Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

IIe partie. Pour une relecture de Marx

Chapitre VI. Lire Marx après Althusser

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Qu’il s’agisse d’Hegel ou de Schelling, d’Heidegger ou de Wittgenstein, on peut dire que l’interprétation atteint une certaine maturité quand elle devient capable de prendre en compte l’évolution d’une pensée, jusqu’à y saisir les éléments d’une véritable métamorphose intellectuelle, à travers le travail de « refondation » que suppose toute philosophie. Nous parlons de « maturité » de l’interprétation, parce qu’il faut posséder les thèmes centraux d’une pensée et leur corrélation pour retrouver le chemin de pensée où se prépare la nouveauté d’un auteur. L’enjeu d’une interprétation philosophique est dans l’effort pour repenser son chemin avec un auteur, et non dans un désir de conformité à l’état d’achèvement d’une pensée. L’interprétation philosophique cherche à retrouver l’ordre de la découverte. En ce qui concerne la lecture de Marx, c’est Althusser qui a mené l’interprétation à ce niveau de maturité. Pour aller de Lavant dans ce champ particulier d’interprétation, on doit donc a...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search