Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

Annexes. Les textes d'application de l'analyse

Annexe 2. Récit de vie. Claire1

Extrait

Texte intégral

  • 1 L'interview a été réalisée par Francis Loicq. professeur à l'Institut Cardijn, dans le cadre d’une (...)

1[1] Philippe, au moment où je l’ai rencontré, sortait d’une dépression et pas de la première. Et, pour moi, c’était inimaginable qu’à cet âge-là, on puisse avoir une dépression. Moi, j’avais même jamais entendu parler de cela. Moi, dans mon entourage, j’avais jamais connu cela. Et je ne m’étais jamais imaginé que c'était possible.

2[2] Question : de ne pas connaître la lutte ?

3Oui, et de pouvoir être dépressif à cet âge-là.

4[3] Question : quel âge vous aviez quand vous vous êtes rencontrés ?

52324 ans, quelque chose comme cela.

6[4] Question : toi, tu avais 23-24 ans ?

7Oui, oui, lui, il a 10 jours de moins que moi. Mais pour moi, c’était vraiment inimaginable. Là, je n’en revenais pas. Tu vois, à quel point j’étais moi !

8[5] Question : oui, mais à ce moment-là, tu ne voyais pas les choses comme cela !

9Si, si ! si, je me suis fait cette réflexion à ce moment-là.

10[6] Question : Ah bon ! tu t’es fait cette réflexion à ce moment-là !

11Oui, absolument ! Je me suis dit « mais, ce n'est pas possible qu’on puisse être dépressif ! » Je comprenais pas sa dépression, d’ailleurs. Et qu’on ne puisse pas lutter dans la vie. Alors, en fait, j’ai vécu avec Philippe pendant 8 ans et pendant 8 ans, j’ai essayé de lui montrer ce que c’est que de lutter dans la vie. Moi aussi, venant d'une mère stricte, je suis stricte et j’ai des principes aussi et je suis peut-être trop rigide pour certaines choses. Par exemple, je voyais au départ, Philippe prendre des médicaments et tout, pour sa dépression, ce sont des choses que j'ai jamais acceptées. C'est quelque chose que je pouvais pas accepter. Je me disais « il faut trouver l'énergie en soi, pas dans les médicaments, c’est impossible ! » Tu vois, et pour moi, il y avait déjà un monde entre nous à ce moment-là. Mais c’est des choses dont je me rendais compte mais pourquoi j’avais accepté de vivre avec Philippe, c’est parce que... donc je me rendais compte de tous les problèmes que Philippe allait pouvoir me poser, il y avait une forte attirance d'une part, mais d’autre part...

12[7] Question : une forte attirance. Tu étais attirée par lui ?

13Ah ! oui, bien sûr ! J’étais amoureuse et tout. Pour moi, quand on s’est rencontré, je croyais, ce qui était le plus important — que je croyais à cette époque-là — c’est d’avoir les mêmes principes de vie et les mêmes buts dans la vie. Je me disais que j’avais rencontré quelqu’un qui avait les mêmes buts dans la vie. Et, moi, je m’étais fixée là-dessus. Parce que tous les parents disent à leurs enfants « si vous voulez vous mariez, il faut faire attention à ci... », ils donnent toutes les recommandations.

14[8] Question : et Sonia (mère) t'en avait données ?

15Elle en avait données. Pour moi, c’était le but dans la vie parce qu’elle était idéaliste, lui (père) matérialiste ; on ne pouvait pas plus matérialiste que lui, il pense qu'à l’argent et elle pense qu’aux principes. Alors, tu vois ce que ça donne ! Alors moi je me dis « je ne peux plus faire cette erreur et il faut vraiment le même but dans la vie pour vraiment qu’on aille dans la même direction tous les deux ».

16[9] Question : tu avais des principes au fond, toi ?

17J’en ai encore toujours !

18[10] Question : tu es un peu comme Sonia ?

19Oui, pour ça, je lui ressemble assez fort, même physiquement. Et alors, en fait, là, je ne remets pas ça en question vis-à-vis de Philippe, effectivement on a le même but dans la vie. Pour ça, je ne me suis pas trompée effectivement.

20[11] Question : c’étaient quels mêmes buts ?

21Oh, c’est un peu difficile à définir ! Comment dire ? On a une optique de vie d’abord, ne pas vivre n’importe comment, d’être critique par rapport à la vie, de toujours tout remettre en question, de ne pas se braquer sur tout ce qui est matériel, de voir tout ce qui se passe dans le monde, et d’élever des enfants dans cette optique-là. C’est difficile à dire.

22[12] Question : et vous vous êtes rencontrés dans quel cadre ?

23L’alphabétisation. Tu vois, le fait aussi de pouvoir partager des activités dans ce sens-là. Pas dans l’esprit de la charité mais dans l’esprit de pouvoir peut-être contribuer à...

24[13] Question : contribuer à quoi ?

25Contribuer à aller vers une autre société, vers un autre type de société, pouvoir remettre la société actuelle en question et peut-être pouvoir contribuer à autre chose, chercher autre chose, quoi ! Tu vois, tu as peut-être une série d'idées que tu peux partager et qui sont importantes à partager, si tu veux partager une vie. Parce que si tes idées, tu ne les partages pas, c’est ces idées principales qui quittent une vie, ta vie tout de même ! C’est ça qui est important pour moi, de partager dans la vie. Si tu vis avec quelqu'un à côté de toi pour qui tout ce qui se passe dans le monde n’a aucune importance, et que la seule chose importante, c’est ta petite famille, et la richesse matérielle que tu peux acquérir, et que tout ce qui est autour, la misère et tous les problèmes qui existent autour de toi, que ça t’est égal, que tu vis avec une personne comme ça, qu'est-ce que tu veux partager avec une personne comme ça ?

26[14] Question : donc, ce qui était important, c’était de partager, notamment ces choses-là ? c’est ça, je ne me trompe pas ?

27Non. Et ça, je ne crois pas qu’on se soit trompé sur ce point-là.

28[15] Question : parce qu’au fond vous étiez tous les deux dans un milieu d'alphabétisation ?

29Oui, mais d’abord, les raisons qui motivent, tu peux avoir ces idées mais les raisons qui motivent les personnes qui ont ces idées, peuvent déjà être différentes. Et que donc tout au fond..., si tu veux, c’est la couche superficielle ces idées ; ces idées proviennent de quelque part. Les raisons qui provoquent ces idées peuvent être tellement différentes que quand tu vas de plus en plus au fond des choses, tu arrives de nouveau à beaucoup de divergences. C’est possible.

30[16] Question : oui, sans doute

31Mais enfin, pour moi, ce n’est pas la raison de notre divorce. La raison de notre séparation, c'est l'impossibilité de la vie quotidienne. Et ça, je n’y ai pas pensé, moi ! C’est non seulement important d’avoir les mêmes idées, de suivre la même route, mais que clans le quotidien, dans tous les petits faits matériels qui l'ont le quotidien, et bien là il faut que ça marche comme sur des roulettes, sans heurts. Et s’il y a des heurts dès le départ, on a beau avoir les mêmes idées mais tu sauras jamais poursuivre le même chemin ! Et là, dès le départ, on a eu des problèmes. Dès le départ. On a d'abord vécu ensemble sans se marier, mais dès le départ, on a eu beaucoup de problèmes. Et malgré cela, on s’est marié. Pourquoi ? Parce que Philippe avait toujours la bonne volonté de changer. Il se rendait compte de ses problèmes et des problèmes qu’on avait dans le quotidien et qui provenaient de moi et de lui, m'enfin, je dirais que c’est surtout lui le problème. Je ne vais plus le dire par rapport à maintenant, mais je crois qu’il en a encore beaucoup. C’est qu’il ne sait pas ce qu’il veut dans la vie, où il veut aller réellement dans la vie, malgré ses idées. Tu vois, c’est là que je dis que tu peux véhiculer des idées mais en fait que ça peut cacher d’autres problèmes que tu n’as pas résolus. Tandis que tu peux avoir des idées mais qui cachent d’autres problèmes, qui sont une suite logique de la vie que tu as menée. Donc pour moi, son problème, c'est qu'il ne sait pas qui il est lui-même premièrement, surtout quand on était ensemble. Il savait pas qui il était lui-même, où il voulait aller et ce qu’il voulait. Enfin, il y a trois choses comme ça pour moi qui étaient flagrantes chez lui et qui de ce fait-là, faisaient qu'on ne pouvait pas s'entendre. Il y avait des choses pour lui dans le quotidien qui n’avaient aucune importance. Moi, j’aime bien quand même d’avoir un bel intérieur, de bien ranger les choses, d’avoir une certaine propreté, une certaine netteté qui reflète aussi une certaine netteté de l’esprit, je crois. Farce que tu as beau dire, tout ce que tu recherches autour de toi dans ton quotidien reflète ce qui est intérieur à toi. Et pour lui, tout ça ne l’intéressait pas. C'était le rejet total. Il n’y avait pas moyen de vivre ensemble dans la tranquillité et sans disputes ! Pour des bêtes choses ! Pour des choses vraiment idiotes.

Notes

1 L'interview a été réalisée par Francis Loicq. professeur à l'Institut Cardijn, dans le cadre d’une de ses recherches. Claire est traductrice-interprète dans une firme privée. Sa mère est yougoslave. Son premier mari, Philippe, était ingénieur technicien.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search