Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Méthodes d’analyse de contenu et sociologie

 | 
Danielle Ruquoy
, 
Jean Remy

Réflexions finales

Michel Molitor, Christian Lalive d’Épinay, François Houtart et Danielle Ruquoy

Texte intégral

1L’exercice qui consiste à répondre à des commentaires opérés sur un texte présenté lors d’un séminaire est à la fois passionnant et frustrant. Passionnant dans la mesure où, continuant la discussion, il force à l’approfondissement du travail et ouvre de nouvelles pistes à la réflexion ; frustrant parce que la véritable réponse aux questions des commentateurs impliquerait de reprendre l'exposé, de le refondre en y intégrant les nuances, les corrections ou les approfondissements qu’ils appellent. Les réponses que je formulerai ici n’ont donc pas la prétention de conclure le débat ; elles précisent l’un ou l’autre point et surtout reflètent les thèmes où se rencontrent les interrogations de l’auteur et de ses commentateurs en une synthèse inachevée.

  • 1 Franco FERRA ROTI I, Histoire et histoires de vie, Parts, Librairie des Méridiens, 1983, p. 51.

21. On peut parfaitement appliquer à l’herméneutique collective — comme à d’autres méthodes d’interprétation — la définition générale que donne Bernadette Wynants de l’analyse de contenu : « un travail systématique sur un texte dont tous les éléments de contenu ne sont pas intelligibles à une simple lecture. Elle cherche à rendre compte des représentations de l’énonciateur dans leurs dimensions théoriques et pratiques. » L’objectif de l’herméneutique collective est donc de repérer les structures sociales ou les codes culturels contenus dans les représentations d’un individu et agissant à travers le récit qu'il fait de son expérience (le texte). Ce propos repose évidemment sur une assomption : la singularisation de la société à travers l’expérience individuelle. Franco Ferrarotti a remarquablement exprimé cette idée : « si chaque individu représente la réappropriation singulière de l'universel social et historique qui l’environne, nous pouvons connaître le social en partant de la spécificité irréductible d’une praxis individuelle » 1. Il faut insister sur cette idée qui me semble d’ailleurs au cœur de la sociologie européenne : l'individu n'est pas le reflet du social, il le produit en le traduisant dans les catégories de son expérience, de sa subjectivité.

3Le travail d’interprétation a donc l’ambition de restituer le social qui parle à travers les individus. Ce qu’on appelle les représentations mises à jour par l’interprétation ne sont pas autre chose que les images et les relations socialement organisées qui transitent à travers l'expérience d’un individu et qui lui fournissent les éléments nécessaires à ses conduites.

42. Les outils méthodologiques qu’on a présentés plus haut sont contingents à l'objectif de recherche auquel est subordonné le recours à l’herméneutique collective. Dans la recherche qui a justifié cet usage, on visait à dégager des représentations relatives au travail dans leur double dimension théorique et pratique. En d’autres termes, l’analyse faite par des individus (des jeunes) de leur situation (de travail) à partir de codes sociaux et culturels qu’ils se réapproprient et les orientations qu’ils donnent à leur action. Le recours à l'outil typologique évoqué par Jean Remy appartient à une phase ultérieure de la recherche. Après avoir identifié les « images » et les « orientations » contenues dans un certain nombre de récits, on opère une reconstruction transversale des représentations dégagées. Celle-ci prend alors la forme d'une construction typologique dont la valeur heuristique doit être éprouvée par l’application à d’autres récits. On ne peut donc pas vraiment dire que l'on s’arrête à la singularité. Partant de singularités, on tente de reconstruire le social qu’elles expriment.

53. La distinction entre manifeste (sens intentionnellement attribué par le locuteur) et latent (qui désigne l’ensemble des possibilités objectives d'un texte) a sans doute été opérée de manière telle qu’elle prête à confusion. Il faut donc qu’on y revienne pour dissiper les équivoques qu’on a pu créer. Ce faisant, on ne prétend pas conclure une discussion qui doit nécessairement rester ouverte aux fins d’enrichir la méthode elle-même. Une clarification utile a été opérée par Carmen Leccardi dans son commentaire de « l’herméneutique objective » de Ulrich Oevermann qui a inspiré les travaux de Rainer Zoll auxquels nous nous sommes référé.

  • 2 Carmen LECCARDI, L'ermeneutica oggetiva di Ulrich Oevermann, Quaderni del Dipartimento di sociologi (...)

6Carmen Leccardi écrit que pour Oevermann, les structures latentes du texte sont l’ensemble des possibilités de sens qui renvoient aux conditions structurelles profondes, analytiquement indépendantes des représentations subjectives ou intentionnelles des acteurs. « Il s’agit en substance d'une sorte d’appareil régulateur et générateur de l’agir social, de caractère supra-individuel, un « paquet » de conditions, de caractéristiques universelles qui rendent possibles les actions et les interactions quotidiennes2 ». L'objectif de l’herméneutique objective est de reconstruire empiriquement ces conditions à travers l’analyse du texte. C. Leccardi note que dans cette formulation, Oevermann fait explicitement référence à la théorie de la compétence linguistique de Chomsky. Dans cette optique, les structures latentes de sens renvoient à des règles générales d’action indépendantes de la conscience des acteurs. Dans un autre langage, on parlera de répertoires d’action.

7Cette précision devrait permettre de mieux comprendre la distinction entre sens manifeste et sens latent et surtout de montrer que si on les distingue analytiquement, ils ne s’opposent pas nécessairement. Le sens manifeste désigne le sens intentionnellement attribué par le locuteur. On peut accepter la précision suggérée par B.Wynants dans son commentaire : il s’agit de ce que « l’énonciateur pense avoir transmis comme message ». A défaut de pouvoir le vérifier explicitement, par exemple en demandant au locuteur de confirmer son intention, elle devra être établie par les interprètes du texte. Le sens latent désigne l'ensemble des significations possibles identifiables dans le texte et qui renvoient aux structures sociales et aux codes culturels qui marquent l'expérience du sujet. Comme on l’a vu plus haut, en paraphrasant Ferrarotti, on dira que le sens latent renvoie aux manières dont la société parle à travers l’expérience singulière du sujet. L’objectif de l’herméneutique collective sera d’identifier cette pluralité de sens objectivement possibles et de les débattre à travers un exercice d’intersubjectivité afin de retenir au terme de la discussion un sens à la plausibilité la mieux établie. Ce résultat pourrait théoriquement être soumis à des vérifications infinies. On estime cependant — et l’expérience démontre le bienfondé de cette hypothèse — que si l’exercice est conduit de manière adéquate, le résultat de l’interprétation ne sera pas vraiment remis en cause par une nouvelle vérification.

8Dans ce contexte, la distinction entre manifeste (ou intentionnel) et latent est donc purement analytique. Il peut y avoir indépendance — ce sera souvent le cas — mais il peut y avoir aussi un recouvrement partiel ; dans certains cas le dit intentionnel peut équivaloir à la signification « objective » que les chercheurs dégagent des multiples significations latentes. Ce pourrait être le cas, par exemple, d’un acteur qui parlerait à l’intérieur d’un rôle donné en maîtrisant bien tous les codes culturels liés à ce rôle. Dans cette hypothèse, c’est le rôle socialement construit qui parle à travers l’individu (dans l’exercice proposé au séminaire : le cardinal parle à travers G. Danneels). Ceci reste néanmoins l’exception. Dans la majorité des cas — et dans la plupart des situations d'entretien — les acteurs n’ont pas conscience des codes qui parlent à travers eux ou de la « grammaire d’action » qu’ils mettent en œuvre dans leurs récits.

  • 3 Alain TOURAINE, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984, p. 102.
  • 4 Voir à ce sujet François Dubet, Socialisation des acteurs et sujet social, in Acteur social et déli (...)

94. On risquera une dernière réflexion en contrepoint aux divers commentaires qui accompagnent les exposés présentés au séminaire. L’interprétation qui vise à déceler les « grammaires d’action » qui transitent par l’expérience des individus ne peut pas laisser entendre qu’on les considère comme des acteurs répétant des codes sans les transformer. Tout au contraire, le transit par l’expérience et la subjectivité des acteurs éclaire la double dynamique de la production et de la reproduction. L’acteur joue un jeu autant qu’il le répète. Cette distance possible de l’acteur par rapport aux codes autorise à parler de sujet. Alain Touraine place au centre de la vie sociale l’historicité (les modèles culturels), les mouvements sociaux et les sujets (compris comme « distanciation de pratiques organisées et comme consciences »)3. Les méthodes d'interprétation, et parmi elles l’herméneutique collective, sont des instruments privilégiés de repérage de constitution du sujet, cet acteur qui travaille sur lui-même4. A condition de bien saisir le double mouvement : les structures sociales qui parlent à travers le récit des acteurs et le travail de mise à distance qui constitue le sujet dans l’ordre de l’interaction.

*

10Les éditeurs de cet ouvrage ont l’élégance de m’inviter à « commenter les commentaires » de la seconde partie de l'ouvrage. Malheureusement, il ne m’est pas possible d’assimiler en si peu de temps le suc de textes aussi riches, aussi denses. A moi qui me suis défini comme un praticien, mais non un spécialiste de l’analyse de contenu, ils m’apportent la possibilité d’une réflexion critique sur ma démarche, des points de vue tant technique que méthodologique, théorique et épistémologique. Mais il me faut d'abord les mastiquer, les digérer. La méditation intellectuelle n’est pas sans analogie avec l’activité favorite du ruminant. Ces ultima verba, j’aurais souhaité les écrire dans un ou deux ans, une fois que j’aurais pu m’approprier certaines idées, critiques et remarques, et ainsi les intégrer dans ma démarche. Invitation à un autre colloque ? Pourquoi pas !

11A lire ces textes, j'ai admiré ces exégèses au second degré, ces efforts classificatoires, ces catégorisations paradigmatiques. Il m’est arrivé de me dire : « Mais où ont-ils été chercher tout cela ? Et de sourire devant ce juste retour des choses par lequel l'analyste est à son tour analysé !

12Puis-je signaler une déception ? J’attendais beaucoup du commentaire du linguiste, ne serait-ce que parce que la pensée de Saussure fait partie du petit « basic » d’un étudiant en sciences humaines de l’Université de Genève. Notre collègue Jongen pose des questions épistémologiques décisives : rapport de la méthode et de l’objet ; la circularité épistémologique des sciences humaines ; relation entre l'individuel et le socio-culturel ; et aussi pensée et langage. Voici des questions qu’on se réjouit de débattre, mais comment en discuter alors que je ne me reconnais pas dans ce que M. Jongen me fait dire, et qu’au fil des lectures répétées de son texte, l’impression m’est venue que le procès était jugé sans que les pièces en fussent étudiées. Dès lors, comment profiter de sa critique ?

13Il est dommage que M. Jongen n’ait pas lancé le débat de vive voix à Bruxelles, alors peut-être y aurait-il eu dialogue. A ce stade, ce dialogue ne peut être que de sourds. Aussi est-ce au lecteur que je m’adresse en donnant quelques exemples de l’écart entre ce que je dis et ce qu’on me fait dire.

141. Trouvons moyen, toutefois, de rendre un point à M. Jongen. L’expression d’« identité perturbée » que j'utilise pour qualifier l'ethos intériorisé par Claire me paraît malheureuse et inadéquate.

15Malheureuse du fait de la dérive de ses connotations, si l’on glisse d’une analyse sociologique du discours de Claire à une définition de Claire dans une perspective de psychologie clinique. Mon propos se situe exclusivement dans le premier registre. Je voulais dire par là que, dans le cadre limité du « fragment de discours de Claire », l’« idéal-type » d’ethos « petite bourgeoisie intellectuelle » paraissait « perturbé » par des traits provenant d’un autre idéal-type. Quand M. Jongen en tire les qualifications : « alibi social », « Claire ment », « individuel a-social, voire perturbé », il se situe dans le second registre. Cette confusion montre bien son incapacité à saisir le lieu épistémologique de mon analyse. De plus, ces jugements sur la personne de Claire sont de lui, en aucun cas de moi. A lui de les assumer (Jongen, p. 159-161).

  • 5 L’ethos (nous parlions alors d’« image-action ») « est un aspect de cette culture, une sélection op (...)

16J’admets cependant que l’expression peut encourager cette confusion chez un lecteur inattentif. De plus, au strict niveau de mon propos, l’expression est inadéquate. Je montre cela en fin d'exposé (Lalive, p. 63), quand je mets en doute ma première conclusion et me demande si la tension qu’atteste le discours de Claire n’est pas, en fait, constitutive de l’idéal-type en question (et non de son idiosyncrasie propre). Ce faisant, contrairement à ce que me prête M. Jongen (Jongen p. 158-159), je rends patent, me semble-t-il, que les « idéaux-types » d’ethos ne sont pas des réalités, mais des reconstructions de celles-là opérées par le chercheur, reconstructions toujours susceptibles d’être remaniées, complétées, falsifiées5. Et en laissant volontairement ouverte la question de savoir si l’identité socio-culturelle de Claire présente une synthèse sui generis de deux idéaux-types, ou si au contraire il convient de revoir l'acquis théorique, je voulais donner un exemple du va-et-vient entre théorie et recherche de terrain : en même temps que l’état des connaissances propose une grille classificatoire à la réalité, l’analyse d’une réalité produit une modification de cet état des connaissances. Cela a été parfaitement saisi par M. Van Campenhoudt. Aussi quand je lis que cette méthode à l’inconvénient d’« occulter (...) le caractère conceptuellement construit » (Jongen, p. 158), je me dis que l’art de l'enfermement intellectuel atteint des sommets.

  • 6 De l’impertinence, in J. M. Chappuis et al., (éd.) Communion et communication, Genève, Labor et Fid (...)

172. Ce qui vient d’être dit montre, me semble-t-il. qu’on est bien loin d’une « méthode qui ne permet (..) de découvrir (que) des « réalités » connues d'avance » (Jongen, p. 158). Il m'est arrivé de faire l’éloge du dévoiement du chercheur par son objet. Je signale à M. Jongen, s’il veut bien me relire (ou tout simplement me lire) que je ne parle pas de subordonner la méthode à l’objet de la recherche, mais à son projet (Lalive. p. 37), ce qui est tout différent ! Mais laissons cela.6

183. M. Jongen écrit : « il semble bien que l’ethos... n’existe... que d’être rapportable à un ethos de classe ». Mais pour que cette médiation soit efficace, encore faut-il qu’il soit question d’une société de classes (cf. aussi ma note 16, où j’indique d'autres médiations possibles).

194. Il est exact que l’ethos, principe organisateur du discours, s’inscrit en filigrane dans ce dernier plutôt dans le dit des mots ; il est exact aussi qu’un postulat analogue sous-tend chacune des quatre méthodes présentées. Il serait important de discuter les enjeux de ce postulat, mais ma note 12 ne concerne pas ce point (Jongen, dernier paragraphe) ; un linguiste peut-il délibérément ignorer que dire et écrire sont deux actes de communication différents, que la personne qui parle à quelqu’un accompagne ses mots d’intonations et de gestes ? Et qu'analyser une parole dite sur la base d’une transcription écrite n’est pas sans poser quelques petits problèmes ?

20Et le tout à l'avenant, mais il revient au lecteur de faire ses choix et ainsi de tracer son chemin.

21L’expérience me conduit à conclure par une suggestion. La démarche des organisateurs comprenait deux rencontres : chaque conférencier a été d’abord invité à présenter à huis clos une première analyse ; ensuite vint le colloque public. J’ai dit tout le plaisir que j’ai pris à cette entreprise et à ce dialogue. J’aurais souhaité une troisième rencontre. Dans celle-ci, les textes de la partie seconde de l’ouvrage auraient été présentés et un nouveau dialogue se serait instauré. Ainsi, de mon point de vue, aurais-je tiré le plus grand bénéfice de l’opération.

22Cela dit, il faut saluer l’entreprise et souhaiter, très vivement, qu’elle puisse être poursuivie.

*

23Suite à la lecture des trois réactions de synthèse, il semble utile d’apporter l’une ou l'autre précisions, à titre complémentaire.

241. Il ne faudrait pas accentuer la dichotomie entre établissement d’une logique méthodologique et réflexion de type sociologique. Au même titre que la statistique, l’analyse structurale des textes possède à la fois son autonomie et sa pertinence pour l'analyse sociologique. De même que l’on privilégie certaines méthodes statistiques en fonction de l’objet que l’on désire étudier, de même, le choix d’une analyse structurale ou d’autres types d’analyse s’effectue déjà en fonction des hypothèses sociologiques du chercheur. En tout cas, l’entrée en matière méthodologique suppose déjà une certaine conception de la sociologie, notamment l’existence de structures non directement observables, mais déductibles par la réflexion, ce qui en soi est déjà porteur d’hypothèses sociologiques. De même que l'analyse factorielle est une étape descriptive, mais qui peut déboucher sur des explications sociologiques, de même l’analyse textuelle peut aussi y amener. Or, l’analyse factorielle peut être utilisée par d’autres disciplines. On connaît des travaux de biologie, d’économie, d’architecture, utilisant la même technique. Il y a donc une relation dialectique entre le choix méthodologique instrumental et les hypothèses sociologiques du chercheur.

252. Il ne faudrait pas trop insister sur l’aspect stratégie dans l’analyse du texte faite au départ des indications de J. Gritti. Cela risque de mettre en retrait la logique institutionnelle, qui probablement émergerait dans l'ensemble des discours, quel que soit le sujet. Il y a donc un rapport entre logique institutionnelle et stratégie, pour tout acteur qui se situe dans une position de responsabilité ou de pouvoir à l’intérieur d’une institution. Le seul discours opposé pouvant exister à l’intérieur d’un système religieux (ou autre) serait le discours prophétique, ce qui a bien été mis en lumière par Max Weber.

263. Le problème de la conscience ne doit pas seulement être posé au niveau de la production du discours ou de l’acte d’énonciation, mais aussi à celui du récepteur. En effet, il ne s’agit pas de savoir comment le discours est perçu au niveau de la conscience individuelle, mais bien de la manière dont il fonctionne socialement, même si, chez le locuteur, cela reste au niveau du non conscient.

*

27Les commentaires formulés à l’égard des différentes méthodes et la mise en perspective de plusieurs approches méthodologiques me conduisent à traiter plus particulièrement une question, celle de l’intervention des hypothèses théoriques dans les opérations méthodologiques.

28L’exposé des méthodes tendrait à montrer, selon R. Jongen, l’entière subordination de l’analyse de contenu à la problématique sociologique. Cette interprétation a l’intérêt d’obliger les méthodes à une meilleure définition d’elles-mêmes.

29L’analyse structurale s’est présentée comme une méthode opérant en deux temps. Dans une première phase de type descriptif, on tend à se représenter la logique de pensée du locuteur en s’aidant de procédés techniques de décomposition/recomposition du texte. Dans une seconde phase, on interprète le résultat en vue de confirmer, d’infirmer ou de créer des hypothèses sociologiques.

30L’analyse démarre en portant l’attention sur le matériau et en laissant de côté les interprétations. On ne fait que restituer le matériau sous une forme différente. Les procédés opèrent cependant dans un ordre de complexité croissante. Dans un premier moment, on repère les unités constitutives (les codes) ; dans un second moment, on les classe en faisant intervenir des concepts méthodologiques (codes du temps, codes actantiels,...) et dans un troisième moment, on met en relation les éléments classés en ayant recours à d’autres concepts (récit de quête, codes hiérarchisés, ...). La conceptualisation se réfère à la fois à des postulats repris à d’autres disciplines (la linguistique, plus particulièrement) et à des formalisations plus proprement sociologiques (par exemple, le lien entre « récit de quête » et symbolique sociale). Le cadre ainsi défini est cependant formel. Il est susceptible de recueillir les contenus sociologiques les plus divers en rapport avec l’objet spécifique de recherche.

31Dans la seconde phase de l’analyse, le lien entre le cadrage théorique et l’analyse des données se pose différemment. Deux scénarios sont concevables. Le premier consiste à rester en lien étroit avec les données ainsi reconstituées, à les comparer avec de nouvelles données issues d’autres textes et à procéder par généralisations successives pour constituer en finale le canevas théorique. Le second scénario consiste à poser a priori une théorie qui sert de fil conducteur à l’interprétation des données. La pratique de recherche révèle que le plus souvent on n’est dans aucune de ces deux situations. On n’arrive jamais à une construction théorique satisfaisante en début de recherche, ni à une formulation claire des hypothèses. On n’est jamais non plus dans l'empirique pur. Les opérations de généralisation laissent souvent place à des raisonnements de nature théorique. Il faut donc accepter de se situer à un stade intermédiaire : le théoricien doit renoncer à une théorie à tout prix, l’empiriste ne doit pas nier les choix théoriques à l’œuvre dans sa pratique d’analyse mais les expliciter.

  • 7 L'exercice d’interprétation opéré sur un seul texte (celui choisi pour l'exercice) ne permet pas de (...)

32L’analyse empirique n’est donc pas subordonnée à une théorie mais elle sert à parfaire la théorie7 : la méthodologie intervient sur un terrain qui n’est pas complètement balisé et c’est à ce niveau que se marque l’originalité de son apport.

Notes

1 Franco FERRA ROTI I, Histoire et histoires de vie, Parts, Librairie des Méridiens, 1983, p. 51.

2 Carmen LECCARDI, L'ermeneutica oggetiva di Ulrich Oevermann, Quaderni del Dipartimento di sociologia e Scienza Politica, Universita della Calabria, 1987, p. 7.

3 Alain TOURAINE, Le retour de l’acteur, Paris, Fayard, 1984, p. 102.

4 Voir à ce sujet François Dubet, Socialisation des acteurs et sujet social, in Acteur social et délinquance, Bruxelles, Mardaga, 1990, p. 55-79.

5 L’ethos (nous parlions alors d’« image-action ») « est un aspect de cette culture, une sélection opérée par le chercheur, à partir de son observation des individus. En ce sens, elle est un artefact, une « mise en modèle » de l’observé » (Vieillesses, p. 55) ; cf. aussi L’hédonisme stoïque de la culture populaire, in Revue suisse se sociologie, 9/1, 1983, p. 171, etc.

6 De l’impertinence, in J. M. Chappuis et al., (éd.) Communion et communication, Genève, Labor et Fides, p. 83-93.

7 L'exercice d’interprétation opéré sur un seul texte (celui choisi pour l'exercice) ne permet pas de comprendre le processus dont il est question ci-dessus. On est amené à proposer une interprétation qui est inspirée en fait d’autres travaux, et cela pour donner au lecteur une idée de la démarche méthodologique dans sa totalité.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540