Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

De la fréquentation des thèses de Machiavel et de Marcuse, comme à l'aube et au déclin de l'idéologie moderne du pouvoir, on retiendra surtout le caractère artificiel du pouvoir qui nous renvoie, d’un côté, à une lutte instauratrice et, de l’autre, à la contingence des complexes de pouvoir institutionnalisés. Ces deux aspects qu’on nommera peut-être volontariste et historiciste, voire nominaliste et relativiste, veulent attirer l’attention sur les problèmes de la créativité sociale — entendue comme exercice collectif de la responsabilité dans des mouvements sociaux — et de la résistance sociale — entendue comme vigilance critique face à tous les modes d’autonomisation des institutions par rapport aux volontés instituantes, aux corps humains entendus comme sphères d'activité à la manière de Fichte. Au niveau de la raison politique, nous sommes alors renvoyés à deux questions épineuses :

  • celle de créativité collective, touchant le problème d'un imaginaire social capable de déjouer ses ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search