Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

IIIe partie. Points de repère

Chapitre VIII. Une philosophie politique du corps humain. Essai sur Fichte

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’histoire de la philosophie a gardé de l’idéalisme fichtéen une image très formelle : celle d’un système de la conscience de soi dont l’enjeu est la connaissance a priori de la liberté grâce à la déduction de toutes les formes pensables de l’autodétermination en rapport à une altérité hypothétique. Tous les grands commentateurs de Fichte ont tenté de corriger cette image, de Martial Gueroult à Alexandre Philonenko et de Gerogres Gurwitch à Reinhard Lauth. Certains par la voie longue, en montrant la portée existentielle concrète des réflexions sur la conscience, d’autres par une voie plus directe, en interrogeant les écrits politiques et pédagogiques de Fichte. Récemment, Alain Renaut et Luc Ferry, Arturo Massulo et Yves Radrizzani sont parvenus à imposer une autre image de Fichte en privilégiant la philosophie pratique de la période d’Iena et, plus spécifiquement encore, deux ouvrages majeurs de Fichte : la Doctrine du droit naturel et la Doctrine des mœurs. C’est désormais l’inter...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search