Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

Ire partie. De la nouvelle éthique du pouvoir ou des apories de la pensée politique post-moderne

Chapitre III. L’anti-science de Foucault face à la critique d’Habermas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la phénoménologie nous conduit à une impasse quant au renouveau d’une pensée politique pour notre temps, elle n’est pas la seule philosophie contemporaine à manifester une difficulté devant la question du politique. Au contraire, le phénomène repéré d’abord dans son rapport à un retour vers la métaphysique va apparaître par la fréquentation d’autres pensées dans toute sa globalité. On est aujourd’hui devant une crise de la pensée politique au moment même où basculent les grands horizons idéologiques qui ont soutenu plusieurs décennies de lutte. Cette crise est caractérisée par une défiance à l’égard de toute pensée stratégique et par un retour aux principes premiers, aux fondements du vivre ensemble, dans des pensées de l’éthique et du Droit naturel. On voudrait en quelque sorte écarter de l’horizon rationnel la volonté de puissance et ses procédures de légitimation et d’institutionnalisation. On voudrait penser la société comme une totalité rationnelle expurgée des conflits hégé...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search