, divers niveaux de réalité relevant d’échelles différentes. Système articulant des composantes hétérogènes et étrangères les unes aux autres, il est lui-même élément de systèmes naturels et sociaux plus étendus.

27Enfin, comme on l’a déjà laissé entendre à maintes reprises, le site est patrimoine car il se prête à une pluralité d’appropriations qui ont à composer les unes avec les autres. Sur un même espace se superposent en fait plusieurs patrimoines différents, renvoyant à des titulaires et à des usagers différents. Non seulement plusieurs activités s’entrecroisent sur le site mais, en outre, divers régimes de propriété et de droit d’usage s’y recoupent, de sorte que nul ne peut s’en prétendre le maître souverain et qu’une diversité d’instances-propriétaires, pouvoirs publics, associations, usagers… – ont voix au chapitre. Il ressort de cette diversité de fait que chaque site, comme patrimoine dans sa généralité, est comme un nimbe abstrait jeté sur les biens les plus variés et doit s’accorder avec cette imbrication de régimes, d’instances, d’acteurs, d’appropriations et d’usages. C’est dire que le rapport homme-nature passe par le rapport des hommes entre eux, avec leurs sensibilités, leurs ressources et leurs intérêts respectifs. Sur le terrain, au sens concret, la multifonctionnalité du site oblige les usagers à protéger constamment ce qu’ils tiennent pour leur espace propre et légitime, à rechercher des alliances explicites ou implicites, durables ou circonstancielles avec d’autres usagers, à tenter parfois le “coup de gueule” ou le coup de force pour plier le concurrent et l’obliger à renoncer, à en appeler à une autorité extérieure pour faire respecter leurs “droits”. Ainsi s’allient ou s’affrontent promeneurs de chiens et “joggeurs”, cyclistes et défenseurs de l’environnement, “anciens” et “nouveaux” jardiniers, flâneurs solitaires et groupes bruyants, jeunes et vieux, riverains et visiteurs… Ainsi aussi, ceux qui se sentent indûment écartés d’une partie du site rusent-ils avec l’ordre qui tend à s’y instaurer. A peine a-t-on élevé une clôture qu’elle est parsemée de trous. Sitôt les occupants “autorisés” d’un espace rentrés chez eux, d’autres prennent la relève, pour d’autres activités. Dresserait-on, heure par heure, la carte des mouvements sur le site qu’on verrait un enchevêtrement de parcours multiples, formant un système d’ajustements constants de pratiques souvent concurrentes, à la faveur d’un double jeu de distanciation dans l’espace et dans le temps. Le site est à la fois une matrice concrète et une fiction ; il est bien là, dans sa matérialité et ses délimitations officielles, mais recomposé différemment selon les pratiques et les modes d’accès, les séquences temporelles et les usagers qui leur correspondent.

28Dans l’espace politique et institutionnel, les acteurs décisifs sont les propriétaires, les promoteurs, les responsables publics et les associations. De leurs décisions et de leurs rapports de force dépend, en définitive, le destin des sites. Un objectif pratique central de cet ouvrage est précisément de fournir aux acteurs de ce niveau une connaissance suffisamment fine de ce qui se joue, pour les usagers, “sur le terrain” des sites : leurs pratiques et l’importance qu’elle revêt à leurs yeux, leurs usages et leurs modes d’appropriation du site, ainsi que leurs interactions avec les autres usagers. C’est le rôle de la partie sociologique. Dans ce débat difficile sur l’avenir des sites, où des logiques économiques, politiques, sociales et culturelles s’entrecroisent et se concurrencent, il était essentiel de combler une lacune : adopter le point de vue de l’acteur le moins structuré et le plus hétérogène, et celui pourtant pour qui le site est susceptible de compter le plus, l’usager. Ainsi les termes du débat peuvent-ils mieux s’équilibrer.

29On aura compris qu’il ressort de ce travail combien la diversité fonctionnelle des sites et leur caractère d’espace-lisière, ambivalent et ambigu, en constituent la spécificité et la richesse propres. Cette diversité des usages et des implications existentielles s’ajoute à la variété biologique des sites mais aussi, comme le montre la partie juridique de cet ouvrage, à la diversité des régimes juridiques qui s’y appliquent. C’est ce principe de leur spécificité qui leur confère tout leur intérêt à nos yeux ainsi que la conviction que nos villes ne peuvent s’en passer.

30C’est pourquoi ce travail n’est pas seulement une ressource pour une décision éclairée. Entamé sans préjugé conscient, il a finalement abouti à cette conviction ainsi qu’au sentiment qu’il s’agit, si l’on veut être conséquent, de s’armer des outils nécessaires pour la mettre en pratique. La notion de patrimoine est clairement au cœur de la réponse à cette préoccupation. Considérée sous l’angle de l’analyse sociologique, elle rend compte de la transtemporalité du site, de sa flexibilité dans la continuité, de sa charge symbolique, de sa multifonctionnalité comme de sa translocalisation. Diverses initiatives d’associations et d’instances publiques ainsi que de nombreux usages s’inscrivent d’ailleurs clairement dans cette visée. Mais ce n’est pas pour autant la perspective de toutes les pratiques et de toutes les ambitions. Dès lors, le caractère patrimonial des sites revêt à nos yeux une dimension problématique et essentiellement prospective, soit une manière d’en saisir la réalité concrète et symbolique, mais dans une visée de quête de solutions pertinentes en vue de les sauvegarder dans leur spécificité. Le rôle de la recherche universitaire n’est-il pas d’élargir le champ du concevable et de percevoir les enjeux normatifs à partir d’un examen rigoureux de ce qui existe déjà ?

31Ainsi, la notion de patrimoine suggère-t-elle l’idée d’une solidarité et d’une responsabilité partagée appelant des modes de transaction sociale, politique et institutionnelle appropriés à la gestion de systèmes fragiles, rares et changeants qui ne peuvent jamais faire l’objet de décisions “une fois pour toutes”. Le rôle du droit est ici crucial. On pourra lui demander qu’il impose, sur le plan des procédures, des mécanismes assurant la régularité et la transparence des décisions administratives, ainsi que la participation du plus grand nombre à la préparation et au contrôle de celles-ci. Sur la plan du fond, il faudra lui réclamer l’indispensable effort d’imagination en vue de mettre au point des régimes et statuts qui garantissent qu’au-delà de la question des titres d’appropriation, la polyvalence fonctionnelle des sites soit assurée. On veut dire : que la propriété, privée ou publique, peu importe en définitive, s’accomode des usages collectifs que réclame l’intérêt général. C’est donc vers une forme de “transpropriation”, accordée à la logique dialectique du milieu, qu’il faudra s’acheminer.

  • 12 A notre connaissance, le concept de site ou d'espace semi-naturel ne figure dans aucun texte jurid (...)
  • 13 Cette idée de patrimoine apparaît de plus en plus souvent dans des textes relatifs à l'aménagement (...)

32Les conditions d’une telle valorisation “patrimoniale” sont-elles réunies sur le plan juridique en Région bruxelloise ? On observera tout d’abord que le concept de “site semi-naturel” ne répond à aucune qualification juridique12 ; on ne s’étonnera donc pas de l’inexistence d’un statut spécifique susceptible de s’appliquer à l’ensemble des sites étudiés. En revanche, un texte récent, l’ordonnance bruxelloise “relative à la conservation du patrimoine immobilier” du 4 mars 1993, vise expressément l’idée de patrimoine et est parfaitement susceptible de s’appliquer, comme on le verra, aux sites qui nous occupent13. L’article 2,l°c de ce texte inclut, en effet, les “sites” dans le patrimoine immobilier, tout en fournissant de ces sites une définition bien dans la ligne de ce que nous avons appelé plus haut la “logique dialectique du milieu” : “site” : “toute œuvre de la nature ou de l’homme, ou toute œuvre combinée de l’homme et de la nature constituant un espace non ou partiellement construit et qui présente une cohérence spatiale”.

33Avant de développer les virtualités de cette ordonnance, quelques mots s’imposent concernant la situation juridique actuelle des espaces semi-naturels à Bruxelles. Comme on l’a déjà souligné, un trait caractérise cette situation : la diversité. Diversité des modes d’appropriation (propriété individuelle, copropriété, bail emphytéotique, domaine public,…), diversité des affectations au plan de secteur de l’agglomération bruxelloise et dans les plans particuliers d’aménagement (les sites étudiés, on le verra, relèvent d’une multitude d’affectations : zone verte, zone d’habitation, zone semi-industrielle, zone administrative, zone de réserve foncière, zone boisée à valeur paysagère et pédagogique), diversité des pratiques juridiques (occupation avec ou sans titre juridique, contrats de gestion réguliers ou simples tolérances administratives…).

  • 14 Cf. Ville et habitant, mai 1993, p. 3.

34Il apparaît néanmoins de l’étude juridique que le statut dominant des sites semi-naturels à Bruxelles dans les instruments de la planification urbanistique est leur affectation en réserve foncière. De celles-ci, il est entendu qu’elles “sont maintenues dans leur situation existante de fait tant que la nécessité de leur réaffectation n’a pas été démontrée ; leur aménagement est arrêté par un plan communal d’aménagement”. Le texte des prescriptions littérales du plan de secteur se garde bien de fournir des critères qui permettent d’apprécier la “nécessité de réaffectation”. Il s’en déduit que la décision de réaffectation, qui peut être prise tant au niveau régional que communal, est essentiellement politique ; garantissant aux décideurs une marge d’appréciation “en opportunité” très importante, elle n’apparaît que marginalement susceptible de contrôle juridictionnel. C’est dire la fragilité du statut juridique actuel de la plupart des sites semi-naturels mis en réserve foncière. Dans une ville comme Bruxelles, dont le territoire est exigu, la densité d’habitants importante et la pression (spéculative et/ou politique) très forte en vue de l’augmentation des logements et des bureaux, on peut craindre que la réserve foncière ne soit que l’antichambre de l’urbanisation. Ces craintes se sont notamment confirmées à propos du site du Val d’Or, à Woluwé-Saint-Lambert, qui a fait l’objet, le 17 juillet 1991, d’un plan particulier d’aménagement rendant constructible la plus grande partie de la zone de réserve, et ce à l’encontre d’un avis du Conseil supérieur bruxellois pour la conservation de la nature et d’un autre avis rendu par l'Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement qui, tous deux, s’étaient prononcés en faveur de l’octroi du statut de réserve naturelle à ce site. La construction, sans permis, par la commune de Watermael-Boitsfort, d’un second terrain de rugby - construction aujourd’hui arrêtée - sur le site du plateau de la Foresterie constitue un autre exemple récent de la précarité des zones de réserve foncière14.

35Comment sortir de cette précarité sans pour autant affecter les sites semi-naturels à une fonction sociale unique qui ruinerait leur spécificité ? Le but de toute intervention juridique en la matière nous paraît double : il devrait s’agir, d’une part, de protéger le site de façon à ce qu’il puisse, à l’avenir, continuer à être le support d’usages diversifiés. Il conviendrait donc de s’opposer à toute forme d’appropriation (dont la clôture est le symbole le plus tangible) qui accaparerait le site au profit d’un acteur unique, ainsi qu’à toute forme de construction qui ferait perdre à ces espaces leur vocation écologique. Par ailleurs, ce statut juridique devrait permettre une gestion à la fois concertée et point trop lourde de ces sites, afin de maintenir en état et même de valoriser leurs potentialités, sans pour autant les transformer en espaces verts à ce point aménagés qu’ils perdraient leur caractère ouvert et comme inachevé qui fait leur spécificité.

36Ces objectifs sont-ils réalisables sur la base des textes en vigueur en région bruxelloise ? L’étude juridique a pour objectif de répondre à cette question. On verra qu’au-delà des instruments classiques d’aménagement de l’espace urbain et de certains textes relatifs à la protection de la faune et de la flore sauvages, ce sont principalement les réglementations relatives à la protection du patrimoine immobilier, ainsi que celle relative à la protection de la nature (loi du 12 juillet 1973, permettant le classement de sites en “réserves naturelles”), qui s’avèrent aujourd’hui les voies les plus prometteuses d’une protection des sites semi-naturels dans le sens de la logique “patrimoniale” que nous avons étudiée.

37Le classement d’un milieu semi-naturel en “réserve naturelle” est assurément le régime de protection le plus efficace. Il en résultera notamment que la flore et la faune seront intégralement protégées, que seront interdits les travaux susceptibles de modifier le relief du sol, l’établissement de conduites aériennes et souterraines, la construction de bâtiments et d’abris, ainsi que le placement de panneaux et affiches publicitaires (article 11 de la loi du 12 juillet 1979). Il s’avère néanmoins que tous les sites étudiés ne présentent pas les caractères biotiques et abiotiques nécessaires pour bénéficier du statut de réserve naturelle ; on ne se dissimule pas, par ailleurs, que les charges financières pour la collectivité qui sont inhérentes à la gestion des réserves constituent sans doute un frein à l’application large de cette législation en région bruxelloise. Un seul des sites étudiés dans cet ouvrage, le Moeraske, bénéficie pour une partie de sa superficie du statut de réserve naturelle régionale. La situation de cette réserve est, du reste, très illustrative de la logique patrimoniale dont nous avons parlé, en ce qu’elle associe divers acteurs et s’accommode de l’enchevêtrement de diverses prérogatives juridiques : alors que le propriétaire de la zone est la SNCB, c’est la Région de Bruxelles-Capitale qui a pris ces terrains en location, tandis que cette dernière a cédé, par convention, à la Commission de l’environnement de Bruxelles Est (CEBE) “les droits de gestion, d’aménagement, d’animation et d’utilisation” de cet espace.

38Si le statut de “réserve naturelle” n’est actuellement accordé qu’à un seul de nos sites, en revanche leur classement au titre de “patrimoine immobilier” (ordonnance du 4 mars 1993) est en cours pour trois d’entre eux, et en projet pour deux autres. La décision de classement est prise par l’Exécutif régional, notamment à la demande d’une association sans but lucratif qui a recueilli la signature de cent cinquante personnes (art. 18). Le classement entraîne plusieurs effets essentiels : le propriétaire est désormais tenu de maintenir le bien en bon état, il devra respecter les conditions particulières de conservation qui auraient été prescrites (art. 26 et art. 11), et il lui est interdit d’utiliser le bien ou d’en modifier l’usage de manière qu’il perde son intérêt au regard des critères qui justifient sont classement (art. 27 §1). Par ailleurs, sauf autorisation de l’Exécutif, il lui est encore interdit de restaurer en tout ou partie le bien classé, de le déplacer ou d’en modifier l’aspect (art. 27 §2). Bien que l’ordonnance ne prévoie pas de procédure d’indemnisation du propriétaire dont le bien a été classé (ce qui, on s’en doute, facilitera les décisions de classement, mais pourrait donner ouverture à un contentieux judiciaire), en revanche l’exonération du précompte immobilier et l’exemption des droits de succession relatifs à ces biens devraient représenter une certaine compensation. L’article 32 de l’ordonnance précise également que les pouvoirs publics peuvent intervenir dans les frais occasionnés par les travaux de conservation qui s’avéreraient nécessaires ; au cas où le propriétaire refuserait d’exécuter ceux-ci, les pouvoirs publics pourront se substituer à lui.

39Bien que l’article 34 prévoie encore la possibilité d’expropriation d’un bien classé “qui risque d’être détruit ou gravement détérioré”, on se rend compte que l’arsenal des mesures précédentes devrait permettre d’éviter le plus souvent cette solution extrême en jetant les bases d’un régime de “transpropriation” dont nous avons parlé : quel que soit le propriétaire du bien, celui-ci est désormais tenu de respecter un ensemble de servitudes destinées à garantir un usage conforme à l’intérêt général, un usage qui, tout à la fois, assure la préservation matérielle du bien et la diversité des usages dont il est susceptible.

40Ce rapide survol des instruments juridiques applicables aux sites semi-naturels ne serait cependant pas complet si mention n’était pas faite du futur Plan régional de développement (P.R.D.), actuellement en voie d’élaboration, et qui ne manquera pas de marquer de façon décisive l’aménagement du territoire bruxellois dans les prochaines années. Prévu par l’ordonnance du 29 août 1991 organique de la planification et de l’urbanisme, le P.R.D. a pour but d’intégrer la planification économique et la planification urbanistique. Le plan, qui pourra être modifié après chaque élection régionale, aura force obligatoire dans ses dispositions relatives à l’affectation du sol. C’est dire qu’il pourra modifier les affectations prévues aux plans de secteur et aux plans communaux. Sans préjuger des options qu’il prendra, il reste à souhaiter que la révision périodique dont il est susceptible n’affectera pas une politique à long terme, indispensable pour assurer le “développement durable” de la ville, et que le souci manifesté de faire se croiser développement économique et aménagement urbain ne se traduise pas par le sacrifice des derniers espaces semi-naturels que compte encore la capitale.

  • 15 J. REMY, La vie quotidienne et les transactions sociales : Perspectives micro ou macro-sociologiqu (...)

41Ceci implique que les dispositifs juridiques composent avec ce qu’on pourrait appeler une culture de la transaction sociale. La définition de procédures juridiques appropriées constitue une dimension essentielle, mais insuffisante en elle-même, d’un processus plus large. L’avenir des sites semi-naturels dépend au premier chef de la capacité des acteurs concernés (usagers, propriétaires, associations, responsables publics…) d’entrer dans un jeu interactif ouvert qui, à côté des phases de formalisation de règles et de procédures, soit capable de produire des stratégies variées ainsi que des capacités à faire valoir son point de vue et à transiger. Ces processus sont en grande partie informels, composés de communications fortuites et “en coulisse”, d’échanges multiples à géométrie variable et d’ajustements réciproques. Loin de les paralyser en ne prenant au sérieux que les décisions officielles, la logique juridico-administrative doit favoriser des procédures propres à enclencher un tel processus et à lui fournir des points de répères et d’appui15.

42Une telle dynamique ne peut se développer sans “meneurs de jeu” capables de la doter d’une légitimité et de lui permettre de se structurer un tant soit peu (par l’organisation de rencontres, de tables-rondes, par la publicité de débats, etc.). C’est sans doute aux instances publiques de concertation (aux niveaux de la région, de la communauté ou de l’agglomération), moins directement impliquées dans des enjeux locaux, que revient la responsabilité de remplir cette délicate fonction.

43Seul ce jeu interactif où se conjugent procédures juridico-administratives et processus sociaux, peut assurer la diversité des usages et des fonctions qui fait l’intérêt caractéristique des sites semi-naturels. Seul ce jeu peut éviter que l’espace semi-naturel perde sa spécificité en se vouant à une fonction dominante, voire exclusive. Seul il peut être garant d’une relative souplesse d’usage sans laquelle l’espace semi-naturel urbain ne pourrait que changer de nature. Bref, pour conserver leur relative flexibilité, les sites semi-naturels réclament une délicate régulation, à la fois juridique et sociale, procédurale et processuelle.

44La structure de l’ouvrage fait écho aux perspectives théoriques et pratiques évoquées dans cette introduction générale.

45Dans la première partie, les six sites retenus pour l’analyse sont décrits dans leurs aspects juridiques et spatio-morphologiques. Cette description constitue un préalable aux études sociologique et juridique qui suivent.

46La partie sociologique vient ensuite. Elle met l’accent sur les usages des sites et sur ce qu’ils représentent pour les usagers. A partir des enseignements relatifs aux six sites retenus, on y tente de saisir ce qui se joue, d’une manière plus générale, autour de la question des espaces semi-naturels et de leurs fonctions sociales dans le milieu urbain aujourd’hui.

47Les statuts juridiques des sites et les questions de droit relatives à leur protection sont étudiées dans la troisième partie. L’examen des six sites sélectionnés y revêt une valeur essentiellement exemplative. A travers les différents cas d’espèce, on tente en effet d’identifier et d’éclairer les principales questions d’ordre juridique qui se posent à l’ensemble des espaces semi-naturels et l’on cherche à dégager, à partir de là, des perspectives et des principes généralisables.

48Bref, si le statut des six sites n’est pas le même dans les deux études qui constituent le corps central de cet ouvrage, on aura cependant compris que, dans les deux cas, l’objectif est de mieux connaître des aspects souvent ignorés d’un problème plus large, celui des espaces semi-naturels urbains en général, de fournir des enseignements indispensables à sa solution et d’en mieux percevoir les enjeux les plus cruciaux, à la faveur d’examens scientifiques détaillés des situations concrètes.

49Dans ce travail, on s’est écarté des préoccupations strictement écologiques pour mettre en valeur des aspects du problème qui relèvent du droit et de la sociologie. Ce dialogue à l’intérieur des sciences humaines a parfaitement fonctionné.

***

50Il nous reste à remercier la Fondation Roi Baudouin, commanditaire de cet ouvrage, de nous avoir donné l’occasion de procéder à un exercice inédit d’interdisciplinarité à propos d’un objet d’étude – les sites semi-naturels en région bruxelloise – dont l’importance ne devrait plus échapper à personne. Et qu’il nous soit permis enfin d’espérer que la mise en lumière des enjeux sociologiques et juridiques à laquelle procède le présent ouvrage puisse contribuer à la valorisation de ces milieux à propos desquels le débat se contente trop souvent d’opposer arguments écologiques et arguments économiques.

Notes

1 La définition de la notion d’espaces verts semi-naturels a été proposée par un groupe de travail composé de MM. M. TANGHE, J.-P. HERREMANS, J. STENUIT, W. ROGGEMAN, X. LEJEUNE, P. DEVILLERS et adopté par le Conseil Supérieur bruxellois de la Conservation de la Nature en sa scéance du 11.12.1989.

2 Ch. GALLEZ-RICHEL, Quatorze sites semi-naturels de la région bruxelloise, Entente nationale pour le protection de la Nature, Bruxelles, 1990.

3 G. BACHELARD, La terre et les rêveries du repos, Paris, 1982, p. 110.

4 Cl. ALLEGRE, Economiser la planète, Paris, 1990, p. 297 : “La vie en société étant inexorablement liée à la ville, il faut y faire pénétrer l’écologie”.

5 Sur ce point, Cf. notamment F. OST, Le juste milieu. Pour une approche dialectique du rapport homme-nature, in Images et usages de la nature en droit, sous la direction de Ph. Gérard, F. Ost et M. van de Kerchove, Bruxelles, 1993, p. 7 et svtes.

6 J. REMY et L. VOYE, Ville, ordre et violence, Paris, 1981, p. 33.

7 Cf. J. REMY, Espace et théorie sociologique. Problématique de recherche, in Recherches sociologiques, Vol. VI, no 3, 1975.

8 R. HARRISON, Forêts. Essai sur l'imaginaire occidental, Paris, 1992.

9 R. HARRISON, op. cit., p. 287.

10 G. DURAND, L'imagination symbolique, Paris, 1968.

11 L’expression est de G. BALANDIER.

12 A notre connaissance, le concept de site ou d'espace semi-naturel ne figure dans aucun texte juridique en vigueur. Une proposition de directive européenne du 16 août 1988 concernait “La protection des habitats naturels et semi-naturels, ainsi que de la faune et de la flore sauvages”. Mais la directive qui fut finalement adoptée, le 21 mai 1992, ne retenait plus l’expression “habitats semi-naturels”.

13 Cette idée de patrimoine apparaît de plus en plus souvent dans des textes relatifs à l'aménagement du territoire et à la protection de l’environnement. Ainsi en est-il, par exemple, du “Code wallon de l'aménagement du territoire, de l'urbanisme et du patrimoine” (Décret du 18 juillet 1991).

14 Cf. Ville et habitant, mai 1993, p. 3.

15 J. REMY, La vie quotidienne et les transactions sociales : Perspectives micro ou macro-sociologiques in Pour une sociologie de la transaction sociale. Textes réunis et présentés par M. Blanc, Paris, 1992.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1993

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540