Version classiqueVersion mobile

La phénoménologie de Marbourg

 | 
Robert Brisart

Chapitre 2. L’optique de la déconstruction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Ainsi que le rappelle Heidegger au cours de ses leçons du semestre d’été 1927, la thèse de Kant — l’être n’est pas un prédicat réel est énoncée pour la première fois dans un court opuscule rédigé près d’une vingtaine d’années avant la parution de la Critique de la raison pure et qui s’intitule L’unique fondement possible d’une démonstration de l’existence de Dieu. Elle sera reprise ensuite dans la Critique en une section de la Dialectique transcendantale traitant de l’impossibilité d’une preuve ontologique de l’existence de Dieu1. De toute évidence, c’est donc bien autour du problème des preuves rationnelles de l’existence de Dieu que s’articule la question soulevée en chacun de ces deux écrits. Et pourtant, remarque Heidegger, cela n’en altère aucunement la teneur ontologique. À dire vrai, se conformant sur ce point comme sur beaucoup d’autres à une tradition qui reste tributaire de la bipartition aristotélicienne de la métaphysique, Kant continue de n’envisager le problème ontolog...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search