Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

Ire partie. De la nouvelle éthique du pouvoir ou des apories de la pensée politique post-moderne

Chapitre II. Considérations sur le développement historique de la voie phénoménologique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La phénoménologie de Husserl s’est développée surtout dans les limites d’une philosophie transcendantale soucieuse de poser les conditions d’une véritable philosophie phénoménologique et, en particulier, d’une véritable psychologie phénoménologique1. Husserl s’est attaché à élaborer le cadre possible et la méthode d’une connaissance phénoménologique, en préparant la conscience à se réapproprier ses contenus éidétiques sans séparer le sujet de l’objet, l’âme du corps et le Moi du Nous. Husserl a donc critiqué, en tant que manifestation préscientifique, l’univers des actes de conscience, pour constituer un nouvel horizon de pensée permettant de se réapproprier le monde laissé entre parenthèses en vue de cette opération préliminaire2. Il a donc posé des prolégomènes à toute philosophie phénoménologique future, en fonction aussi des résistances plus particulières à son époque, celles véhiculées par le néokantisme et celles véhiculées par les philosophies bâties sur les acquis d’une psyc...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search