Version classiqueVersion mobile

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

Annexes. Les textes d'application de l'analyse

Annexe 1. Le cardinal Danneels nous parle de la famille

Article paru dans la Libre Belgique des 10-11 septembre 1988. Extraits

Texte intégral

1[1] Nous assistons, dans notre civilisation contemporaine, en Europe et en Amérique, à une véritable crise de la philosophie de la relation homme-femme. Ce n'est pas directement lié au mariage religieux ou au divorce ; la question est beaucoup plus vaste. Dans ce domaine, où tout ne cesse d’évoluer, il y a une confusion extrême de différentes philosophies. En réalité, avec le problème de la relation du couple, problème non seulement sexuel mais aussi culturel, nous sommes au cœur de la matière même de la création.

« Je trouve que notre civilisation n’est pas joyeuse. »

2[2] J’ai peur que si une mauvaise conception de cette relation homme-femme s’impose dans le monde, elle n’ait le même effet qu'une explosion nucléaire. C’est, en effet, vraiment du nucléaire, c’est le noyau même de la matière humaine. Cette relation homme-femme, décrite dans la première page de la Bible, est constitutrice de l’humanité. De ce côté, tout est en mutation. Je ne dis pas que nous allons tout résoudre avec cette Année de la Famille, mais je crois qu’il est temps d’y réfléchir sérieusement.

De la fièvre et de la tristesse

3[3] Qu'entendez-vous par « mauvaise conception du couple » ?

4Il faudrait toute une anthropologie pour répondre à cette question, mais je peux donner un exemple. J’ai l’impression que dans la relation homme-femme, même si l'égalité est légalement reconnue dans la plupart des Etats, il y a une raréfaction et même une absence de joie. Cela me frappe dans notre civilisation : on décèle une inquiétude, une certaine tristesse. Je trouve que notre civilisation n’est pas joyeuse. On me dira qu'on est beaucoup plus libre et plus épanoui aujourd’hui que précédemment dans la relation homme-femme, dans la relation érotique, qu'il existe moins de tabous. Tout cela est vrai, mais je ne sais pas s’il y a plus de bonheur.

5[4] Je ne peux pas dire en deux mots où se trouve la raison de cette absence d’harmonie entre l’homme et la femme, mais je dispose d’un thermomètre qui indique la fièvre sans pour autant me révéler la nature de la maladie. Dans la relation du couple, dans la transmission de la vie, dans la transmission des valeurs entre générations, je remarque qu’il y a de la fièvre. L’indice le plus précis en est cette absence de joie. Ce qu’on ne constate pas, par exemple, dans les civilisations africaines, où pourtant la situation économique, le manque d’épanouissement et l'existence de tabous sont plus contraignants que chez nous. Je ne dis pas que notre civilisation est recouverte par un brouillard de tristesse, mais on sent que quelque chose n'est pas tout à fait en ordre.

6[5] L’hypothèse que je risquerais comme explication, c’est que là où l'aspect « don » dans le couple disparaît pour devenir repli sur soi ou consommation mutuelle, la relation homme-femme change et est viciée. On le lit à la première page de la Bible : aussi longtemps que l’homme et la femme ne se sont pas repliés sur eux-mêmes, il y avait entre eux la joie d’être simplement homme et femme, exprimée par cette petite phrase : « Ils étaient nus et n'avaient pas de honte ». Au moment où l’homme se replie sur lui-même, où il oublie qu'il est lui-même un don de Dieu et qu'il doit prolonger ce don vers sa femme, et la femme vers l'homme, tout à coup il a honte. Là donc où l'aspect « don » diminue, comme c’est souvent le cas dans la société de consommation, la joie s’en va et toute une pathologie du couple se développe.

7[6] La foi chrétienne, dans ce qu’elle appelle la rédemption du couple, ne fait rien d'autre que de réaffirmer le caractère du don pur dans la relation et le moins possible l’affirmation de soi aux frais de l’autre. Lorsque Jésus parle du mariage, il dit simplement qu'il faut retourner aux origines, lorsque n'existait pas ce repliement sur soi. Si on va un peu plus loin quand l’homme se replie sur lui-même, il obscurcit l’image de Dieu en lui, car Dieu est don.

Vivre l’amour

8[7] Cela veut-il dire que cette Année de la Famille tendra surtout à rendre cette joie aux familles ? De quelle manière ? Quel est le remède à la pathologie que vous décrivez ?

9Le remède est simple. Il faut d’abord avoir une conception exacte du mariage, de ce que sont l’homme et la femme. Le bonheur commence par la connaissance. Je plaiderais très fort, ensuite, pour qu’on relise la Bible. Il y a des centaines de textes dans la Bible. Ancien et Nouveau Testaments, sur l’homme, la femme, le couple, l’enfant, l’amour... Il y a le Cantique des cantiques dont on ne fait jamais usage ; il y a de très beaux récits dans le lectionnaire pour la messe de mariage qui ne sont pas utilisés. D’abord donc, remettons-nous à lire la Bible, ensuite regardons autour de nous, dans la société : cherchons des exemples.

10[8] Nous devons pouvoir montrer, quelque part, je ne dis pas des saints, mais tout de même des couples qui vivent d’une véritable inspiration chrétienne. Je suis convaincu que c’est là un des grands motifs possibles de crédibilité pour l'Eglise qu’il nous manque aujourd’hui.

11[9] Ce que les hommes de notre époque ressentent comme le plus difficile à réussir, c’est précisément le couple et la famille. Or, il existe un puissant désir dans ce sens. On entend souvent dire que la famille a, pour le moment, une cote très basse, et cela à cause des divorces en masse. Je crois, au contraire, que la famille a une cote très haute et même de plus en plus élevée, de sorte d’ailleurs que certains divorces sont explicables par le fait que les conjoints attendaient beaucoup trop du couple. Le nombre élevé de divorces, de séparations et de remariages n'implique pas un mépris de la famille, mais, au contraire peut-être, un grand désir de réussir sa vie en couple.

12[10] Il y a vingt-cinq ans, une enquête française auprès de jeunes fiancés de milieu ouvrier indiquait que le bonheur souhaité était d'ordre quantitatif : avoir une maison à soi, un certain confort, du travail... La même enquête, refaite dans le même milieu, a révélé comme souhait le plus fréquent celui d’être heureux en ménage. Le symbole du bonheur, pour la plupart des gens, aujourd’hui et de tous les temps, c'est l’amour. Ainsi, si l’Eglise peut montrer au monde des couples et des familles où une façon de vivre l’amour en fonction de la Foi rend heureux, ce serait pour elle un argument de crédibilité très puissant. Je peux me tromper, mais je suis convaincu qu’actuellement l’Eglise universelle devrait se consacrer prioritairement à cette tâche : trouver le moyen de rendre crédible la foi chrétienne en ce qu’elle inspire une façon de vivre l’amour sous toutes ses formes qui rend véritablement heureux.

Mystique et morale conjugales

13[11] Une bonne part de l’enseignement du Pape, de sa catéchèse hebdomadaire pendant quatre ans, concerne la mystique et la morale conjugales. Cette morale représente-t-elle pour les couples chrétiens une obligation ou un idéal vers lequel tendre ?

14Les deux à la fois, je crois. On a souvent dit que la morale chrétienne n'est pas un commandement, mais un appel à la perfection et qu’elle admet une certaine gradualité. Tout le monde ne peut y arriver en même temps ni tout de suite. Déjà, au synode sur la famille en 1980, le Pape a reconnu cette gradualité dans la possibilité d’observer la loi, mais il a rappelé que la loi elle-même n’est pas graduelle. Il est intéressant de comparer deux textes de Paul VI, l’encyclique « Humanae Vitae » et le discours qu’il adresse, dix-huit mois plus tard, aux « Equipes Notre Dame » en pèlerinage à Rome. Le premier texte est un texte de principes qui énonce la loi de la morale conjugale. Les mêmes principes sont repris dans le discours, mais celui-ci insiste sur le fait que cet idéal se réalise à travers chutes et redressements. Aucun homme de bonne volonté ne peut être condamné. Certains en ont déduit que la loi ne s’adresse qu’aux parfaits, les autres n’y étant pas tenus.

15[12] En réalité, dans le christianisme, il n’existe pas de parfaits et d’imparfaits, de grands saints et de pauvres pécheurs. Chacun est appelé à la même perfection, mais l’Eglise ne peut insister uniquement sur les principes et les interdits sans fournir en même temps aux gens une véritable sagesse de vie (comment faire ? comment ne pas perdre courage tout en conservant l'idéal ?) ; bref, sans un accompagnement de guidance et de miséricorde.

16[13] Certes, les documents dogmatiques doivent être clairs dans l'énoncé des exigences, mais l’attitude des évêques, des prêtres, de chaque couple et de chaque chrétien l’un envers l’autre doit s’inspirer de la recommandation de saint Benoît aux abbés de monastères : gouverner de façon telle que les forts deviennent plus forts et que les faibles ne soient jamais découragés. Cela n’empêche que l’idéal n’est pas un rêve, qu’il reste une exigence.

Le bonheur dans la continuité

17[14] Vous avez parlé, à propos de notre monde, d’absence de joie et d’aspiration au bonheur. La joie, en amour, est souvent plus vive dans les débuts et le bonheur dans la continuité ne s’obtient qu’après avoir surmonté beaucoup de contrariétés...

18La continuité, c’est effectivement « le » problème. La première chose pour y arriver, c’est d’effectuer le passage difficile, mais possible, entre l’amour tel qu’il est souvent entre les hommes, un amour possessif, et l’amour tel qu’il est en Dieu, l’amour oblatif. Tout amour humain est marqué par la volonté de s’approprier quelque chose : lorsqu’un enfant naît, il a les poings fermés. Tout amour qui naît entre un homme et une femme comporte cette volonté de prendre. Mais, rapidement, le poing fermé doit se transformer en main offerte. Chaque amour, déjà naturellement, a tendance à se transformer en don. Au début, une forme d’amour, c’est d’aimer l’autre parce qu’il est beau ou gentil, ou intelligent : c’est normal. Mais on doit en arriver à regarder le partenaire avec d’autres yeux, à l’aimer tel qu’il est, comme Dieu nous aime. C’est ce passage de l’amour possessif à l’amour oblatif qui est le secret de la continuité. Celle-ci ne peut pas se fonder sur les qualités souvent transitoires, de l’autre, mais bien sur la force de l'amour-don.

19[15] Dans beaucoup de couples, on aboutit à la séparation, parce que, justement, on n’a pas atteint cet âge adulte de l’amour. Ce processus de croissance et de maturation dans l’amour est d’abord biologique, car si l'amour humain commence par le possessif dans l’étreinte, il aboutit normalement à l’oblatif de l’enfant. C’est aussi un processus psychologique, bien sûr : accepter de mieux en mieux l’autre tel qu’il est et de moins en moins exiger qu’il soit la réplique de soi-même. Spirituellement, c’est une maturation très profonde aussi. Ce n’est qu’en regardant l'amour de Dieu qu’on comprend que l’amour humain véritable est purement oblatif. « Le bonheur commence par la connaissance ».

20[16] Une seconde condition de la continuité relève de la sagesse humaine : apprendre à vivre ensemble et à vieillir ensemble, ce qui est beaucoup plus difficile maintenant qu’auparavant, car la vie en commun a presque doublé en durée. A cet égard, l’Eglise devrait faire plus d’efforts pour enseigner aux couples comment passer ensemble tous les stades de la vie.

21[17] Troisièmement, i l y a un aspect de foi, une intervention de la Providence. Pour moi, l’homme et la femme sont autant donnés l'un à l’autre par Dieu qu'ils ne se choisissent l’un l’autre. Il y a, bien sûr, un acte de liberté dans l’amour, mais le regard de la foi me dit que ce n’est pas par hasard que j’épouse tel homme : il m’est donné par Dieu lui-même, qui dès lors se porte aussi garant de notre unité : c’est la signification même du mariage chrétien comme sacrement. Les gens, qui constatent le nombre de séparations, acceptent difficilement cette explication chrétienne. L’intervention de Dieu n’exclut évidemment pas la liberté de l'homme et de la femme, mais dans les passages difficiles de la vie d'un couple, la foi dans cette intervention divine est un grand soutien, psychologique et spirituel, pour continuer à vivre ensemble. La grâce est aussi une force.

22[18] L’Eglise peut-elle expliquer aux gens l’intérêt humain qu'ils ont à persévérer dans un amour unique ?

23Creuser l’amour l’approfondit et le bonheur qui est lié à l’amour, le bonheur de se connaître et de s’aimer, devient de plus en plus fort.

24[19] Evidemment, il s’agit là d'une donnée expérientielle et il est très difficile à des jeunes de s’imaginer qu'il existe un bonheur dans l’amour durable, mûr et profond. Mais si on croit que la seule source du bonheur, c’est l'amour, parce que la substance même de l’univers est l'amour et que l’évolution de l’univers est une « amorisation » progressive sous l’action de Dieu, alors on doit comprendre que l’approfondissement de l’amour et sa durée font grandir le bonheur. Essentiellement, l’amour est durée. Il n'est pas un sentiment mais est une décision. L’amour n'est pas quelque chose qui me survient, comme un virus. L’amour est décision de prendre l’autre, de l’aimer tel qu’il est et de le faire pour toujours. Le plus simple des poèmes ne fait-il pas chaque fois rimer amour avec toujours ?

Pas faite que de gens parfaits

25[20] Beaucoup de jeunes perdent contact avec l'Eglise parce qu'ils ne sont pas prêts à vivre en conformité avec cette morale conjugale...

26Il y là un très grand problème. On ne peut oublier que l’Eglise n’est pas faite que de gens parfaits. L’idéal chrétien est exigeant et la tentation existe de dire que ceux qui ne l’atteignent pas ne sont pas de notre bord. Cette position est erronée : le Christ l’a dit avec force. Montrer que l’Eglise est aussi composée de ceux qui essayent et de ceux qui chutent est un aspect important de notre mission.

27[21] L’Eglise devrait avoir des contacts, par ses prêtres et ses fidèles, avec tous ces gens, jeunes ou non, qui sont loin d’elle. Nous devons, certes, proclamer l’idéal, mais aussi parler de tous les petits pas qu’on peut faire dans sa direction. Notre Eglise ne suit pas suffisamment l’ordre du Christ d’aller dans les rues et sur les places. Nous ne sommes pas assez tournés vers les « autres », trop occupés du petit troupeau qui demande, il est vrai, beaucoup de soins, mais qu’il est bien plus facile de soigner et de gérer.

28[22] Il y a le problème des divorcés remariés, qui souffrent de sanctions, d'interdictions...

29Il n’existe à leur égard qu’une interdiction, celle de la communion eucharistique. Dans leur cas, il faut examiner d’abord si le mariage était valide. Je crois qu’il existe plusieurs cas où les jeunes mariés ne disposaient pas des éléments nécessaires pour contracter un véritable mariage et que les mariages invalides sont dès lors plus nombreux qu’on ne le pense. Indépendamment de cet aspect juridique, je dirais que le cœur de chaque homme et de chaque évêque, toute pastorale même, doit pencher pour la miséricorde. Mais nous ne pouvons-nous cacher qu’il n’existe aucune parole du Christ plus nette que celle où il proclame l’indissolubilité du mariage : « Ce que Dieu a uni, l’homme ne le séparera pas... »

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search