Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

IIIe partie. Points de repère

Chapitre VII. De Machiavel à Marcuse. Pouvoir et mémoire sociale

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Machiavel : Le pouvoir et sa rationalité stratégique

Pour les uns, Machiavel est un opportuniste sans éclat, admirateur des Borgia et victime des Medicis, sans illusion sur les revirements de la politique, un esprit essentiellement pragmatique. Pour les autres, il est un génie méconnu, composant la première analyse de la logique du pouvoir, fondateur en quelque sorte de la science politique. Pour nous, en accord avec Eric Weil et avant lui Fichte, Machiavel est certainement un des plus grands politologues. Il faut toutefois reconnaître sa dette à l’historien de l’empire romain. Tacite. Comme chez Tacite, analyse des motivations du pouvoir et chronique se mêlent. Claude Lefort a suffisamment insisté sur les particularités de l’écriture de Machiavel et sur la poétique de la contingence historique qui s’en dégage1. On ne peut dissocier la logique du pouvoir de l’histoire où elle s’essaye. Les catégories sont toujours supportées par des faits concrets. Le chapitre VI du Prince en donne u...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search