Version classiqueVersion mobile

Raison et pouvoir

 | 
Marc Maesschalck

Ire partie. De la nouvelle éthique du pouvoir ou des apories de la pensée politique post-moderne

Chapitre I. Les limites sociales de la méthode phénoménologique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’héritage moderne

Sur le chemin d’une critique de société, l’image de la responsabilité, telle qu’elle nous a été léguée par les réflexions transcendantales du XIXe siècle sur le Moi, la liberté absolue et le progrès de l’humanité, peut constituer un obstacle majeur. Tant que l’on en reste à une conception individuelle de l’exercice de la responsabilité, tant que l’on cherche à assurer la conscience d’une maîtrise de son destin, il est difficile d’envisager les problèmes propres aux luttes sociales qui engagent toujours un exercice collectif de la responsabilité. L’éthique du Moi qui cherche à s’affirmer au sein des figures concrètes du monde objectif laisse en suspens la question d’une réplique collective aux structures collectives de la répression. L’action du Moi demeure une entreprise de sauvetage individuelle qui n’acquiert de valeur collective qu’à travers l’exemple qu’elle offre aux autres centres de liberté. Si l’on envisage à la limite une action coordonnée, ce ne sera que ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search